Cuckolding-Escort : étiquette gourmande en sperme

1.4KReport
Cuckolding-Escort : étiquette gourmande en sperme

Dans le passé, j'avais envie d'un peu d'humiliation et je faisais des choses assez dégradantes pour le plaisir. J'ai pensé compiler une liste des 10 choses les plus dépravées / perverses que j'ai faites et écrire une courte histoire à leur sujet et les publier ici.

La liste:

10. A bu la flaque de pisse d'une coureuse sur le sol du parking.

9. Se branler dans un préservatif usagé après avoir vu un couple baiser dans le même parking.

8. Moi et quelques potes nous sommes relayés pour gicler dans la culotte sale de la sœur de notre ami.

7. Emboîter une femme à une fête après que deux mecs lui aient giclé dans la bouche.

6. Avoir des secondes bâclées avec une femme lors d'une fête.

5. Lécher le sperme d'un autre mec sur la chatte de sa petite amie.

4. Payer une escorte pour me laisser la baiser avec l'un des préservatifs usagés de son client.

3. Aspiré un préservatif usagé après avoir vu un couple faire l'amour dans une ruelle.

2. Aspiré dix préservatifs usagés propres de la poubelle d'une escorte dans sa salle de bain.

> 1. Payer une escorte pour qu'elle garde tout le foutre de sa cliente dans un pot de confiture pendant une semaine entière pour que je le boive. <

Cette histoire est la 1ère de la liste.

****************************************************** **************************

Les dix plus dépravés :

Histoire vraie n° 1

Escort-Cuckold : étiquette gourmande en sperme

****************************************************** **************************

« Que diriez-vous que je récupère pour vous une semaine complète du sperme de mon client dans un bocal et que je vous fasse tout boire ? Posait la voluptueuse, blonde-escorte, un peu malicieusement.

"Putain, oui !" J'ai répondu, complètement époustouflé par sa suggestion obscène-salace, mais incroyablement alléchante. La simple pensée de sa demande en mariage me faisait saliver comme un pathétique petit sous-bêta dégueulasse.

Sophia était une femme d'une beauté exquise, au début de la trentaine. Je l'ai trouvée sur un forum en ligne, où les parieurs pouvaient discuter et interagir avec des escortes. Un soir, elle a mentionné publiquement dans le forum principal, qu'elle avait été approchée par pas mal de gars, lui demandant de vider les préservatifs usagés de son client dans leur bouche et qu'elle avait obligeamment fourni ce service pour eux.

Bien sûr, comme vous pouvez l'imaginer, cela a provoqué un énorme tollé sur le babillard. Particulièrement parmi les mâles alpha, qui se sont sentis offensés par la mauvaise utilisation perçue de leur ADN supérieur. Bien qu'elle ait été fortement critiquée, elle a affirmé que plusieurs des gars qui l'avaient publiquement dénoncée lui avaient envoyé un message en secret et lui avaient demandé si elle le ferait pour eux (putains d'hypocrites !!!). Inutile de dire que je l'ai également approchée.

En discutant en privé, nous nous sommes très bien entendus. C'était clairement une femme intelligente, avec un sens de l'humour très sec. Je lui ai expliqué que j'avais déjà payé plusieurs escortes pour vider les préservatifs usagés de leur client dans ma bouche, et que je cherchais quelque chose d'un peu plus pervers. Reconnaissant que je voulais quelque chose de spécial et faisant preuve d'une imagination particulièrement dépravée, Sophia m'a envoyé ce soir-là par e-mail sa proposition diabolique :

« Que diriez-vous que je récupère pour vous une semaine complète du sperme de mon client dans un bocal et que je vous fasse tout boire ?

Sophia m'a expliqué qu'elle partait en vacances à la fin du mois prochain et alors qu'elle ne rencontrait normalement qu'une vingtaine de clients par semaine, elle en bourrait beaucoup avant de partir, pour compenser le manque à gagner. Cela signifie qu'elle pourrait peut-être collecter jusqu'à cinquante spermes de mecs sur une période de 7 à 10 jours, en gardant le tout frais dans un bocal au réfrigérateur, en attendant.

Je lui ai demandé combien elle facturerait pour me nourrir d'un pot rempli de sperme de ses clients, tout en me branlant dans le préservatif usagé d'un client. Elle m'a donné son prix et je lui ai dit que je sentais que, tout bien considéré, c'était rassurant et cher et j'acceptais ses conditions.

J'étais incroyablement excité quand le soir est enfin arrivé. Notamment parce que Sophia m'avait nargué toute la semaine avec des messages disant à quel point la charge de sperme de chaque jour avait l'air délicieuse, nageant dans le bocal. Lorsque je suis arrivé sur le pas de sa porte, je tremblais comme une feuille lorsqu'elle m'est soudainement apparue, l'immensité de ce que j'étais sur le point de faire : j'étais sur le point d'avaler, n'importe où jusqu'à cinquante charges de sperme d'étranger, le tout en une seule fois. !!! C'était l'équivalent de 4 ou 5 équipes de football pleines d'hommes !!!! La pensée avait ma tête absolument ébranlée.

Ayant pleinement l'intention de renflouer, j'ai frappé à sa porte, pensant désespérément à une raison suffisante pour m'excuser. Cependant, j'étais un peu surpris quand Sophia est apparue. Courageusement et assez malicieusement, répondant à la porte vêtue d'un body transparent en dentelle noire sans entrejambe, elle m'a présenté sa chatte magnifiquement rasée, juste là sur le pas de la porte! Ce qui était entièrement exposé en raison du fait qu'elle était également COMPLÈTEMENT SANS KNICKER !!! Non seulement il était entièrement exposé, mais à peu près à la hauteur de mes yeux, étant donné que sa porte d'entrée se trouvait au sommet d'un escalier raide de plusieurs marches.

"Bonjour bonjour!" Elle a explosé, dans un accent étonnamment bien prononcé.

« Oh, mon putain de dieu ! bredouillai-je, sincèrement étonné de son audace.

"Je parie que tu ne t'attendais pas à être accueilli comme ça." Pensa-t-elle en me faisant entrer, fermant la porte derrière elle.

"Eh bien, ce n'était pas tant que..." ai-je plaisanté. "C'est le premier dont j'entende parler !"

Sophia m'adressa un grand sourire, manifestement amusée par mon commentaire. Une fois dans le couloir et dans le salon, j'ai finalement pu la voir correctement.

"Oh, mon dieu ! Regarde-toi !" J'ai jailli, la complimentant abondamment sur sa beauté rayonnante.

"Tout va bien?" Demanda-t-elle, feignant apparemment la surprise de ma réaction incroyablement positive.

Je n'étais pas préparé à la beauté et à l'attrait de Sophia. En plus d'être élégamment grande (environ 5' 11" dans ses talons), Sophia était une femme d'une beauté à couper le souffle, avec une silhouette extrêmement voluptueuse, qui suintait simplement de sex-appeal.

"Je suis un peu surpris. Je ne m'attendais pas à ce que tu sois aussi magnifique." J'ai expliqué.

"Eh bien, j'ai tendance à avoir cet effet sur les gars." Elle a plaisanté.

Sans vouloir paraître trop superficiel, le fait qu'elle soit si délicieusement belle m'a vraiment aidé à trouver le courage d'aller de l'avant. Penser qu'une cuillerée de sucre aiderait l'infâme médicament à descendre. Et, en plus, je savais que si je ne le faisais pas tout de suite, je ne trouverais probablement jamais une autre dame, prête à faire les vastes efforts requis. Du moins pas à ce prix ! De plus, je savais que je pourrais revenir sur cette expérience pour toujours et chérir sa majesté dépravée.

"Alors, je suppose que tu voudras vérifier la marchandise, alors ?" Elle a posé, avec une petite étincelle diabolique dans les yeux.

« Je pense que je l'ai déjà fait, n'est-ce pas ? J'ai plaisanté en faisant référence à son attitude de chatte nue.

Elle m'adressa un sourire malicieux et m'exhorta à passer par la cuisine. Je la suivis, fasciné par l'élégance séduisante de ses mouvements. Le body en dentelle noire accentuant la ligne de ses hanches aux courbes exquises.

"Je parie que tu meurs d'envie de goûter tout ce délicieux sperme crémeux, n'est-ce pas ?" Elle taquina, en route.

"Oh mon Dieu. Putain oui!" croassai-je, la bouche sèche d'anticipation nerveuse. Ayant maintenant décidé que j'allais définitivement passer par là, après tout.

La simple pensée d'être si humiliée, par une beauté aussi exquise, de cette manière incroyablement dégradante, me faisait me sentir incroyablement étourdie. Une fois dans la cuisine, elle se dirigea vers le réfrigérateur, ouvrit la porte, fouilla à l'intérieur et en sortit la "marchandise".

"Voilà !" S'exclama-t-elle en plaisantant en tenant le pot et en faisant des gestes à peu près de la même manière qu'un mannequin le ferait dans une publicité télévisée ringard.

Je ne pouvais pas en croire mes yeux; le pot de taille moyenne était environ aux deux tiers plein de foutre !!! Il devait y avoir au moins cinquante charges de foutre de gars là-dedans, pensai-je.

« Alors, et si on jouait à un jeu ? se moqua-t-elle, avec un sourire malicieux sur le visage. "Si vous pouvez deviner exactement combien de minuscules petits spermatozoïdes se trouvent dans le bocal, vous pouvez en avaler le tout, gratuitement."

« Au billion près ? » demandai-je avec une pointe de sarcasme.

Sophia m'adressa un petit sourire coquin, confirmant que nos sens de l'humour étaient à peu près sur la même longueur d'onde.

"Alors, combien y a-t-il de charges de gars là-dedans?" m'enquis-je, sincèrement intrigué.

"Il y a bien plus de cinquante charges de foutre là-dedans." Elle m'a assuré, avec une lueur méchante dans les yeux. « Peut-être même soixante !

"Vraiment?" demandai-je en déglutissant difficilement.

"Bien que, quand j'ai compté, il n'y a en fait que quarante-six types différents, dont quelques-uns ont foutu plus d'une fois." Elle a expliqué.

« Oh mon dieu ! Tu as été une fille occupée. J'ai répondu. Juste la pensée de quarante-six gars différents (quatre équipes de football entières) éjaculant un par un et certains plus d'une fois, me donne des sueurs froides.

Enlevant le couvercle, elle me présenta le bocal ouvert afin que je puisse inspecter son contenu ignoble.

"Putain de merde !!!" J'ai haleté, arrachant ma tête assez violemment alors que l'odeur étonnamment nocive frappait mes narines.

Sophia éclata de rire face à ma sur-réaction apparente.

« C'est un peu piquant ! nota-t-elle, avec un sourire malicieux.

"Piquant?" j'ai bafouillé. "C'est putain......!!!"

Incapable de finir ma phrase, je me suis retrouvé à m'enfoncer profondément dans mon cocu-espace. Je n'avais jamais réalisé dans tous mes rêves les plus fous qu'il dégagerait un arôme aussi obscène et vulgaire et pourtant incroyablement enivrant. Les vapeurs étaient si fortes que j'avais l'impression que j'allais m'évanouir. Remarquant que j'étais un peu instable sur mes pieds, Sophia tendit la main et attrapa mes cheveux. Me tenant fermement, elle plaça le pot contre ses propres narines et inspira profondément.

"Mmmmmmm !!!" Elle taquina, levant les yeux au ciel dans une démonstration orgasmique de luxure. "Putain, ça me fait mouiller ! Touche ma chatte."

Tenant toujours le pot dans une main et attrapant mes cheveux dans l'autre, Sophia me laissa glisser ma main entre ses cuisses charnues jusqu'à sa chatte magnifiquement lisse. En glissant délicatement un doigt entre les lèvres de sa chatte, j'ai été étonné de trouver sa chatte, absolument dégoulinante ! Sophia plaça le pot jusqu'à mes narines. J'ai respiré son parfum enivrant profondément dans mes voies nasales, le laissant remplir mes poumons. La sentir magnifiquement mouillée tout en inhalant les vapeurs de tout ce sperme, a rendu mes genoux incroyablement faibles. A tel point qu'ils ont failli céder.

« Ça va ? » Elle m'a chuchoté à l'oreille.

J'ai hoché la tête.

"Cette chatte est agréable et humide?" Elle a taquiné.

"Oui." J'ai répondu.

"Bien. A genoux !" Elle a instruit. "Mains dans le dos !"

Sans sourciller, j'ai fait ce qu'elle m'a demandé. Alors que je m'agenouillais devant elle, Sophia avait l'air positivement sculpturale, me dominant; Amazonien, même.

"Je veux que tu regardes bien ma grosse chatte humide et juteuse." Elle a exigé, enfonçant sa chatte délicieusement lisse dans mon visage.

J'ai en quelque sorte résisté à l'envie de commencer à manger sa succulente viande de chatte et j'ai juste regardé sa beauté exquise.

« Allez-y. Reniflez-le ! Demanda-t-elle en tirant mon nez jusqu'à ses pattes de pisse. "Sniff cette chatte humide !"

J'ai respiré son parfum musqué féminin profondément dans mes voies nasales.

"Sentir bon?" Elle a demandé.

"Oui!" J'ai haleté, désespéré de goûter son humidité.

"Je veux que tu penses à tous ces hommes qui ont glissé leurs grosses bites raides dans et hors de cette chatte pour remplir ce pot pour toi !" Elle s'est moquée. "Tous les quarante-six!"

Oh mon dieu! pensai-je en avalant fort.

"Ce pot plein de leur délicieux et délicieux sperme." Se moqua-t-elle, sans pitié.

En reculant pour me donner une meilleure vue, Sophia a placé un doigt dans le pot et a recueilli un minuscule globule de sperme, l'a tracé autour de l'entrée de sa bouche, comme s'appliquant du rouge à lèvres, puis, d'une manière exagérément sensuelle, l'a parcouru lentement. langue autour de ses lèvres, laissant échapper un énorme halètement.

"Mmmmm, délicieux !" Elle haleta, avec un éclair séduisant de ses yeux. Soudain, ma bouche salivait comme une folle.

Ce qu'elle a fait ensuite a été l'une des choses les plus sales et les plus follement excitantes que j'aie jamais vues faire par une escorte. Sophia a placé le bord du pot jusqu'à ses lèvres, puis l'a incliné vers le haut, a versé une portion généreuse du sperme dans sa bouche, a penché la tête en arrière et l'a gargarisé autour de ses amygdales, avant de le recracher dans le pot et de se lécher les lèvres. .

"Exquis!" s'exclama-t-elle avec un énorme soupir. Comme si elle avait goûté du bon vin.

J'étais en admiration devant cette femme !

"Mange cette chatte !" Demanda-t-elle soudainement, me la repoussant au visage. "Tu ne goûteras pas une goutte de ce sperme tant que tu ne m'auras pas donné un orgasme !"

Je n'avais pas besoin qu'on me le dise deux fois. J'ai immédiatement plongé mon visage dans son sexe et j'ai commencé à aspirer sa succulente viande de chatte, suçant et léchant autant de jus que je pouvais de ses rabats délicieusement imbibés. Sophia était comme une femme possédée. Elle a attrapé mes cheveux, tiré ma tête en arrière et a commencé à frotter sa chatte contre mon visage. C'était un geste obscène-animal, étant donné sa position particulièrement vulgaire à genoux et la poussée agressive de ses hanches.

Mon visage était pratiquement coincé entre les lèvres de sa chatte alors qu'elle glissait sa chatte de haut en bas dessus, ce qui faisait que mon nez frottait fort sur son clitoris, puis pénétrait littéralement dans son trou de baise, à chaque poussée. Tout en continuant à chevaucher mon visage, la belle escorte blonde a pris une autre gorgée de foutre du pot, apparemment pour son propre plaisir, l'a gargarisé et l'a recraché dans le pot une fois de plus.

"Oh mon Dieu!" Elle gémit à haute voix, plusieurs fois.

Sophia a continué son agression frontale et labiale pendant quelques bonnes minutes environ, avant de s'arrêter en frissonnant sur mon visage avec un point culminant convaincant fort et violent. Après quoi, elle a simplement retiré mon visage de sa chatte et est restée là, soufflant et haletant, prenant un moment ou deux pour retrouver son calme.

"Putain ce truc est puissant !" Elle haleta, essayant de reprendre son souffle.

Si ça avait cet effet sur elle, je frissonnai en pensant à ce que ça allait me faire. Et, elle l'avait seulement goûté et recraché. J'allais avaler tout le putain de lot !!! Une fois que Sophie eut récupéré, elle reporta son attention sur moi.

"Tu aimes ça autant que moi ?" Elle a taquiné.

J'ai hoché la tête avec approbation, léchant toujours son jus de chatte autour de ma bouche.

"Je parie que tu aimerais que je te fasse ça avec une chatte pleine de foutre. N'est-ce pas ?" Elle a demandé.

"Oh mon dieu, putain oui !" répondis-je, un peu pathétique.

"Je parie!" Elle ricana. "Alors, tu penses toujours que tu peux avaler un pot entier plein de pisse d'amour, n'est-ce pas ?"

"Je... je ne sais pas." j'ai bégayé. J'ai sérieusement douté de moi pendant un moment.

« Voulez-vous un petit avant-goût ? taquina-t-elle, avec une lueur malicieuse dans les yeux.

"Oui s'il vous plaît!" Je haletai, la suppliant presque.

Sophia a trempé son doigt dans le bocal et l'a remué dans le sperme d'une lenteur douloureuse; délibérément me narguer. Puis, me demandant de me froncer les sourcils, elle a porté son doigt à ma bouche et a tracé le sperme aqueux autour de mes lèvres.

"Continue." Elle a chuchoté, me pressant de me lécher les lèvres.

Avec un peu d'appréhension, j'ai passé ma langue autour de l'extérieur recouvert de sperme de mes lèvres et j'ai savouré sa douceur. Mes yeux se sont par réflexe tournés vers le ciel et j'ai été immédiatement submergé par un raz-de-marée d'humiliation alors que je plongeais profondément dans les profondeurs de mon cocu-espace. Elle avait raison, c'était vraiment sublime !!! À ce moment-là, je voulais, plus que tout au monde, avaler chaque sperme nageant dans ce bocal.

"Alors,... tu es prêt pour ton souper de foutre alors ?" demanda-t-elle, avec une lueur sadique dans les yeux.

"Putain, oui !" J'ai haleté, désespéré d'être dégradé par cette femme d'une beauté exquise.

"Espèce de sale connard !" Elle sourit.

Reposant le couvercle sur le bocal, Sophia retourna la main dans le réfrigérateur et en sortit un préservatif usagé et commença à me le balancer au visage. C'était absolument débordant de foutre!

"En voici un que j'ai préparé plus tôt!" Elle s'est moquée. « Fraîchement foutu. Il y a environ deux heures.

"Oh mon Dieu!" m'écriai-je.

"Maintenant, autant que je sache, tu aimerais sucer tout ce délicieux sperme crémeux." Elle s'est moquée. "C'est à toi de branler ta pathétique petite bite, comme nous en avons discuté."

Je n'ai pas pu m'empêcher de montrer ma déception.

"Et, pour me prouver que tu peux suivre mes instructions. Je veux que tu portes ça à l'étage dans ta bouche, avec ta langue à l'intérieur." Elle a expliqué. « Mais, sans avaler une seule goutte de foutre. Tu comprends ?

J'ai haleté, un peu surpris par sa suggestion torturablement cruelle, mais j'ai hoché la tête d'un air servile, tout de même.

Sophia a soigneusement placé la base du préservatif dans ma bouche, m'a demandé de mettre ma langue à l'intérieur et de serrer mes lèvres autour pour le maintenir en place, de sorte qu'il pendait comme une énorme langue en caoutchouc. Je devais avoir l'air complètement ridicule.

"Vous convient." Elle sourit. "Maintenant, je veux voir exactement la même quantité de foutre là-dedans quand nous atteindrons le haut des escaliers. Tu comprends ?"

J'ai hoché la tête, me sentant incroyablement stupide. La vérité est connue, bien qu'il y ait eu de grandes quantités de sperme dans le préservatif, tout était dans la tétine et ma langue ne pouvait pas l'atteindre et donc je ne pouvais pas goûter une seule goutte, encore moins l'avaler.

"Bien, allez Jizz-mop. Suivez-moi." Elle instruisit d'un ton impérieux, se frayant un chemin dans le couloir et jusqu'à la chambre.

Aussi mortifié que je me sentais, montant les escaliers avec le préservatif usagé d'un autre homme suspendu à ma bouche, se balançant et cognant contre le dessous de mon menton, j'ai de nouveau été fasciné par le balancement hypnotique des hanches voluptueuses de l'escorte blonde et la montée et la chute de sa chair ondulante de fesses. Elle était vraiment de la poésie en mouvement. Une fois dans la chambre, elle posa le bocal sur la commode. Puis elle a soigneusement retiré l'article offensant de ma langue et a inspecté son contenu; scrutant astucieusement le montant.

"Hmmmm, tout semble en ordre." dit-elle en plaçant le préservatif sur le couvercle du bocal.

Ensuite, on m'a demandé de me déshabiller. Tandis que je me conformais à ses ordres, Sophia enleva la couette qui avait l'air chère du lit.

"Les choses pourraient devenir un peu désordonnées." Elle a taquiné.

Se déshabillant jusqu'à ma bite et mes couilles, Sophia s'est approchée et s'est tenue au-dessus de moi d'une manière quelque peu intimidante, ses mains posées sur ses hanches. Une fois complètement nue, elle m'a regardé de haut en bas, inspectant mes prouesses masculines, ou mon absence, avec un sourire narquois subtil mais bien visible sur son visage.

« Tu ne pourrais même pas satisfaire un pingouin avec un tout petit asticot comme ça. Pourrais-tu ? Elle ricana, me faisant me tortiller lamentablement.

"Non." répondis-je pitoyablement en regardant mes pieds.

Elle a attrapé ma bite semi-dressée et l'a utilisée comme une laisse de chien pour me tirer de l'autre côté du lit, l'étirant à sa limite. Une fois là-bas, elle a ramassé le préservatif rempli de sperme sur la commode et l'a tenu entre ses doigts pendant qu'elle me branlait jusqu'à l'érection avec son autre main. Puis elle l'a placé très soigneusement sur le bout de ma bite, le relâchant lentement mais sûrement sur toute la longueur de mon arbre, me faisant haleter de plaisir alors qu'il se tortillait à l'intérieur de son emballage recouvert de sperme.

"C'est environ cinq tailles trop grandes!" Elle eut un sourire narquois, caustique. « N'est-ce pas ? »

"Oui." ai-je minaudé, mon visage virant au rouge vif.

"A partir de maintenant, je veux que tu m'appelles Princesse Sophia." Elle a instruit. "Comprenez vous?"

"Oui... Princesse Sophia." J'ai répondu, plutôt servilement.

La voluptueuse escorte blonde me regarda de haut en bas avec pitié.

"Eh bien, pas de recul maintenant." Elle a mis en garde sinistrement.

"Non, princesse." marmonnai-je en déglutissant difficilement.

"Sur le lit!" Elle a perdu la tête.

J'ai fait ce que la princesse Sophia m'a demandé et j'ai grimpé sur l'immense lit king-size.

"Sur vos genoux." Instruit-elle, d'une voix arrogante et dominatrice. "Mains dans le dos !"

Encore une fois, je me suis conformé à ses ordres.

"Maintenant, j'espère que tu vas être une bonne petite salope et que tu vas boire tout ce délicieux cocktail de sperme que la princesse Sophia a minutieusement préparé pour toi !" Elle fit la moue, attrapant le bocal sur la coiffeuse.

"Oui, princesse Sophia." J'ai répondu un peu nerveusement.

« Tu ne voudrais pas me décevoir, n'est-ce pas ? Elle a ajouté.

Je secouai la tête, tristement.

La princesse Sophia a lentement, mais sûrement, retiré le couvercle du bocal, libérant une fois de plus ses vapeurs nocives dans l'air. Malheureusement, au moment où l'arôme délicieusement ignoble a frappé mes narines, il m'a attrapé la gorge et j'ai commencé à tousser et à cracher.

« J'espère que je n'aurai pas à te forcer ça dans la gorge ! Menaça-t-elle froidement.

"Non,... Princesse." j'ai bégayé.

"Bien, parce que je veux que tu avales chaque-petit-petit-sperme. Tu comprends ?" Elle a affirmé, d'une voix très condescendante.

"Oui,... Princesse." J'ai dégluti.

"Droit Cum-flanelle, à quatre pattes." Elle a demandé, tendant la main vers l'avant, me pinçant le nez et m'amenant doucement en position de levrette.

Tendant son bras derrière moi, elle s'est penchée entre mes jambes, a attrapé ma viande et l'a tirée pour qu'elle dépasse derrière moi. En faisant cela, elle a pu tenir le pot contre mon visage d'une main, tout en glissant simultanément le caoutchouc rempli de sperme de haut en bas sur mon sexe avec l'autre. Non seulement c'était délicieusement humiliant dans cette position, mais la façon dont elle avait ma bite repliée derrière moi signifiait qu'à chaque fois qu'elle en prenait un coup complet, son poing claquait dans mes couilles déjà écrasées, d'une manière assez manière masochiste agréable.

"Continue!" Instruit-elle en poussant le bocal jusqu'à mon nez. "Je veux que tu renifles encore une bonne fois toute cette délicieuse pisse d'amour."

J'ai placé mon nez dans l'entrée du pot et j'ai inhalé les arômes piquants profondément dans mes voies nasales. En respirant des vapeurs outrageusement offensantes, mais certes enivrantes, j'ai immédiatement commencé à me sentir étourdi et faible.

"Mmmmm. Est-ce que ça ne sent pas absolument paradisiaque?" me murmura sensuellement Sophia à l'oreille.

« Ohhhhh ! Oui, princesse Sophia. J'ai haleté.

"Pensez juste à tous les mecs sexy et chauds que j'ai dû baiser, pour extraire tout ce sperme de leurs couilles." Elle a taquiné. "Leurs bites glissent dans et hors de ma chatte. Leurs mains sur tout mon corps... mutilant mes seins et ma viande de cul."

"Oh mon Dieu." J'ai gémi.

"Tout ce sperme chaud, bouillant dans leurs couilles." Elle a continué. "Spunking profondément à l'intérieur de moi. Encore et encore et encore! Remplir ces préservatifs bien utilisés."

Ma bite est devenue dure comme de l'acier et j'ai commencé à saliver comme un fou. À tel point que ma bouche s'est inondée de salive et j'ai commencé à baver sur les draps en dessous. Quelque chose qui n'est pas passé inaperçu pour Sophia.

« Oh, mon seigneur ! Vous êtes juste en train de bâillonner pour avaler toute cette pâte crémeuse. N'est-ce pas ? » Elle taquinait, d'un ton mi-moqueur, mi-séduisant.

Accablé par le simple fait que j'étais sur le point d'avaler l'équivalent du sperme de quatre équipes de football, en une seule fois, je suis devenu assez délirant et j'ai commencé à me cogner tout le corps dans une réponse complètement involontaire.

"Oui bébé!!!" se moqua la voluptueuse escorte blonde en lâchant ma queue et en me giflant le cul, dans un geste moqueur. "Ça fait du bien d'être une salope avaleuse de foutre sans valeur, n'est-ce pas ?"

Apportant clairement une sorte de satisfaction sadique à me torturer psychologiquement, Sophia semblait déterminée à augmenter l'intensité de mon tourment.

« Tu veux un petit avant-goût alors ? taquina-t-elle en boudant joyeusement.

"Oui, princesse." J'ai haleté, désespérée d'avoir ce jus de balle sale dans ma bouche.

Sophia a apporté le pot à mon visage, seulement pour le retirer alors que je pinçais les lèvres et tentais d'aspirer le sperme; me riant cruellement au visage à chaque fois. Ses jeux diaboliques n'ont fait qu'intensifier le délire, me faisant réagir de plus en plus sauvagement. Sophia rit encore plus fort.

« Aww, la princesse Sophia est-elle cruelle de vous taquiner ? » Elle se moquait, d'un ton ridiculisant comme un bébé.

J'ai hoché la tête frénétiquement, tout mon corps en convulsions. Sophia a attrapé ma bouche d'une main et a écrasé mes lèvres, ce qui m'a immédiatement fait arrêter de me débattre. Puis elle a porté le pot à ses propres lèvres et a pris une gorgée de sperme et est entrée pour un baiser. Dès que sa langue enduite de sperme est entrée dans ma bouche, j'ai juste fondu.

C'était un baiser incroyablement sensuel, altéré uniquement par le fait qu'elle avait le sperme de son client dans sa bouche. Pendant que nous nous embrassions, Sophia a lentement fait baver la charge de sperme velouté et lisse dans ma bouche, petit à petit. Il avait un goût vraiment divin et ne voulant pas l'avaler et le perdre à ce moment-là, je l'ai tenu là pendant que nous continuions à nous bécoter. C'était un beau moment. Puis, alors qu'elle s'éloignait, je laissai lentement la crasse liquide crémeuse couler au fond de ma gorge.

"C'était bien ?" Elle murmura doucement.

« Oh, mon Dieu, oui ! » J'ai haleté, devenant consommé par une brume chauffée à blanc de luxure gourmande en sperme.

« Je t'avais dit que c'était puissant, n'est-ce pas ? Elle a demandé.

J'ai hoché la tête, frénétiquement. Saliver comme un fou.

"Tu vas être une bonne petite salope pour Princess et tout avaler ?" Elle s'est moquée.

"Putain, oui !" Je gémis, submergé par un désir incroyablement fort d'avaler chaque goutte de sperme de sa cliente.

Atteignant derrière et saisissant fermement mes couilles, la princesse Sophia a placé le pot de sperme jusqu'à mes lèvres et a commencé à le faire basculer lentement mais sûrement vers le haut, provoquant finalement une bouillie de pisse d'amour aqueuse pour inonder ma langue d'attente. Oh, mon putain de dieu ! pensai-je alors que la première vague d'eau douce et maladive de sperme entrait dans ma bouche.

"Maintenant, gardez-le dans votre bouche." Elle a instruit. "J'ai fait beaucoup d'efforts pour rassembler tout ça, je veux que tu le savoures."

Aussi sale soit-il, il avait un goût vraiment putain de paradisiaque ; tout doux et sirupeux, avec des nuances délicieusement viles de crasse d'homme musquée. Et tout ce que je voulais faire, c'était l'avaler, profondément dans mon ventre. Curieusement, alors que je tenais le jus de pisse liquide dans ma bouche, ses vapeurs nocives semblaient monter à l'arrière de ma gorge, se coincer dans mes voies nasales et me faire pleurer les yeux.

"Maintenant, avale."

J'ai fait ce qu'elle m'a demandé et j'ai avalé le jus sirupeux.

"Bonne petite salope." Murmura-t-elle avec dérision à mon oreille. Tordant mes couilles très doucement, derrière moi.

« Est-ce que ça a bon goût ? taquina-t-elle, d'une voix incroyablement condescendante.

J'ai hoché la tête en signe d'approbation, mes yeux roulant vers le ciel de désir.

"Encore." Exhorta-t-elle en portant le pot à mes lèvres.

Nous avons répété le processus, la princesse Sophia versant à nouveau la boue ambrosiale dans ma bouche, cette fois en obtenant beaucoup plus de sperme dans ma bouche.

"Le tenir!" Instruit-elle, serrant mes couilles un peu plus fort.

Encore une fois, je me suis conformé à ses souhaits; en savourant sa texture et ses saveurs sublimes. Mon esprit nageait à la pensée de tous les différents types d'hommes qui avaient giclé leur baise pour remplir ce bocal : les grands, les petits, les minces, les gros ; les mâles alpha, les bêta-subs, les chavs, les voyous, les hommes d'affaires, les hommes mariés ; les noirs, les blancs. La pensée de dévorer tout leur sperme sale était à la fois nauséabonde et pourtant incroyablement chaude.

"Espèce de sale pute de salope gourmande de sperme!" Elle bouillonnait dans mon oreille alors que je tenais le sperme dans ma bouche, essayant de ne pas rechigner.

"Avaler."

J'ai fait ce qu'elle m'a demandé, laissant échapper un énorme soupir de satisfaction alors que j'aspirais l'ambroisie dans ma gorge et dans mon ventre.

"Bonne petite salope. La princesse est si contente de toi !" Elle s'est moquée.

"Maintenant, mets-toi à genoux. Les mains derrière le dos." Elle a instruit. J'ai fait ce qu'on m'a dit.

La princesse Sophia fouilla dans le tiroir de sa table de chevet et après avoir fouillé un peu, en sortit une cuillère à café. Puis, remontant sur le lit, continuez à me nourrir de trois ou quatre cuillerées de sperme du bocal; l'un après l'autre; chacun ayant un goût encore plus sucré et plus crémeux que le précédent ; finalement sucer la cuillère se nettoyer, d'une manière incroyablement séduisante.

À ce stade, il restait probablement environ la moitié d'un pot. Étrangement, le sperme avait commencé à se séparer légèrement avec l'exposition à l'oxygène et ainsi une fine couche de sperme aqueux transparent s'était développée au-dessus des slops blanc crémeux en dessous. Je n'arrivais pas à croire que quelque chose qui avait l'air et sentait si odieux, puisse avoir un goût si bon !

"Bon, c'est assez de déconner." Déclara l'escorte incroyablement voluptueuse.

Atteignant le préservatif usagé de sa cliente, la princesse Sophia l'a soigneusement placé sur le bout de ma bite, puis l'a glissé le long de ma hampe. Tirer et serrer la tige en caoutchouc pour amadouer le sperme. Une fois qu'elle était heureuse que ma bite soit couverte du sperme de son client, elle lui a donné un petit test de branlette. Les sensations étaient incroyables alors qu'elle le faisait glisser de haut en bas sur toute la longueur de mon arbre. Puis, lâchant momentanément ma virilité, elle appuya deux des oreillers contre la tête de lit.

"D'accord, asseyez-vous !" Elle a commandé.

Saisissant ma tige recouverte de préservatif, la princesse Sophie s'est agenouillée à côté de moi, afin qu'elle puisse me nourrir du reste du sperme tout en me branlant dans le préservatif usagé. Elle a également saisi ma main et l'a placée sur son beau cul dodu, m'encourageant à tâtonner et à le sentir, comme elle l'a fait pour le sale boulot.

"Maintenant, je ne veux pas que tu fasses gicler ta semence sans valeur en dix secondes chrono !" Elle a averti. "Dis-moi si tu t'approches, que je puisse m'arrêter."

"Oui, princesse." murmurai-je, servilement.

Les dix ou quinze minutes suivantes furent une session délicieusement tortueuse de bordures et d'alimentation de sperme; atteignant de tels niveaux de surcharge sensorielle que je me suis retrouvé à glisser constamment dans et hors de mon cocu, comme entrer et sortir d'une transe fiévreuse.

Tout d'abord, après avoir placé le pot sur mes lèvres, la princesse Sophia m'a demandé de siroter la couche aqueuse de sperme par le haut, là où le liquide séminal s'était séparé du sperme réel. Il avait un goût encore plus sucré que le sperme lui-même et sans le bord légèrement salé. Puis, me pressant de prendre une grande gorgée du cocktail orgasmique velouté et lisse, elle a soigneusement renversé le fond du pot, provoquant une bouillie de sperme dans ma bouche.

"Unghh!" Je marmonnai alors que ma bouche se remplissait de sperme.

« Mmmmm. Est-ce que ça a bon goût ? Elle sourit, d'un ton séduisant.

Incapable de répondre, j'ai simplement hoché la tête.

"N'avalez pas, jusqu'à ce que la princesse vous donne la permission." ajouta-t-elle fermement.

J'étais au paradis des beta-cuck, savourant la bonté crémeuse remplie de zinc dans ma bouche alors que Sophia commençait à ranger le préservatif usagé, lentement mais sûrement le long de ma bite, en utilisant le sperme de son client comme lubrifiant. En soulevant ses fesses du matelas et en me donnant accès à sa chatte, elle m'a laissé glisser mes doigts entre les lèvres de sa chatte et sentir son humidité. Putain elle était trempée !!! Étant tellement submergé par l'assaut sur mes sens, il ne fallut pas longtemps avant que je sente mon apogée approcher. Incapable de demander à Sophia d'arrêter, j'ai commencé à faire des bruits de gémissement à travers mes narines.

"Tu vas foutre ?" demanda-t-elle, plutôt sèchement.

J'ai hoché la tête frénétiquement et Sophia a immédiatement lâché ma bite. Une fois que l'envie de jouir s'est clairement calmée, l'escorte incroyablement voluptueuse a commencé à faire glisser le préservatif usagé de haut en bas; m'emmenant au bord de l'orgasme une fois de plus et s'arrêtant brusquement, avant de me donner la permission d'avaler l'orgasme liquide dans ma gorge et dans mon ventre.

J'ai poussé un énorme soupir de satisfaction. Me donnant peu de chance de reprendre mon souffle, Sophia attrapa mon visage et m'écrasa la bouche, replaçant le pot sur mes lèvres et me pressant de prendre encore plus de sperme dans ma bouche.

"Plus plus!" Elle s'est moquée.

Avec probablement jusqu'à cinq à dix spermes de mecs différents dans ma bouche, Sophia a recommencé à faire glisser le caoutchouc rempli de sperme de haut en bas sur ma bite. Voulant clairement me pousser à mes limites, elle m'a fait tenir cette bouchée pendant ce qui m'a semblé proche d'environ cinq minutes, m'amenant plusieurs fois au bord de l'orgasme. Il y avait tellement de sperme dans ma bouche qu'il était difficile de la garder fermée et je pouvais le sentir tout couler autour de ma langue et chatouiller mes amygdales.

Je me suis demandé quelle quantité de sperme était encore en vie ; ayant été congelés et décongelés dans le réfrigérateur, j'en ai conclu que des milliards d'entre eux l'étaient probablement. La pensée qu'ils nageaient dans ma bouche et mon ventre, essayant avec colère de trouver l'œuf de cette belle femme à féconder, me rendait fou de désir.

Evidently, feeling a little sadistic, Sophia instructed me to guzzle the mouthful of sperm, but explained that she wanted me to do it without actually swallowing. Urging me tilt my head back, relax my throat muscles and simply let it ooze down into my oesophagus.

"See how long you can hold it there in your throat, for Princess." She pouted, as she continued wanking me off into the used-condom.

It felt excruciatingly torturous, forcing back the gag-reflex, in an effort to keep such a large amount of sperm in my throat, but I wanted to please Princess Sophia so much, that I resisted the urge to cough or swallow for a good thirty-seconds or so. As tears streamed down my eyes, my throat began to go into convulsions, causing the jizz to rise and fall in my throat, like a yo-yo. Even so, I was able to hold off gulping for another five or ten seconds. That is, until an enormous tickling sensation forced me to cough, splutter and swallow, sending a considerable portion of semen back into my mouth and even up into my nasal-passages.

"Oh, my! You got some spunk in your nose?" Scoffed Princess Sophia as I snorted and sniffed. "Well, you'll just have to breathe through your ears!"

Giggling profusely at my misfortune, Sophia urged me to repeat the process.

"Again, again!" She chimed, her face beaming with an inane sense of moronic-glee.

I got a huge masochistic kick out of the fact that it wasn't just enough for Sophia to simply humiliate me by making me swallow all her customer's spunk, but that she also felt it necessary to make me suffer in the process.

The stunningly beautiful escort placed the jar back up to my lips and urged me to take even more sperm into my mouth than last time. As I tilted my head back, she instructed me to hold it in my mouth again, for a few minutes before gulping it down. She proceeded to wank my cock, edging me to another climax before cutting me off dead, once more. Curiously enough, I started to feel a cold wet feeling around my balls and figured that the sperm was now leaking out of the condom and all over me.

"Right, tilt back your head and hold that sperm in your throat." Ordered Princess Sophia.

I did as she asked. As I held my head up and trapped the jizz in my throat, Sophia dipped her finger in the spunk-jar and began rubbing some into each of my nipples in turn. I was able to hold the spunk in my gullet for quite a bit longer this time. Probably for a whole minute-or-so. Princess Sophia was suitably impressed. To increase my torment she resumed sliding the used-condom up and down my cock and slapped me across the face, several times. This time, as the coughing-fits commenced, I very nearly balked. Finally sending the jizz down my throat with little more than an acidic, stinging feeling in my throat.

"Right, one last time." Insisted Sophia. "But now, I'm going to pour the whole jar in your mouth."

Holding up the jar, Sophia asked: "Think you can manage all that?"

There was a good inch of sperm left in the bottom; more than a whole soccer team's worth of spunk! Oh, my fucking god!!! Je me suis dit.

"Fuck, yes! Let's do it!" I gasped, almost begging her to choke and drown me with her customer's sperm.

The following few moments were a perfect ending to what was probably the most exquisitely-depraved and beautifully degrading experience of my life. Sophia instructed me to tilt back my head and grabbing hold of my cock, began slowly pouring the last of the ambrosial-slop into my wide-open mouth; orgasm after liquid-orgasm.

As the salty-sweet jizz hit my tongue and slowly oozed it's way to the back of my throat, I braced myself for the impending deluge of fuck-juice. And, as Sophia continued relentlessly pouring the spunk from the jar into my mouth, it wasn't long before I found myself struggling to hold back the floodgates. Suddenly I became overwhelmed and began coughing and spluttering, much to Sophia's delight.

I was coughing spunk up through my nasal-passages and out of my mouth, something which could only be assuaged by swallowing hard, several times, to reduce the amount of jizz in my throat. I was somehow able to do this, whilst at the same time, keeping my mouth wide-open to receive even more of Sophia's customer's spunk.

"Stop swallowing so much!" She demanded, quite petulantly. "Try and keep it in your throat."

I did as she asked, allowing more and more jizz to well in my throat and holding off as long as I could before the gag-reflex kicked in again. Virtually drowning in spunk, I coughed a large-enough amount up into my nasal-passages, so that there was spunk literally trickling out of my nostrils!!! Princess Sophia was in hysterics at the sight of this.

Urging me to tilt my head further back, so that my tongue was completely flattened on the floor of my mouth, Sophia was now pouring the love-piss directly into my throat. As I coughed and choked, the insanely pretty escort's sadistic snickering, felt like rubbing spunk in the wounds and only served to intensify my suffering.

Somewhere in the midst of all this commotion, my own climax was triggered and I began spunking violently into the already-filled condom; an orgasm which was only partially ruined by the distress of my predicament.

"That's it jizz-mop." She jeered. "Empty those worthless balls!"

When I finished spunking my worthless-seed deep into the condom, Sophia still hadn't finished emptying her client's sperm into my mouth and so she just kept on going. Cruelly, forcing me to finish what she had started.

"Keep going." She insisted. "I want you to swallow the whole-fucking-lot!"

Having already climaxed, I did as I was told. Greedily guzzling the last of her client's love-piss from the jar. Once it was empty, she made me get my tongue inside of it and lick it clean, before using her finger to mop it up and wipe it across my mouth and face. But she didn't stop there. Pulling the twice-used condom off my cock and emptying it into my mouth, she demanded that I get my tongue inside that too and suck out the dregs.

"Oh, my! What a good little spunk-guzzling cum-slut you've been!" She gushed, as she inspected the jar.

"Thank you, Princess Sophia." I jibbered.

"You've done such a good job, I've got a little treat for you when we get downstairs." She promised, somewhat cryptically.

As I dressed, I asked Sophia if she had ever carried out this 'service' for anybody else and she told me that she had been asked two or three times, but on each occasion, the guy had chickened out, getting cold feet right at the last minute. Although fortunately, they had all still paid her for her wasted efforts. I felt quite proud that I was the first guy to actually go through with it.

She did say that she got guys asking for used-condoms to be emptied in their mouths on a regular, if not weekly basis. I told her that it would be my absolute dream to date an escort, so that she could empty her used-condoms into my mouth each and every day; she told me that for a small-fee, she could do just that. Unfortunately although I was tempted, the fact that we lived almost 50 miles apart from each other made this virtually impossible, otherwise I would have definitely taken her up on this incredibly tempting offer.

Once dressed and downstairs, Princess Sophia ushered me into the kitchen, reopened the fridge door and reached into the freezer compartment for my 'treat'.

"Now I want you to make sure you eat it all up in the car, on the way home, so that it doesn't melt."

Sophia ceremoniously presented me with a spermaliciously-vile looking cum-popsicle, made from the frozen-jizz of a few day's worth of punters. She told me that she usually charged customers £200 each for the sperm-lollies, but that this was a freebie for being "such a good little jizz-mop."

I did notice that she had another four or five lollies left in the freezer and wished I had been able to afford to buy a few more. I asked her if she had ever thought of doing cum-slushies, too. She laughed and said that she might give it some thought.

"So, do you think you'll be back for second-helpings then?" She asked as we made our way back through the living-room.

"Fuck, yes!" I blurted out, gushingly.

I told her that it had definitely been the most exquisitely-depraved experience of my whole life. And that being such a ginormous perv, this was a huge compliment from me. I asked if next time, we could up the ante a little and add a little more bdsm into the mix. I told her how much I enjoyed a good ball-kicking and if we could combine that with the cum-feeding, I would be in cum-guzzling heaven. She said that she would have a think and get in touch.

"Right, cum-flannel." She teased. "You going to give me a goodbye kiss?"

"You sure?" J'ai demandé.

Princess Sophia gave me quite a sensuous kiss, apparently enjoying the taste of jizz in my mouth and adding a nice finishing touch to the end of a perfect evening.

"Later's, jizz-breath." She smirked, as we ended our embrace.

Unbelievably, after swallowing all that jizz, I was still hungry for more sperm and not wanting Princess Sophia's gift to go to waste, I began sucking it in the car on my way home. I didn't get far before I got a raging hard-on and ended up pulling the car into a lay-by and began wanking myself off as I sucked the frozen-spunk lolly; literally throat-fucking myself with it, until my tonsils became numb.

Sophia did in fact email me later, with a thoroughly fiendish proposal involving another jar full of her client's jizz; the resulting session, being almost definitely on a par with this one. I had intended to write that up as part of this account, but it got so long I thought it best to write that one up separately, later on, as part two, if I find the time.

The End (or is it?)

Articles similaires

Pris en flagrant délit_(9)

Je m'appelle Carla et je suis une étudiante de 19 ans. Je vis avec ma meilleure amie Sarah dans un appartement que ses parents payent pour elle. Le père de Sarah a fondé une entreprise qui s'est très bien débrouillée et a maintenant l'argent à dépenser pour Sarah quand elle le souhaite. Plus sur moi, je mesure environ 5'4 avec de longs cheveux bruns foncés, avec une silhouette élancée. Voici l'histoire de la façon dont j'ai appris un peu plus sur moi-même et sur Sarah. Sarah était magnifique, c'était le genre de fille qui, quand vous marchiez dans le couloir, regardait...

1.2K Des vues

Likes 0

New Jock Tales Chapter 3 Sophomore Year-13

New Jock Tales --- Deuxième année—CH 3—13 et une Ducati Vers 10h30, on frappa à la porte. C'est quoi ce bordel C'était Mark Mattox, et il a dit qu'il avait un nouveau contrat pour moi, si j'étais intéressé. J'ai dit bien sûr, mais cet accord n'avait rien à voir avec le sexe. Il a dit que je ramènerais de la dope d'Austin à Tyler, tous les week-ends. Cela coûterait 150 $ le voyage, et ce serait un kilo de dope. Personne ne regarderait une jeep pour transporter de l'herbe, et cela devrait être un jeu d'enfant. Je réfléchis quelques minutes, puis...

1.3K Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

806 Des vues

Likes 0

L'homme plus petit

Je regardais les jambes de Jerry, alors qu'il se tenait sur le tabouret devant moi. Il avait des cuisses très fortes, et j'ai admiré sa forme pendant qu'il mettait la nouvelle ampoule dans le plafonnier. Cette chose est difficile à atteindre, a déclaré Jerry. Puis, pendant qu'il se débattait avec l'ampoule, mes yeux ont suivi ses jambes musclées jusqu'à l'endroit où elles se sont rencontrées, et j'ai dû réprimer un regard fixe - il y avait une bosse sur le côté, une petite bosse, mais une bosse bien définie était là. Laissez-moi vous expliquer celui-là. Nous avions parlé de notre récent...

720 Des vues

Likes 0

TCA#11 - Jour des hivers froids

C'était une froide nuit d'hiver, à la fin de l'automne. Le brouillard s'était installé ; juste avant minuit et peu à peu envahi les rues. L'air était plein de brume et la visibilité devenait difficile, alors que je marchais dans les rues de la ville. Mon souteneur forcé de travailler dans la rue ce soir. J'espérais une nuit profitable ; pour le garder, lui et ses hommes de main, loin de moi et de ma famille. Je m'appelle Louise et je suis une mère célibataire de 21 ans et aussi une prostituée. J'ai une fille de trois ans, Misty (Melissa). Elle...

727 Des vues

Likes 0

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours Avant de commencer, je me rends compte qu'il n'y a pas beaucoup d'hommes qui courent avec une bite de 12''. Et j'ai donc qualifié cela de fantasme et de farce. Assez dit maintenant à l'histoire. Je m'appelle Samuel Longfellow, je suis propriétaire de l'une des plus grandes sociétés de sécurité de l'État. C'est ainsi que je gagne mon argent (sept chiffres par an). Ma passion est la recherche sur la faune et j'ai une bourse au collège local. Je fais mes recherches sur ma ferme de 680 acres. Maintenant, ma chute est que j'ai été maudit...

719 Des vues

Likes 0

Visiter un ami spécial

J'ai frappé à la grille métallique. C'était un assez grand bungalow entouré de murs de briques recouverts de fil de fer barbelé. Mon cœur battait. Tout ce que je ressentais, c'était la peur d'être rejeté ou quelque chose comme ça. Heureusement, son frère aîné, Suleman, a ouvert la porte. C'était un gars au tempérament cool et plutôt musclé, alors il a gardé sa position. Il m'a regardé d'un air jugeant pendant un moment, a souri et m'a donné une poignée de main. Ei, qu'est-ce que tu fais ici? Je suis ici pour rendre visite à ta sœur... Je me suis tu...

106 Des vues

Likes 0

Programme Alpha-Oméga 7

Épisode 7 : Déboguer le code Zack dévalait la rue sur son nouveau scooter. Il était sorti et était sur le point de s'amuser dessus pendant la dernière heure. Finalement, il a décidé de se diriger vers la maison de Brian, pour lui montrer son nouveau jouet. Il fit un zoom au coin suivant et se dirigea vers cette partie de la ville. Zack remarqua immédiatement que la camionnette de Brian n'était plus là, donc Brian n'était presque certainement pas à la maison. Eh bien, pensa-t-il. Je vais le montrer à Wendy, alors. Zack frappa à la porte, puis entra en criant...

893 Des vues

Likes 0

JOURNAL D'UNE MÈRE AU FOYER : PARTIE 1

3 septembre Cher journal, Je m'appelle Tilly Crawford et au cours des dix dernières années, j'ai été la mère au foyer de la Delta House Fraternité ici à State U. Une autre année d'école a commencé hier et les garçons se préparent pour la ruée vers les promesses de fraternité. semaine en organisant des soirées et bien sûr des portes ouvertes pour permettre aux nouveaux étudiants de se faire une idée s'ils souhaitent rejoindre Omega House. Ce fut un long été pour mon journal intime, être avec les garçons me manque vraiment et bien sûr ma chatte a manqué l'attention qu'elle...

982 Des vues

Likes 0

Trio de fête de Noël

Je n'avais que 20 ans et j'avais toujours aimé Bev (32 ans) depuis que j'avais commencé à travailler quelques années auparavant. Elle avait de longs cheveux bruns vaguement permanentés, une silhouette sinueuse avec de merveilleuses hanches larges, de gros seins et de longues jambes. Bev portait souvent des hauts échancrés qui servaient à accentuer ses gros seins fermes. Je me surprenais à rêver et à regarder sa belle silhouette. À plus d'une occasion, j'ai été surpris par Bev qui me souriait simplement timidement avec un regard entendu avant que je ne retourne timidement à mon travail, tout le temps mon esprit...

880 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.