Étudiant esclave_ (0)

124Report
Étudiant esclave_ (0)

Je m'appelle John Smith. J'ai 32 ans, les cheveux bruns, je mesure environ 5 pieds 8 pouces et j'ai une bite de 15 pouces. J'enseigne les mathématiques en 10e année. J'aime mon travail à cause de tous les adolescents sexy que je vois. Il y en a une en particulier nommée Katie qui s'habille toujours comme une salope. Chemises serrées sans soutien-gorge et minijupes. Elle a 16 ans.

Le vendredi, après un examen de mathématiques, le dernier cours de la journée, elle m'a approché après le départ de tous les élèves. Elle portait un débardeur blanc et une minijupe assez courte.

"M. Smith, je dois te parler de mon examen de mathématiques. Dit-elle.

"Génial" pensai-je sarcastiquement. J'étais fatigué et je voulais rentrer à la maison et me reposer. J'ai dû corriger ces devoirs tout le week-end. Après quelques secondes, j'ai finalement dit "Qu'est-ce que c'est?"

"Eh bien… je n'ai pas eu le temps d'étudier correctement et je pense que je pourrais avoir une mauvaise note."

"Et…?" dis-je avec lassitude.

"Eh bien, si j'obtiens quelque chose sous un B, ma mère me tuera, et je ne comprends vraiment pas cette stu-"

"Alors" je l'ai interrompue "ne pensez-vous pas que vous auriez dû penser au moment où vous avez décidé de ne pas étudier?"

Une longue pause, et finalement elle a dit "eh bien, je le voulais, mais mon petit ami n'arrêtait pas de m'embêter".

« T'embêter ? » J'ai demandé.

"Eh bien, il n'arrêtait pas de vouloir que je fasse des trucs avec lui… de toute façon, je me demandais juste s'il était possible que tu puisses m'aider une fois et me donner une bonne note."

J'ai ignoré la deuxième partie. "Truc?" Je demande.

"Eh bien… je ne veux pas vraiment entrer là-dedans." Dit-elle.

"Eh bien, c'est vous qui avez décidé de le présenter comme excuse."

« Ouais mais tu es mon professeur. Juste… des trucs de sexe. Pouvons-nous parler de ma note ? dit-elle nerveusement.

Encore une fois, j'ai ignoré la deuxième partie. « Des trucs de sexe ? » J'ai demandé. Je n'avais pas décidé si j'étais juste en train de baiser avec elle ou si j'étais vraiment intéressé.

"Umm..." Elle est devenue un peu rouge, ce qui m'a surpris compte tenu de la façon dont elle s'habille toujours. "Tu sais." Il était évident qu'elle ne voulait pas en parler.

"Allez, tu parles de rapports sexuels, oraux, quoi?" J'ai dit. Elle est devenue encore plus rouge.

"Euh, je me réserve pour le mariage. Je suis chrétien." dit-elle embarrassée.

« Et par voie orale ?

« Eh bien… parfois. Pouvons-nous retourner à l'examen ? »

"D'accord" dis-je finalement. « Alors, qu'est-ce que tu veux que je fasse à ce sujet ? Je ne peux pas faire d'exception pour vous. Ce ne serait pas juste pour tout le monde maintenant, n'est-ce pas ? »

"Non." dit-elle en regardant vers le sol. Après une courte pause, sa tête s'est redressée "mais n'y a-t-il rien que je puisse faire?" dit-elle désespérément.

"Comme quoi? Ce serait tricher. Tu aurais dû y penser avant de faire des « trucs » avec ton petit ami au lieu d'étudier comme tout le monde. » Elle baissa les yeux vers le sol. Elle était visiblement très gênée. Elle avait l'air d'être au bord des larmes. « Ne pleure pas. Peut-être que nous pouvons trouver quelque chose. dis-je avec hésitation. Son visage s'est immédiatement redressé et elle avait un grand sourire sur son visage.

"Merci!" cria-t-elle et enroula ses mains autour de moi, me serrant dans ses bras. Elle l'a tenu pendant environ 5 secondes complètes. J'ai senti ses cheveux. Ça sentait bon. Après avoir finalement été libérée, elle a dit "alors que dois-je faire?" J'ai réfléchi un instant. Je ne savais pas vraiment. J'ai juste dit ça pour qu'elle arrête de pleurer. Je pourrais me faire virer si je ne corrigeais pas son papier correctement.

"Je ne suis pas sûr." J'ai dit. "Qu'en penses-tu?" Après une longue pause, elle finit par dire.

"Je ne sais pas. Je ferai tout ce que vous voulez. Je serai votre esclave. Elle gloussa.

"Un esclave? Je ne sais pas à ce sujet. Elle parut légèrement déçue.

"S'il te plaît!" elle a supplié. « Ma mère ne voit pas une mauvaise note. J'en ai vraiment besoin !" Elle s'agenouilla et joignit les mains. "S'il te plaît." dit-elle encore. Trop dramatique?

"D'accord, ça devient un peu-"

"S'il te plaît s'il te plaît s'il te plaît!" interrompit-elle. Elle s'est penchée et a commencé à embrasser mes chaussures. Quand elle s'est penchée, j'ai remarqué qu'elle ne portait pas de soutien-gorge. J'ai vu tout son décolleté. Elle s'est relevée et m'a juste regardé, avec espoir.

"Eh bien, qu'est-ce qu'un esclave implique exactement?"

"Je ferai ce que vous voulez. Lavez votre voiture. Faites briller vos chaussures. Tout ce que tu veux." Je n'ai pas vraiment fait attention. Je ne pouvais pas m'empêcher de regarder sa poitrine. En pensant au décolleté que je viens de voir. "Bonjour?" dit-elle après quelques secondes. Je suis sorti de ma rêverie.

"Désolé" dis-je. "Alors n'importe quoi, hein?"

"Quoi que ce soit." Je ne pouvais pas chasser le sexe de mon esprit.

« Umm… » J'étais à la recherche d'idées. "Nettoyez le sol de la salle de classe."

"Bien sûr!" Je ne pensais pas qu'elle irait pour ça. J'allais rentrer chez moi, mais je suppose que je pourrais rester ici et noter des devoirs ici pendant un certain temps. "Où est la vadrouille ?"

"Il y en a un dans le placard." Je pointe la porte au fond de la classe. Elle s'approche rapidement et ouvre la porte. "Je vais juste noter les devoirs."

"D'accord" dit-elle. Elle reçoit une vadrouille et un seau. Elle sort de la classe pour faire le plein d'eau. Je retourne à mon bureau et commence à noter les devoirs. 2 minutes plus tard, elle revient et se met au travail. 5 minutes passent. Elle retourne au placard.

"Déjà fait?" Je dis.

"Non, il y a juste une tache sur le sol, je vais chercher une éponge". J'acquiesce. Elle revient et trempe l'éponge dans l'eau et se met à quatre pattes, sans me faire face. Je remarque immédiatement, puisqu'elle porte une minijupe, que sa culotte rose dépasse. Je suis immédiatement hypnotisé alors qu'elle frotte le sol, secouant son cul d'avant en arrière. J'étais extrêmement excitée. Encore 2 minutes ont dû s'écouler avant qu'elle n'ait terminé, et elle s'est levée et a repris la serpillière et s'est remise à essuyer.

"Alors." Je dis. « Vous êtes chrétien ?

"Oui, toute ma famille aussi".

"Donc, il n'y a rien dans la Bible sur l'oral avant le mariage?" Je rigole. Elle arrête de nettoyer pendant une seconde, puis recommence.

"Eh bien, cela ne dit rien de ne pas le faire." Elle dit.

"Donc, vous pouvez le faire à n'importe qui et ce n'est pas un péché?"

"Je crois que oui."

"Même moi?" dis-je en plaisantant. Elle arrête complètement de s'éponger maintenant, me tournant le dos.

"Je ne fais pas ça." Elle dit.

"Eh bien, tu es mon" esclave ", n'est-ce pas?" Une longue pause.

"Eh bien, je suppose que tu as raison." Elle se retourne.

"Je rigole, c'est tout." Je dis.

« Non, tu avais raison. Je veux une bonne note et si tu le veux vraiment. Je ne dis rien. Elle laisse tomber la serpillière et se dirige vers moi. Elle va derrière mon bureau, tourne ma chaise et pose ses mains sur mes genoux. "C'est ce que tu veux?" elle demande. Je ne dis rien. Je pense qu'elle prend mon manque de parole comme un "oui" parce qu'elle attrape ma fermeture éclair. Elle le ferme et je sens que ma bite commence à devenir dure. Elle baisse mon jean, puis mon boxer. Son visage devient blanc quand elle voit ma bite de 15 pouces, qui n'était qu'environ 9 pouces et à moitié molle quand elle l'a vue. Elle posa une main dessus et dit « Wow. C'est…"

"Je sais. Désolé." Je ne sais pas si j'aurais dû m'excuser ou non. Je veux dire que ce n'est pas ma faute. Il ne faisait que grandir. Juste sa main dessus était suffisante, et 10 secondes plus tard, j'étais complètement dur. "Ainsi je dis.

"À droite". Elle dit. Elle pose son autre main dessus et commence à les déplacer de haut en bas. Ses deux mains en couvrent à peine la moitié. Ça fait tellement de bien. Je regarde juste son corps, je peux revoir son décolleté alors qu'elle travaille ma bite. Au bout d'une minute ou deux, elle crache dessus pour se lubrifier. Elle crache encore quelques fois avant d'y baisser la tête. Elle lèche le devant de la hampe plusieurs fois pendant que ses mains descendent jusqu'à mes couilles. Je suis sur le point de souffler ma charge, mais elle s'arrête une seconde et déplace ses lèvres vers ma tête. Elle essaie d'enrouler ses lèvres autour de lui, mais elles ne correspondent pas tout à fait. Cela n'a pas d'importance car là, je peux sentir le sperme arriver. Elle suce un peu la pointe et déplace ses mains vers mon arbre et commence à caresser.

"Ahh" je gémis. "Attendez-" juste là, le sperme commence à jaillir. Mon premier coup est allé droit dans sa bouche. Elle ne s'y attendait pas. Ses yeux se sont agrandis et elle a retiré sa bouche de ma bite, mais ses mains sont restées, caressant toujours. Le deuxième coup est allé partout sur son débardeur. Ainsi que le troisième et le quatrième. Comme ma bite est si grosse, il y a généralement une grosse charge pour l'accompagner. C'était partout. Son débardeur était abîmé. Je m'en fichais cependant, je me suis juste assis dans mon fauteuil en extase. Après une minute de convulsions, elle libère enfin mon sexe. Je lève les yeux et je remarque que son débardeur blanc est un peu transparent et que ses mamelons sont durs et apparents car elle ne porte pas de soutien-gorge. Je la fixe quelques secondes avant qu'elle ne réalise. Elle pousse un cri rapide et se couvre de ses mains. "Timide?" Je dis.

"Même mon copain n'a pas vu ma nudité." Elle s'exclame.

« Tu lui suces la bite, mais il ne peut pas te voir nue ? Ce sont des règles assez étranges. Elle ne dit rien pendant quelques minutes, se contentant de regarder autour d'elle. Cela devient un peu gênant. Elle rompt le silence.

"Alors, comment suis-je censé rentrer à la maison comme ça?"

"Nous pouvons vous trouver quelque chose dans les objets perdus et trouvés." Je dis. Je remets ma bite dans mon boxer, ferme mon jean et quitte la classe. Je reviens une minute plus tard avec une boîte remplie principalement de vêtements et d'autres choses diverses. "Vas-y, enlève ta chemise". Elle rougit.

"Mais-"

« Je sais que je sais, mais je suis ton professeur. Croyez-moi, ça va. Elle enlève sa chemise à contrecœur. "Pas de soutien-gorge?" Je dis. Elle rougit encore plus. Je remarque qu'une partie du sperme a coulé sur sa jupe. « Et la jupe ? Elle baissa les yeux et remarqua le sperme. Elle regarde juste. "Où est le problème, tu as une culotte, n'est-ce pas ?"

"Oui!" dit-elle, légèrement agacée. Elle se penche et détache ses chaussures pour pouvoir enlever sa jupe. Elle enlève ses chaussures. Chaussettes blanches. Elle baisse sa jupe, dévoilant son string rose. Elle se tenait juste là, ne portant rien d'autre que des chaussettes et une culotte. À ma grande surprise, sa culotte était complètement mouillée, avec un léger orteil de chameau. Même si cela ne faisait pas plus de 10 minutes, je me sentais recommencer à bander.

"Qu'est-ce que c'est?" Je dis.

"Rien. Cela arrive parfois quand je donne à mon petit ami une orale aussi.

"Eh bien, tu ferais mieux de les changer aussi, n'est-ce pas?" Elle me regarde juste.

"Non ça va." Elle dit.

"Non allez" dis-je. "Ce n'est pas grave, il y a plein de vêtements ici." Je pointe la boîte. "Vous pouvez les garder aussi, personne ne réclame jamais leurs affaires de toute façon." Elle hoche la tête et baisse lentement sa culotte. Elle est complètement rasée sauf une petite tache. "Fantaisie." dis-je en plaisantant. "C'est une belle chatte. C'est dommage que vous ne l'utilisiez pas de sitôt. À ce stade, je suis à nouveau complètement dur. « Tu es toujours mon esclave, n'est-ce pas ? »

"Ouais." dit-elle lentement.

"Et les rapports sexuels ne sont pas sur la table, n'est-ce pas?"

"Oui." dit-elle fermement.

"Eh bien, que diriez-vous juste, vous savez, de me laisser le voir d'un peu plus près?"

"Que voulez-vous dire?" dit-elle nerveusement.

"Lève-toi ici et écarte les jambes." Je pointe mon bureau.

"Dois-je-"

"Oui! Tu es mon esclave." dis-je à haute voix. Elle a l'air un peu choquée par mon ton. Je suis en train d'entrer dans tout ce truc d'esclave. Elle saute sur mon bureau et commence à écarter les jambes. Je peux dire qu'elle est serrée. Je m'approche et touche son clitoris. Elle gémit un peu. « Et les doigts ? »

"Je ne sais pas." Je continue quand même. Je prends un doigt et commence à le mettre dans sa chatte rose serrée. Je l'ai soudainement poussé jusqu'au bout. Elle gémit bruyamment. "Aïe." Elle dit. J'ignore et prends un deuxième doigt et le lève aussi. Je commence à la doigter rapidement avec deux doigts pendant environ 30 secondes et elle continue de gémir. Je commence à voir du sang. Elle le remarque et attrape ma main et retire mes doigts. "Quoi-"

"Je pense que j'ai brisé ton hymen."

"Oh mon Dieu." Elle dit.

"Eh bien, voilà votre "virginité"." Je dis.

"Vous n'avez pas besoin d'être un connard à ce sujet!"

"C'est 'maître' pour vous." dis-je en sortant ma bite dure. Je procède pour essayer de pousser ma bite dans sa chatte. Cela ne lui va pas tout à fait et elle commence à crier. Peu importe, tout le monde rentre tôt le vendredi. Nous étions probablement les deux seules personnes dans le bâtiment.

« Arrête, qu'est-ce que tu fais ? » crie-t-elle. Je ne fais pas attention. J'essaie de forcer ma tête. C'est tellement serré que ça me fait même mal, mais je ne peux pas vraiment le dire parce que je suis trop excitée. Elle commence à se tortiller de façon incontrôlable. Je la frappe au visage et elle s'arrête. « Reste immobile. Faites ce que dit votre maître. Je dis.

"S'il vous plaît, ne faites pas ça", dit-elle alors que je force ma bite plus loin. Finalement, je n'en peux plus et d'une seule poussée, j'ai mis mes 15 pouces entiers à l'intérieur d'elle. Elle crie fort. Le sang s'appauvrit. Il fonctionne très bien comme lubrifiant. Je commence à aller et venir, et le sang facilite les choses. Les bords de sa chatte sont coupés de mon énorme bite. Chaque poussée demande trop d'efforts à cause de son étreinte, alors je finis par sortir ma bite. J'attrape sa tête. "Lâchez-moi !" crie-t-elle alors que je force sa bouche sur ma bite. Malheureusement, cela ne rentre pas non plus, alors j'appuie avec ma main sur sa mâchoire pendant quelques secondes aussi fort que possible. Instantané! Sa mâchoire s'est détachée. Je peux enfin mettre ma bite à l'intérieur ! Elle s'évanouit presque à cause de la douleur et je ne perds pas de temps. Je force son cou en arrière et enfonce toute ma bite dans sa gorge. Elle est à bout de souffle, essayant de me frapper avec ses bras. Toujours en train de se tortiller. Chaque respiration qu'elle essaie de prendre fait que ça se sent beaucoup mieux sur ma bite. Son tortillement ralentit. Alors qu'elle essaie de respirer une dernière fois, je jouis dans ses poumons. Je le maintiens là pendant 30 secondes complètes et je sors enfin ma bite. Je la lâche, elle tombe par terre. Je reste juste là, à regarder son corps sans vie pendant quelques minutes.

"Qu'est-ce que j'ai fait?" Je pense à moi. Du sang coule de sa chatte. Je me dirige vers mon bureau, ouvre le tiroir du devant et prends mon arme. Je le mets sur ma tempe droite et j'appuie sur la gâchette.

La fin.

Articles similaires

JOURNAL D'UNE MÈRE AU FOYER : PARTIE 1

3 septembre Cher journal, Je m'appelle Tilly Crawford et au cours des dix dernières années, j'ai été la mère au foyer de la Delta House Fraternité ici à State U. Une autre année d'école a commencé hier et les garçons se préparent pour la ruée vers les promesses de fraternité. semaine en organisant des soirées et bien sûr des portes ouvertes pour permettre aux nouveaux étudiants de se faire une idée s'ils souhaitent rejoindre Omega House. Ce fut un long été pour mon journal intime, être avec les garçons me manque vraiment et bien sûr ma chatte a manqué l'attention qu'elle...

634 Des vues

Likes 0

Le Barfly - ch. 2, réécrire

Prologue Je tiens à remercier ceux qui ont lu mes histoires en les commentant. Ceci est une réécriture complète du deuxième chapitre de mon histoire The Barfly initialement publiée dans le forum. Je voudrais demander à ceux d'entre vous qui m'honorent avec des votes négatifs en groupes de laisser des commentaires afin que je puisse savoir ce que les lecteurs n'aiment pas dans mes histoires. Je voudrais également demander à ceux d'entre vous qui aiment mes histoires de me lancer un mot pour les garder dans une position accessible. Prendre plaisir J. Bailey Le Barfly, ch. 2, réécrire Il s'est réveillé...

519 Des vues

Likes 0

Trio de fête de Noël

Je n'avais que 20 ans et j'avais toujours aimé Bev (32 ans) depuis que j'avais commencé à travailler quelques années auparavant. Elle avait de longs cheveux bruns vaguement permanentés, une silhouette sinueuse avec de merveilleuses hanches larges, de gros seins et de longues jambes. Bev portait souvent des hauts échancrés qui servaient à accentuer ses gros seins fermes. Je me surprenais à rêver et à regarder sa belle silhouette. À plus d'une occasion, j'ai été surpris par Bev qui me souriait simplement timidement avec un regard entendu avant que je ne retourne timidement à mon travail, tout le temps mon esprit...

540 Des vues

Likes 0

New Jock Tales Chapter 3 Sophomore Year-13

New Jock Tales --- Deuxième année—CH 3—13 et une Ducati Vers 10h30, on frappa à la porte. C'est quoi ce bordel C'était Mark Mattox, et il a dit qu'il avait un nouveau contrat pour moi, si j'étais intéressé. J'ai dit bien sûr, mais cet accord n'avait rien à voir avec le sexe. Il a dit que je ramènerais de la dope d'Austin à Tyler, tous les week-ends. Cela coûterait 150 $ le voyage, et ce serait un kilo de dope. Personne ne regarderait une jeep pour transporter de l'herbe, et cela devrait être un jeu d'enfant. Je réfléchis quelques minutes, puis...

964 Des vues

Likes 0

Au milieu du milieu de septembre

Pour aucune raison particulièrement fascinante, je me suis retrouvé à rester avec ma tante Renée. Au cours du mois à venir, soit je retournerais dans l'Est, soit j'emménagerais dans l'appartement en copropriété que ma mère était en train d'acheter, juste au cas où j'aurais besoin d'un peu de temps libre. « Je savais déjà que j'avais besoin de temps tampon. J'avais aussi besoin de temps tampon pour lui expliquer pleinement la situation. J'avais, à un moment donné, compris qui j'étais censé être et plus tôt je pourrais y arriver et arrêter d'être qui j'étais actuellement, mieux ce serait pour moi et pour...

570 Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

464 Des vues

Likes 0

La camionnette - Baiser ma femme

Un soir, ma femme et moi dînions, le sujet d'un de nos fantasmes est venu. On l'appelait la camionnette. C'était un fantasme récurrent pour nous de ramasser plusieurs mecs et de les faire baiser ma femme à l'arrière d'une camionnette. Cette fois, nous avons décidé de le faire, nous avons donc attendu le week-end. Nous avons loué une camionnette blanche pour la nuit et sommes allés au centre-ville à la recherche de quelques beaux mecs en bonne santé. Elle portait une mini-robe noire décolletée et avait un lit fait dans le dos. Nous avons roulé un peu et sommes tombés sur...

451 Des vues

Likes 0

Frère et soeur seuls à la maison

C'est une histoire fictive Bonjour chers lecteurs, je m'appelle Young, et je souhaite partager un secret que j'ai caché à mes parents depuis un an maintenant. J'ai 22 ans et ma soeur a 19 ans. Nous vivons tous les deux avec nos parents, ce qui aide beaucoup dans cette économie. L'histoire suivante est ce qui s'est passé en décembre 2010, alors que ma sœur et moi étions seuls à la maison pendant deux semaines avant Noël. Nos parents dirigent une entreprise à l'étranger et ils sont à peine à la maison. Juste pour commencer, je veux dire, j'ai toujours aimé ma...

601 Des vues

Likes 0

Violée par Bigfoot

C'est ma première fois du point de vue d'une femme. Dites moi ce que vous en pensez et si cela doit continuer... Violée par bigfoot C'est un accident bizarre qui m'a amené à cette situation. J'avais un peu froid, complètement nu, j'avais un violent mal de tête, une cheville douloureuse et j'étais coincé dans une grotte à mi-hauteur d'une montagne. Je ne me souviens pas avoir été amené ici, mais la créature qui a dû me sauver la vie devait vivre ici. Je ne l'ai pas beaucoup vu, puisqu'il a quitté la grotte vers l'aube. Tout ce dont je me souviens...

441 Des vues

Likes 0

TCA#11 - Jour des hivers froids

C'était une froide nuit d'hiver, à la fin de l'automne. Le brouillard s'était installé ; juste avant minuit et peu à peu envahi les rues. L'air était plein de brume et la visibilité devenait difficile, alors que je marchais dans les rues de la ville. Mon souteneur forcé de travailler dans la rue ce soir. J'espérais une nuit profitable ; pour le garder, lui et ses hommes de main, loin de moi et de ma famille. Je m'appelle Louise et je suis une mère célibataire de 21 ans et aussi une prostituée. J'ai une fille de trois ans, Misty (Melissa). Elle...

394 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.