Reine Yavara: Chapitre 37

76Report
Reine Yavara: Chapitre 37

Chapitre trente-sept

BROCHE

"S'il vous plaît!" L'éclaireur elfe hurla.

« Je ne comprends pas pourquoi vous vous plaignez », dis-je en le chargeant dans le trébuchet, « je vous renvoie à votre armée.

"Tiens-toi bien à ça, Impérial, et ne le lâche pas trop tôt." Trenok grogna, attachant les sangles du parachute aux poignets de l'homme terrifié.

« Ça ne marchera pas ! » Il pleure.

Je m'agenouillai à son niveau et posai une main compatissante sur son épaule. « Le progrès se fait en faisant taire les sceptiques, petit impérial. Tous les grands scientifiques de notre époque étaient autrefois traités de fous pour leurs idées.

« De grands scientifiques ? » Trenok a ri, "Quels calculs avez-vous fait?"

"Vous n'avez pas besoin de ces conneries mathématiques si vous croyez simplement en vous-même."

« Inspirant. Vont-ils graver cette citation dans l'atrium de la bibliothèque qui porte votre nom ? »

"Être un malin signifie simplement que vous avez de la merde pour le cerveau, Trenok." J'ai grogné et j'ai commencé à actionner le levier.

L'éclaireur elfe ferma étroitement les yeux et commença à prier.

"Dieu ne t'aidera pas, fils." J'ai dit, regardant la trajectoire avec mon pouce : « Nous sommes dans une nouvelle ère d'illumination. Faites confiance à la physique, car la résistance de l'air est votre seul sauveur maintenant. Prêt?"

Et avant qu'il ne puisse répondre, j'ai marché sur le déclencheur, et son cri a sifflé hors de portée de voix alors qu'il volait dans les airs. Il devint un peu plus qu'un point dans le ciel, puis son parachute s'ouvrit et il s'écrasa contre la falaise.

"Merde", ai-je grommelé alors que la silhouette sans vie tombait sur le sol, "je pensais vraiment que ça marcherait."

"Attendez, vous l'avez fait?"

"Ce n'était que la première expérience." J'ai travaillé ma mâchoire de manière contemplative: «Peut-être qu'il était trop léger. Si nous attachons trois elfes ensemble, cela ferait à peu près le poids d'un orc, n'est-ce pas ? »

"La reine pourrait simplement soulever un orc là-haut avec son esprit."

« Aussi puissante soit-elle, sa capacité est encore limitée. De plus, nous ne pouvons pas dépendre de la magie pour résoudre tous nos problèmes. J'ai fait reculer le chariot du trébuchet et l'ogre derrière nous y a chargé un rocher. J'ai donné un coup de pied à la libération, et le grand moteur a jeté le rocher bout à bout à travers le terrain, au-dessus de la faille, et s'est écrasé dans une baliste au sommet de Mid Fort. Il y eut un boum, une explosion de bois et de métal, et les corps agités des impériaux tombant en cascade du haut. Une acclamation s'éleva dans nos rangs, et la ligne d'engins de siège lança sa salve d'un coup.

Des dizaines de rochers et de missiles enflammés ont traversé les airs. Certains ont explosé contre le flanc de la falaise, certains ont navigué proprement au-dessus, mais quelques-uns ont atteint leur cible, se brisant contre les murs et les remparts de Mid Fort, envoyant des débris dans les airs. Pas plus d'une minute plus tard, les Highlanders ont répondu. De grands rochers et des lances balistes s'élevaient du haut de la falaise, puis suspendus dans les airs pendant un moment avant de dévaler. Je m'appuyai contre le trébuchet et serrai les dents, attendant, attendant, attendant. Puis, il y eut un tonnerre sur terre. Le trébuchet à côté de moi explosa en arrière, les grandes poutres lancées dans les airs comme du bois flotté abandonné, renversant avec les corps brisés d'ogres et d'orcs. Un rocher s'est écrasé dans l'espace à côté de moi, l'impact m'a projeté sur le dos, laissant un cratère de cinq pieds de profondeur dans le pergélisol de la toundra. Au fond de celui-ci, la boue rouge de ce qui avait été mon ogre de chargement était éclaboussé partout sur les parois du cratère.

Le sol trembla d'impacts pendant encore dix secondes, puis tout fut silencieux. Je jetai un coup d'œil à Trenok, qui se tenait nonchalamment à côté du trou où s'était trouvé notre ogre.

"Tu penses que c'est assez pour ce matin ?" Je lui ai demandé.

"J'ai fini si vous l'êtes."

« Voyons ce que pense le vieil homme. J'ai tendu la main et j'ai sorti le miroir de Yavara. Je l'ai tapoté une fois et le visage du maréchal Shordian est apparu.

"Brock, tu es toujours en vie." Il grommela, l'air déçu.

« Avez-vous apprécié l'appel au réveil, maréchal ? Ou n'aviez-vous pas vos appareils auditifs?

"Je passe des calculs rénaux plus gros que les pierres que vous me lancez."

Trenok en a ri. « Pourquoi tous les Highlanders ne peuvent-ils pas être comme toi, Shordian ? Ceux que nous recevons sont toujours en train de se faire chier.

"Ils ne sont pas non plus très aérodynamiques." J'ai ri.

Shordian grogna. C'était peut-être un rire. « Où est ta reine ? Elle est généralement là pour jouer au catch.

"Vos ingénieurs sont si mauvais pour calibrer vos armes qu'elle a décidé que ses talents seraient mieux utilisés ailleurs."

Sa lèvre se retroussa. "Eh bien, je pense qu'aujourd'hui est une bonne journée pour un échange de prisonniers." Il se dirigea vers une catapulte et tourna le miroir. Jefrok était attaché à un rocher, l'air aussi terrifié que l'elfe que j'avais lancé. Shordian donna un coup de pied au déclencheur et la catapulte se balança. Je détournai les yeux du miroir pour voir un rocher lancé depuis Mid Fort, lent jusqu'au précipice de son arc au-dessus de sa tête, puis s'effondrer. J'ai entendu son cri avant qu'il ne s'écrase dans les marais derrière nous.

"Huh," grogna Shordian, "Je suppose que vous ne pouvez pas voler non plus."

J'ai tapoté le verre et j'ai levé les yeux vers Trenok. Nous savions tous les deux que Shordian nous poussait à dépenser nos munitions. Nous ne nous en soucions pas non plus. J'ai ordonné à tous les moteurs de se charger et nous avons plu sur Mid Fort jusqu'à ce que le soleil atteigne son apogée.

YAVARA

Il faudrait au moins une autre semaine aux équipes de construction pour terminer le relais miroir d'Ardeni à Alkandra, mais le relais entre la faille et Alkandra était presque terminé. Cela m'a surpris qu'Alkandi n'ait jamais daigné établir des communications entre Bentius et Alkandra. La structure était déjà là depuis l'époque de l'impérialisme des Highlands; tout ce qui devait être remplacé était les miroirs eux-mêmes. J'ai flotté au-dessus des marais et j'ai soigneusement positionné le verre circulaire dans son appareil au sommet de l'ancienne tour de pierre. Le miroir s'enclencha et je le tournai jusqu'à ce que je voie le reflet lointain de son reflet à huit kilomètres de l'autre tour. J'ai dessiné un sigil sur le verre, puis je l'ai empoigné. Le visage de Brock est apparu.

"Ma reine?" Il a demandé.

« Je teste juste le relais. Comment ça se passe?"

"Nous avons frappé Mid Fort avec un barrage prolongé aujourd'hui, avons réussi à abattre un quart de son mur extérieur. Vingt-trois unités ont atteint le sommet de la faille, faisant treize cents victimes et en faisant environ la moitié. Nous avons capturé des éclaireurs et les avons interrogés. Ils n'avaient aucune information utile, alors nous les avons renvoyés dans leur camp.

« Vous devriez avoir deux mille renforts qui arrivent demain. Comment les orcs d'Ardeni s'en sortent-ils ?

"Ils sont très bons pour mourir, et puisque c'est la guerre, je suppose qu'il y a quelque chose à dire pour cela."

J'ai roulé des yeux. "Continuez, Broc." Et j'ai empoigné le verre. J'ai dessiné un autre sceau dessus et j'ai attendu. Après presque vingt minutes, le verre s'est enfin illuminé, et une Adrianna très confuse et échevelée est apparue.

"Ma reine?" Elle a demandé. La pièce dans laquelle elle se trouvait n'avait pas de fenêtre, seule la lumière vacillante des torches illuminait son visage. Même si ses joues étaient rouges, elle paraissait plus pâle que d'habitude.

"Mauvaise gueule de bois?" J'ai rigolé.

"Non, je veux juste... juste m'assurer que le clan de Titus se sente... chez lui." Sa voix était lente, chaque mot semblant provenir d'elle dans un ronronnement ivre. Elle pencha la tête, ses cheveux platine tombant en cascade avec luxure, et sur son élégant cou, je vis apparaître deux petites plaies perforantes. Elle gémit lorsqu'un point d'aspiration de la taille d'une bouche se forma autour des pointes, et lorsqu'elle se pencha en arrière, je vis que ses seins amples étaient déformés comme s'ils étaient saisis par de grandes mains invisibles.

"Elle a été très docile." La voix amusée de Titus résonna : "Je ne me souviens pas d'avoir eu un hôte plus aimable."

Les yeux d'Adrianna se révulsèrent et sa tête tomba sur une épaule invisible. Elle était doucement allongée sur le corps sur lequel elle reposait, et j'étais au premier rang pour ce qui lui était fait. Sa petite chatte rose était élargie par rien du tout, la chair rubis à l'intérieur tordue comme un tunnel jusqu'à son ventre. Je pouvais voir les poussées qui lui étaient infligées par la façon dont ses lèvres alésées se déplaçaient d'avant en arrière et la façon dont son col de l'utérus était méthodiquement poussé vers l'intérieur. Puis il y eut une échancrure de mains sur ses cuisses souples, et je vis à l'angle de leurs pouces qu'un homme venait de passer devant la vitre. La bite invisible de Titus a été lentement retirée de la chatte d'Adrianna, et le trou féminin s'est détendu épuisé, les pétales en ruine se fermant partiellement. J'ai vu la pression de sa queue se déplacer le long de sa teinte de bonze humide, pousser contre son anus enroulé rose et l'ouvrir. Un nouveau tunnel s'est formé dans son plancher pelvien, son rectum s'ouvrant jusqu'à ce que le bord soit blanc, son canal lisse décadent violé jusqu'au côlon. L'homme devant ouvrit la fente que Titus avait laissée vacante, et bientôt, les deux trous d'Adrianna furent étirés jusqu'au fond. Adrianna poussa un cri rauque, ses cuisses tremblant de spasmes, ses tunnels rubis se serrant de plaisir autour d'épaisseurs invisibles. Inutile de dire que je me masturbais furieusement.

Quelqu'un a pris le miroir et m'a montré toute l'étendue de la débauche. Voir à travers le verre rendait les vampires invisibles pour moi, mais je pouvais discerner leurs contours par la position des corps nus des hybrides. Furia flottait dans les airs, son anus et sa chatte ouverts, sa bouche suçant hédoniquement un homme invisible, ses seins déformés par des lèvres allaitantes, sa bite crachant d'épaisses gouttes de sperme dans la gorge d'une femme translucide. Eva chevauchait le visage de quelqu'un, son cul épais s'écartait largement pour accueillir une autre bouche sur son trou sale, sa bite devenait blanche avec la pression de l'intérieur de quelqu'un. Elle avait une poignée de cheveux invisibles et enfonçait sa langue dans la bouche du vampire alors qu'elle l'étouffait (ou lui) avec son autre main. Les pauvres Soraya et Alexa étaient liées par des cordes et du cuir, hurlant autour de gag-balls alors qu'elles étaient violées dans chaque trou. Aux formes de leurs entrées en ruine, je pouvais voir qu'elles portaient plus d'un homme chacune. Leurs corps étaient criblés de deux plaies perforantes et ils étaient exposés sur la table comme des repas gratuits à prendre par tous. Même la petite bite rigide d'Alexa avait été nourrie. Brianna partageait la bouche avec Kiera alors qu'ils chevauchaient leurs montures, leurs bassins s'aplatissant, leurs dos arqués pour s'adapter aux hommes qui endommageaient leurs canaux arrière. Kiera caressa une tête invisible devant elle, et la salive coula sur sa bite alors que sa chair était en retrait par succion. Faltia était suspendue par les bras au plafond, les jambes écartées en grand écart latéral, le dos courbé douloureusement de plaisir. Son cul s'agita, puis ses cuisses, et je pouvais discerner à la façon dont son corps se balançait dans les airs que de nombreux hommes se relayaient avec elle.

C'était comme une scène de ma propre imagination. Ils étaient là, les enfants de ma chair, dansant leur danse primitive avec apparemment personne du tout. C'était ma vision pour eux, et c'était arrivé. Ils étaient comme moi en tous points, leurs esprits corrompus comme le mien, leurs corps déformés comme le mien, leurs âmes souillées comme la mienne. J'aurais aimé être là. J'aurais aimé pouvoir oublier la guerre, m'envoler pour Alkandra et être qui j'étais censé être. À ce moment-là, tout ce que je pouvais faire était de pousser mes doigts plus profondément, envahissant mon cul et ma chatte, mon pouce se tordant contre mon clitoris alors que mes yeux passaient d'une personne à l'autre. L'orgasme est venu, et mon esprit a lâché son pied aérien. Je suis tombé contre le miroir avec un cri, l'appareil a pivoté sur sa base gyroscopique, et l'alimentation a été coupée. Je ne voyais que mon propre reflet alors que je haletais d'extase, embuant le verre avec mes expirations. Quand mon souffle s'est calmé, je me suis retiré de la vitre et je me suis éloigné de la tour. Oui, la scène m'avait semblé paradisiaque, mais il manquait une personne.

ÉLÉNA

Mes sites ont été mis sur Lord Sherman Huntiata. Il avait été l'homme de Ternias avant la bataille, mais pour autant que je sache, c'était uniquement parce que Ternias avait aidé à remplir ses coffres. Si le renversement prévu de la couronne par Ternias ne se passait pas bien devant le tribunal, Huntiata veillerait à ce que le coup d'État réussisse. Maintenant Huntiata avait perdu sa montre de la ville à cause d'une grève, et donc Ternias avait perdu Huntiata. Si Leveria avait le pouvoir qu'elle avait auparavant, la perte aurait été un coup mortel littéral pour Ternias, mais Leveria ne pouvait pas se permettre d'attaquer un noble majeur alors que sa position était si faible. Cela faisait du seigneur la prostituée la plus prisée de la cour, et il était cher.

"Un million de pièces d'or." Il a dit.

J'ai tiré une longue bouffée de ma pipe. "Un million." répétai-je.

"Le coût du salaire de mes hommes pendant un an, plus une prime pour assurer leur fidélité." Il a ricané, "Plus un bonus pour assurer le mien."

Je me suis rassis sur ma chaise. « Combien lord Ternias vous a-t-il offert ?

« Un maigre cent mille. Si c'est tout ce que le roi Dreus est prêt à donner, alors je crois qu'il a perdu confiance en Lord Lucas Ternias.

«Il est plus probable qu'il ne puisse plus faire passer ce genre d'argent en contrebande à travers les Midlands. On m'a dit que plusieurs caravanes se dirigeant vers Castle Thorum étaient séquestrées par des patrouilles d'Alkandran.

"Je suis conscient." Huntiata m'étudia attentivement.

"Mon Seigneur?" J'ai demandé.

« Lorsque Lady Droughtius m'a approché à votre sujet, je n'avais que deux questions à lui poser : êtes-vous discret et que pouvez-vous me donner ? J'exige la discrétion, car on ne peut jamais me voir fréquenter quelqu'un comme vous.

"Un elfe au sang noir."

"Oui."

« Et quant à ce que je peux vous donner ?

— Dame Droughtius m'a dit que vous aviez de nombreux contacts à Alkandra. Selon vous, combien d'argent traverse la ville des bêtes chaque jour ? »

"Des dizaines de milliers?"

"Mes estimateurs pensent que ce sont des millions. La ville attire des navires de commerce des basses terres, des pics barbus, des îles hivernales, de Hektinar, de Terondia et de Drastinar.

Je me suis penché en avant. "La Reine des Ténèbres est peut-être disposée à vous financer, mon seigneur, mais le paiement ne viendrait qu'après la fin de la guerre."

"Après la fin de la guerre, la Reine des Ténèbres sera crucifiée sur la place de la ville." Huntiata grogna : « Je ne suis pas un traître, ambassadeur, et vous devriez vous en souvenir. Je voterai pour un armistice, mais cette guerre ne sera jamais finie tant que la putain ne sera pas morte !

"Bien sûr," j'ai souri, "mais il n'y a pas de mal à prendre l'argent d'une pute, n'est-ce pas?"

Son expression s'adoucit. "Non bien sûr que non. L'argent, c'est de l'argent. Il se tordait la moustache : « Mais j'ai besoin d'argent maintenant. J'ai hâte qu'un armistice soit signé. Cela pourrait prendre des années.

« À moins que nous signions un armistice maintenant. Nous évitons le désastre imminent des ressources et pouvons nous préparer à un nouvel assaut sur Alkandra après que la folle reine noire ait gaspillé tous les avantages qui lui étaient accordés.

"Oui," marmonna Huntiata, "mais ce sera une pilule difficile à avaler pour beaucoup d'officiers de quart si je signe un armistice avant qu'ils ne soient payés. Cela me fera paraître faible, et ce sont de bons garçons, Lady Straltaira, des patriotes jusqu'à la moelle. Vous devez comprendre l'optique.

J'ai tiré une autre bouffée de ma pipe, passant en revue mes options qui s'amenuisent. « Je vais voir ce que je peux faire avec mes contacts à Alkandra », ai-je finalement dit.

"J'attendrai votre parole." dit-il, se levant intelligemment et marchant vers la porte.

"Est-ce tout?" Je lui ai demandé.

« Y a-t-il autre chose ? » Il a demandé en nature, enfilant une écharpe et un chapeau.

Je posai la pipe sur la table et me levai langoureusement de la chaise. Huntiata m'a regardé avec une expression perplexe alors que je me dirigeais vers lui, mes hanches larges dansant dans ma robe de cocktail moulante. "Je suis sûr que vous avez entendu parler de ma façon de faire des affaires," dis-je d'un ton sensuel, en saisissant doucement son écharpe, "la plupart des gens terminent un accord par une poignée de main, mais je suis un peu... peu orthodoxe."

Huntiata a regardé de ma main à moi. Je souris et commençai lentement à retirer son écharpe. Puis sa main était sur mon visage, et l'arrière de ma tête a été enfoncé dans le mur, et avant que je ne m'en rende compte, ses doigts étaient autour de ma gorge, son masque grognant à quelques centimètres, son haleine puante remplissant mes narines.

"Tu penses que je suis un pédé idiot à la recherche d'un petit con?" Il grogna, serrant si fort que mon visage était violet et mes yeux larmoyants. « Tu penses que je te toucherais un jour ?! Espèce de garce pédée à la peau noire, espèce de putain de putain de monstre ! Comment oses-tu mettre la main sur moi !" Il m'a craché au visage, m'éclaboussant les yeux, les joues et les lèvres de sa salive couleur tabac. Il s'est moqué de moi, "Tu es dégoûtant, une ordure sous-humaine, le rejeton d'une chatte de démon suppurée même pas apte à rouler dans ma merde!"

Il était fort pour un homme plus âgé, sa poigne de fer me volant le souffle, fermant ma trachée jusqu'à ce que je ne puisse même plus grincer. Ma bite était dure comme de la pierre et ma chatte coulait avec empressement. Il a poussé son autre main brutalement le long de ma jupe et a attrapé mon membre, le serrant jusqu'à ce que les larmes coulent de mes yeux. C'était angoissant, c'était humiliant, et c'était si grand que je suis venu juste là, crevant ma bite resserrée pour décharger dans sa main. Il retira sa main et regarda avec dégoût la toile dégoulinante que j'avais laissée entre ses doigts. Il rugit, puis caressa à nouveau mon visage, étalant mon sperme sur mon nez et ma bouche, le mettant dans mes cheveux. À travers le serrement tortueux de ma gorge, j'ai réussi à gémir. Son visage se tordit de rage. Il relâcha ma gorge, passa ses mains dans mes cheveux et me poussa à genoux. Je n'ai pas eu besoin d'instructions supplémentaires. J'ai baissé son pantalon et il a poussé sa viande épaisse dans ma bouche.

Il a été brutal avec moi. Il a écrasé son entrejambe contre mon visage, écrasant mon nez et mes lèvres contre son bassin, plongeant sa bite profondément dans mon gosier. Il a appuyé l'arrière de ma tête contre le mur, se tenant à l'intérieur de moi, regardant vers le bas avec des yeux remplis de mépris. Puis il a commencé à pousser, pompant entre la succion serrée de mes lèvres, perçant ma gorge encore et encore jusqu'à ce que je me glousse autour de lui, des giclées vulgaires émanant de ma bouche, des bâillons coulant de mon cou violé.

« Sale putain de salope à la peau foncée ! Il a grogné, mon sperme coulant de mon visage et de son entrejambe, mon beau portrait profané, rendu moche pour son désir. Je l'ai attrapé par le cul, il m'a tiré les cheveux en arrière et m'a giflé violemment au visage. « Putain, ne me touche pas ! Il rugit et j'enfonçai désespérément mes mains entre mes jambes, caressant violemment ma bite, doigtant ma chatte qui fuyait pour que son étouffement humide retentisse au rythme des contractions humides de mes lèvres et de ma gorge. Il m'a pincé le nez, ce qui m'a empêché de respirer, et la seule façon de m'en sortir était de le faire jouir.

J'ai sucé avec une voracité animale, le consommant pendant qu'il exécutait ses délices odieux, enroulant mon cou autour de son organe plongeant alors qu'il étirait mon gosier. Son visage est devenu rouge, ses dents découvertes. Mes cris gargouillants ont augmenté en tandem avec ses grognements et ses grognements croissants, et ma voix était haute et vraie quand il a arraché sa bite et m'a aspergé le visage de son sperme. J'ai joui une deuxième fois, tout mon corps tremblant de violence, le tapis de mon bureau trempé entre mes jambes alors que mes deux organes sexuels se libéraient en même temps. Il a vidé le reste de son jus dans ma bouche ouverte, puis m'a giflé à nouveau. Je suis tombé par terre, mon visage tellement couvert qu'il s'est éclaboussé quand ma joue a heurté le tapis. Alors même que les piqûres de ses abus me brûlaient, la brûlure dans mes bas a augmenté et j'ai broyé mes cuisses ensemble, gémissant pour plus.

"Pathétique." Il a ricané et a craché sur moi.

« Vous reverrai-je, monseigneur ? haletai-je avec un sourire.

"A la Cour Noble, Ambassadeur." Il a grondé.

Je lui souris. "Tu sais ce que je voulais dire."

Il fourra sa queue dans son pantalon et prit son manteau sur le portant. "Même heure demain." Il grommela et sortit par la porte.

Je me décollai du tapis, soupirant de contentement avec mon nouveau masque de foutre collé sur mon visage. Je suis allé à la fenêtre et j'ai regardé Huntiata saluer ses gardes à l'extérieur et marcher dans la rue. Je savais qu'il regarderait en arrière. Il l'a fait, et il m'a vu, et j'ai souri et fait signe. Il ne m'a pas reconnu, mais il a marché avec un ressort supplémentaire dans son pas sur le boulevard. Je soupirai et me reposai sur la causeuse de l'alcôve. Jamais depuis Brock, un homme ne m'avait traité comme ça. J'avais presque oublié à quel point je l'aimais.

"Tu l'as eu maintenant, Elena." Je me suis dit : « Hameçon, ligne et plomb. Il n'a jamais rien eu comme toi. J'ai passé mon doigt le long de ma joue, j'ai pris une cuillerée de glaçage mélangé et j'ai savouré le goût de la victoire avec un claquement de lèvres.

LEVÉRIA

"... nous sommes désolés, Votre Altesse, mais l'empereur ne fera pas de commerce à crédit." La liaison de Terondia a dit sur mon miroir. C'était une étrange race d'elfes, à la peau dorée, aux cheveux auburn et aux yeux ambrés. L'empire elfique qui résidait sur le continent de Balamora était ancien et les lignées avaient été déformées au cours des millénaires.

"Et pourquoi pas?" J'ai demandé: "Le Royaume des Highlands a toujours payé ses dettes."

"Il nous faut une année complète pour faire un aller-retour." L'agent de liaison sourit pitoyablement : « Nous ne savons même pas s'il y aura un royaume des Highlands à notre retour.

J'ai déguisé une grimace en sourire. "Il y en aura un si vous nous aidez maintenant."

Il secoua la tête. "Je suis désolé, Votre Altesse, mais je dois retourner à mon empereur avec des biens, pas avec des promesses." Et il toucha le miroir. Je me suis rassis sur ma chaise, j'ai attrapé un coussin et j'ai crié dedans. Les principautés naines et les royaumes humains de Balamora m'avaient tous donné la même réponse, et les navires qui se dirigeaient vers les Highlands avaient décidé de braver la côte sud à la place, et d'aller à Ardeni et Alkandra. Il n'y aurait plus de navires. Les tempêtes hivernales ravageraient les mers et il faudrait six mois pour que le commerce intercontinental reprenne. Je me suis repris, j'ai dessiné un sceau sur le miroir et je l'ai empoigné.

"Votre Altesse." dit le maréchal Shordian.

"Donnez-moi de bonnes nouvelles."

Il leva les yeux vers le ciel. "Il fait beau."

"Peter..." ai-je grogné.

"C'est tout ce que j'ai à dire sur le front des" bonnes nouvelles ". Maintenant, voulez-vous la mauvaise nouvelle ? »

J'ai agité la main.

« Les approvisionnements diminuent, les moteurs se détériorent et le moral est au plus bas. L'ennemi atteint le sommet de la faille le long de dizaines de secteurs par jour et ne fait pas de prisonniers. Les renforts arrivent plus lentement avec la multiplication des brèches, arrivant parfois trente minutes après. Il ne faudra pas longtemps avant que l'ennemi puisse s'établir dans l'un des secteurs et commencer à canaliser des troupes par-dessus le mur.



Je me suis frotté les tempes. "Mais au moins il fait beau, hein ?"

"J'étais désinvolte. C'est vrai qu'il fait un peu froid. » Shordian regarda le paysage : « L'hiver sera bientôt sur nous, ma reine, et cette armée était équipée pour être une unité d'attaque rapide. Nous sommes mal approvisionnés pour un retranchement prolongé. Nous avons besoin de fourrures et de nourriture.

Je n'ai pas répondu tout de suite. C'était la saison des récoltes dans les Highlands, et les récoltes étaient abondantes comme elles l'ont toujours été. Le seul problème était qu'il n'y avait personne pour les récolter. Des dizaines de milliers d'agriculteurs bordaient le Highland Rift, tenant des épées au lieu de socs. J'avais parié que nous écraserions Yavara un mois avant la saison des récoltes, et j'avais perdu.

« Des fourrures et de la nourriture, dis-je, vous les aurez, maréchal.

Il acquiesça solennellement et caressa le miroir. J'étais sûr que c'était l'enfer sur la Faille des Highlands, mais à ce moment-là, il était évident que Shordian était content d'être là, et pas à ma place. Condamner la population à la famine pour que nous puissions nourrir l'armée était une décision que j'espérais ne pas avoir à prendre, mais il n'y avait aucun doute sur qui je choisirais si le choix se présentait. Pourtant, le choix lui-même a été un échec. J'avais l'impression d'être un oiseau aux plumes de vol arrachées, piaillant comme un fou devant un chat amusé. Quelle danse ferais-je ensuite ? Quelle plaisanterie me maintiendrait en vie quelques précieuses secondes de plus ?

J'ai pris deux respirations rapides par le nez et j'ai dessiné un autre sceau sur le miroir.

"Seigneur Davin." J'ai souri à l'émissaire nain : « Avez-vous un moment ?

« L'accord n'a pas changé, Votre Altesse. Nous ne prenons pas de crédit; nous prenons de l'or.

"Je te donne la province de Ternianas !"

Il haussa les sourcils. "Et Lord Ternias m'a promis la province de Tiadoanas, qui est beaucoup plus précieuse, mais je ne prends pas de terres qui pourraient appartenir à la Reine Noire dans quelques semaines."

"Elle n'envahira pas !"

"Ce n'est pas ce que tu as dit quand tu essayais de me justifier ton invasion."

"Son ambassadeur m'assure qu'elle a changé d'avis."

"Si tu croyais ça, alors je pourrais."

"Seigneur Davin, s'il vous plaît."

L'émissaire caressa sa grande barbe rousse. "Nos caravanes ont dû passer par les saules pour obtenir des marchandises des basses terres et d'Alkandra. Nous perdons un tiers de nos importations avant même qu'elles n'atteignent le col. Supprimez votre blocus au South Trade Fort, et j'envisagerai de négocier un accord à court terme.

« Ce blocus est mon seul levier, Lord Davin. Si vous voulez qu'il soit retiré, vous honorerez mon premier contrat.

« Notre peuple aussi a besoin de manger, Votre Altesse. Les montagnes ne prêtent pas beaucoup de place aux pâturages, et donc chaque morceau est compté avant que les neiges de l'hiver ne nous enferment. Faut-il que nos enfants meurent de faim pour que les vôtres aient le ventre plein ?

« Alors envoyez vos fermiers ici ! Nous avons des millions d'acres !

Il secoua la tête. « Nous n'avons pas assez de temps. Les cols seront fermés. Je suis désolé, Votre Altesse, mais nous ne pouvons rien faire ici. Levez le blocus et nous vous donnerons la pièce dont vous avez besoin pour échanger du métal contre des repas avec les Lowlands. »

« Je ne peux pas commercer avec les Lowlands, espèce de nain ! Il y a un pays hostile entre moi et eux, et leurs navires ne contournent pas la côte sud !

Davin cligna des yeux. "Votre Altesse, comment pouvez-vous..."

J'ai claqué ma paume sur le miroir et j'ai crié. La porte s'ouvrit brusquement et Sir Raftas se précipita à l'intérieur.

"VIREZ-VOUS !" J'ai beuglé, et il s'est précipité tout aussi rapidement. J'étais presque au bord des larmes quand j'ai remarqué quelque chose sur mon miroir. Il y avait un petit sceau tout en bas, une forme que je n'avais pas vue depuis longtemps. Je l'ai dessiné sur mon miroir.

ADRIANNE

Je venais de sortir du bain quand la lumière rouge de mon miroir s'est allumée. J'ai trébuché dessus, chaque pas menaçant de se transformer en pirouette. Les vampires buvaient de grandes quantités de vin, et ma stupide fierté m'avait fait essayer de les suivre. À un certain niveau d'intoxication, j'ai cessé d'être un adulte responsable et je suis devenu un tout-petit dans le corps d'une femme adulte. C'est pourquoi mes lèvres ne touchaient jamais à l'alcool lorsque j'étais commandant à Castle Thorum, mais être gouvernante d'Alkandra faisait pratiquement de la consommation d'alcool une partie de mon travail. J'ai rigolé comme un idiot en me procurant une bouteille d'encre, en dessinant deux yeux de chaque côté de ma chatte chauve et en m'accroupissant au-dessus du miroir. J'ai saisi le verre, j'ai écarté les lèvres de ma chatte et, imitant la voix que j'associais à mon vagin anthropomorphisé, j'ai couiné : « Comment puis-je vous aider, Votre Altesse ?

"Euh... Commandant ?"

Je me suis lentement assis. Dans mon ivresse, je n'avais pas remarqué qu'il y avait une vingtaine de sceaux sur le bord du miroir, et la plupart d'entre eux provenaient de Bentius. Yavara avait connecté notre relais à celui des Highlands, et appelant du cœur de Bentius, était le soldat Elena Straltaira. "Salut, Tigre." J'ai dit.

« Tu euh… tu attends un appel de Yavara ? »

"Ouais."

« Et euh… c'est comme ça que tu allais lui répondre ?

"Ouais."

Elle acquiesça. "Eh bien… belle chatte."

"Merci."

Elle s'éclaircit la gorge et se frotta le cou. « Tu as des tatouages, hein ? »

"Ouais."

Elle se força à rire. "De tous les peuples du monde..."

« Les autres ont plus que moi. Furia a un tatouage sur le visage si vous pouvez le croire.

« Furia Augustinia ? Elle était plus introvertie que moi !

"Plus maintenant." J'ai ri, "Elle a même un tatouage de bite."

Elena grimaça. « Aïe ! »

"Ouais, et il y avait beaucoup de peau à couvrir."

Elle haussa les sourcils. "Bien pour elle."

"Bon pour moi." J'ai ricané.

Elena eut un sourire narquois. « Je pensais que la dame entre tes jambes avait les lèvres lâches. Furia fait?

"Plus comme tout le monde le fait." J'ai ri, allongé sur le lit : « Les gouvernements du monde entier baisent leur peuple, mais ici à Alkandra, nous faisons les choses différemment. Je suis sûr que Yavara t'a parlé de Trenok.

"Je pensais que Yavara exagérait quand elle m'a parlé de toi." Elle m'a lancé un regard appréciateur : « Je suppose qu'elle vous sous-estimait quelque peu. Que signifient vos tatouages ? »

"La feuille de pot est pour Kiera, les chaînes sont pour Soraya, le fouet est pour Eva, le marteau est pour Alexa, le visage souriant est pour Brianna, l'épée est pour Faltia, le cœur est pour Furia - oui, je sais, c'est basique comme l'enfer - et le tigre est… eh bien, c'est pour toi, Tiger. J'en ai quelques autres, mais tu n'as pas besoin d'entendre toutes ces histoires.

« Tu en as un pour moi ? »

"Un pour chaque hybride." J'ai bougé mal à l'aise, "Nous sommes comme une famille ici, et j'ai pensé que tu finirais par nous rejoindre. Tu étais le premier d'entre nous, après tout.

« Vous m'avez dit que nous étions une famille à Castle Thorum. Le tout premier jour de l'école des rangers.

"Je suppose que nous avons eu des hauts et des bas depuis."

"Des hauts et des bas." dit-elle catégoriquement.

"Chaque famille a des hauts et des bas."

Elle a juste ri toute seule.

"Pourquoi avez-vous appelé?" J'ai demandé.

"Sans raison. Juste curieux, je suppose. Au revoir, Adrien.

"Tu peux me faire confiance." dis-je rapidement.

Sa main s'arrêta sur le miroir. « Vous êtes la gouvernante Adrianna maintenant. J'ai besoin du commandant Adarian.

"Je n'ai pas parlé de toi et de Leveria à Yavara. Je vous ai fait confiance pour pouvoir garder secrète toute la vérité.

"Pour sauver votre propre cul."

"Pour sauver mon pays !" J'ai craqué: "Si Yavara savait que tu aimais sa sœur, ne ferait-elle pas tout ce qui est en son pouvoir pour la blesser?"

"Yavara n'est pas comme ça."

"Tu sais mieux."

Elena prit deux inspirations par le nez, puis les expira. « Je fais tout ce que je peux pour faire voter les nobles pour la paix, mais vous les connaissez ; ils vendraient leurs propres enfants pour de meilleurs gains trimestriels. Il n'y a pas de capital à lever dans les Highlands, nos ports internationaux sont vides, les Beaded Peaks ne capituleront pas et les Lowlands ne peuvent pas commercer via les Midlands. Cela ne laisse qu'une seule option.

"Combien as tu besoin?"

Elle a pris une profonde inspiration, puis a dit: "Un million."

"D'accord."

Elle me regarda avec incrédulité. "Juste… 'D'accord ?'"

« Il faudra quinze jours à Soraya pour séquestrer autant ; la majeure partie de notre trésorerie va à l'effort de guerre, mais nous pouvons ralentir certains projets nationaux et écrémer le sommet. L'obtenir sera un tout autre problème. Arbor sera curieuse si une caravane est envoyée à travers sa forêt d'Alkandra à Castle Thorum, et qu'elle n'est plus votre esclave. Sans parler des espions de Zander.

« Ça ne peut pas passer par Castle Thorum. Ternias s'est assuré que l'un de ses régiments le sécurise afin qu'il puisse acheminer l'argent d'Ardeni.

« Fort du commerce du Sud ? »

"Leveria l'a bloqué."

"Essayez de la convaincre de le débloquer."

« Quoi, avec ma bite ? C'est son seul moyen de pression contre les nains.

Je pinçai mon front, essayant de réfléchir à mon ivresse. S'il y avait une personne vivante qui connaissait la Grande Forêt aussi bien qu'Arbor, c'était moi. Il y avait mille ans de connaissances héritées dans ma tête, apprises d'innombrables heures passées à parcourir d'anciennes cartes, des notes de reconnaissance et des journaux d'arpentage. Je me suis creusé la tête et j'ai trouvé la réponse. « Les mines de cuivre, dis-je, creusent des tunnels sur des centaines de kilomètres. They even go beneath the Knife River, though it’s caved-in on the Highland side. You’ll have to get someone to clear that out.”

“The copper mines, as in the vampire-infested underbelly of the Great Forest?”

“Arbor can’t see it, and Zander’s spies sure as shit won’t be there.”

“I feel like that’s beside the point.”

“I just so happen to have a surplus of vampires here.”

“Titus would never in a million years betray Yavara for the Highlands.”

I touched the healed bite marks on my throat. “Who said anything about him?”

Elena opened her mouth as though to object, then closed it, and nodded. “I’ll tell Huntiata that his money’s on its way.” Dit-elle.

I snorted. “Look at us, rangers on a mission again.”

“Only this time we’re actually saving the Highlands instead of just pretending to.”

“Yeah…” I trailed off. Most of Adarian’s wounds had faded within Adrianna, but that was one of the few that was still open. “Well,” I said, “see you later, Tiger.”

“Goodbye, Commander.”

No sooner had my hand left the glass, then the red light illuminated once more, and another sigil flashed. This one was also from Bentius, and it was a symbol I recognized immediately. I stared at it for minutes, hoping it would go away, but it just stayed there. Somewhere, across forests, fields, hills, towns and cities, there was a woman with her finger on the glass, waiting for me to answer the call—no, expecting me to. It was my duty, after all, to answer that call. And it was that part of Adarian, that goddamn festered wound of misplaced honor and fealty that compelled my hand. I touched the glass. Her face came into view. She didn’t even flinch when she saw the woman staring back at her. She looked at me like she always had, and it felt like home. “Thomas Adarian,” she said, “your country needs you.”

LEVERIA

It had taken all my emotive skills not to let my jaw drop when I first saw her. The angle of her nose, the line of her jaw, the particular hue and shape of her blue eyes all bespoke Thomas Adarian, but the naked beauty watching me through the glass was something far greater than the ranger she had been. Like Elena, a great intelligence played behind her eyes, a gorgeous expressiveness moved across her face, and the motions of her body were unconsciously fluid, a grace that could not be taught. I had thought that Elena was special, and indeed, she was, but she was no longer unique. When I looked at the woman who had been Thomas Adarian, it occurred to me that I was staring at evolution, and it terrified me.

“I’m in my country.” She said after some time.

“I never discharged you, Ranger.”

“Ranger?” She laughed easily, and my eyes were drawn to the way her elegant throat contracted with her mirth. There were bite marks there, each surrounded by suction prints. When I looked closer, I saw that they were everywhere; her nipples, her belly, her wrists, her thighs. She caught my eyes, and a knowing glint shone in hers.

“Vampires,” she smiled with impossibly-lush lips, “a ranger’s greatest fear; now my pleasure.” She lounged in her bed, displaying her tattooed flesh without shame, “There is no ranger here, Leveria.”

“You will call me by my title!” I snapped at her.

She giggled, licked her fingers, and languorously drew her hand between her breasts, down her belly, through her trimmed blonde fur, and between her legs. She sighed as she penetrated herself, and her almond-shaped eyes lidded heavily with lazy lust. “In case you’re not getting the message,” she moaned, “I’m telling you to go fuck yourself.”

I could feel my face burning, and I could tell by the smirk on Adrianna’s face that it satisfied her in more ways than one. She curled her fingers inside herself, and spread her thick bronze legs to show me the film of lust that coated her sucking netherlips. “If you could hold that facial expression for a little longer…” she groaned, “…that would be… oh… that would be fantastic.”

My face burned even hotter.

“That’s it!” She hissed around a lip-biting smile, “That’s the look I need to see from you. Just… hold it a little… longer…” Her adventurous right hand appeared between her legs from behind her, and extended two exploratory fingers that snaked through her delicious crack, and penetrated her pink anus. She rested her head on the pillow, and moaned splendidly as each knuckle disappeared into her gripping aperture, and began to twist.

My face felt like it was on fire. With a hand shaking in fury, I splayed my fingers to palm the glass. Je me suis arrêté. I took two deep breaths, and let them out through my nose. Then I sat back in the chair, hoisted up my dress, and pulled the skirt up to my belly. Adrianna’s eyes widened a fraction. I hooked my thumbs into my panties, and scooched the fabric from my crotch, down my legs, and off my ankles. Her eyes widened more. I planted my heels into the cushions, spread my alabaster legs wide open, and revealed the bejeweled plug I kept inside me. Adrianna’s eyes nearly bulged. Now it was my turn to smirk. I forked my pinky and forefinger about my bald slit to spread it, and plunged my middle and ring fingers inside. I moaned luxuriantly as my thumb played with my clit, and my other hand came around to grasp the bejeweled end of the plug, and slowly extract it. The anal suction pulled my rim from my pelvic floor until the plug finally popped free, then I pressed the smooth metal point back against my coiling aperture, and began to sodomize myself with it.

“I’m sorry for my lack of manners, Governess.” I grinned through breathy moans, “I should’ve known the proper customs for an Alkandran diplomatic meeting.”

The shock left her face, and was replaced with a sneer. “I see Elena’s rubbed off on you.”

“Many times!” I laughed through a gasp.

She tittered, her face falling back into an easy expression of lust, her fingers recommencing their filthy exploration. “I’ve had fantasies about you, you know.” She sighed splendidly, “When I was a man, I quite enjoyed the idea of bending you over your throne, stuffing your panties in your mouth, and fucking you into a coma.”

“Funny,” I groaned, “my fantasies about you were quite the same.”

“You fantasized about me?” She raised her blonde brows.

“Every noble girl in the court did!” I giggled, “The tall, brave, stoic Thomas Adarian. So chivalrous, so dignified. You’d bow before my throne like a proper knight, and eat my pussy like a gentleman.”

Her lips twisted. “So, not quite the same.”

“Oh, after a few flicks of the bean I’d get bored with that gay shit, and you’d grab me by the hair, drive me into the back of the throne and fuck me brainless.”

“What could have been.”

“I would’ve had you in chains if you’d taken one untoward step.”

“I like where this is going.” She chuckled, her eyes traversing me with an appraising gleam, “I always imagined you to be a skinny bitch under all that royal garb. It irritates me a little that you’re so fucking hot.”

“The feeling’s quite mutual.” I groaned, exploring myself to the sight of her.

She twisted her hips in pleasure, her athletic belly stretching to reveal its striations, her proud breasts protruding in defiance of gravity as she arched her back. Her toned legs bent to reveal the shadows of soft muscle, her wide hips angling to display the globular bulges of her perfect bronze ass. She flattered me with her words, but I could tell by her expression that my attractiveness was merely a surprise to her, and not a revelation. For Alkandra harbored beings of unparalleled beauty, and she was one of the foremost. Even now, she looked upon me like I was a lesser, a mere sexual curiosity that she would enjoy and then discard before seeking a more worthy partner. I knew then that I had to keep Elena away from that place, or I would lose her to it forever.

“Well, Leveria?” Adrianna growled splendidly, “Why did you interrupt my morning?”

“Your duty to the Highlands has not been fulfilled.”

“A ranger’s duty is fulfilled with his death. Thomas Adarian is dead.”

“Is he?” I queried behind a moan.

She narrowed her eyes at me. “What do you want?”

“To save the Highlands.”

“You’re the reason they need saving. Why should I listen to you?” She moaned, her legs slamming together as a spasm wracked her loins.

“Whatever Yavara promised you to keep you on her side was misguided foolishness on her part. You must know this war will not end well, or you would not still be talking to me.”

“Seeing the queen of the Highlands debase herself for my amusement isn’t reason enough to talk to you?”

“For your amusement?” I twisted the plug in my ass, greasing my sodomy with the fluid that leaked from my pleasured slit, “Like you, I am a patriot. I will do whatever it takes to save my people.”

“Then perhaps you should abdicate, and give yourself up to your sister.”

I groaned as my thumb turned my clit into a pulsating bead, each brush sending delightful tingles deep into my nethers. “If the Highlands bends even a fraction, it will never rise again. You know this. Long after I’m dead, you will watch the nation you were born to crumble. We stand at the fulcrum of history. There can be nothing less than victory.”

“There is no victory for you!” She growled, elevating her pelvis from the bed as she ascended from within.

“There can be, but I need you, Adrianna.” I hissed, the intense weakness of orgasm turning my insides to jelly, compelling my legs to flex as spasms coursed through me.

“What do you want?!” She cried, writhing in her ecstasy.

“To bring the Lowlands into the war!” I yelled with her, squirming in my chair, my hands becoming wet with my arousal.

“How?!”

“We must kill Prince Matthew Dreus!”

“WHAT?!” She screamed, and the orgasmic wave broke inside of her, turning her into a wriggling mess of shoulders and hips as her limbs closed in on herself, holding her inside and out through the torrent of sensation. I broke with her, my anus contracting around the metal plug twisting into its flesh, my pussy clamping down to consume my fingers, salivating upon my palm, drooling down my taint. We exalted in our mutual masturbation, staring at each other, pleasuring our eyes with the sight of the other’s compromised expressions and helpless reactions. When it was done, we were left panting heavily, our flesh glistening with the afterglow of lust.

“What did you say?” She hissed, wrath rising in her eyes.

“If it is done to seem like an Alkandran plot,” I said carefully, “King Dreus might not care for his second son, but he will be forced to act to save face. He will bring his navy to blockade the Alkandran bay, and force Yavara’s army from our border. Then I will offer her terms, and our nation will exit this war intact.”

“Fuck off.” She growled, reaching toward the mirror.

“Is one Lowlander’s life worth fifty-thousand Highlanders?” I snapped, “Because that is the lowest price the Highlands will pay for losing this war! I will not capitulate until every man atop the Rift is dead! Will you do whatever it takes, Thomas Adarian, or has Yavara raped the last of your honor away?”

Her hand stayed poised over the glass, then withdrew. Her eyes told me she hated me, but I saw in them, some of the old ranger commander. She stared at me for a long time, and I stared back, unflinching. She took two subtle breaths, and asked, “What must I do?”

ZANDER

The Highland Plains were beautiful in the fall. Unharvested wheat moved like granular waves across the rolling hills, catching the sun in a billion different specks. I was disguised as a middle-aged high-elf, my armor decorated resplendently, my horse of the greatest stock. My posture bespoke my conceit from a hundred yards away, and my wealth was displayed across my fingers and neck.

I was in the Feractianas province, about fifty miles south from the Highland Rift, and a hundred west from the Knife River. I’d flown in as a bird, and everything about me, from the horse to the armor, was but an illusionary spell. In truth, I’d sequestered a donkey from a nearby field, and were it not for the shielding spell, I would smell quite like cow shit. I came upon a quaint farming village, and rode into it. High-elves liked to think themselves racially superior, but poverty was the same for all people. The destitute farmers stared at me with grubby faces and slack jaws, their clothes more rags than garments, their tools more rust than metal. All the young men were gone, leaving only the women, elderly and young. I flashed a dazzling smile to some of the teenage maidens, and I saw their desire, and their fathers’ hatred.

I trotted to the town square, which was barely more than an old lumber yard, chopping blocks strewn all over the place to create makeshift benches and tables. I walked to the old shift bell, and rang it. “Taxes!” I called, “Taxes, taxes, taxes! Lord Feractian needs funds for the war effort, and the homeland must provide! Support our brave boys in gold as they fight for your lives!”

“Taxes?!” An old man screamed, hobbling out of his shop, “We already paid this month’s taxes!”

“Taxes will now be collected bimonthly.” I announced.

“What taxes?” Yelled a woman of younger years, “We have naught but the clothes on our backs!”

“Those who cannot pay their taxes will be imprisoned for tax-dodging. We have a duty to our country, and we must all pay our fair share.” I smiled, letting the rings on my fingers catch the sunlight.

The townsfolk had all come out of their houses and shops, and as the information was passed to the newcomers, a murmur of anger began to simmer from the crowd. One man stepped forward.

“How much do you need?” Il a demandé.

“Three-hundred gold pieces.”

The murmur swelled, a few shouts and hisses mingling with it. The man spat on the ground before me. “One of those rings ought to be worth that. Why don’t you give us that emerald one on loan, and we’ll send it to Lord Feractian? I promise we’ll pay you back, mister.” He sneered, and the townsfolk laughed in concurrence.

“You want this ring?” I asked, pointing to it.

“Aye, that one!”

I dismounted from my horse, strutted to the spokesman, and backhanded him so hard that he spun in the air before he hit the ground. “There,” I said, and spat on him, “and don’t worry about the interest.”

“Bastard!” Another man screamed, and charged me.

“Daddy, no!” Screamed a girl. I waited until the man was a stride away before I cast my spell, and he stopped in midair. The crowd went suddenly silent, whispering only the frightened words, “mage” and “warlock.”



I examined the petrified man with an imperious smile. “Very amusing. Are you the town jester?”

“Bastard!” He snarled through gritted teeth.

“Oh, you’re not joking? That means you just assaulted a government official; the sentence for assaulting a government official is death.”

“NO!” Screamed the girl once more. She burst from the crowd, her platinum hair alight in the sun, her freckled pale complexion painted over a beautiful blue-eyed face and nubile body. I could tell by the way everyone looked at her that she was the pride of the village. Undoubtedly, she was brave and bold just like her father, and it hurt me to know what I was going to do to her.

“My, my, you’re a pretty thing.” I grinned broadly, “Like a flower grown from a dung pile. How did this backwoods shithole produce someone as fair as you?”

“Let him go!” She demanded, stomping her foot to punctuate the statement.

J'ai soupiré. “I would love to, truly I would, but the queen’s law is the queen’s law, and we all live under her benevolent rule. He must die, or there will be no justice.”

“Justice?!” She cried, “How is this justice?! We have nothing! Lord Feractian has already taken our brothers and sons, and all our gold too! All we have left is the harvest, and not enough hands to reap it!”

“You have nothing to pay me with?” I asked.

“Will you take the stones from our houses?! No, we have nothing left to pay you! We have nothing at all!”

There was a concurrent grumble from the populace. I examined them, watching as each averted their gaze from mine, but not her. “What’s your name, girl?” I asked.

“Esmerelda Giana.” She said with her chin held high.

“And what is your virgin price, Esmerelda?” I asked, my grin turning sardonic. A deathly silence fell upon the crowd. Esmerelda turned paler than she already was, her bottom lip trembling. I hated to see the gusto leave her. Such pride she’d had, so solid was her foundation, and yet the society she was born to had placed a fatal weakness in every unmarried woman.

“Do you not know?” I asked her, then turned to the man floating in the air, his face contorted in purple hatred. “What about you, good sir? You must know your daughter’s virgin price.”

“Kill me you fucker!” He bellowed.

“One-hundred.” Esmerelda said quietly.

“That’s all?” I mused, “In Bentius, your father could command twenty times that!” I walked to her until I stood only a foot away, then I put a hand on her shoulder. She shuddered, trying with all her might to maintain eye-contact, trying to quell the shaking of her balled fists, and the tremble of her lips.

“Is it a fair price?” She whispered, “For the debt my village owes? For my father’s life?”

“It is.” I said, and stroked her neck. She could not conceal her terror then, and I felt like every-bit the bastard I was. Maybe if she knew she was fighting a much greater battle, it would’ve been easier on her conscience, but she could not know the breadth of her sacrifice. I doubted she ever would.

“Then I will pay it.” She said so quietly that it was barely a whisper, but the village was so silent that all heard it.

My hand moved to the clasp of her dress, and hers shot out to meet it. “What are you doing?!” She hissed.

“Taking what I am owed, dear child.”

“NOW?!” Her eyes went wide.

I smiled, and touched her trembling lower lip with my thumb. “Now.” I said, and pulled her clasp loose.

Her dress cascaded from her body. She vainly tried to keep her modesty, but the shock of the moment fried her reactions, and she pawed frantically at cloth that was no longer there. It slid off her full pale breasts to reveal her ruby nipples, cascaded from her soft belly to expose her naval, clung to her wide hips for just a moment before slipping off, and displaying her thick succulent thighs, and the blonde fur between them. She crossed her legs over each other and her arms over her breasts, and spun frantically, the panic rising in her eyes. No one came to her aid. The ruddy faces of the townsfolk were filled with horror, sapped of wrath, broken of spirit.

“Save her, you cowards!” Esmerelda’s father roared.

“Dad,” Esmerelda whimpered, “don’t look!”

“Save her!” He wailed once more, tears coming from his eyes. I put a muting spell on him, and his anguished call was silenced.



I put my arms on Esmeralda’s bare shoulders, and massaged them with my thumbs. I pressed my front to her back, and she froze when she felt my cock pushing against her tailbone. “No one is going to save you, Esmerelda.” I whispered as she quivered in my hands, “They’re all just going to watch. Let’s give them a show, shall we?” I reached out with one hand, and a chopping block skidded across the lumber yard. I reached out with the other, and another block did the same. They rested four feet apart before us, each the same height. “Step up, Esmerelda.” I commanded softly.

“No.” She hissed, tears streaking down her face.

“Yes.” I chuckled, and cast another spell. Without her permission, Esmerelda’s legs moved, stepping upon one block, then the other. The blocks were too far apart for her to stand upright, and so she was forced into a wide stance. Still having autonomy over her arms, Esmerelda vainly tried to keep her modesty with one hand over her crotch, and her other arm crossing her breasts. It was an alluring pose, a celebration of virgin innocence and elven propriety, and so I let her strike it before her friends and family. Perhaps they would make a tapestry of it one day; ‘The Rape of Esmerelda.’ A fitting monument to the coming rebellion.

I cast a third spell. Rope suddenly lashed around each of Esmerelda’s ankles, then like striking serpents, the two pieces snapped upright to snag her wrists. The binds tightened, the slack shortened, and soon each wrist was bound to each ankle, forcing the virgin elf into a wide squat. Her bulbous cheeks were spread, her thick thighs were splayed, and when I moved behind her to push on her back, her torso was forced upright, displaying her ample breasts, and bringing her pelvis forward to reveal her tight pink slit.

“Much better.” I said from behind her, brushing her fine hair over her left ear. I cast a final spell, and a dog collar formed around her elegant neck, the leash in my hand. Though her cheeks were wet, and her body quivered, she kept her head held high, unyielding even now. I was proud of her in a way.

I turned to the horror-struck townsfolk, and sneered. “This is the price that must be paid, good people of Feractianas,” I said, “this is what your liege commands.”

I undid the front of my robe, and the townspeople gasped. I needed no illusions spell here. I pressed myself against her back, and she looked down to see what everyone else was gawking at. Her jaw clicked open. My organ pulsed between her legs, thick and long, red with pressure. The color drained from her face, and she swallowed, but she did not ask for mercy. I turned my eyes to her father, and studied the look of terrible resignation on his face.

“She is of excellent stock.” I said to him, “you should be proud to have built such a fine young bitch.” I angled my cock beneath her, “I thank you for raising her for me.”

The tip of my member pressed into the taut folds of Esmeralda’s pussy. Her breath caught. I rubbed my tip back and forth through her petals, slowly coercing her feminine moisture from her. She couldn’t help herself, and she gritted her teeth as though in combat with her body, but she was a woman, and she could not tame biology. For many girls, it was a great awakening to realize the wildness of their blossomed forms, but for poor Esmerelda, it was the deepest of betrayals.

“You’re getting wet,” I chuckled in her ear, “and everyone can see it.”

A tear of frustration pathed her beautiful freckled cheek. “You can take me,” she hissed, “but you cannot have me.”

“No?” I asked with a raised brow, and let go of her leash, “I will not force you, Esmerelda. You will defile yourself willingly.”

Of course, there was no choice to be had. In her squatting position atop the blocks, all she could do was vainly battle gravity. She fought valiantly. Her legs quivered, the muscles showing through the silken flesh, her entire body glistening with the strain of keeping her virtue for a few more precious seconds. I stayed behind her, holding her gently by the hips, not taking her, only rubbing my cock between her folds, encouraging the weakness of her pelvis, the feminine reflexes that would compel her to open herself both inside and out. She dripped down my shaft, her petals blushing, her slit becoming hotter. The onlookers watched; horrified, disgusted, enraptured. She growled and whined, beads of sweat running from her temples. I moved my throbbing tip in circles against her tight entrance, teasing it with what it wanted. Her thighs trembled, her entire back tensed, her hands balled into fists behind her ankles.

She dropped. Just an inch, but it was enough. My thick head entered her, and she cried out, barely catching herself. The crowd gasped. Though I was inside her, I had not yet broken her chastity, but I could feel the resistance. Esmerelda’s eyes were wide and trembling, her face struck with shock and revulsion, her entire being hinging on the sensation of the foreign invasion. Oh, she put on such a defiant mask, but she could not fight for long; not against the tandem of gravity and biology that beckoned her ever deeper. I stirred her entrance from the inside, playing with the receptive nerves there, compelling them to spread surrendering lassitude into the legs that branched her crotch. She thrashed and twisted, sputtered and snarled, and she descended another inch. She growled and howled, wrenched this way and that, and she descended yet another inch. She screamed and roared, tears pouring down her cheeks, and with a final wail, her legs failed her, and she impaled herself.

The town went silent. Only the sound of Esmerelda’s breathless gulps for air could be heard, her mouth opening and closing like a fish out of water, her eyes bulging and unseeing. I broke the tenuous silence with a groan of pure bliss. Her hot channel clenched around my nine inches, the moist embrace coiling about my shaft, the netherlips turned inward and enveloping me. Droplets of blood dripped from the wet seal of our joining, and splashed onto the dirt beneath the bridge of her legs. She sank to the final depth, her knees nearly level with her chest, her tight pussy consuming me to my roiling balls. Then, she screamed. It was shrill and tormented, and beautiful. I pulled out, and a flow of crimson came out with me, running in thick rivulets down my shaft. I exited to the head, then drove all the way in. Her head flung back, her hair flailing in an arc, and she shrieked to the sky. I thrusted again, and again, and a

Articles similaires

HOBO Chapitres 12 et 13

CHAPITRE DOUZE Je me suis réveillé tôt le lendemain matin et j'ai pu sortir du lit sans réveiller Michelle. Je suis allé à la cuisine, j'ai commencé une cafetière. J'ai ensuite cuisiné des œufs brouillés, du bacon et des saucisses et je finissais juste quand Michelle est entrée dans la cuisine en se frottant les yeux. « Qu'est-ce que tu fais ? », demanda-t-elle en bâillant. Nous faire le petit déjeuner. S'il vous plaît, asseyez-vous sur le tabouret. , elle m'a souri et a fait le tour du bar et s'est assise. Je lui ai préparé une assiette et l'ai posée...

265 Des vues

Likes 0

L'homme plus petit

Je regardais les jambes de Jerry, alors qu'il se tenait sur le tabouret devant moi. Il avait des cuisses très fortes, et j'ai admiré sa forme pendant qu'il mettait la nouvelle ampoule dans le plafonnier. Cette chose est difficile à atteindre, a déclaré Jerry. Puis, pendant qu'il se débattait avec l'ampoule, mes yeux ont suivi ses jambes musclées jusqu'à l'endroit où elles se sont rencontrées, et j'ai dû réprimer un regard fixe - il y avait une bosse sur le côté, une petite bosse, mais une bosse bien définie était là. Laissez-moi vous expliquer celui-là. Nous avions parlé de notre récent...

898 Des vues

Likes 0

Beaucoup de pisse et de merde..

J'avais juste besoin de raconter cette histoire. Ce genre de m'excite. faire savoir au monde ce que j'ai fait. j'espère que ça vous plaira et que vous apprécierez. laissez des remarques. Salut, je suis Sonia, une indienne, une femme. C'est une expérience vraiment cool que j'ai vécue, et s'il vous plaît, ce n'est pas une œuvre de fiction... c'est la vraie vie... alors attachez vos ceintures... Je suis dans un pensionnat... en Inde même, et j'ai un joli corps... pas très développé, mais c'est quand même agréable à regarder et je suis blonde... J'ai les cheveux longs, ce que j'aime bien...

989 Des vues

Likes 0

Chapitre 3 de ma série; Rachel arrive devant

En lisant ceci, j'ai découvert qu'une partie du dialecte de ma région s'était glissée, alors pour enregistrer tous les commentaires sur l'orthographe et la grammaire, je vais l'expliquer. Nous utilisons « moi » à la place de « mon » dans certains cas et notre mère est « maman », alors quand Rachel dit « Je suis tombée de mon vélo » et « C'est moi, maman », c'est correct pour elle. Désolé pour les fautes d'orthographe, qui sont passées. J'avais environ 24 ans et Susan 20 ans quand nous nous sommes mariés, en moins d'un an, j'ai été nommé gardien en chef, en raison de la retraite de Sid, cela...

811 Des vues

Likes 0

Le Harem de l'Empereur - Partie 2

2. Je me suis réveillé le lendemain matin avec mon impératrice drapée sur moi par derrière. Son bras souple serrait ma poitrine et je sentais ses mamelons contre mon dos. J'avais épousé Rayne pour des raisons politiques, la croissance de mon royaume nécessitait l'annexion d'un voisin, pratiquement de la même taille que Marad. Bien que mes généraux m'aient assuré que la capitale pouvait être capturée et la terre ajoutée à la mienne, les coûts en sang étaient trop élevés pour moi. Un mariage a été arrangé pour unir nos deux empires, mais en fait, Corlan a simplement été amené pacifiquement sous...

755 Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

999 Des vues

Likes 0

Violée par Bigfoot

C'est ma première fois du point de vue d'une femme. Dites moi ce que vous en pensez et si cela doit continuer... Violée par bigfoot C'est un accident bizarre qui m'a amené à cette situation. J'avais un peu froid, complètement nu, j'avais un violent mal de tête, une cheville douloureuse et j'étais coincé dans une grotte à mi-hauteur d'une montagne. Je ne me souviens pas avoir été amené ici, mais la créature qui a dû me sauver la vie devait vivre ici. Je ne l'ai pas beaucoup vu, puisqu'il a quitté la grotte vers l'aube. Tout ce dont je me souviens...

993 Des vues

Likes 0

Filles californiennes 3

Filles californiennes 3 Oh merde, il est 7h du matin s'écria Kate. Wow, nous sommes allés toute la nuit, sourit Hannah, nous sommes des salopes chaudes et excitées, a-t-elle ri. « Non, sérieusement, c'est mauvais, ma sœur va être à la maison dans une demi-heure. » Kate a dit en se levant, Euh merde mes jambes gémit-elle en se frottant les genoux, agh et mon bassin a l'impression que quelqu'un l'a battu avec un marteau. Wow la nuit dernière était amusante sourit encore plus Hannah, je devrais m'acheter un chien! . « Inquiétez-vous pour ça plus tard, aidez-moi à nettoyer une partie de...

862 Des vues

Likes 0

Perdre ma virginité(8)

Je l'ai rencontrée sur un site de chat sur Internet. Nous vivions à 800 km l'un de l'autre donc je n'avais aucun problème à flirter comme une folle. Elle m'a dit qu'elle mesure 1,5 m, de longs cheveux blonds et des yeux bleus avec un corps sexy. Bien évidemment, je l'ai taquinée et j'ai dit que si elle ne m'envoyait pas de photo, je ne la croirai pas, elle a demandé si les photos d'elle seraient pour mes seuls yeux et étant le gars que je suis, je lui ai donné ma parole, attendant une photo très coquine. Ce que j'ai...

827 Des vues

Likes 0

Une fin de soirée à l'université

Eh bien, je viens chez toi pour le week-end et tu dois aller un peu à l'université pour prendre quelque chose. c'est assez tard il n'y a pas beaucoup de monde. Vous entrez dans une pièce vide parce que vous y avez laissé quelque chose plus tôt dans la journée. Alors que je te suis, je prends ta main, te retourne en t'embrassant passionnément, je te repousse bientôt vers le mur le plus proche, tu te cognes contre le mur. dick appuyant contre votre chatte à travers sont des vêtements ! je commence à travailler sur ton cou en t'embrassant pour...

286 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.