Le Harem de l'Empereur - Partie 2

216Report
Le Harem de l'Empereur - Partie 2

2.

Je me suis réveillé le lendemain matin avec mon impératrice drapée sur moi par derrière. Son bras souple serrait ma poitrine et je sentais ses mamelons contre mon dos.
J'avais épousé Rayne pour des raisons politiques, la croissance de mon royaume nécessitait l'annexion d'un voisin, pratiquement de la même taille que Marad. Bien que mes généraux m'aient assuré que la capitale pouvait être capturée et la terre ajoutée à la mienne, les coûts en sang étaient trop élevés pour moi. Un mariage a été arrangé pour unir nos deux empires, mais en fait, Corlan a simplement été amené pacifiquement sous mon hégémonie.
Pensant que le mariage était arrangé, au cours des dix années de notre mariage, elle était devenue l'une des rares femmes à qui je tenais vraiment. Elle avait vingt ans de moins que moi à 30 ans, et m'avait donné trois enfants qui hériteraient un jour de l'empire. Ils étaient en train d'être instruits maintenant, à Corlanum. Rayne était mince et pâle avec des cheveux rouge vif, des seins petits et hauts et des fesses fermes.
Elle caressa mes pectoraux musclés et caressa ma nuque.
"Est-ce que la nuit dernière a survécu?" murmura-t-elle derrière moi.
« Elle l'a fait. J'attends avec impatience sa vie dans la citadelle.
"Mmm, assurez-vous de tout me dire à ce sujet." Je me retournai pour lui faire face et l'enveloppai dans mes bras. Sa silhouette était petite dans mes bras, plus menue que la majorité de mes femmes, et je croyais qu'elle avait pris son pied à l'idée d'être avec quelqu'un d'aussi puissant, à la fois politiquement et physiquement. Nous nous sommes embrassés passionnément, roulant autour du grand lit de plumes dans le plaisir du corps de l'autre. Elle a arraché sa tête de la mienne pour parler.
"Tu sais ce que je veux, Dom," dit-elle en utilisant son petit nom privé pour moi. "J'ai besoin que tu me remplisses." Je me suis roulé sur le dos. Mes muscles me faisaient mal à cause de l'entraînement que je leur avais donné la nuit dernière. Rayne retira doucement mes bras et fit glisser ses hanches hors du pantalon de soie ample dans lequel elle dormait. Autour de sa poitrine, elle avait un coup d'un tissu vaporeux qui couvrait ses seins mais ne faisait rien pour les cacher de la vue. Elle monta sur mes hanches et glissa ma bite dressée dans sa fente. Elle rebondit joyeusement sur moi alors que je me détendais sur le lit. Le trou de Rayne était petit et serré, convenant à son petit corps, et me procurait du plaisir comme peu d'autres savaient le faire.
« Ô mon empereur ! Mon roi!" cria-t-elle en roulant. "Fais ce que tu sais que je veux." C'était ironique que la seule femme dont je ne pouvais pas prendre la vie soit l'une des plus obsédées par sa propre mort. J'ai commencé par ses seins, tirant vers le bas la soie et pelotant ses petits seins. Satisfait qu'ils soient toujours là, je posai mes mains sur sa gorge.
"Oui! Fais le!" cria Rayne. J'ai commencé à resserrer mon emprise et à renier l'impératrice de l'air. Son vagin a libéré une vague de jus. Ses mains fouillaient mes avant-bras, mais je savais qu'elle serait mécontente si je relâchais la pression. Sa peau pâle a pris une teinte bleutée et ses yeux se sont exorbités de façon grotesque. Sur le point de noircir, elle a joui sur ma bite. Les jambes de Rayne agrippaient mes hanches comme un étau et sa chatte se convulsait autour de moi. J'ai grogné et j'ai tiré ma charge en elle. Mon entrejambe se heurta à sa douceur alors que je jouissais. Rayne frissonna et ses yeux se fermèrent d'extase. Je lui ai donné de l'air et j'ai jeté la femme inconsciente hors de moi. Elle avait l'air paisible et satisfaite allongée sur les oreillers, remplie de mon sperme.
— Dors bien, ai-je dit en me levant.
Mon emploi du temps aujourd'hui était assez typique. Cela commencerait par une promenade dans les rues de Maradrim, dans ma jeunesse je pouvais maintenir la loyauté avec une épée et ma force, mais à mon âge, il était plus important de cultiver l'image d'être un homme du peuple. Mes serviteurs m'avaient choisi une tunique d'or et de pourpre avec une cape écarlate. Ils ont pensé que la tenue n'était pas trop tape-à-l'œil pour donner l'impression d'être aristocratique, mais suffisamment riche pour m'imposer fortement en tant qu'empereur. J'ai enfilé ma couronne. C'était une simple bande d'un métal rare qui était léger, solide et d'argent brillant. Un sorcier cherchant ma protection avait prétendu l'avoir conjuré d'un volcan. Les émeraudes, les saphirs et les pierres de lune ont été ensorcelés pour planer au-dessus de l'anneau et tourner lentement en cercle. Un grand empereur avait le pouvoir sur les lois de la nature ainsi que sur les lois des hommes, j'étais donc toujours sûr de m'entourer de personnes habiles dans les arts magiques.
Ma coterie et moi sommes partis de la citadelle et avons continué vers le sud à travers Maradrim. Le public était toujours ravi de me voir et criait de la foule pour que je bénisse leurs bébés, visite leurs magasins et obtienne mes conseils royaux.
Les 24 années où j'avais dirigé la ville avaient été bonnes pour ses citoyens. Ils étaient à l'abri des envahisseurs et ma garde municipale appliquait strictement les lois de la ville. Avec mes armées apportant de nouvelles terres chaque année, il y avait toujours un flot de nouvelles marchandises à Maradrim, et tout le monde semblait s'enrichir grâce aux voyageurs, marchands et contrebandiers. Soudain, une jeune fille émergea de la foule, l'air paniqué.
"Empereur Domitien," haleta-t-elle. « Il y a eu un accident. Ma mère a besoin de toi. La femme était à la fin de son adolescence ou au début de la vingtaine, avec une peau sombre et des traits exotiques. Ses seins se sont déversés de son corsage bas à cause de l'effort de courir pour me trouver.
"Pourquoi? Ce qui s'est passé?" Normalement, j'enverrais le garde de la ville à n'importe quel type de désordre local, mais le sex-appeal de la fille m'intriguait. J'ai fait un pas vers elle.
L'expression peinée des filles se transforma en un sourire.
"Son pays est ravagé par des brutes", de sa main délicate jaillit un couteau méchant, apparemment conjuré à partir de rien. "Et elle a un tyran qui doit être envoyé." Elle s'est jetée gracieusement sur moi avec le couteau. J'ai senti mes anciens instincts de combat revenir, ma main a attrapé le poignet de la femme et l'a cassé d'un tour, le couteau que j'ai attrapé en l'air avec mon autre main, avant qu'elle ne puisse crier de douleur, je l'avais fait pivoter et j'avais le couteau pour sa gorge. C'était un sinistre morceau d'acier, courbé et noir.
« Votre mère pourrait-elle être la sorcière de Gyre ? » lui ai-je sifflé. Elle haleta seulement sous le choc de mes réflexes et de son poignet cassé. Mes gardes du corps se déplaçaient seulement maintenant pour contrôler la foule et m'isoler. "Réponds-moi!" dis-je en enfonçant légèrement le couteau dans la peau de sa gorge. L'assassin est resté silencieux. Mon sang était brûlant et ma bite s'enfonça dans la chair de l'assassin par derrière. J'ai alors décidé que cette chienne serait à moi avant de la tuer.
J'ai localisé le bâtiment le plus proche et j'ai fait irruption à l'intérieur, forçant la femme devant moi, cela semblait être celui d'un marchand de vin.
« Tout le monde dehors ! Les affaires de l'Empereur, ai-je crié. Les joyeux patrons se sont tus et ont couru vers les sorties sans autre provocation. Un de mes gardes a claqué la porte. J'ai soulevé l'assassin par le cou et l'ai plaquée contre une table, envoyant des verres de vin et des bouteilles rouler sur le sol avec fracas.
« Dis-moi qui t'a envoyé », ai-je demandé à nouveau, un couteau sous la gorge. "Ou tu meurs maintenant."
« Notre garçon envoie un message », répondit-elle méchamment. "Retirez vos troupes et quittez Gyre ou vous et tous ceux qui vous suivent mourrez douloureusement." Elle ponctua sa menace en crachant sur le bras qui la maintenait coincée.
"Je vous donnerais un message de retour, mais vous ne reverrez jamais votre dame."
J'ai déchiré son corsage. Ses seins se déversèrent et s'étalèrent contre sa poitrine, sains et pleins. La jupe céda facilement lorsque je forçai ses jambes à s'écarter. J'ai sorti ma bite de mes brèches et l'ai enfoncée dans la chatte de la femme. Elle hurla de douleur face à la brutalité.
« Espèce de violeur ! Vous mourrez entre les mains de ma maîtresse ! me cria-t-elle, mais ses mots pénétrèrent à peine ma soif de sang. Enragé, il ne m'a pas fallu plus d'une douzaine de coups pour éclater, éjaculant des tontes de sperme sur mon captif protestant.
Avec un rugissement, je retirai le poignard et le plongeai dans le sein gauche de l'assassin, à travers sa cage thoracique et dans son cœur. Elle regarda le couteau qui sortait de sa poitrine en état de choc, n'imaginant pas que je la tuerais tout en la remplissant de semence. Elle a toussé une rafale de sang, s'est cognée contre la table, puis est tombée molle et morte. J'ai fini de jouir avec un frisson puis j'ai reculé. Mon cœur battait la chamade et je me sentais à bout de souffle. C'est la réponse habituelle d'être attaqué, de baiser quelqu'un, puis de le tuer, le tout en moins de cinq minutes, je me suis effondré sur une chaise.
La porte s'ouvrit avec fracas et Marcus Thornton, mon conseiller le plus fiable, se précipita.
"Empereur, je suis venu de la citadelle quand je-" il s'arrêta quand il vit la belle fille morte, sanglante et violée sur la table. "Eh bien, je vois qu'on s'en est occupé," finit-il.
Je me levai lentement et me ressaisis.
« Elle a été envoyée par la sorcière, Marcus », dis-je.
"Vraiment? Oh cher. Eh bien, je suppose qu'elle est dramatique… » Le petit homme féerique s'interrompit en regardant le cadavre nu.
"Celui-ci n'ira pas tranquillement."
« Eh bien, nous l'avons toujours su, monseigneur. La sorcière a promis de nous embrocher et de donner à manger à tous les citoyens de Maradrim. Et puis il y avait ces têtes qui volaient autour de la citadelle en mangeant des serviteurs.
J'ai reniflé. "Des trucs."
« Mais elle ne ferait pas un geste aussi spectaculaire à moins de se sentir dos contre le mur. Nos campagnes doivent faire des ravages.
« Je vois à peine comment. Pour chaque soldat à moi qui tombe, elle le fait marcher à nouveau dans son armée.
« Ne perdez pas espoir. Nous devons l'atteindre. Je ne répondis pas, serrant seulement ma mâchoire dans une détermination frustrée.
« Je suppose que cette expédition est terminée alors. Allez-vous rencontrer vos généraux ce soir ? J'ai balayé ma cape autour de moi et je suis sorti en trombe du bar.
« Pas ce soir, Marcus. J'ai besoin de sentir quelque chose mourir.

A continué...

Articles similaires

JOURNAL D'UNE MÈRE AU FOYER : PARTIE 1

3 septembre Cher journal, Je m'appelle Tilly Crawford et au cours des dix dernières années, j'ai été la mère au foyer de la Delta House Fraternité ici à State U. Une autre année d'école a commencé hier et les garçons se préparent pour la ruée vers les promesses de fraternité. semaine en organisant des soirées et bien sûr des portes ouvertes pour permettre aux nouveaux étudiants de se faire une idée s'ils souhaitent rejoindre Omega House. Ce fut un long été pour mon journal intime, être avec les garçons me manque vraiment et bien sûr ma chatte a manqué l'attention qu'elle...

634 Des vues

Likes 0

Le Barfly - ch. 2, réécrire

Prologue Je tiens à remercier ceux qui ont lu mes histoires en les commentant. Ceci est une réécriture complète du deuxième chapitre de mon histoire The Barfly initialement publiée dans le forum. Je voudrais demander à ceux d'entre vous qui m'honorent avec des votes négatifs en groupes de laisser des commentaires afin que je puisse savoir ce que les lecteurs n'aiment pas dans mes histoires. Je voudrais également demander à ceux d'entre vous qui aiment mes histoires de me lancer un mot pour les garder dans une position accessible. Prendre plaisir J. Bailey Le Barfly, ch. 2, réécrire Il s'est réveillé...

519 Des vues

Likes 0

New Jock Tales Chapter 3 Sophomore Year-13

New Jock Tales --- Deuxième année—CH 3—13 et une Ducati Vers 10h30, on frappa à la porte. C'est quoi ce bordel C'était Mark Mattox, et il a dit qu'il avait un nouveau contrat pour moi, si j'étais intéressé. J'ai dit bien sûr, mais cet accord n'avait rien à voir avec le sexe. Il a dit que je ramènerais de la dope d'Austin à Tyler, tous les week-ends. Cela coûterait 150 $ le voyage, et ce serait un kilo de dope. Personne ne regarderait une jeep pour transporter de l'herbe, et cela devrait être un jeu d'enfant. Je réfléchis quelques minutes, puis...

964 Des vues

Likes 0

Au milieu du milieu de septembre

Pour aucune raison particulièrement fascinante, je me suis retrouvé à rester avec ma tante Renée. Au cours du mois à venir, soit je retournerais dans l'Est, soit j'emménagerais dans l'appartement en copropriété que ma mère était en train d'acheter, juste au cas où j'aurais besoin d'un peu de temps libre. « Je savais déjà que j'avais besoin de temps tampon. J'avais aussi besoin de temps tampon pour lui expliquer pleinement la situation. J'avais, à un moment donné, compris qui j'étais censé être et plus tôt je pourrais y arriver et arrêter d'être qui j'étais actuellement, mieux ce serait pour moi et pour...

570 Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

464 Des vues

Likes 0

La camionnette - Baiser ma femme

Un soir, ma femme et moi dînions, le sujet d'un de nos fantasmes est venu. On l'appelait la camionnette. C'était un fantasme récurrent pour nous de ramasser plusieurs mecs et de les faire baiser ma femme à l'arrière d'une camionnette. Cette fois, nous avons décidé de le faire, nous avons donc attendu le week-end. Nous avons loué une camionnette blanche pour la nuit et sommes allés au centre-ville à la recherche de quelques beaux mecs en bonne santé. Elle portait une mini-robe noire décolletée et avait un lit fait dans le dos. Nous avons roulé un peu et sommes tombés sur...

451 Des vues

Likes 0

Violée par Bigfoot

C'est ma première fois du point de vue d'une femme. Dites moi ce que vous en pensez et si cela doit continuer... Violée par bigfoot C'est un accident bizarre qui m'a amené à cette situation. J'avais un peu froid, complètement nu, j'avais un violent mal de tête, une cheville douloureuse et j'étais coincé dans une grotte à mi-hauteur d'une montagne. Je ne me souviens pas avoir été amené ici, mais la créature qui a dû me sauver la vie devait vivre ici. Je ne l'ai pas beaucoup vu, puisqu'il a quitté la grotte vers l'aube. Tout ce dont je me souviens...

441 Des vues

Likes 0

TCA#11 - Jour des hivers froids

C'était une froide nuit d'hiver, à la fin de l'automne. Le brouillard s'était installé ; juste avant minuit et peu à peu envahi les rues. L'air était plein de brume et la visibilité devenait difficile, alors que je marchais dans les rues de la ville. Mon souteneur forcé de travailler dans la rue ce soir. J'espérais une nuit profitable ; pour le garder, lui et ses hommes de main, loin de moi et de ma famille. Je m'appelle Louise et je suis une mère célibataire de 21 ans et aussi une prostituée. J'ai une fille de trois ans, Misty (Melissa). Elle...

394 Des vues

Likes 0

Beaucoup de pisse et de merde..

J'avais juste besoin de raconter cette histoire. Ce genre de m'excite. faire savoir au monde ce que j'ai fait. j'espère que ça vous plaira et que vous apprécierez. laissez des remarques. Salut, je suis Sonia, une indienne, une femme. C'est une expérience vraiment cool que j'ai vécue, et s'il vous plaît, ce n'est pas une œuvre de fiction... c'est la vraie vie... alors attachez vos ceintures... Je suis dans un pensionnat... en Inde même, et j'ai un joli corps... pas très développé, mais c'est quand même agréable à regarder et je suis blonde... J'ai les cheveux longs, ce que j'aime bien...

400 Des vues

Likes 0

La petite princesse de papa Part2

Baissant les yeux, il se sourit en voyant sa petite princesse le regarder avec de l'amour dans les yeux. Et il gémit de plaisir quand il sentit sa main caresser sa bite pour revenir à la vie après la baise de gorge qu'il lui avait donnée. « Avez-vous appris votre leçon ? » Il demande. Son petit cul brûlant et piquant encore alors qu'elle le frottait baissa les yeux et répondit « Oui papa. Je ne vais plus me battre à l'école. « Bien » soupira-t-il, « Maintenant, allons vous nettoyer. » Elle se leva d'un bond, prit papa par la main et le tira hors de la chaise...

902 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.