Programme Alpha-Oméga 7

265Report
Programme Alpha-Oméga 7

Épisode 7 : Déboguer le code

Zack dévalait la rue sur son nouveau scooter. Il était sorti et était sur le point de s'amuser dessus pendant la dernière heure. Finalement, il a décidé de se diriger vers la maison de Brian, pour lui montrer son nouveau jouet. Il fit un zoom au coin suivant et se dirigea vers cette partie de la ville.

Zack remarqua immédiatement que la camionnette de Brian n'était plus là, donc Brian n'était presque certainement pas à la maison. Eh bien, pensa-t-il. Je vais le montrer à Wendy, alors.

Zack frappa à la porte, puis entra en criant un salut. Il a entendu Mme Selman appeler depuis la cuisine, et il est donc allé dans cette direction. En entrant dans la cuisine, il vit Mme Selman assise à table. Elle avait l'air très abattue alors qu'elle regardait dans sa tasse de café.

"Bonjour, Mme S," dit Zack, se glissant dans la chaise à côté d'elle. Elle leva les yeux vers lui et un doux sourire traversa son visage.

« Salut, Zack. Si tu cherches les enfants, ils sont en train de faire des choses différentes. Ils ne seront probablement pas de retour avant plus d'une heure.

Zack pouvait dire, même avec aussi peu d'expérience qu'il en avait dans les relations, qu'elle ne voulait pas être seule. Il haussa les épaules nonchalamment en s'installant dans son fauteuil. "Je suppose que je t'ai pour moi tout seul, alors," dit-il avec un sourire.

Mary Selman le regarda bizarrement pendant un instant, mais ensuite le regard s'estompa, remplacé par le regard vide qu'elle avait eu sur son visage auparavant. Elle but une gorgée de son café et Zack se pencha en avant, ses bras sur la table.

"Quel est le problème?"

Elle le regarda à nouveau et prit une profonde inspiration. « Ce n'est rien, vraiment. J'ai entendu dire que vous et Wendy deveniez proches.

Zack rougit légèrement. Plus près et ils auront besoin d'une intervention chirurgicale pour nous séparer. Il hocha la tête, avec une sorte de sourire penaud. "C'est une fille douce."

"C'est une fille chanceuse," dit Mme Selman, puis elle rougit. « Je sais que vous prendrez bien soin de ma fille.

Zack n'était pas tout à fait sûr de ce qu'il était censé dire à cela.

« Sans vouloir te vexer, mais j'ai en quelque sorte pensé que tu t'en prendrais à Bonnie ou Pam. Là encore, ils semblent être devenus très attachés à Brian ces derniers temps, donc tu n'aurais peut-être pas pu les éloigner.

« De toute façon, ils ne m'intéressaient pas », mentit-il à moitié. Il n'aurait pas abandonné un rouleau dans le sac avec l'un d'eux, mais Wendy était plus que cela. Au moins, il espérait qu'elle serait plus que cela.

"Vraiment ? Wendy a plus de chance qu'elle ne le pense. Zack, tu fais déjà partie de la famille. Je suis content que Wendy ait trouvé quelqu'un pour s'occuper d'elle. J'aimerais juste pouvoir trouver quelqu'un... gentil comme tu es." Mary rougit soudain très profondément et s'écarta de la table. "Je dois y aller une minute," dit-elle, sa voix lourde.

Zack n'était pas sûr de ce qui se passait alors que Mary se précipitait hors de la cuisine. Son pied trébucha sur le bord lâche du tapis du couloir. Elle tomba au sol et ne sembla pas se lever très vite. Zack se leva et se dirigea vers l'endroit où elle était maintenant assise sur le sol.

Alors que Zack s'agenouillait, il vit les larmes briller dans ses yeux. Son cœur se brisa en voyant cette femme merveilleuse, qui l'avait traité si gentiment pendant tant d'années, pleurer de désespoir. Il utilisa ses doigts pour repousser légèrement ses cheveux hors de son visage. Les larmes coulaient toujours, mais elle ne sanglotait pas, pleurait juste. Pourtant, Zack pensait que ce n'était pas très juste. Elle n'avait rien fait pour mériter ce genre d'enfer.

Il la regarda dans les yeux et vit – ou du moins crut voir – un besoin désespéré. Lentement, il se pencha. Alors que leurs lèvres se touchaient, ses yeux se fermèrent. Il sentit ses bras l'entourer, le tirant plus étroitement contre elle. Il tenta sa chance et écarta les lèvres, permettant à sa langue de sortir de sa bouche et de se tortiller le long de ses lèvres. Elle ouvrit lentement la bouche, permettant à sa langue d'entrer. Il se faufila à l'intérieur, et bientôt leurs langues dansèrent. Zack leva une main le long de son côté et autour de son dos. Il déplaça cette main plus haut jusqu'à ce qu'elle touche doucement l'arrière de sa tête.

L'autre main de Zack se déplaça doucement sur son abdomen. Il la caressa tendrement, lui donnant toutes les chances de le repousser. Elle a refusé chacune de ces opportunités, et ils ont continué à s'embrasser. Finalement, Zack glissa sa main vers le haut, prenant délicatement sa poitrine dans sa main. Il la sentit gémir contre sa langue, et il savait qu'il voulait définitivement cette belle femme.

Zack glissa sa main de sa poitrine alors qu'il se mettait sur un genou. Continuant à l'embrasser, il la tira tendrement sur ses pieds, se levant avec elle. Une fois qu'ils furent debout, il la poussa fortement contre le mur du couloir, et là ils continuèrent leur baiser. La main de Zack revint sur sa poitrine, la serrant légèrement et la faisant gémir.

Finalement, la paire a commencé à se déplacer dans le couloir. Leurs mouvements étaient maladroits et un peu inégaux, car ils refusaient de rompre leur baiser. Finalement, après avoir rebondi plusieurs fois contre le mur, ils se sont dirigés vers sa chambre et sont tombés ensemble sur le lit.

Alors que Zack prenait plus de courage, ses mains se sont déplacées et ont commencé à défaire les boutons du chemisier de Mary Selman. Elle savait ce qu'il faisait et n'avait aucune intention de l'arrêter. Lorsqu'il atteignit le dernier bouton, il sortit le chemisier de son pantalon et le repoussa loin de sa poitrine. Ses mains revinrent sur ses seins, qui étaient maintenant recouverts d'un soutien-gorge assez fin. Elle gémit à la sensation de ses mains.

Mary commença à tirer sur le t-shirt de Zack, le libérant de son jean et puis l'enfilant jusqu'à ce qu'il soit enroulé autour de son cou. À ce stade, une pause dans leur baiser était obligatoire, alors ils se séparèrent à contrecœur. Mary a enlevé son chemisier et a défait son soutien-gorge, le jetant par terre avec son chemisier. Zack s'était déjà libéré de sa chemise et admirait les merveilleux seins de Mary, qui ne montraient qu'une légère trace d'affaissement. Sa main se leva, pinçant son mamelon alors qu'il prenait sa poitrine en coupe.

La poussant doucement sur son dos, les lèvres de Zack ont ​​engagé le mamelon libre de Mary, l'aspirant dans sa bouche pour permettre à sa langue de courir sur le nœud en érection. Mary leva sa main pour passer ses doigts dans ses cheveux, tirant sa tête plus étroitement sur ses seins, en forçant plus dans sa bouche de succion. Sa main s'écarta de son autre mésange, descendant sur son abdomen. Mary gémit en sentant ses doigts danser autour de son nombril.

Lorsque Zack atteignit son pantalon, il le détacha adroitement. Glissant sa main dans son pantalon, il pouvait sentir la chaleur rayonner entre ses jambes. C'était une sensation merveilleuse. Il a déplacé sa main vers le haut, puis vers le bas à nouveau, déplaçant cette fois ses doigts à l'intérieur de sa culotte. Il poussa profondément sa main, se déplaçant entre ses cuisses. Mary gémit bruyamment alors que son doigt glissait le long de son clitoris déjà dressé. Il sentit son humidité recouvrir son doigt alors qu'il glissait plus bas.

Les lèvres de Zack ont ​​continué à travailler sur les mamelons de Mary alors que son doigt cherchait et trouvait l'ouverture de sa chatte. Il glissa un doigt à l'intérieur, la travaillant lentement. Mary commençait à se tordre sur le lit, ses hanches se soulevant pour rencontrer son doigt.

Soudain, Mary le repoussa loin d'elle. Il la regarda en état de choc. « Assez de ça, » marmonna-t-elle. Elle descendit du lit et enfonça brutalement son pantalon et sa culotte le long de ses jambes. Ensuite, elle a retiré les chaussures et les chaussettes de Zack. Pendant qu'elle faisait cela, il dégrafa son jean et le fit descendre, ainsi que son slip, de ses hanches. Il vit les yeux de Mary s'attarder sur son sexe en érection alors qu'elle s'emparait de ses vêtements et les enlevait.

Mary retourna sur le lit et prit sa queue dans sa main douce. Elle le caressa plusieurs fois, avant de se déplacer. Quand elle l'a chevauché, c'est son visage qui s'est enroulé sous sa chatte. Avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, il sentit sa langue courir le long de sa hampe. Il frissonna de plaisir que cela provoquait. Ses lèvres et sa langue glissèrent le long de sa longueur, d'avant en arrière jusqu'à ce qu'elle le recouvre de sa salive. Ensuite, elle a placé le bout de sa bite sur ses lèvres et a appuyé sa tête vers le bas. Ses lèvres s'entrouvrirent, glissant doucement le long de la peau de son sexe, et le faisant frissonner de plaisir.

Au bout d'un moment, Zack réalisa qu'il était censé participer. Il leva les yeux vers sa belle chatte blonde bien taillée et pensa qu'elle était belle. Il a tiré ses hanches légèrement vers le bas, et il a passé sa langue le long des lèvres de sa chatte. Elle gémit contre son sexe, et cela le fit frissonner à nouveau. Il commença à bouger sa langue d'avant en arrière, glissant contre son humidité. Il haleta en la sentant prendre toute sa bite dans sa bouche, ses lèvres travaillant contre la base de sa bite, sa gorge se serrant contre lui.

Zack a essayé de maintenir sa langue sur sa chatte, déplaçant sa bouche vers son clitoris et le tirant hors de sa capuche. Mary miaula et commença à sucer sa bite encore plus fort. Zack grognait avec la tension, essayant de ne pas venir, alors qu'il léchait furieusement son clitoris. Mary a finalement retiré sa bouche presque de sa bite, suçant juste la tête. Sa langue tourna autour de la tête de sa bite, et il ne put résister plus longtemps. Zack a lâché un torrent de sperme dans la bouche de Mary, et elle a continué à le sucer. Son sexe tremblait avec la force de son orgasme, et il gémit à sa libération.

La langue de Mary a continué à faire son travail contre sa bite, et Zack n'a même pas commencé à se calmer. Sa bite était aussi dure qu'elle ne l'avait jamais été. Mary a continué à le lécher et à le caresser pendant quelques instants, mais ensuite elle s'est éloignée de lui.

Zack la regarda alors qu'elle s'agenouillait à côté de lui sur le lit. Soudain, un air d'incertitude passa sur son visage. Zack savait qu'elle commençait à se demander ce qu'elle faisait ici, avec ce qui était, vraisemblablement, le petit-ami de sa fille.

Zack a tendu la main à Mary. Elle lui prit la main et lui permit de la tirer vers lui. Leurs lèvres se rencontrèrent, tendrement mais passionnément. Zack laissa ses mains parcourir son dos, caressant sa peau soyeuse. Il abaissa ses mains et prit ses fesses en coupe. Mary gémit dans sa bouche. Elle pouvait sentir sa bite dure coincée entre eux, et, aussi peu sûre d'elle qu'elle l'était, elle voulait vraiment le sentir en elle. Ses mouvements l'ont clairement montré à Zack.

Zack les retourna, toujours en train de s'embrasser. Il rompit leur baiser et se leva d'une main. Son autre main descendit pour positionner sa bite à son entrée. Mary gémit en sentant la tête de sa bite presser contre les lèvres de sa chatte. Elle aspirait à la libération qu'elle savait que cela apporterait. Sentant qu'elle était prête, Zack s'avança, glissant sa bite au plus profond d'elle d'un seul coup lent et doux. Mary gémit bruyamment à la sensation de remplir sa chatte.

Une fois en elle, il se pencha pour embrasser la base de son cou. Mary miaula alors qu'il commençait à bouger doucement en elle. Ses mains caressèrent ses flancs alors qu'il se glissait lentement dans et hors de son humidité, envoyant des frissons dans tout son corps. Il a continué à bouger doucement, tendrement, et elle a miaulé et soupiré sous lui alors que sa chatte envoyait des vagues de plaisir à son cerveau.

Zack pouvait dire que Mary appréciait vraiment cela, tout comme lui. Il a utilisé une main pour caresser son sein, en effleurant légèrement son mamelon. Elle haletait à chaque contact et a été envoyée plus haut dans son tour de montagnes russes de passion. Il commença à bouger un peu plus vite en elle, la poussant vers de nouveaux sommets de joie. Ses hanches se balançaient pour le rencontrer, l'attirant plus loin à l'intérieur d'elle à chaque plongeon. Il la sentit grandir et il voulait l'aider à atteindre cet orgasme. Il se pencha pour l'embrasser à nouveau, sa langue caressant la sienne. Elle gémissait contre sa langue, et ses mouvements envoyaient des étincelles de plaisir dans sa chatte.

Finalement, c'était plus qu'elle ne pouvait supporter, et Mary est venue. Son corps se balançait et frémissait sous lui, sa chatte ondulant le long de sa hampe. Il a continué à glisser dans et hors d'elle tout au long de son apogée, soutenant son bonheur aussi longtemps qu'il le pouvait.

Alors que Mary commençait à se calmer de son apogée, Zack a commencé à se retirer d'elle. Elle l'arrêta, saisissant rapidement ses hanches. Il la regarda avec curiosité.

"Ne... s'il te plait... je ne veux pas encore en avoir fini avec toi." Elle lui sourit timidement. Il comprit et fut parfaitement heureux de l'obliger. Il se replongea en elle, la faisant frissonner momentanément. L'embrassant à nouveau, il roula sur le côté, l'emmenant avec lui. Leurs jambes s'emmêlaient, et il pouvait la sentir se presser contre lui, ses seins écrasés contre sa poitrine d'une manière des plus agréables.

"Mmm," dit-elle doucement, sentant ses mains caresser son corps. Sa chatte l'agrippait toujours, le gardant dur et prêt pour plus. Sa main libre caressa son côté, glissant vers le bas pour masser ses fesses de temps en temps. Il embrassa la charmante dame dans ses bras, la tenant gentiment et attendant qu'elle se remette de sa venue.

Finalement, elle lui a indiqué qu'elle était prête à en supporter davantage. Avec une certaine réticence, il glissa sa bite à moitié hors d'elle, puis la repoussa. La vitesse soudaine la fit haleter et sourire. Il répéta son mouvement, se retirant doucement d'elle, puis revenant en elle. Cela n'a pas pris beaucoup de temps avant que Marie ne soit complètement excitée. Zack a alors commencé à pousser à part entière, entrant et sortant d'elle aussi rapidement que son corps et leur position le permettaient.

Mary aimait la sensation de ses seins glissant contre sa peau alors que Zack martelait sa chatte saisissante. Elle gémit et pleura de plaisir alors que sa bite lui faisait plaisir. Elle n'avait pas ressenti ce genre de sensation merveilleuse d'extase depuis… enfin, depuis très longtemps. Le garçon dont la bite était enfouie au plus profond d'elle suscitait ses passions mortes depuis longtemps.

"Zack," dit-elle, grognant à travers son merveilleux martèlement de sa chatte, "faisons-le d'une autre manière,"

Zack ralentit, puis s'arrêta, se retirant d'elle. Elle gémit presque de désespoir, car sa chatte voulait vraiment qu'il retourne là où il avait été. Elle savait qu'il le serait bientôt. Mary se roula sur ses mains et ses genoux, et ses yeux l'invitèrent à la prendre. Zack comprit rapidement, se déplaçant derrière elle. Alors que le gland de Zack glissait à nouveau dans l'humidité chaude de Mary, elle baissa la tête sur son oreiller et soupira. Sa virilité la remplissant à nouveau était ce dont elle avait cruellement besoin, voulu et aurait, à ce stade, supplié.

Zack s'empara de ses hanches et commença à s'enfoncer profondément en elle. Sa première poussée fit jaillir un cri d'extase, et il sourit. Il commença à la percuter, appréciant ses gémissements, ses grognements et ses cris. Il grognait lui-même, appréciant la sensation de sa chatte ondulante sur sa queue. Il se pencha, tendant ses mains en avant jusqu'à ce qu'il prenne ses magnifiques seins en coupe. Il pouvait sentir les points chauds de ses mamelons s'enfoncer dans ses paumes, et il adorait ça. Il a massé ses seins, envoyant des vagues de plaisir dans tout son corps et en forçant sa chatte à le serrer plus étroitement. Il accéléra son allure, se déplaçant plus vite et plus fort contre elle.

Mary aimait chaque seconde de cela. Elle trouva la force de se remettre sur ses mains. Elle utilisa ses bras pour se pousser en arrière sur la bite de Zack. Ses mains, toujours en train de molester ses seins, la rendaient folle, et elle était si près de venir. Quand une main de Zack a quitté son sein et s'est égarée vers sa chatte, elle a su qu'elle était sur le point de jouir.

Elle avait raison. Alors que les doigts de Zack effleuraient son clitoris gonflé, Mary fut saisie d'un orgasme intense. Son corps était secoué de spasmes et de frissons. Sa chatte serra fermement la queue de Zack et commença à masser toute sa longueur à la fois.

C'était tout ce dont Zack avait besoin, et il a éclaté dans sa chatte, crachant sa charge au plus profond d'elle. Les deux se déplaçaient ensemble, leurs corps se tordant alors qu'ils grognaient de plaisir. Enfin, épuisés, les deux se sont effondrés sur le lit, Zack roulant sur Mary alors que sa bite glissait de sa chatte chaude. Alors qu'il s'endormait, sa main se tendit et caressa légèrement sa poitrine. Elle miaula et se blottit plus étroitement contre lui alors qu'elle aussi s'endormit.

-----

Lorsque Zack s'est réveillé environ une demi-heure plus tard, il a découvert que Mary s'était retournée et le regardait dormir. Il lui sourit et ils s'embrassèrent doucement. Zack sentit un frémissement dans ses reins, mais il savait qu'il n'allait pas recommencer si tôt.

"C'était merveilleux," dit Mary. "Merci."

"A tout moment, Mme S," dit Zack doucement et avec un sourire.

« Mary. Si tu veux me faire l'amour comme ça, tu peux m'appeler Mary.

"Mary," acquiesça Zack, la tirant vers lui. Elle est venue volontiers, avec empressement, dans son étreinte, et ils se sont tenus tranquillement pendant quelques instants.

Après un petit moment, Mary s'écarta légèrement pour regarder Zack dans les yeux. « Est-ce que tu as fait ça à ma petite fille ?

Zack rougit farouchement, mais hocha la tête.

"Mon Dieu, quelle chanceuse elle est." Mary l'embrassa à nouveau. Quand elle a rompu le baiser, elle a dit : "Lundi, je l'emmènerai chez le médecin et je lui ferai prendre la pilule. Nous ne voulons pas avoir ce genre d'accident."

"Non," acquiesça Zack, avec un frisson. Et les autres ? Il se ferait un devoir de vérifier.

"Tu es trop gentil avec moi, tu le sais," dit-elle avec nostalgie.

"Conneries," dit-il, puis il rougit. "Tu es une femme formidable. Bon sang, j'aurais aimé t'avoir pour maman au lieu de ma propre maman."

« Ooh, mais ça aurait été vraiment méchant, n'est-ce pas ? » dit-elle avec un sourire méchant.

"Je l'aurais quand même fait," dit-il en l'embrassant.

"Mmm," murmura-t-elle.

Après quelques minutes de plus de câlins, elle regarda l'horloge de chevet. "Nous ferions mieux de nous lever, avant que les filles ne rentrent à la maison et nous attrapent."

Zack attendit qu'elle se lève et la regarda s'habiller. Elle remarqua son regard et rougit. "Je sais que je ne suis pas aussi jeune et jolie que Wendy l'est..."

"Tu es magnifique," dit doucement Zack, et il le pensait vraiment.

Fini de s'habiller, Mary revint vers lui. "Merci, encore une fois. Vous m'avez redonné l'impression d'être une femme, plutôt qu'une vieille sorcière délabrée."

"Ça," dit-il, entre deux baisers, "Tu ne le seras jamais."

"Tu ferais mieux de t'habiller," dit Mary, "avant que je me déshabille à nouveau."

??

Zack est sorti de la camionnette et a aidé Wendy à se glisser jusqu'à la porte et à sortir. Brian les regarda en disant : « Je serai de retour dans quelques heures et j'attendrai ici. Zack hocha la tête et pensa que Brian n'allait pas intelligemment regarder une fille faire du shopping. Wendy lui avait demandé de l'accompagner pour acheter de nouveaux vêtements. Elle voulait son avis. Il pouvait à peine lui dire non, quand ça lui était posé comme ça.

Il passa sa main autour de sa taille alors qu'ils entraient dans le centre commercial. Elle se blottit contre lui alors qu'ils marchaient, lui souriant. Il se sentait légèrement mal à l'aise, parce que Wendy n'était pas au courant pour hier. Hier, c'était quand Zack avait fait l'amour avec sa mère alors qu'elle rendait visite à un ami. Il essaya de le chasser de son esprit pendant qu'il était avec elle, parce qu'il ne voulait pas gâcher la journée à s'inquiéter pour ça.

Le premier endroit où ils sont allés était pour les chaussures. Zack pensait que c'était bien ; il pouvait s'occuper des chaussures. Au moins, il pensait qu'il pouvait s'occuper des chaussures, jusqu'à ce que Wendy lui montre deux paires qui lui semblaient être exactement semblables et lui dise : "Laquelle préférez-vous ?"

Zack a fait l'erreur de débutant de souligner qu'il ne pouvait pas faire la différence. Wendy s'est moquée de lui. Elle les remit en place et continua dans la rangée. Il se sentait un peu idiot, alors il les étudia pendant un petit moment. Il s'est rendu compte que la plus grande différence entre les choix était d'environ vingt dollars de prix.

Après un petit moment, Wendy avait une belle paire d'escarpins blancs et une nouvelle paire de baskets, pour lesquelles elle n'avait pas besoin de l'avis de Zack. Elle paya ses achats, puis ils partirent, se dirigeant vers l'endroit que Zack redoutait : le grand magasin. À l'intérieur de cet établissement de vente au détail maudit, il y avait plus de tenues différentes parmi lesquelles Zack ne voulait penser. Sa plus grande crainte était qu'elle veuille en effet tous les essayer.

Ta faute, lisse. Tu as promis de venir avec elle.

Lorsqu'ils sont entrés et ont pris le chariot, il a assumé le rôle typique de gars de le pousser. La raison pour laquelle les hommes aiment pousser le chariot dans les grands magasins est que cela leur donne quelque chose sur quoi s'appuyer pendant que les femmes font leurs courses. Wendy le conduisit à travers le magasin, vers les vêtements pour dames. Finalement, ils atteignirent la zone où elle voulait être. Zack a noté que les vêtements qu'ils regardaient étaient décontractés, mais...

« Wendy ? Es-tu sûre de vouloir porter ça ?

Elle le regarda, un peu bouleversée dans les yeux. « Tu ne penses pas que je serais bien dans ce truc ?

Zack devait être très, très prudent, et il le savait. « Bon sang, oui, tu aurais fière allure dans tout ça… Je ne pensais pas que tu t'habillais comme ça.

Elle s'approcha de lui et se serra contre lui. "Je n'avais pas de raison de le faire avant," murmura-t-elle en riant. Zack rougit alors qu'elle retournait à ses tenues un peu étriquées. Il la regarda choisir une jupe mi-longue et un débardeur qu'elle déposa dans le chariot.

Finalement, après avoir empilé près d'une douzaine d'articles dans le chariot, elle le conduisit jusqu'à la loge. Elle attrapa les deux premiers et se glissa dans la loge. Zack attendit à moitié patiemment pendant qu'elle l'essayait.

« Eh bien, à quoi j'ai l'air ? » entendit-il derrière lui. Il s'était retourné pour regarder les gens passer, afin d'occuper son attention. Quand il se retourna, sa mâchoire s'ouvrit. C'était un chemisier moulant, vert clair, sur une jupe vert plus foncé. Ses cheveux roux semblaient éclater contre les couleurs et sa peau pâle brillait presque. Zack avait du mal à respirer, encore moins à dire quoi que ce soit.

"Tu... je... wow," réussit-il finalement. Elle gloussa en s'approchant de lui.

« Je me souviens l'avoir dit plusieurs fois aussi. Elle l'embrassa brièvement, avant de prendre d'autres vêtements et de retourner dans la loge.

Cela a continué avec chaque tenue, à mesure qu'elles devenaient plus racées et plus séduisantes. Finalement, avec ce qu'il pensait être le dernier lot, elle pencha la tête. "Euh... tu dois entrer ici. Je ne sors pas pour te montrer."

Zack se demanda ce qu'elle voulait dire, puis haussa les épaules. Il entra dans la loge et ferma la porte. Il lorgnait déjà son adorable Angel, qui ne portait qu'un soutien-gorge et une culotte, de couleur pêche assortie.

"Aimez-vous?" demanda-t-elle en le modelant pour lui.

Zack s'avança vers elle et la prit dans ses bras. Il se pencha et leurs lèvres se rencontrèrent. Ses mains caressèrent son dos, taquinant légèrement sa peau. Elle gémit très doucement pendant qu'ils s'embrassaient. Finalement, il rompit le baiser et la retourna pour faire face au miroir.

"C'est la plus belle fille que j'ai jamais rencontrée", a-t-il déclaré. Ses mains descendirent et détachèrent adroitement le soutien-gorge à fermeture frontale. Il l'écarta doucement et l'enleva de ses épaules. Il la laissa tomber sur la pile de ses autres vêtements, mais son attention était sur la vue dans le miroir. Ses mains glissèrent à nouveau contre ses seins, et elle dut se mordre la lèvre pour s'empêcher de crier. "Et elle est encore plus belle maintenant," dit-il avec un petit rire. Puis il lui mordilla l'oreille.

"Oh, mon Dieu, Zack," gémit-elle doucement.

Lentement, il relâcha ses seins, faisant glisser ses mains vers le bas pour tenir doucement sa taille. S'ils essayaient autre chose ici, il savait qu'ils se feraient prendre. Il avait juste besoin de la sentir contre lui, juste de savoir qu'elle tenait à lui.

Wendy aimait chaque seconde de son contact, et elle se fichait qu'ils se fassent prendre ou non. Elle voulait vraiment le sentir à nouveau en elle, mais il y avait un autre problème important à considérer.

"Maman a dit qu'elle allait m'emmener à la clinique demain. Elle me met sous pilule."

"Je sais," dit-il doucement, embrassant sa nuque.

« Que veux-tu dire, tu sais ?

« Je parlais à ta mère hier, et elle l'a mentionné.

"Est-ce que tu lui as dit que nous étions, je veux dire, est-ce que tu..."

"Elle m'a posé une question directe, et je lui ai répondu," dit-il, interrompant sa pensée balbutiante.

"Oh, mon Dieu, elle va me donner une conférence..."

« Ne t'inquiète pas pour ça, Angel. Elle m'a juste dit d'être responsable et de prendre bien soin de toi, ce que j'ai l'intention de faire. Ses doigts firent de petits cercles contre sa peau, lui faisant connaître la profondeur de ses sentiments pour elle.

"Nous ne pouvons rien faire aujourd'hui. Je pourrais avoir, vous savez..."

"En cloque?" demanda-t-il avec un petit rire. Elle rougit et hocha la tête. "C'est bon, bébé. Le simple fait d'être avec toi est plus amusant que la plupart des choses que je fais."

Elle se tourna dans son étreinte et tendit la main pour l'embrasser à nouveau. Ils restèrent ensemble quelques instants avant qu'elle ne s'éloigne. « Je ferais mieux de m'habiller.

Zack ne partit pas alors qu'elle enlevait la culotte, qui était maintenant un peu humide, puis enfila ses vieux vêtements, qui comprenaient un T-shirt et une jupe, ainsi que ses sous-vêtements. Elle se leva, s'assurant qu'elle avait l'air bien dans le miroir. C'est alors que Zack eut une idée coquine. Il tendit la main de l'endroit où il était assis sur le banc et fit courir ses mains le long de ses genoux. Wendy frissonna et recula pour lui permettre d'atteindre plus facilement. Ce faisant, ses mains glissèrent sous sa jupe. Elle trembla à son contact, mais se demanda ce qu'il faisait au juste. Quand ses mains atteignirent sa culotte, il tira dessus jusqu'à ce qu'elles se dégagent de sa jupe et glissent de ses hanches.

Alors que sa culotte s'accumulait à ses pieds, elle se retourna vers lui. « Zack ? » demanda-t-elle, un peu déconcertée. Il ne répondit pas tout de suite, mais l'aida à retirer ses sous-vêtements. Il les mit dans son sac à main, puis se leva, la serrant dans ses bras.

« Nous avons presque fini ici, n'est-ce pas ? » Il a demandé.

"Oui mais..."

"Essaye juste un peu. Je suis ravi de savoir que tu es vraiment prêt pour moi, chérie." Il lui adressa un de ses sourires méchants, et elle rougit. Elle pouvait déjà sentir la chaleur dans sa chatte. Elle n'aurait jamais osé faire ça toute seule, mais qu'il le lui suggère, le lui demande... elle le ferait, pour lui.

"D'accord, amant," dit-elle d'une voix sensuelle, ramassant le reste de ses achats. Alors qu'elle s'apprêtait à se lever, il passa sa main sur ses fesses. La sensation du tissu grossier de la jupe contre sa peau nue la fit frissonner. "Oh, mon Dieu," murmura-t-elle pour elle-même. Elle savait qu'elle était mouillée et elle en aimait chaque seconde.

-----

Après avoir traversé le comptoir des vêtements, Wendy l'a conduit vers les livres et les vidéos. Elle voulait acheter quelques livres d'Anne McCaffrey. Zack la regardait alors qu'elle bougeait, et il voulait vraiment faire quelque chose de bien pour elle. Il réfléchit plusieurs minutes à ce qu'il pouvait faire, lorsqu'une idée lui vint.

« Bébé, peux-tu m'attendre ici ? Je serai de retour dans quelques minutes.

"Bien sûr. Tu dois y aller ?" demanda-t-elle avec un sourire.

"Euh, quelque chose comme ça. Je reviens tout de suite." Il se pencha et l'embrassa, puis se dirigea vers une autre partie du magasin. Wendy se retourna pour regarder les livres.

-----

Cela prit à Zack quelques minutes juste pour atteindre l'endroit qu'il voulait. La dame au comptoir lui jeta un coup d'œil, et son air passif prit un froncement de sourcils distinct.

"Puis-je vous aider?"

"Oui, j'aimerais parler avec le directeur du département, en privé." La voix de Zack était polie, mais prévenait qu'il pourrait y avoir des problèmes si sa demande n'était pas accordée.

"Je vais voir s'il est disponible," dit la femme avec arrogance, et disparut par une porte. Zack pouvait l'entendre monter ou descendre les escaliers, et il attendit calmement. Au bout de quelques minutes, elle revint vers lui. "M. Daniels sera tout de suite," dit-elle dans son même air hautain.

"Assez bien," dit-il. Il regarda autour de lui tous les bijoux. C'était un très grand magasin et leur rayon bijouterie était de premier ordre. Zack découvrit, dans une exposition latérale, quelque chose qui l'intriguait, et il pensa que ce serait le cadeau parfait pour son Ange. Bien sûr, il n'y avait aucun moyen qu'il puisse se permettre le prix de 400 $, mais il avait un moyen de contourner cela.

« Puis-je vous aider, jeune homme ? » dit le directeur plutôt froidement. Zack le regarda alors qu'il détachait le rabat de son étui pour PDA.

"Ouais, je pense que tu peux," dit-il, détachant son Adamant AO PDA. "Avez-vous vu un de ceux-ci?" Zack le glissa sur le comptoir alors qu'il activait le script préchargé. Il avait pensé qu'il finirait par faire ça, s'il avait trouvé quelque chose de sympa, et donc il voulait l'essayer.

Quelques minutes très tendues plus tard, l'émission se terminait et l'homme haussa trois fois les épaules. Zack avait remarqué que la vendeuse était restée loin de leur discussion. C'était une très bonne chose ; il n'avait pas besoin qu'elle interrompe le programme.

"De quoi avez-vous besoin?" demanda l'homme d'une manière beaucoup plus polie. Zack lui fit signe de se diriger vers la vitrine, ce qui les éloigna encore plus du vendeur.

"Je suppose," dit Zack, "que vous avez un moyen de couvrir les marchandises perdues ou endommagées?"

"Bien sûr, monsieur. Il y a deux ou trois façons de gérer de telles choses, selon les circonstances."

"Je vois. Alors, si quelque chose venait à manquer..."

"Eh bien, ça dépend, monsieur. Tout ce qui manquerait au sol serait signalé comme un vol. Les objets de l'arrière-salle, cependant, sont traités assez différemment."

« D'accord, je pense que je comprends. En avez-vous un autre dans l'arrière-boutique ? » il montra l'objet en question.

"Plusieurs douzaines. C'est un article extrêmement populaire."

« Si vous en preniez un dans la pièce du fond et que vous me le donniez ici, y aurait-il un problème ? »

« Oui, monsieur. La caméra de sécurité nous verrait. Vous auriez probablement des ennuis et je perdrais mon travail. »

« Je m'en doutais. Pourriez-vous m'emmener dans la pièce du fond ?

"Pas à travers le magasin, monsieur. Il y a une porte de l'extérieur, cependant, qui n'a pas de caméra de sécurité qui la couvre."

"Je vois. Bien. Je veux que tu retournes à cette porte et que tu m'attendes. Je serai là sous peu."

"Oui monsieur."

Zack consulta sa montre. Il pensa que Brian les attendrait probablement maintenant. Il sortit rapidement du magasin et contourna le bâtiment. Effectivement, le directeur se tenait près d'une porte métallique, la tenant ouverte.

"Merci," dit poliment Zack.

"Oui, monsieur," répondit l'homme. Il le conduisit vers plusieurs boîtes qui s'ouvrirent. À l'intérieur des boîtes fortement rembourrées se trouvaient les étuis à bijoux habituels. « Tous, monsieur, contiennent le même objet vu de face. »

Zack en ouvrit un et l'inspecta.

« Connaissez-vous la taille de votre dame ?

"Non." Zack en sortit un morceau et le sentit. Il essaya de détendre son esprit, de se souvenir des dimensions de Wendy.

"Une taille plus petite que ça," dit-il finalement. Le directeur lui a remis une des boîtes.

"Celui-ci est la taille que vous avez demandée."

« D'accord, maintenant comment puis-je sortir ça d'ici sans problème ? »

Le directeur s'est retourné et a saisi une boîte portant la mention « réparation et entretien ». Zack s'interrogea sur la proximité d'une telle boîte, et se demanda si le gérant était déjà véreux.

"Mettez-le ici," dit l'homme, et Zack s'exécuta. Le gérant plaqua rapidement les rabats l'un contre l'autre pour fermer la boîte et la tendit à Zack. "Tant que tu pars comme tu es entré, personne ne t'interrogera."

« Merci beaucoup. Vous êtes sûr que cela peut être couvert sans trop de problèmes ? »

"Cette boîte n'a pas encore été connectée. Nous la signalerons comme une pénurie au distributeur."

"Bien. Merci pour votre temps."

L'homme l'a laissé sortir, puis a rapidement oublié qu'il avait déjà vu, entendu parler ou connu de Zack Griffin.

Zack se dirigea vers le parking et repéra le camion de Brian. Il s'avança et ouvrit la portière du passager.

« Où est Wendy ? »

« Toujours à l'intérieur. Je voulais lui faire une surprise. Je la lui donnerai quand nous arriverons chez toi. Je reviens tout de suite… enfin, en supposant qu'elle soit prête à partir.

Brian gloussa alors que Zack fermait la porte et retournait dans le centre commercial.

-----

Wendy se tortilla légèrement sur le chemin du retour alors qu'elle se poussait aussi près de Zack que possible avec sa ceinture de sécurité. Brian le remarqua et sourit, mais garda la bouche fermée. Il ne voulait pas énerver Zack, et en plus, il était clair que Wendy l'aimait vraiment, et c'était cool avec Brian.

Finally, they got home. Zack grabbed half of Wendy's bags, and then reached in and got the other box from behind the seat.

"What's that?" she asked immediately.

"A surprise," he said mysteriously.

"Ooh," she said appreciatively, drawing it out into a long syllable.

They carried her stuff into the house, and Mary looked at all the bags.

"Did you buy the entire store, Sweetie?" she asked her daughter.

"Mom! There's only like a hundred bucks worth of stuff here!"

Mary smiled at her. "I know. And you needed some new summer clothes, anyway. Is this enough?" she added more seriously.

"For now," she said. "I might need more later on."

"You'll bankrupt us, girl!" Mary said with a smile. Everyone else in the room froze for a moment, and Zack noticed that. Obviously, there was some worry among the kids about the finances. Mary, however, was far smoother than she had been. The kids realized this, and relaxed a bit.

"You wanna help me put 'em away?" she asked Zack.

"I'll be right there," he said. "I wanna talk to your mom for a second."

"Okay... but I want my surprise soon." She kissed him on the cheek, and then danced out of the room with her bags.

"You were a real sport to go with her. I know you can't have enjoyed that."

"It had its moments," he said with a wink.

"You didn't... I mean..."

"No, not until you take care of that other thing. You seem a lot happier today," he said, not quite asking a question.

"I have reason to be," she answered, running her hand along his arm, and then across the back of his neck. She pulled him to her and kissed him, quickly slipping her tongue into his mouth. The pair kissed hotly for a few seconds, and then broke apart. Mary looked over his shoulder to see if anyone had caught them, but Brian and Wendy had left for their rooms. She looked deep into his eyes. "I hope you and I can be together again. I know it may feel like cheating on Wendy, but..."

Zack quieted her with another soft kiss. "We'll see," he said with a smile, indicating more than that. "I should get back and give her the surprise she's waiting for."

"Can I see it?" Mary asked.

Zack opened the box, and took out the jewelry case. He opened the hinged case, and watched Mary's reaction. He was a horrid judge of fashion, but he figured she would know about such things.

"My God, Zack! This must have cost a fortune!" She looked at him more carefully now. "Just... how do you feel about my little girl?"

He closed the case and put it back in the box before he answered her. "She's the sweetest person I've ever met. I'm hoping she wants to be my girlfriend."

"What about the age difference?" Mary asked, concerned.

"I'm not worried about it if she isn't." He turned to her with a mischievous smile and said, "What about our age difference?" He ran his hand along her hip, and she sighed.

"That's... a little different," she said finally. "Go on, give her her present. But remember, she's not protected yet."

"I know." He closed the box again, but then he set it down on the table and turned to Mary again. He stepped to her and took her in his arms. They kissed again, softly. He whispered to her, "I'd have gotten you a present, too, but I didn't want the others to ask questions."

Mary blushed slightly at the thought, but she smiled at him. "Just being with you is enough of a gift for me."

"I like giving that gift... and I like giving it a lot." He kissed her again, and then stepped away. "I'd best go see what Wendy's doing."

"You staying for dinner?" she asked, hopeful.

"I'd like that," he said quietly. Then he turned and went back to Wendy's room.

-----

Wendy was sitting on her bed, waiting for Zack. When he walked in, he noticed that Bonnie was not in the room. He had half-expected to have to ask her to leave, so he could spend a little quiet time with Wendy, which the mall had not been.

"Where's your sister?"

"She's off with Steph somewhere. I think they went to a movie or something." Wendy shrugged. She didn't mind that her sister had a new friend. She then patted the bed, inviting him to come sit beside her, which he did, slipping his shoes off first, to keep her bed from getting dirty.

Once he was next to her, she cuddled close. "God, do you know how horny it made me riding home without my panties on? I feel like such a slut!"

"Feel like?" Zack asked with a grin. His hand went down to her knee, and moved up under her skirt. When he reached her cunt, he felt the slipperiness of her pussy lips, but no underwear.

Wendy moaned at his touch. Zack slipped a finger inside of her, and she mewled. He pushed his finger all the way in, and his thumb connected against her clit. She gasped at the pleasure.

Zack moved his finger in and out of her, and he leaned in to kiss her. He finger-fucked her rapidly as their tongues entwined, and Wendy began to buck beneath him. Finally, she screamed into his mouth, and flooded his hand with her juices. Her orgasm lasted for several moments, and he continued to move his hand against her until she came down from her peak.

"Fuck, that was great!" she enthused as he pulled his hand out from under her skirt. She grabbed his wrist, and brought his hand to her mouth. She cleaned his hand with her tongue, sucking each finger into her mouth to make sure it was clean. Once she was done, she let him have his hand back. He kissed her again, but then she wiggled, getting up off the bed.

"I've got to change now," she said, slipping her skirt down her legs. Zack enjoyed the view as she walked over to the closet and grabbed another skirt. She took some Kleenex off her dresser and wiped herself dry first, and then slipped her clean skirt on. She quickly rejoined him on the bed.

"You know, you can put your panties back on anytime you like," he said to her.

"I know," she said, "but I kind of like having them off when you're around."

He smiled at her, and they kissed again for a short moment. Finally, she broke their kiss and pointed at the box.

"So, what's my surprise?"

"Open it and find out."

She undid the box top, and took out the jewelry case. The box was tossed to the floor, forgotten, as she set the large case in her lap. Zack wrapped his arm around her shoulder just as she was opening it. He heard her breathing stop as her breath caught in her throat.

Wendy looked down at the jewelry in the case. In the center of the display was a heart-shaped pendant of gold with a single diamond at its center. Off to one corner was a bracelet, also of gold. It had several silver hearts inlaid, and the middle heart also bore a single diamond. In the adjacent corner, a pair of earrings rested. They were a matching heart shape, and also covered in small diamond chips. The third corner contained an anklet, with a matching but much smaller heart pendant on it. The last corner of the case contained a slightly heavier gold chain to replace the thin chain to which the central pendant was now attached.

Wendy slowly moved her hand out to touch the fine jewelry. Her breathing started again, but it was ragged. He could feel her heartbeat. Her fingers moved gently over the objects in the case, and then she turned her eyes to Zack. He could see the awe in her face.

"Zack... I..."

He put his finger softly to her lips. "I want you to be my girlfriend," he said as half of an explanation. He really just wanted her to have something nice.

"I'd love that," she said, and then leaned in to kiss him. They kissed hotly for some moments, the case nearly forgotten in her lap. But only nearly. When they broke the kiss, she looked down at the jewelry again. "Nobody's ever been this nice to me," she said softly.

"They should have been, Angel," Zack said, hugging her more tightly with his one arm wrapped around her. Zack reached out with his free hand and took out the pendant. He unhooked the chain, and then slipped it around her neck. He carefully refastened it, making sure not to get it caught in her hair. He then let it slip into place between her breasts. She looked down at it, and then up at him again. Her smile was one he'd only seen once before, and he knew that he'd made her happy, which was his goal.

"I hope you know how to put the rest of them on," he said with a chuckle. She nodded, and then leaned against him, embracing him tightly.

"I love you, Zack," she said.

Zack hesitated for just a moment. He'd said that once already, and that hadn't turned out so well. But this was different, and truth be told, he'd have taken Wendy over Claudia any day.

"I love you, too," he whispered.

∼∼≈≡≈∼∼∼≈≡≈∼∼∼≈≡≈∼∼

Zack woke up the next morning feeling pretty good with himself. He'd spent a good evening with the Selmans, cuddling with Wendy as the family watched a movie. He'd had to go before it had gotten too dark, but that was okay. He was thoroughly happy with the evening. He also remembered the kiss that Mary had given him before he left. It stirred things in him now, and he decided to take care of them in the shower.

He had finished his shower and was eating breakfast when there was a knock at the door. He grumbled a bit, until he remembered who that probably was. He was intrigued that there were still people out there who weren't affected by Program Alpha-Omega. He got to the door just as there was a second knock.

Impatient bastard, ain't he.

Opening the door, Zack saw four people standing before him. Two of them were Adam and William. The other two were women whom he didn't know. He motioned them all in and closed the door. The one woman had settled on a chair, but she was sitting on the very edge, as if ready to move at a moment's notice.

"Sorry to interrupt your summer, but it seems the project has hit a snag." Adam was choosing his words carefully for an obvious reason.

"Why don't you introduce me?" Zack asked.

"This is Terry Meuller. She's my secretary. It seems our new training technique doesn't have the desired result on her."

"Hmmm. That's odd. And this?" Zack said, indicating the other woman.

"That's Shirley Jansen. I believe you two already know each other."

Zack's eyes darkened, and Shirley blushed. "Yes, we have," Zack said, feigning irritation. "Why don't you take Terry back to my room, Val, so I can talk to Adam?"

"Sure thing," she said with forced cheeriness. Once the two were out of earshot, Zack turned to Adam and said, "Okay, what's the deal?"

"I've tried everything I can think of, and all the versions of the program we have, but nothing even puts her under, let alone programs her. I don't know what's going on."

"Okay. You got a copy of the script you want implanted?" Adam handed over a disk. "You're staying in town somewhere?"

"At the Summers Inn."

"I'll call you when I'm done for the day."

"Look, Zack, this is important to me, and..."

"I'm not going to try to work with you standing over my shoulder." Zack thought for a few moments, and then said. "I'll let you leave your spy-bitch here. She's already betrayed me once, so she shouldn't have any trouble ratting on me again, if I do anything 'bad'."

"Look, Zack, you know that she's been programmed, don't you?"

"I figured," he said, knowing the real truth of it far better than Adam.

"Okay, fine. Shirley should stay out of your way, but I want her in the room the entire time."

"Yeah, whatever. Now, I've got work to do, so if you want me to get it done, then go away."

As Zack closed the door on Adam and William, he turned with a frown. Something about Adam was just really setting him off, and he didn't know what it was. Perhaps it was just how he was always pushing, always wanting to be in full control of the situation.

Not like you, who just programs the situation to go his own way.

Zack shoved that thought firmly aside as he walked back to his bedroom to see what could be done with his new subject.

"Hi, guys," he said on entering the room. Shirley was sitting on the bed, but Terry was standing, looking out the window.

"Okay, Terry... you seem a bit upset."

"Mr. San...uh, I mean Adam, said that if this programming doesn't take, I may lose my job. How am I supposed to know why it doesn't work?" She seemed to be both angry and scared.

"I can understand. We'll try to figure out why this technique isn't working for you. It may be a flaw in the program, so we'll have to see. First off, let's rule out equipment failure. Why don't you come and have a seat right here." He indicated his desk chair. She moved over to it and sat down.

Zack leaned over his computer, resting his hand gently on her shoulder as he brought up the script-selector he'd written. He felt her relax slightly at his soft touch. He took a second to look at her, and she smiled ever so slightly at him. He smiled back. Picking a simple relaxation script, Zack let it load, and then the program was ready.

He turned to her, not removing his hand. "Okay, now this is a simple program. It's just to relax you. If it works, you should lose about an hour of time."

"How does it do that?"

Zack rummaged around his brain real quick and came up with, "It induces Alpha-waves in the brain. Don't worry about it, it's not harmful. If it works, you'll feel very good. When you're ready, just press 'Enter'."

Zack stepped away from her, and watched as she hit the Enter key. He noticed immediately that she had not gone under the way most people do. He puzzled at that while the program ran. He noticed that Shirley was, in fact, under, even from as far away from the computer as she was. So it's definitely not the machine, and this version of the program works on most, but not all. Hmm. Qu'est ce que ça pourrait être?

After four and a half minutes, the program ended, and she turned to him. There were actually tears in her eyes. "Not a thing," she said in frustration. When she noticed Shirley, her eyes opened a little wider. "So, it is me."

Zack went to her and knelt down, looking up into her face. He rested his hand on her arm. "Terry, this isn't your fault. When we first created this program, it was... well, very finicky. We've gotten it to work on almost everyone, but obviously there is still some tweaking left to do. I don't understand why Adam is blaming you for this. By the way," he added conspiratorially, glancing at Shirley for effect, "what is his last name, anyway?"

"I'm not supposed to tell you," she said, but then she smiled. "But it's Sandalwood."

He smiled at her, and winked. "Gotcha. Let's go out to the living room, to leave Shirley to her relaxation for a while."

-----

For the next several hours, Zack and Terry chatted about her life. They were interrupted when Shirley came out of the bedroom, but they didn't let it distract them too much. She sat down on the couch next to Zack, while Terry was sitting in the easy chair next to the couch. He paid close attention as she related her childhood, and her growing up. Normally, he would not have found such a conversation fascinating, but he was looking for something that would set her apart from the rest of his subjects.

They broke for lunch, and Zack made sandwiches for everybody. They continued talking while they were in the dining room eating, and it was near the end of lunch that Terry finished telling Zack a chronological account of her life.

"And that's pretty much where I stand today. I've been working for Adam for a year and a half, I haven't got a boyfriend or much in the way of family, and I spend most of my nights watching television. I guess none of that really helps, does it?" she asked with a frown.

"Never can tell," Zack said, just to try to cheer her up. He led them back into the living room, and sat down. The other two resumed their positions as well, and Zack laid his head back, trying to think. Finally, his head came forward.

"You've never been to a psychiatrist?"

"No."

"Psychologist?"

"Nope."

"Have you ever had any form of therapy at all?"

"Not that I... well..."

"What?"

"I don't really consider it therapy, but I did go to a hypnotist for a little while, when I was nineteen."

"For what?"

"I had... uh... some nasty habits I wanted rid of, but couldn't seem to beat them on my own. He did help me break those patterns. Why is any of this important, anyway?"

"Well, because therapy, and especially hypnosis, changes the way your mind is working. Since our training programs also do similar things, it is possible that your earlier hypnosis is interfering with what's being done to you now. I'll have to do some research to find out if that's the case, and if so, what I can do about it, without interfering with your earlier treatment."

"Yeah, I really... uh... don't want those habits back."

"What were they?"

He watched as Terry blushed fiercely. "I'd rather not talk about them."

"Okay, I understand that, but... it may be important to my research. If you could just write them down for me, I don't really need details, I just need to know what you had done."

Terry hesitated for a long moment, but then she nodded. She took the pad he was holding, and his pen. She wrote down a list of things, her hand shaking slightly. Then, she handed the pad back. Zack made sure to keep the pad held in such a way that Shirley would not see what Terry had written. Zack's eyebrows went up as he looked at the list. He flipped the page back to his original notes, effectively hiding the list.

"I understand. I'll see what I can come up with. If you want to call Adam and have him come get you, I'm going to need to do some basic research, and I probably won't be ready for you again until at least tomorrow."

"Okay. Do you really think you can do something about it?"

"Probably. I just haven't encountered this issue before."

"Thank you," she said with a smile.

-----

After Shirley and Terry left, Zack went back into the research materials that Adam had sent along with the PDAs. There were, roughly, a zillion pieces of information here, and Zack had no way of finding exactly what he needed. He slapped together a rough-and-ready search routine to look through the files, and started his computer looking through the files for words such as "hypnosis", "therapy", and many variations thereof.

As big as those files were, Zack knew such a search could take all night. He couldn't go anywhere, either, since he'd have to change CDs when the current one was done, and so on. He flipped on his newly-acquired television, and watched something inane while his mind mulled over what to do about things. The items on Terry's list were rather surprising, and he understood why she didn't want to discuss them. His mind went back over the list:

*exhibitionism

*voyeurism

*nymphomania

*a distinct desire to sleep with strangers

*a tendency toward younger boys (at least five years younger than me)

*loud and raucous orgasmic vocalizations


Zack knew that last one had to come from a psychology book or similar material. Any normal person would simply have said they were too loud in bed. The trouble, Zack knew, was that most of what she'd worked to get rid of was all the stuff that Adam wanted to put back. In essence, there was a war in Terry's head, with two competing technologies trying to tell her two different things. Zack figured that the hypnosis was winning only because it had been entrenched for so long.

Well, we'll just see about that.

-----

Six hours and five CDs later, Zack had about 200 MB of information stored on his hard drive. Good gravy, I've got to go through all that? Well, better get to it. It was already well into the evening. He didn't expect to get much sleep.

-----

Zack turned out to be much more right than he knew. It took him several hours just to realize he was going in the wrong direction. He felt very stupid as he realized that the commands he was trying to enter into her brain were not the problem. She'd never noticed those, because she had never, in fact, gone under. Pissed at himself, he shoved himself away from his computer and stalked off to the kitchen to get a snack. His parents had just gone to bed, and the house was quiet. He munched on some graham crackers as he sat in the dark, considering what was going wrong.

He stopped in mid-cracker when he realized that it had to be that hypnosis had denied access to the part of the brain that Program Alpha-Omega would normally use as a gateway to program the mind. So, it would be necessary to 'pick the lock' before he could attempt to program her mind.

So, he thought on his way back to his room, how in the hell do you pick a mental lock?

Four more hours of research would give him the theory. He decided that practice could wait for daylight.

∼∼≈≡≈∼∼∼≈≡≈∼∼∼≈≡≈∼∼

Zack's head was jolted off the pillow at seven o'clock. He slapped the offending alarm clock, and rolled - almost literally - out of bed. He padded off to shower and try to wake himself up. He'd managed about four hours of sleep, and that just wasn't enough for the mental activities he was putting himself through.

He decided, when he came back into the room, to run himself through PAO on a refresher script. Zack didn't like relying on these too much; he wasn't sure what long-term effects it could have. However, on days like today, when there was work to do, he'd risk it.

Fifteen minutes later, and he felt a lot better. It was briefer than his usual stints, but he had work to do, and he didn't know when Adam would be returning his subject. He had found several important pieces of information last night about the theory of picking through a mental blockage like the one intentionally induced by Terry's hypnosis. The trick was turning that theory into code. Would he be able to pull that off? Zack wasn't sure. He looked at his watch, and cursed. It was nearly eight o'clock already. He slammed his brain into overdrive as he began searching, once more, through the documents that Adam had given him concerning PAO and psychology.

-----

The knock at the door startled Zack, and he cursed. Looking at his watch, he realized it was already 10:30.

"Shit! Where'd the time go?" Zack hustled out to the door, and opened it. This time, it was only Terry and Shirley. "C'mon in," Zack said, stepping aside. As the two entered, he said, "What, Adam too busy to harass me today?"

The two ladies chuckled. Terry said, "He's attending to business by long-distance. Not his favorite of activities. Do you have any hope for me today?" she asked, her voice turning very serious.

"Well, I've got an idea. I have to put it into code yet, but maybe in a couple of hours. You guys can watch TV or something, if you like."

"Thanks," Shirley said, dumping herself on the couch and picking up the remote.

"I'll stick close to you, if that's okay," Terry said. "Just in case you need my input or something."

Zack shrugged. He didn't mind the company, but he knew she was going to be bored fast. He led her back to his room, where she sat down on the bed. He returned to his computer to continue slogging away at the code.

-----

Zack had just about finished up what he hoped would be functional code when he felt a soft hand on his shoulder. He jumped, and nearly swore at Terry, who jumped back slightly at his startled reaction.

"I'm sorry, Zack," she said earnestly. "It's just that it's nearly 1:30, and you didn't stop for lunch. I was wondering if you were hungry."

Zack looked at his watch incredulously. He was used to being interrupted by his mother when he was programming; he knew he lost all track of time. But to have someone else just calmly tell him he was working too hard, well, it was a little unusual.

"Give me another twenty minutes. I may be almost finished. Then we can find out if it works or not."

Terry beamed at him, and she left the room. He didn't know whether she'd stayed by him or not. He'd not needed her help, and he'd forgotten she existed, except as the whole reason for what he was currently doing. His mind quickly went back to the symbols and variables on his screen, once again shutting out all external disturbances. His mother had once commented that it would take a natural disaster to shake him from one of his 'trances' in front of the machine. He didn't care. All that mattered was the code, and making it work.

Nineteen minutes and fifty-three seconds later, by Terry's watch, Zack pushed his chair back away from his desk.

"How do you do that so precisely?" she asked.

"Huh?"

She gestured at her watch. "Twenty minutes. Almost on the dot."

He grinned at her. "Lucky guess."

She nodded, unsure. "Your lunch is ready."

He cocked an eyebrow at her, and got up to go see what lunch was.

-----

"Okay, now, I can't guarantee this is going to work. I'm working on trial and error here. I'm hoping it will work, because I think I've over-engineered the problem. But you can never tell with this kind of thing, so don't be disappointed if you still don't get the desired result. It will just mean that I don't have the algorithm right yet."

Geez, next I'll be selling used cars.

Terry sat down in his office chair, and scooted herself closer. Zack stepped back as she reached for the Enter key and pressed it. The loud, but musical, noise that assaulted them all was something of a shock. He'd not expected it to be that ferocious. Once he'd recovered, and the sound had died to a more reasonable level, he realized that Terry wasn't moving. In fact, it seemed as if she was barely breathing. He held his hand under her nose for an interminably long moment before he felt her exhale.

Releasing a breath of his own, he realized she was under. He also knew what was about to happen. She was not being programmed exactly as Adam had requested, of course. Though hopefully Adam would never figure it out, Zack was programming another spy within Adamant Computers. He felt kind of bad that he had to do this to her at all; she'd been very nice to him over the last two days. But he had his own ass to worry about, too, and he was sure that Adam wouldn't like it if Zack told him to fuck off.

Zack did have to admit, however, that he was looking forward to the next little while. Terry was quite a looker, and her long auburn hair was very sexy. Zack decided to fully undress while she was being programmed. He'd decided yesterday that Shirley needed proper punishment for ratting on him, and he was going to use Terry to help him.

He stepped to the door and called down the hall, "Hey, Val, get your ass in here." He went and sat on the bed and waited. It took only seconds before she hustled into the room, and stopped dead.

"Zack, wha..."

"Strip. You've got, I figure, about three and a half minutes left. Get moving."

Shirley recognized when a command had been given. She did not finesse her way out of her clothing. In less than a minute, she was pushing her panties down off her legs, and then she was completely nude.

Zack studied her body for a moment. Her dark brown hair framed an oval face. Her breasts were a bit small, but stood firmly from her chest. Her nipples were already hard, either from the cool air, or excitement. She was thin, and her hips flared invitingly. He studied the thick patch of bush between her legs for a long second before he spoke.

"Get over here." She walked over to him shyly. He had been stroking himself while he watched her undress, and he was fully hard now. "Are you wet?" he asked, rather crudely.

Shirley blushed. She parted her legs fo

Articles similaires

Filles à la plage à trois

Cela a commencé tôt dimanche matin le week-end du Memorial Day lorsque je me suis levé pour prendre un verre d'eau dans la cuisine. Nous louions une maison de plage dans les Outer Banks et j'avais vraiment soif de la pizza végétarienne que nous avions pour le dîner. Je me glissai hors du lit et me dirigeai vers la cuisine. J'ai entendu la télévision du salon allumée et j'ai supposé que les deux filles étaient rentrées tard de leur rencontre avec les garçons qu'elles avaient taquinés plus tôt à la plage, avaient regardé la télévision et l'avaient laissée allumée. J'ai aperçu...

217 Des vues

Likes 0

Le Barfly - ch. 2, réécrire

Prologue Je tiens à remercier ceux qui ont lu mes histoires en les commentant. Ceci est une réécriture complète du deuxième chapitre de mon histoire The Barfly initialement publiée dans le forum. Je voudrais demander à ceux d'entre vous qui m'honorent avec des votes négatifs en groupes de laisser des commentaires afin que je puisse savoir ce que les lecteurs n'aiment pas dans mes histoires. Je voudrais également demander à ceux d'entre vous qui aiment mes histoires de me lancer un mot pour les garder dans une position accessible. Prendre plaisir J. Bailey Le Barfly, ch. 2, réécrire Il s'est réveillé...

218 Des vues

Likes 0

La camionnette - Baiser ma femme

Un soir, ma femme et moi dînions, le sujet d'un de nos fantasmes est venu. On l'appelait la camionnette. C'était un fantasme récurrent pour nous de ramasser plusieurs mecs et de les faire baiser ma femme à l'arrière d'une camionnette. Cette fois, nous avons décidé de le faire, nous avons donc attendu le week-end. Nous avons loué une camionnette blanche pour la nuit et sommes allés au centre-ville à la recherche de quelques beaux mecs en bonne santé. Elle portait une mini-robe noire décolletée et avait un lit fait dans le dos. Nous avons roulé un peu et sommes tombés sur...

160 Des vues

Likes 0

Trio de fête de Noël

Je n'avais que 20 ans et j'avais toujours aimé Bev (32 ans) depuis que j'avais commencé à travailler quelques années auparavant. Elle avait de longs cheveux bruns vaguement permanentés, une silhouette sinueuse avec de merveilleuses hanches larges, de gros seins et de longues jambes. Bev portait souvent des hauts échancrés qui servaient à accentuer ses gros seins fermes. Je me surprenais à rêver et à regarder sa belle silhouette. À plus d'une occasion, j'ai été surpris par Bev qui me souriait simplement timidement avec un regard entendu avant que je ne retourne timidement à mon travail, tout le temps mon esprit...

245 Des vues

Likes 0

L'Internet

Il y a quelques années, lorsque j'habitais à Amsterdam, j'ai discuté sur Internet avec une femme du sud de l'Angleterre. Nous nous entendions très bien et souvent nos conversations tournaient au sexe. Parfois, nous partagions nos fantasmes. Après environ 6 mois de discussion, elle a commencé à me raconter ses fantasmes les plus profonds. Une nuit, elle m'a dit qu'elle fantasme souvent d'être regardée pendant qu'elle fait l'amour. Elle a dit qu'elle aimerait avoir des relations sexuelles en direct sur Internet ou sortir avec des chiens. Naturellement, ce qu'elle venait de dire a immédiatement durci ma bite. J'ai décidé de prendre...

177 Des vues

Likes 0

JOURNAL D'UNE MÈRE AU FOYER : PARTIE 1

3 septembre Cher journal, Je m'appelle Tilly Crawford et au cours des dix dernières années, j'ai été la mère au foyer de la Delta House Fraternité ici à State U. Une autre année d'école a commencé hier et les garçons se préparent pour la ruée vers les promesses de fraternité. semaine en organisant des soirées et bien sûr des portes ouvertes pour permettre aux nouveaux étudiants de se faire une idée s'ils souhaitent rejoindre Omega House. Ce fut un long été pour mon journal intime, être avec les garçons me manque vraiment et bien sûr ma chatte a manqué l'attention qu'elle...

350 Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

179 Des vues

Likes 0

Violée par Bigfoot

C'est ma première fois du point de vue d'une femme. Dites moi ce que vous en pensez et si cela doit continuer... Violée par bigfoot C'est un accident bizarre qui m'a amené à cette situation. J'avais un peu froid, complètement nu, j'avais un violent mal de tête, une cheville douloureuse et j'étais coincé dans une grotte à mi-hauteur d'une montagne. Je ne me souviens pas avoir été amené ici, mais la créature qui a dû me sauver la vie devait vivre ici. Je ne l'ai pas beaucoup vu, puisqu'il a quitté la grotte vers l'aube. Tout ce dont je me souviens...

136 Des vues

Likes 0

Give Me Some Sugar Part 1 - L'essai de Rochelle

​ La vie est vraiment drôle, c'est comme ça qu'elle se déroule. Je n'ai jamais été un homme religieux, je ne le suis toujours pas, mais j'ai écouté le gars Joel Olsteen quand les temps étaient mauvais. Il était tellement positif, cela a aidé, mais il a également parlé de la façon dont Dieu pourrait compenser des décennies de merde, en quelques années seulement grâce à une augmentation super naturelle. Comme je l'ai dit, je ne suis pas chrétien et je suis agnostique quant à l'existence d'une divinité, mais je dois admettre que pour le moins, la vie peut très vite...

249 Des vues

Likes 0

Meilleure soeur du monde !!! Partie 2

Meilleure soeur du monde !!! Partie 2 Je me suis réveillé le lendemain matin plus reposé que je ne l'avais ressenti depuis longtemps. Les événements de la nuit précédente se bousculaient dans mon esprit alors que je commençais à me préparer pour l'école. Sydney et moi nous aimions beaucoup, à la manière d'une fratrie. Je n'avais jamais pensé à elle sexuellement, mais quand je l'ai vue se masturber jusqu'à l'orgasme alors qu'elle pensait à moi... j'ai commencé à la voir sous un nouveau jour. Je la voyais maintenant non seulement comme ma sœur aînée, mais comme une femme belle et sexy...

195 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.