Premier entretien exclusif_(1)

963Report
Premier entretien exclusif_(1)

Catherine a couru vers la station de télévision en retard pour la réunion du personnel. Après la réunion, son directeur des nouvelles l'a emmenée dans son bureau. Catherine avait fait un rapport sur un rendez-vous présumé entre le maire et son directeur de cabinet. Elle l'a grand ouvert. C'est à peu près tout ce qu'elle a couvert pendant quelques mois. Le directeur des nouvelles lui a dit que le directeur de la station avait reçu un appel téléphonique lui demandant de faire une première interview exclusive avec John Malone. Le directeur des nouvelles a continué à fournir à Catherine des informations générales sur John Malone;

John Malone, un milliardaire autodidacte. PDG de la multinationale Malone Industries.
Texas Political Power Broker, Philanthrope, Divorcé cinq fois, Actuellement marié à un beau mannequin chinois, chanteur, directeur d'une organisation caritative internationale et philianthrope.
Un coureur de jupons, un magnat de l'immobilier et un avocat de la défense.


Ce sera l'histoire principale de nos reportages et attirera l'attention nationale sur vous en tant que journaliste qui a obtenu la seule interview. Catherine m'a appelé pour convenir d'un rendez-vous d'entretien. Étonnamment, je ressemblais à un homme très poli, intelligent et qui parlait bien. En fait, elle a vite compris que j'avais hâte de la rencontrer. Je lui ai demandé de me rejoindre à mon appartement de Fort Worth pour le brunch demain. Une fois que Catherine a raccroché, elle avait hâte de me rencontrer. Sa curiosité était folle. Elle se lançait dans cette mission en tant que professionnelle, et elle devait découvrir tout ce qu'elle pouvait sur moi.


Elle est arrivée dans mon bureau à 10 heures du matin. Une réceptionniste plutôt polie et élégante m'a fait savoir que Catherine était là pour me voir. En fait, elle était magnifique - au début de la trentaine, des cheveux blonds impeccablement coiffés, une taille fine, des seins rehaussés chirurgicalement et une robe qui s'étirait serrée sur eux qui coûtait probablement autant que ce que j'avais fait en une semaine. Cela a amené Catherine à se demander comment elle était qualifiée pour obtenir ce travail, elle était reconnaissante d'avoir une employée à proximité comme remplaçante. Catherine s'est vu offrir un cappuccino. Elle avait vraiment besoin d'une forte dose de caféine. Elle a travaillé jusqu'à trois heures du matin pour faire le travail de fond et se préparer pour l'entretien. Catherine était sûre qu'elle ressemblait autant à une épave qu'elle se sentait. Cela n'a pas aidé qu'elle ait manqué de temps pour mettre son mascara avant de sortir en courant de chez elle pour s'enregistrer à son bureau, puis de sortir ici aussi vite que sa Ford Focus pouvait se pousser.

Aujourd'hui n'était pas un de ces jours pour remettre à plus tard son toilettage et faire passer son héroïsme de trajet avant tout au nom du dévouement à son travail. Je ne ressemblais en rien à un Hugh Hefner plus jeune dans une veste de smoking en satin comme elle l'imaginait. Je n'étais pas comme n'importe quel type de lézard de salon qui passait autant de temps à chercher des filles dans les bars pour célibataires qu'à faire claquer mes chaînes en or quand je me branlais dans les toilettes des hommes à chaque fois que je frappais. Au contraire, j'avais ce look très approprié de la côte Est et une confiance aussi attrayante que ma taille, solide et musclée. J'avais une étincelle dans mes yeux et mon sourire qui allait de pair avec une personnalité polie et joyeuse.

Elle devait se rappeler que tout ce qu'elle avait à faire était d'agir comme une professionnelle et que son apparence n'avait pas et ne devrait pas m'importer. Il valait mieux qu'elle n'ait pas l'air d'avoir besoin de m'impressionner. Elle a dû poser des questions assez difficiles et, oui, juxtaposer ma personnalité et ma présence à ma réputation douteuse. Elle m'a demandé comment j'étais arrivée dans l'immobilier. J'ai dit que c'était quelque chose que je pouvais bien faire puisque je pouvais pratiquer le droit. Même avec une formation de l'Ivy League, j'ai dit qu'il était difficile de bâtir une pratique du droit réussie qui me permettrait de vivre le genre de vie auquel je voulais être habitué. J'ai dit quelque chose de vague sur le fait d'apporter un revenu à sept chiffres. Elle a demandé de sauvegarder ma demande. Je lui ai montré une année complète de registres de ventes MLS qui montraient une liste de ventes qui étayaient ma demande.

J'ai été discret à propos de ma femme qui n'a été mentionnée que comme "Malone est marié" dans la biographie de mon dossier de presse. Après des années d'expérience, elle savait que la meilleure histoire était dans les détails qui étaient pratiquement ignorés et balayés sous le tapis. Elle ne pouvait pas m'arracher son nom ou ce qu'elle pensait de ma réputation. Il n'y avait pas de photos d'elle sur mon bureau comme il y en avait de moi et Steven Tyler, Neil Young et Steve Jobs - qui avaient tous acheté des maisons de mon groupe immobilier.

"J'aime être entouré de belles femmes," dis-je. "J'ai réalisé très tôt dans ma vie que j'avais besoin d'avoir des relations sexuelles plusieurs fois par semaine. Il m'est impossible de ne pas avoir de relations sexuelles trois ou quatre fois par jour." Catherine ne s'attendait pas à entendre : « Je ne pouvais avoir qu'un nombre limité d'aventures en ville. Au lieu de cela, je lui ai demandé : « Depuis combien de temps cela fait-il pour vous ? Combien de fois par jour ?

"C'est une question totalement inappropriée", a-t-elle déclaré. "Vous n'avez aucun problème à me pousser à propos de mes relations conjugales," dis-je. "Bien sûr que non," dit-elle. " C'est mon boulot d'obtenir les réponses qui ne sont pas facilement proposées. Vous ne parlez pas de votre femme, de vos clients, sans parler du temps que vous avez passé à draguer. Quand vous ne vendez pas des maisons à plusieurs millions de dollars. , diriger vos entreprises et pratiquer le droit. Un homme amoureux de sa femme n'a pas le temps de se livrer à des choses comme ça tout seul. Que pense-t-elle de votre féminisation ? »

"C'est très astucieux de votre part," dis-je. « Je vois à quel point cela fait de toi une si bonne journaliste. Qu'est-ce que ton petit ami ou ton mari a pensé de tout ce temps que tu as passé à vérifier ma vie sexuelle hier soir ? Elle ne savait pas comment justifier cette question, encore moins si elle devait y répondre. "Les poches sous vos yeux sont un révélateur," dis-je, interrompant ma pause méditative. « Je sais que tu viens juste de recevoir la mission hier, et tu sembles trop bien préparé pour cet entretien. Elle rougissait et elle était gênée, pas seulement parce que j'évoquais ses yeux tombants qu'elle essayait de garder ouverts avec sa troisième tasse de cappuccino, mais parce qu'au fond de moi, je l'appelais sur son propre manque de vie sexuelle. Il n'y en avait pas. Elle a rompu avec son ex-petit ami il y a deux ans et il n'y avait plus eu personne d'autre depuis. Fallait-elle l'admettre, ou était-ce si évident ?

"Je vais te dire, laisse-moi rattraper ma grossière inquisition en poursuivant cette conversation pendant le déjeuner," dis-je. " Mon plaisir. Je n'essaie pas d'acheter une bonne presse, mais tu sembles pouvoir l'utiliser et j'ai faim. En plus, nous n'avons même pas vraiment commencé à parler de moi et de mon succès. " Elle m'a laissé conduire, ce qui était une bonne chose. J'ai conduit une toute nouvelle Porsche 911 Carrera que j'ai achetée en grande partie sur un coup de tête. Je me suis trop amusé à déchirer sur la route. Ou peut-être était-ce pour le frisson de la faire crier quand j'ai commencé à la pousser à 110 milles à l'heure sur l'autoroute. C'était assez juste. Mes habitudes de conduite et mon financement entraient dans l'histoire. « Combien de contraventions pour excès de vitesse as-tu eu ? » Elle espérait que je pourrais entendre sa question au-dessus du vent qui courait dans nos oreilles."

"Je suis à un pas de la suspension de mon permis", ai-je dit. « J'aime vivre à la limite. »
Je dirai. Cette citation était un gardien. Je l'ai emmenée dans un bistrot de la ville voisine qui lui rappelait un endroit que l'on pourrait trouver dans un petit village de France - des murs vert foncé, des tables et des chaises d'aspect ancien, des parures de fenêtre en dentelle qui garnissaient les fenêtres et des lustres en fer forgé qui accroché au plafond de douze pieds. J'ai dit que je n'essayais pas d'acheter une bonne presse ? Ha! Elle devait payer cette facture maintenant. Si l'histoire était si importante pour mon éditeur, il approuverait la dépense.

« Dis-moi, que penses-tu de moi ? J'ai demandé des verres d'un Chardonnay au goût très frais que j'ai insisté pour commander pour nous. "Je t'aime bien, tu m'intrigues", a-t-elle dit. "Tu n'es rien du tout ce à quoi je m'attendais." " Tu es une femme brillante et instruite. Est-ce quelque chose que tu imagines, moi étant ton amant ?" J'ai demandé. Là, j'y suis encore allé. Elle n'allait pas me donner les informations que je cherchais. Elle a juste dit "Oui" et l'a laissé se demander si cet amant était une possibilité. Ce n'était pas mes affaires. "C'était mon intention," dis-je. Le vin avait fini par baisser sa garde. "Ça fait longtemps," dit-elle calmement. Je la regardai dans les yeux et attrapai sa main par-dessus la table.

« Comment voudrais-tu que je passe du temps avec toi ? J'attendis patiemment sa réponse. Plus j'attendais, plus elle avait de temps pour réfléchir à sa réponse. C'était complètement faux et totalement contraire à son éthique personnelle et professionnelle, mais c'était un homme plus âgé et séduisant, intelligent, charmant, et il faisait un sacré boulot pour me séduire.
« Il y a un B&B luxueux en bas de la rue », dis-je. " C'est le genre d'endroit que j'ai toujours imaginé emmener une femme belle et intelligente pour une escapade d'après-midi. On pourrait apporter le reste du vin, commander un dessert à emporter, et..." " J'aimerais ça, " coupa-t-elle. .

J'ai souri, Catherine a rigolé. À ce moment-là, un déjeuner d'affaires s'était transformé en un rendez-vous décadent après-midi, quelque chose qui avait toujours été un fantasme pour elle. J'ai payé le chèque et nous nous sommes dirigés vers la voiture main dans la main. Nous étions des adultes qui enfreignaient un certain nombre de règles ou, comme je l'ai dit plus tôt, vivions à la limite. Luxueux n'était pas le mot pour cet endroit où nous sommes arrivés. Notre chambre était meublée d'antiquités et d'une literie opulente. Les voilages suspendus au-dessus des hautes fenêtres assourdissaient le soleil de midi et nous protégeaient des péchés que nous étions sur le point de créer. Catherine se leva juste et regarda avec admiration qu'elle n'ait même pas commencé à penser à la façon dont elle allait commencer ce rendez-vous interdit dans lequel elle s'était autorisée à entrer.


Je tournai Catherine pour qu'elle me fasse face et pris doucement son menton dans ma main pour qu'elle me regarde. " Je comprends que ça fait très longtemps que tu n'as pas été avec un homme. Je sais que tu n'as jamais été avec un homme plus âgé. Si tu ne veux plus me revoir après aujourd'hui, ça me va. " Je la regardai sérieusement. « Si tu décides de continuer notre relation en tant qu'amis et non en tant qu'amoureux, je suis d'accord avec ça aussi. Je lâchai son menton et l'embrassai férocement. « Tu es coincée avec moi, Catherine. La seule façon pour toi de me perdre, c'est de me dire de foutre le camp. Catherine croisa mon regard, le sien rempli d'émotions inconnues. Elle haleta alors que je l'embrassais, le lui retournant et le serrant contre moi. "C'est bon à savoir," murmura-t-elle, "mais qu'en est-il de votre femme," dit-elle en souriant doucement.

"Je suis content d'entendre ça, ma femme est en sécurité avec notre relation." murmurai-je alors que je la redescendais pour un autre baiser passionné, laissant ma main courir sur son corps. « Tu n'as aucune idée à quel point je voulais cette interview. murmura-t-elle, ses mains tremblant légèrement alors qu'elle les faisait glisser le long de ma poitrine. "Au début, c'était juste par curiosité, puis j'ai eu l'entretien... et puis j'ai pu te rencontrer." murmura-t-elle, ses lèvres à nouveau sur mon cou. Elle mordilla ma peau alors que ses mains glissèrent sous ma chemise, fredonnant doucement au toucher de ma peau sous ses mains. "Promettez que vous serez doux." murmura-t-elle, sa langue sortant pour goûter ma peau.

Je grognai doucement à ses contacts, mes mains glissant sous son haut. « Aucune promesse d'être doux. J'ai retiré sa chemise par-dessus sa tête et je me suis penché en avant pour enfouir mon visage dans son décolleté. Je me tournai légèrement pour mordre ses seins assez fort pour laisser une empreinte de mes dents. Elle a fait glisser ses ongles sur ma poitrine alors que j'enfouis mon visage contre son décolleté.
Elle n'a jamais vécu quelque chose de presque primitif dans sa vie. Légèrement, ses ongles grattaient ma nuque alors qu'elle me regardait. En tendant la main, j'ai décroché son soutien-gorge libérant ses seins. "Putain, je te veux tellement, Catherine," ronronnai-je contre sa peau. Mes mains deviennent plus dures sur elle. Je déboutonne son pantalon et le tire vers le bas avec sa culotte. « Dieu, tu es putain de beau. murmurai-je en la regardant.

" Je suis à toi, lentement et doucement. " gémit-elle. Elle arqua le dos, se pressant contre moi. Un léger gémissement la quitta alors que mes mains devenaient plus rugueuses, et elle se mordait la lèvre alors que je me levais. Elle sort de son pantalon et me sourit. « Je suis contente que tu le penses, » dit-elle doucement. Elle s'approche de moi, ses yeux brillant de réticence et de peur.
Je grognai alors que je passais mes mains le long de ses jambes puis autour de son cul. Je me penchai en avant pour mordiller fort son cou. « Dis-moi ce que tu veux, Catherine, murmurai-je. « Dis-moi ce que tu veux que je te fasse cet après-midi… » Catherine eut un léger sourire narquois, un léger bourdonnement la quittant quand je la mordillai. "Je ne sais pas si je veux continuer." Elle murmure. Je mordillai à nouveau son cou en grognant à ses mots. La dominant au-dessus d'elle alors qu'un regard prédateur me traversait les yeux. « Oh, tu es à moi, Catherine. J'ai arraché ma chemise et j'ai déplacé mes mains vers ma ceinture. « Tu… tu te couches… maintenant… » grognai-je en jetant le reste de mes vêtements avant de la suivre.

Elle sent l'humidité s'accumuler entre ses jambes à mon grognement, la sent plus à mon regard. Son souffle se coupa et elle se mordit la lèvre en me regardant me déshabiller. Elle a reculé d'un pas, voulant se retourner et partir, puis j'ai grogné ma commande. « S'il te plait, » murmura-t-elle en se dirigeant vers le lit. J'ai attendu qu'elle monte sur le lit et je l'ai traquée, ce qui ressemblait beaucoup à un lion. J'ai rampé sur le lit et j'ai continué à avancer vers elle jusqu'à ce qu'elle soit pressée contre la tête de lit. En grognant doucement, j'écartai brutalement ses jambes et l'enfonçai durement. « Tellement serré », gémis-je en fixant un rythme soutenu, ne laissant aucune chance à son corps de s'adapter à ma taille. " OMG..John..S'il te plait, tu es trop grand..enlève-le."

Il y avait un peu de peur dans son regard alors que je l'appuyais contre la tête de lit, et elle se mordit la lèvre en luttant pour ne pas paniquer. Un léger halètement la laissa alors qu'elle touchait la tête de lit, et elle gémit lorsque j'écartai ses jambes. Un cri lui fut arraché, " OMG..John..
Arrêtez..Arrêtez..S'il vous plaît, vous êtes trop grand..ça ne rentre pas " alors que je la remplissais d'une seule poussée, son dos s'arquant de la tête de lit. Elle enroula ses bras autour de moi, gardant ses jambes écartées pour moi comme elle commence à essayer de bouger avec moi, crie en la quittant à chaque fois que je la pousse. " Oh mon Dieu.. Tu me fais mal.. Arrête.. sourit à ses cris alors que je la percutais. Son étroitesse m'empêchait de
empaler ma bite au fond d'elle.

" Oh ! Catherine, tu es si serré. Mon Dieu, ssssoooo serré !' Je m'éloigne complètement d'elle.
Puis, la tête touchant à peine ses lèvres, je pousse mes hanches vers l'avant en utilisant toutes mes forces. Pendant un bref instant, ses lèvres résistent, puis se fendent pour permettre à la tige dure et épaisse de pénétrer en elle, claquant à travers son canal vaginal serré et s'enfonçant tous les 9 pouces lors de la deuxième poussée. Une jeune femme n'est pas censée être étirée comme ça, je n'ai pas été surpris de voir tout son corps secoué en réponse à la douleur brûlante de l'instrument épais tranchant sa petite chatte jeune et serrée alors qu'elle émettait un cri " OMG ! OMG ! AAAAAHHH !". Elle a crié " AAAAHHH! SORTEZ-LE! AAAAAHHHH! " En reculant de plusieurs centimètres, je vois beaucoup de sang recouvrant ma bite et coulant sur le lit. Puis j'avance à nouveau, claquant la tête contre son col de l'utérus. Je recule et commence à la frapper avec de longs coups durs alors qu'elle hurle pitoyablement "OMG! AAAAAHHHH! AAAAAYYYY! AAAAHHHH!". La sensation de sa chatte serrée et non préparée traire ma bite me fait frissonner d'excitation alors que je la frappe sans relâche.


« Ma Catherine », grognai-je. "J'aime la façon dont tu me prends, j'aime t'entendre crier pour moi." Je mordis sa lèvre durement avant de réclamer sa bouche alors que ma nature animale commençait à faire surface. « À toi », murmure-t-elle, ses ongles s'enfonçant dans mes épaules, ses jambes s'accrochant à mes hanches. Elle se sent tomber rapidement vers le bord et gémit "OOOH..OOOH" alors que je mords sa lèvre, goûtant le moindre soupçon de sang quand nous nous sommes embrassés. Elle était aussi brutale qu'elle pouvait l'être avec moi, ses ongles s'enfonçant, se grattant tandis que ses hanches se balançaient contre moi. Elle aime la façon dont je l'ai prise, aime les marques que je lui ai laissées. Il ne fallut pas longtemps avant qu'elle ne crie à nouveau "OMG..AAAAH..AAAAH...AAAAH..AAAAH," sa libération la submergeant, faisant que ses muscles se resserrent sur moi.

Grognant de satisfaction alors qu'elle hurlait sa libération, j'accélérai le rythme. J'ai arraché ma bouche de la sienne et j'ai commencé à embrasser et pincer son cou. "Parle-moi Catherine... dis-moi ce que tu ressens," je l'exhorte juste avant de mordre là où son cou rencontre son épaule, secouant un peu la tête. Sa main glissa à l'arrière de ma tête, me serrant plus près d'elle. " J'aime la façon dont tu me baises, John, " gémit Catherine. "Je n'ai jamais été baisée aussi brutalement et durement. Personne ne m'a étiré et rempli comme toi," murmura-t-elle. "J'adore porter tes marques..." cria-t-elle à nouveau alors que je touchais un point sensible, ses ongles s'enfonçant à nouveau dans mon épaule.

J'ai rongé son cou jusqu'à ce que je lui perce la peau. Ses mots m'ont fait échapper un autre grognement. Je levai la tête pour la regarder. « Je vais te baiser dans tous les sens cet après-midi, Catherine. Je vais réclamer chaque centimètre de toi, y compris ton magnifique cul. Je m'arrêtai brusquement pour me retirer lentement d'elle. J'ai tendu la main pour placer un oreiller entre sa tête et la tête de lit. « Quand j'en aurai fini avec toi, tu ne pourras plus marcher ni t'asseoir. Je grognai à nouveau alors que je la frappais avec assez de force pour la faire avancer. Je me suis retiré à nouveau pour répéter le processus encore et encore, chaque poussée devenant de plus en plus forte et profonde.

Elle gémit "aaaah..aaah..aaaah..mmmmmm," ses yeux brillant de désir et d'autres émotions à mes mots. Quand je me suis arrêté et que je me suis retiré, elle a crié. « Non... Pas plus, s'il vous plaît », a-t-elle supplié. Un soupir la quitta alors que j'attrapais l'oreiller, et une poussée d'excitation la parcourut. Elle crie de joie " OOOH..OOOH..YES " alors que je la percute, la faisant se cogner contre la tête de lit. Elle agrippa les draps sous elle, sa tête renversée de plaisir alors que je poussais rapidement vers une libération. Il n'y avait rien de doux ou de doux dans la façon dont je l'ai prise. Mes poussées étaient brutalement dures et rugueuses, mes doigts meurtrissant sa chair là où je saisissais ses hanches. Je l'ai regardée, mes yeux hagards et le sourire que je lui ai donné était comme si quelqu'un donnerait sa proie. « Crie, Catherine. Crie pour moi… » demandai-je, chaque mot accentué par une forte poussée. " Maintenant!"

Ses mains étaient sur mes bras, ses doigts s'enfonçant plus fort à chaque poussée. Elle ne pouvait que prendre ce que je lui donnais, n'ayant pas vraiment le choix. Elle crie à chaque poussée AAAAAHHHH ! AAAAHHHH ! OOOOOHHHH ! S'IL TE PLAÎT, ARRÊTE! Pleeesssse Sttttttoooopppp! ", et le regard que je lui lançais réveilla quelque chose en elle. Ses yeux s'assombrirent encore plus, et à ma demande, elle cria mon nom " JOHN..OH DIEU..JOHN..No More," ses ongles s'enfonçant et perçant la peau alors que son orgasme la déchirait, son corps tremblant et secoué par l'intensité.

"C'est ma Catherine," ronronnai-je alors que ses muscles se contractaient autour de moi. J'ai grogné pas encore prêt à céder à mon propre orgasme et après l'avoir ramenée à terre, je me suis complètement retiré. Je me levai et la déplaçai pour que son cul soit au bord du lit. "Tenez vos jambes aussi éloignées que possible," lui demandai-je en m'enfonçant en elle avec un grognement. Je glissai mes mains de son torse jusqu'à son cou où je serrai doucement, la regardant attentivement.

Les cris de Catherine se sont estompés en doux gémissements et gémissements alors que je la ramenais, et ses mains se sont glissées, les bras s'enroulant autour de mon cou. Elle halète alors que je me retire, me sentant soudainement très vide. Elle se mord la lèvre, faisant ce qu'on lui dit et gémissant de plaisir alors que je la remplis à nouveau. Elle me regarde alors qu'elle sent mes mains sur son cou, un autre halètement doux la quittant alors que je serre doucement. Ses yeux s'assombrirent à nouveau, mais elle ne broncha pas, me faisant entièrement confiance. Passant mes pouces le long du devant de sa gorge, je souris à son regard et à la façon dont il s'assombrit. « Comme ça Catherine ? Je murmure en serrant un peu plus fort avant de relâcher. "J'aime la façon dont tu me laisses te faire n'importe quoi," je la poussai à nouveau fort.

Elle gémit à ma poussée, ses mains glissant à nouveau sur mes bras. "Je te fais confiance," murmure-t-elle, criant alors que je la frappe encore et encore. "Bonne fille," je grogne alors que mes poussées commencent à devenir plus rapides et plus brutales. "J'aime la façon dont tu me laisses te baiser." Je conduis aussi profondément que je peux en elle. Je savais que je n'allais pas pouvoir tenir plus longtemps au rythme où j'allais. « Reviens me chercher, Catherine », je murmure. Il devenait de plus en plus difficile de garder ses jambes écartées pour moi, et elle pouvait se sentir recommencer à glisser. « John... » murmure-t-elle, ses mots étant coupés. Elle se mord la lèvre, ses ongles mordant ma peau alors que sa respiration s'accélère. Ses ongles s'enfoncèrent plus fort alors que son orgasme la frappait fort et vite, ses jambes s'enroulant autour de ma taille alors que son corps se branlait contre moi. Au lieu de crier, elle halète alors que le plaisir la parcourt.

Je pousse sauvagement en elle, je donne une dernière poussée brutale et verse mon sperme en elle. Je m'effondre sur elle. « Tu réalises que tu as des ennuis pour ne pas garder tes jambes écartées, n'est-ce pas ma petite fille ? Je ronronne doucement avec un sourire narquois. Catherine a crié "OMG..John" lorsque ma libération a déclenché une autre des siennes, et ses jambes se sont resserrées autour de moi. Encore une fois, elle gémit alors que je me retire, seulement pour sourire doucement alors qu'elle se retrouve recroquevillée contre moi. Elle ronronne doucement en me regardant. "Je n'ai pas pu m'en empêcher," murmura-t-elle doucement, se penchant pour presser un baiser sur ma mâchoire. "Encore une fois, je ne peux pas dire que je crains des ennuis de ta part," gloussa-t-elle doucement.

J'arquai un sourcil vers elle alors que le regard prédateur revenait dans mes yeux. " Oh vraiment maintenant?" Avant que Catherine ne puisse réagir, je l'ai fait basculer sur ses mains et ses genoux. Je l'ai tirée vers le bord du lit, toujours sur ses mains et ses genoux et je me suis tenue derrière elle. Je me suis lentement installé en elle avec un gémissement. " euuuuh..uuuuh." J'attrapai ses hanches et commençai à pousser légèrement en elle, sachant que le rythme lent ne ferait que la tourmenter. Son corps tremblait alors que je l'attirais vers le bord du lit, et un gémissement "aaaah..aaaah..mmmm" s'échappa d'elle quand je me glissai en elle. Elle me repoussa, aimant la sensation de mes mains sur elle. Elle se mord la lèvre alors qu'elle se bat pour suivre le rythme que j'impose, voulant que je pousse plus fort en elle. Elle me regarde, ses yeux sombres et remplis d'émotion.

Le regard qu'elle me lance a été ma perte. Je tenais ses yeux alors que je commençais à claquer plus fort en elle, mes doigts sur ses hanches s'enfonçant davantage. « Dieu, tu te sens tellement bien, Catherine. je grogne. Ce simple lapsus d'une femme s'était frayé un chemin au-delà de mes défenses et je savais maintenant que je ne pourrais jamais l'abandonner. Catherine cria de plaisir " AAAAH..AAAAH..OO
OOH..OOOOH " alors que je la poussais plus fort en elle, le désir et la chaleur brûlant en elle. " Toi aussi, sexy ", gémit-elle doucement. Ses mains se recroquevillèrent dans les draps alors qu'elle se balançait contre moi, me prenant aussi profondément qu'elle pourrait.

J'ai tendu la main et j'ai agrippé ses cheveux. Utilisant ma poigne sur ses cheveux, je la tirai contre moi alors que je poussais plus fort en elle. J'ai adoré la façon dont elle a pris tout ce que je lui ai donné et en voulait toujours plus. J'ai adoré le fait que je n'ai pas eu à me retenir avec elle. J'ai grogné son nom "Catherine"
au fur et à mesure que je devenais plus animal, plus primitif dans ma prise d'elle et cela se voyait dans mes poussées brutales, dures et sauvages. Elle se branla contre moi quand je la tirai par les cheveux, ajoutant à son désir. Ses cris augmentaient en fréquence et en volume à chaque fois que je la pénétrais de plus en plus fort. " OH DIEU..OOOOOH..OOOOH..AAAAH..AAAAH..AAAAH." J'ai grondé son nom,
"Catherine" un frisson la parcourut, faisant serrer ses muscles contre moi alors que je la poussais à nouveau vers le bord de l'orgasme. "Putain, John..." gémit-elle, sa voix rauque à cause de ses cris. Elle agrippe les draps plus fort, son corps au bord de l'orgasme. Je n'ai pas lâché prise alors que ses orgasmes frappaient. " OMG..AAAAH..AAAAH..YYYEEESSS..AAAAH..AAAH "
J'étais perdu dans sa sensation en ce moment. J'ai tiré assez longtemps pour plonger mes doigts en elle, les enduisant de son miel. Puis j'ai claqué de nouveau en elle alors que je commençais à mettre un doigt dans son cul. « Oh oui, Catherine, je vous revendique tous, » ronronnai-je.

Catherine gémit alors que je me retirais seulement pour gémir lorsque mes doigts plongeaient en elle. " ouh..
oooh..mmmmm." Elle gémit doucement avant de crier quand je revins en elle.
"OMG..JOHN..OOOOH." Les mots étaient au-delà d'elle alors que je travaillais trois doigts dans son cul serré, et elle ne pouvait que se détendre contre moi, perdue dans tout ce que je lui faisais. Ronronnant de satisfaction alors que je la sentais se détendre, je fis lentement pénétrer les doigts en elle et finalement trois doigts. Je savais que je devais l'étirer si elle allait pouvoir me supporter à cause de ma taille. Alors que je poussais en elle, je retirais mes doigts pour les repousser en arrière. Je continuais à bouger mes doigts, essayant de garder ma patience.

"Viens me chercher, Catherine," demandai-je alors que mes doigts devenaient plus rugueux, les écartant pour l'étirer davantage. J'ai enfoncé plus fort en elle. « Viens me chercher et ensuite supplie-moi de te baiser le cul. Elle gémit en sentant que je l'étirais davantage. Quand j'ai poussé plus fort en elle, c'était suffisant pour l'envoyer en spirale par-dessus le bord, mon nom la quittant dans un cri. Elle se cabre contre moi, ce qui fait que mes doigts s'enfoncent plus profondément, et elle se perd dans une vague de plaisir. "S'il te plait, John... s'il te plaît, baise-moi le cul. Je veux que tu revendiques tout de moi. S'il te plait, bébé... j'ai besoin de toi," supplie-t-elle.

"J'aime le son de tes supplications," grognai-je alors que je m'éloignais complètement d'elle. J'ai pressé ma bite contre son bouton de rose et j'ai lentement commencé à travailler. Même avec tous les étirements que j'avais faits avant, c'était lent car je ne voulais pas la blesser. "Putain," gémis-je, "... tellement serré putain..." Elle gémit doucement et gémit " aaah..aaah..oooh..oo
oh, " et elle se bat pour rester immobile, sachant que j'allais lentement pour une raison. Un autre frisson la parcourut, et elle gémit à nouveau, " ooooh..ooooh..aaaah..aaaah, " tournant la tête sur le côté. "Mon Dieu... tu te sens si bien," chuchota-t-elle, se mordant la lèvre alors qu'elle basculait lentement vers moi.

Enfin, je me suis complètement engainé en elle et j'ai gémi doucement. « C'est ma Catherine, me prenant tout entier comme ça. Je savais qu'elle était probablement aussi tendue qu'elle pouvait l'être en ce moment. Quand elle s'est retournée contre moi, j'ai gémi " UUUG..UUUG " et j'ai commencé à
poussez lentement vers l'intérieur et vers l'extérieur. " Tu es à moi, Catherine.." J'ai grogné, " N'oublie jamais ça."
Elle haleta quand je lui tirai les cheveux, inclinant la tête en arrière, un frisson de désir et de plaisir la parcourut. « Seulement à toi » Murmura-t-elle, alors que j'entrais et sortais d'elle.

Je lui ai donné un autre coup dur dans les cheveux. "Aucun homme ne peut te baiser comme je le fais, te remplir comme je peux, satisfaire ces envies comme je le ferai," grognai-je. Je sens son corps se détendre davantage et je pousse légèrement plus fort. « Parle-moi Catherine, je veux entendre ce que tu ressens... » Mon rythme s'accélérant légèrement alors que je commençais à me perdre dans sa sensation, dans la façon dont elle se sentait et les sons qu'elle faisait pour moi. Je tenais l'animal en moi à distance par pure force de volonté, voulant m'assurer qu'elle était pleinement prête pour le moment où je la lâcherais sur elle. Les yeux de Catherine se fermèrent de plaisir alors que je tirais de nouveau fort sur ses cheveux. Elle bascula contre moi, les émotions la parcourant. "Il n'y a personne d'autre que toi," gémit-elle, ayant du mal à parler alors que j'accélérais mon rythme. « Personne ne me fait ce que vous faites. Un autre gémissement s'échappe de ses lèvres. "OOH..AAH."
"J'aime la façon dont tu me baises, la façon dont tu m'utilises pour ton plaisir. J'aime que tu ne te retiens pas et que tu me pousses au-delà de mes limites... J'aime...." Elle crie comme un éclair de plaisir déferle en elle. "Putain... personne n'obtient les réponses de mon corps que toi..."

Je gémis doucement, "C'est parce que personne ne comprend tes pulsions sombres comme moi, Catherine... personne d'autre que moi ne peut te donner la baise dont ton corps a envie." Je sens son corps se détendre davantage et je grogne " Grrr..Grrr " alors que je me retire pour replonger en elle, pas aussi fort que je le voulais mais plus fort qu'avant. J'ai levé la main et j'ai ratissé mes ongles tout le long de son dos et de son cul. "Mon Dieu, ton cul est tellement bon, Catherine," je grogne alors que les poussées deviennent plus dures. "Personne ne le fera jamais," gémit-elle doucement. Un cri lui fut arraché alors que je poussais fort en elle, et elle gémit à nouveau à la sensation de mes ongles traînant sur sa peau. Elle se balance contre moi, rencontrant chacune de mes poussées. Son corps se resserre alors que je pousse plus fort en elle, et elle gémit doucement, ses mamelons sensibles frottant constamment contre les draps. Elle peut se sentir se rapprocher du bord, presque submergée par les sensations.

"Lâche-moi Catherine," chuchotai-je en serrant la mâchoire. Mon contrôle était à la limite de ma retenue et la façon dont elle continuait à bouger contre moi rendait plus difficile pour moi de garder le contrôle. Je me retirai presque complètement seulement pour repousser en elle durement et brutalement, voulant la faire crier à nouveau. Alors qu'elle basculait contre moi, me frappant juste entre ses mouvements et ses cris, mon contrôle s'est finalement brisé. L'animal en moi est venu en rugissant au premier plan et avec un grand grognement "GGGRRR..GGGRRR," j'ai attrapé ses hanches et l'ai tirée en arrière sur ma bite pour que je sois enterré aussi profondément que possible en elle. "Putain," grognai-je en la tirant par les cheveux pour qu'elle soit à genoux. La façon dont je continuais à la prendre était primitive, mes mains rugueuses sur ses seins, mes dents s'enfonçant dans la nuque. Elle ne pouvait vraiment pas bouger beaucoup alors que je poussais sauvagement en elle.

Elle crie "OMG..JOHN..OOOH..OH DIEU..ÇA FAIT MAL..S'IL VOUS PLAÎT JOHN," alors que je la claque durement en la poussant vers l'avant. Elle bascula contre moi, criant en la quittant alors qu'elle se rapprochait. « Oh, mon Dieu », cria-t-elle en gémissant tandis que je la tirais par les cheveux. Ses bras s'enroulèrent autour de mon cou, la tenant contre moi alors que je devenais encore plus dur avec elle. Lorsque ses orgasmes ont frappé, elle crie à nouveau "OMG..JOHN..JOHN..OH DIEU", mon nom tombant de ses lèvres alors qu'elle me sent la revendiquer encore et encore. J'ai failli rugir quand je sens ses orgasmes et ça me pousse complètement au-dessus du bord. Je me suis retirée et l'ai repoussée brutalement sur le lit, le visage en premier. Écartant grossièrement ses jambes, je me suis enfoncé dans son cul serré, la clouant au lit avec mon poids. Enroulant ses cheveux autour de mon poing, je tire sa tête en arrière pour la regarder dans les yeux. "Mienne," grognai-je en écrasant ses lèvres avec les miennes. Le baiser plein de dents et de langue, le goût métallique du sang se mélangeant alors que mes dents coupaient sa lèvre. Après une dernière poussée vicieuse, j'ai crié "YYYES..YYYES..Catherine", alors que j'explosais comme un volcan lui envoyant des jets de sperme.

Catherine crie alors qu'elle tombe sur le lit, gémissant alors que je claque à nouveau contre elle. Elle était à plat sur le lit, et un autre cri la quitte " OH DIEU..JOHN..PAS PLUS..S'IL VOUS PLAÎT," quand je la tire en arrière par les cheveux. Le regard dans mes yeux réveilla quelque chose en elle, et à mon grognement, un frisson la parcourut. Elle rend mon baiser, gémissant au goût du sang mélangé. Elle revient, son cri perdu dans mon baiser avant que ma propre libération ne frappe à nouveau. Elle s'effondre sur le lit, la respiration haletante alors que je nous fais redescendre. J'étais très doux alors que je m'éloignais d'elle et que je roulais hors d'elle. J'étais haletante et mon corps couvert de sueur. Jamais auparavant je ne m'étais laissé aller aussi complètement. Je la pris dans mes bras et l'embrassai sur le front. "Tu es incroyable, Catherine," murmurai-je en la regardant, l'émotion brillant dans mes yeux.

Elle me fait un faible sourire alors qu'elle se blottit contre moi, sa main contre ma poitrine. « Si tu le dis, » gloussa-t-elle doucement, me regardant avec de l'amour brillant dans ses yeux. Her voice was hoarse and her throat was raw, she was happier than she could ever remember. " I hope I didn't truly hurt you," I whispered. I got up, giving her a sweet kiss. " I'll be right back." I walked to the bathroom and turned on the shower. Once the water was hot enough to my liking, I came back to pick her up into my arms. I stepped into the shower with her and chuckled. " Better than the first time we were in the shower together, hmmm?"

" Do you want me to stop?" I whispered with a chuckle, already knowing the answer. I continued to circle it before finally rubbing it directly. " I do love to watch you fall..."
" Please stop..John..I'm sore." she begged, pressing herself against me. She kept her gaze locked on me as I continued to tease her, causing soft moans to escape her.
" oooh..oooh..oooh..mmmmmmm." She pulled me down again for a hungry kiss, crying out
" OMG..OOOH..OOOH..AAAH..AAAH..AAAH," as I pressed against her pearl, pushing her even closer.

It didn't take much longer for her orgasm to rush through her, causing her to scream out my name. " OH GOD..JOHN..OOOH..JOHN." Once we were done cleaning up in the shower, I carried her back to the bed and she hummed softly, slipping her arms around me. She pressed soft kisses along my jaw, smiling when I laid her down.

Articles similaires

Samantha et Kaylee_(0)

J'avais une voisine nommée Kaylee qui était magnifique. Elle était grande, athlétique et avait un corps ferme. Probablement environ 120 livres. peau bronzée, cheveux châtain foncé. Elle a définitivement retenu mon attention. Ce n'était pas une salope, elle était plutôt une taquine. Nous sommes allés dans le même lycée. Je l'ai beaucoup vue, mais nous n'avons pas beaucoup parlé. Tout chez elle était fascinant, la façon dont ses cheveux étaient longs et avaient la bonne quantité de boucles, ses jambes, sa silhouette sexy, elle avait même des fossettes au-dessus de ses fesses que je pouvais voir quand elle était en bikini...

256 Des vues

Likes 0

Devenir Zoé

Ma future épouse, Annie, avait pris un emploi à l'extérieur de la ville et je ne la voyais que toutes les deux semaines environ. Elle me manquait tellement. Elle et moi étions devenus amants à distance. Elle devait prendre un vol de retour vendredi soir. J'allais chercher son fils Zakk à son dortoir et nous allions tous les deux la chercher à l'aéroport et profiter du week-end ensemble. Zakk est dans sa première année d'université, il étudie pour devenir maquilleur pour la scène et l'écran. Lui et moi n'avons pas vraiment appris à nous connaître et ce devait être le week-end...

1K Des vues

Likes 0

Visiter un ami spécial

J'ai frappé à la grille métallique. C'était un assez grand bungalow entouré de murs de briques recouverts de fil de fer barbelé. Mon cœur battait. Tout ce que je ressentais, c'était la peur d'être rejeté ou quelque chose comme ça. Heureusement, son frère aîné, Suleman, a ouvert la porte. C'était un gars au tempérament cool et plutôt musclé, alors il a gardé sa position. Il m'a regardé d'un air jugeant pendant un moment, a souri et m'a donné une poignée de main. Ei, qu'est-ce que tu fais ici? Je suis ici pour rendre visite à ta sœur... Je me suis tu...

1.3K Des vues

Likes 0

Mon beau-frère

Je pense que c'est si gentil quand mon demi-frère Kevin donne ses affaires à sa petite amie. Il lui a offert son chapeau préféré, qu'il protège EXTRÊMEMENT. Par exemple, ne laissez jamais personne y toucher. Il dit toujours à quel point c'est parfait et qu'il est pratiquement moulé pour s'adapter à sa tête, et il le lui a donné. Il lui a également offert sa veste préférée et il lui laisse toujours emprunter ses perles de karma porte-bonheur. Ces choses sont son porte-bonheur depuis trois ans. Il ne les enlève jamais et il déteste quand les gens les touchent. Il ferait...

534 Des vues

Likes 0

Vacances d'été

C'était les vacances d'été. Il faisait chaud et étouffant et il n'y avait pas d'électricité. Nous nous ennuyions vraiment. Nous, dans le sens, moi, ma cousine Veena et son jeune frère Ram. J'avais 16 ans, elle 15 ans et lui seulement 8 ans. nous ne savions pas quoi faire et nous avions commencé à transpirer. Mes yeux sont tombés sur Veena. Ma, si elle avait grandi en un an. Elle devait avoir 5 ans et demi, ses seins s'accrochaient à son t-shirt à cause de la sueur et de leur taille. n sa jupe était au-dessus de ses genoux. elle essayait...

564 Des vues

Likes 0

Mia Matsumiya : Comment être une bonne fille

Mia Matsumiya : Comment être une bonne fille REMARQUE : Pour faciliter la visualisation, consultez le fil de discussion « Mia Matsumiya : Comment être une bonne fille » dans la section Histoires sexuelles du forum. Croyez-moi, ça en vaudra la peine ! Mia Matsumiya, belle violoniste japonaise de 24 ans, termine sa tournée en France avec l'un des groupes d'avant-garde avec lequel elle joue. Il s'agit d'une rare soirée de repos pour la petite beauté de 4'9, qui a par hasard rencontré quelques amis - Lisann et son mari Rob - dans une terrasse de café plus tôt dans la journée. Bien que Lisann et...

403 Des vues

Likes 0

Chute Ch. 08

Chapitre 8, Dans lequel je partage trop d'informations Cela avait été encore un long voyage, mais j'avais terminé à temps pour prendre le vol du début de l'après-midi. J'étais excité et impatient d'être à la maison et de partager la bonne nouvelle : j'avais décroché un autre gros contrat et j'étais sur la bonne voie pour devenir vendeur de terrains de l'année et recevoir une énorme prime. Grâce au coaching de Stacey, j'avais appris qu'un peu plus de T&A était très utile. Une dépense modeste pour des tenues avant-gardistes, des bas au lieu de collants, etc., s'était transformée en une énorme...

275 Des vues

Likes 0

Pris en flagrant délit_(0)

Pris la main dans le sac Cette expérience a impliqué ma connaissance Ben. Je dis connaissance parce que je ne l’ai rencontré qu’une seule fois auparavant, nous parlions à peine et il n’avait pas vraiment de lien avec moi – c’était le fils de mon amie aînée Vicky. Je connaissais Vicky parce que je faisais du bénévolat dans son animalerie, et même après avoir terminé, nous restons encore aujourd'hui de solides amis. A cette époque, j'avais 15 ans et Ben 13 ans. Vicky m'a invité à un barbecue pour fêter son anniversaire, donc avec beaucoup d'autres personnes, j'ai accepté, j'étais le...

271 Des vues

Likes 0

Ma chaude petite soeur avale !

J'avais 18 ans au moment de cette histoire et ma sœur en avait 16. Je venais de terminer mes études secondaires et j'allais à l'université à l'automne. Je mesurais 5' 10 et 175 livres et j'étais en très bonne forme grâce au sport. Je m'appelle Jim et j'étais aussi un peu nerd. Entre les études et le sport, je n’avais même pas encore commencé à sortir ensemble. Ma sœur Beth mesurait 5' 5 et pesait 105 livres avec des seins en bonnet C parfaitement pointus et un très joli cul bombé. Elle avait de longs cheveux blonds naturels, soyeux, des yeux...

171 Des vues

Likes 1

Pris en flagrant délit_(9)

Je m'appelle Carla et je suis une étudiante de 19 ans. Je vis avec ma meilleure amie Sarah dans un appartement que ses parents payent pour elle. Le père de Sarah a fondé une entreprise qui s'est très bien débrouillée et a maintenant l'argent à dépenser pour Sarah quand elle le souhaite. Plus sur moi, je mesure environ 5'4 avec de longs cheveux bruns foncés, avec une silhouette élancée. Voici l'histoire de la façon dont j'ai appris un peu plus sur moi-même et sur Sarah. Sarah était magnifique, c'était le genre de fille qui, quand vous marchiez dans le couloir, regardait...

2.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.