Danse de grange

910Report
Danse de grange

Un beau jour… des moments dans notre grange : « La Barndance de Phyllis et Roger

Il y a eu quelque chose dans ma jeunesse dont je me souviendrai toujours. Nous avions une grange qu'avant l'hiver nous chargeions de luzerne pour les animaux. Le jour où la charge est arrivée était toujours amusant avec tous les gars masculins à l'air fort déchargeant les balles de luzerne et les empilant à l'intérieur de notre grange. J'admirais leurs corps musclés se soulever et transpirer en déchargeant puis en empilant les balles. Et ils m'ont regardé petite et jolie dans ma robe d'intérieur toute innocente, la brise soufflant sur le tissu doux pour dessiner mon corps souple. Leurs regards étaient lascifs et me faisaient transpirer aussi… mes propres sécrétions féminines refroidissaient mes cuisses, si vous voyez ce que je veux dire… une humidité juteuse me faisant frissonner et me sentir coquine, l'air me refroidissant là-bas. Leurs sourires m'ont fait savoir ce qu'ils pensaient et j'ai souri tout de suite. J'imaginais l'un d'eux, ou même plus d'un, sautant du camion, écartant une balle, me poussant dans la grange, arrachant ma robe de chambre et ravissant mon jeune corps, écartant les jambes, exposant ma chatte humide et puis putain chaud! rejoindre nos deux corps en sueur dans la chaleur et la luxure. Nous serions comme des animaux affamés dans le coït et la libération de tout le corps. Nos yeux s'embrasseraient et nous ferions l'amour comme des bêtes sauvages. Les animaux étaient dans le champ au moment du déchargement, mais ils sentaient la luzerne, se promenaient jusqu'à la grange, impatients d'avoir quelque chose à manger même s'ils pouvaient toujours se nourrir dans le champ. Puis il y avait mon petit âne qui passait beaucoup de temps avec moi dans la grange. À côté de mon chien, il était mon meilleur ami… mon meilleur ami à plus d'un titre.

C'était un âne trop petit et c'était mon préféré; il était un peu mon animal de compagnie et il me blottit partout, poussant ma taille pendant que je le toilettais, peignais sa crinière, le caressais partout. Quand je peignais en dessous, sa longue bite noire se détendait. C'était une chose incroyable à voir et à ressentir. J'ai adoré le caresser. J'ai dû utiliser mes deux mains. Il faisait chaud et dégoulinant alors qu'il répondait à mes mains.

Un jour, après que la luzerne ait été livrée et empilée, et que mes amants imaginaires soient partis, j'avais encore chaud et je me sentais mal. Mon petit âne et moi étions dans la grange… moi en train de le caresser, de le peigner et lui de me blottir contre lui. J'étais devant lui en train de jouer avec les bouts de sa crinière venant entre ses oreilles, la tête baissée pour mes attentions, sa belle queue déjà pendante. Notre chien de famille voulait son tour.

Nous trois alors seuls et privés. J'avais fermé la porte de la grange. La grange était si merveilleusement aromatique avec tous les nouveaux aliments et j'ai inhalé profondément et j'ai continué à caresser. Je me demandais si les ouvriers auraient caressé ma chatte avant de me baiser. Mon chien aimait l'attention tout comme mon âne. Et, si je peux révéler l'un de mes secrets les plus chers… puis-je ?… Je suppose que je le ferai si vous promettez de ne pas le dire :

Mon secret est ceci. J'avais depuis longtemps découvert ma propre sexualité et mon sex-appeal avec les animaux. J'étais fasciné par leurs "outils" comme je les appelais et ils étaient excités par mes "charmes" comme je les appelais. Leurs outils et mes charmes ont excité chacun de nous en conséquence et nous étions tous les trois dans la grange odorante un après-midi d'automne lorsque mes parents faisaient les courses et la scène dans la grange était très calme et intense... moi peignant et caressant mon doux âne et mon toutou aimant venant derrière moi, me frottant son nez, son nez sous ma robe, sondant, voulant sa part d'attention. Mon imagination brûle et mon corps exhale son parfum le plus sexy. Doggie a léché mes jambes nues me donnant des frissons.

L'âne hochait la tête et le toutou revint derrière en hochant son museau sous ma robe de chambre, ce délicieux nez froid oignant mon cul et ma chatte avec un nez frais et stimulant. J'ai sursauté de surprise mais il m'a encore frappé là et je me suis installé, m'ouvrant. Puis cette langue terriblement séduisante et totalement irrésistible glissant de mon clitoris, passant devant mes lèvres et entre mes fesses. Je me suis penché en espérant un autre coup de langue et je n'ai pas été déçu. Cela a rempli mon corps de sentiments qui m'ont fait frissonner à nouveau; fait mes yeux se fermer; m'a fait haleter et attendre un autre long et chaud léchage de langue de chienchien et c'était à nouveau le cas. Je me suis tenu sur la pointe des pieds dans un délice et en espérant plus.

Mon chien doux et affectueux a goûté mes dépenses et en voulait plus. J'ai continué à panser mon âne qui s'est penché sur la tête et m'a blottie sur le devant. Il avait capté l'odeur que mon toutou avait éveillé. Alors j'étais là, me faisant lécher et flairer par derrière et par devant. J'étais tout étourdi, mes genoux s'affaiblissant alors que je sentais une excitation croissante et une chaleur croissante dans mon corps. Je me suis accroché aux oreilles de mon âne… gardant son museau à ma taille. Quelle longue langue épaisse il a ! J'ai relâché ses oreilles et levé ma robe de chambre au-dessus de ma tête… J'étais maintenant une Vénus, ou une Eve ou Lady Godiva; mon corps nu chaud et se blottir et se lécher partout… les outils excitants de mes doux animaux jouant avec et léchant mes charmes, et je me sentais tellement méchant à ce qui se passait et à la scène de nous trois dans la grange aromatique. Mes genoux étaient faibles et s'affaiblissaient à chaque coup de langue. Je me suis frotté les seins, ce qui en a fait un rêve et je n'arrêtais pas de penser à quel point j'étais seul dans mon intimité avec mes parties intimes au centre de toute l'action excitante. J'ai maintenu la tête de mon âne... saisissant ses oreilles alors qu'il léchait et savourait chaque partie de ma chatte... je sentais que j'étais un être humain et que chaque sentiment de mon humanité prenait vie.

C'était le paradis sur terre; Le paradis pour moi dans une grange calme et odorante… tout le léchage m'envoyait un endroit où mes oreilles étaient remplies, ma langue épaisse dans ma bouche, mon corps vivant et palpitant… l'émotion, la luxure, se construisait en moi et je me suis relâché sur mon la langue de toutou, mouillant sa longue langue avec mes fluides corporels, mais j'avais besoin de plus. L'âne m'a léché ! Deux langues chaudes et ma chatte avide. Dans toute ma nudité glorieuse et toutes les dépenses de mon corps, je suis tombé sur l'une des balles de luzerne, j'ai mis ma robe de chambre étalée dessus et je me suis penché, soulevant mes fesses pour plus d'attention… mes fesses étaient juste assez hautes pour que l'âne s'approche.

J'ai regardé en arrière et la belle bite de l'âne pendait. Je n'étais pas le seul à être excité. Ce fut à son tour de m'embrasser avec son nez froid. Il chevauchait la balle… ses sabots de chaque côté. J'avais parfaitement positionné mon corps sur les balles. Ma chatte était ouverte, prête… J'ai tiré sur sa crinière et il s'est avancé… J'ai senti sa poitrine poilue bouger sur mon dos… J'ai tendu la main pour tenir sa queue… c'était chaud… J'étais chaud… c'était prêt… J'étais prêt et mettre la pointe épaisse sur ma chatte dégoulinante… en la frottant contre les lèvres humides de ma chatte… c'était le moment pour cet outil de goûter à mes charmes…

L'âne a léché mon dos nu et j'ai tiré sur son long outil et il est entré dans mon corps… "OH !" J'ai pleuré, tenant, voulant désespérément plus. J'en ai plus. L'âne s'est déplacé en moi, lentement jusqu'à ce qu'il soit fermement en moi, ma chatte s'étendant, sa bite plantée, les parois de mon corps nourrissant sa longueur... d'abord timidement puis plus de mouvement... une poussée plus profonde alors que la nature prenait le contrôle de l'animal, je me suis levé pour plus… nos deux corps chauds… mon esprit en feu… mon corps en feu et plus de poussée, moi soulevant… j'ai senti sa longueur et puis… "UGH!" J'ai grogné… sa longueur m'a rempli. J'étais un corps électrique, ma langue à nouveau épaisse car je ne pouvais que grogner et soulever, grogner et soulever. J'ai inhalé profondément, mes poumons remplis de l'odeur de la luzerne, mon corps rempli de la chaleur du coq animal et j'ai relâché, complètement et relâché à chaque coup… J'étais son instrument pour jouer… J'ai soulevé et passé et senti sa bite remplissez-moi de sperme, me faisant jouir à nouveau ... j'étais ailleurs ... chaque partie de mon corps et de mon âme dans un délire à bout de souffle

Pendant ces moments, j'étais parti quelque part dans une rêverie extatique. Le temps a été modifié, puis j'ai commencé à me calmer et à me calmer alors que sa bite se détendait, glissant hors de moi, ses dépenses et les miennes suintant de moi sur la balle de foin et le long de mes jambes, se refroidissant… tout le long de mes jambes jusqu'à mes petits pieds… je frissonna à nouveau en reprenant conscience. Mon toutou est venu se faire lécher, puis mon âne s'est éloigné et s'est léché en grignotant l'une des balles.

Étais-je prêt pour plus alors que le sperme d'âne coulait le long de mes jambes? J'étais écartée et ouverte… Je pouvais sentir les lèvres de ma chatte palpiter… J'avais encore chaud… et le toutou… lui aussi avait besoin d'être libéré alors qu'il me léchait les jambes et… AHHH !! OUI !!!… le long de mes jambes jusqu'à l'endroit où j'avais encore chaud… Je suis descendu de la balle et je me suis reposé sur le sol… me présentant dans toute ma gloire nue à la langue de mon doux chien… il léchait toujours… j'ai regardé en arrière… sa le coq traînait et se balançait mais je me suis juste agenouillé et j'ai attendu. Je n'ai pas attendu longtemps car mon chien excité, assoiffé et vigoureux était prêt à bouger, et l'a fait, et j'ai de nouveau été empalé cette fois sur une bite de chien… sa bite avait besoin de moi… j'avais besoin de sa chatte frénétique et putain et en un instant, je lui lançais mes grognements gutturaux, ses pattes de devant agrippant ma taille et mon visage enfoui dans mes mains, ses poussées me poussant contre le foin sur le sol dont l'odeur remplissait mes poumons et transformait mon esprit et mon corps en une autre frénésie de libération émotionnelle, puis un épuisement complet.

je m'en foutais; j'étais rassasié; tout mon être complètement libéré et détendu; ma chatte et mes cuisses étaient si humides et refroidissaient mon corps… J'étais étourdi et dans un état second et je respirais à nouveau. Je me suis roulé sur le dos et j'ai regardé le toit de la grange, tournant mon visage pour voir mes animaux de compagnie lécher et lécher encore plus… Je me sentais méchant et la pensée m'est venue qu'il n'y avait rien de mieux au monde que "prendre soin" de mes animaux. C'était notre grand secret et mes lèvres étaient scellées. Le leur aussi !

C'était tellement incroyablement calme dans la grange cet après-midi même si à l'intérieur il y avait eu du feu et de l'électricité… notre propre éclair personnel… J'avais vécu « la petite mort » et puis c'était cool. J'avais été quelque part, pas seulement dans la grange, mais quelque part qui m'avait rempli de délices sexuels que seuls les dieux connaîtraient. J'ai pensé aux travailleurs musclés en sueur et comment se compareraient-ils à mes merveilleux animaux… J'ai décidé de découvrir la première chance que j'ai eue.

Articles similaires

Devenir Zoé

Ma future épouse, Annie, avait pris un emploi à l'extérieur de la ville et je ne la voyais que toutes les deux semaines environ. Elle me manquait tellement. Elle et moi étions devenus amants à distance. Elle devait prendre un vol de retour vendredi soir. J'allais chercher son fils Zakk à son dortoir et nous allions tous les deux la chercher à l'aéroport et profiter du week-end ensemble. Zakk est dans sa première année d'université, il étudie pour devenir maquilleur pour la scène et l'écran. Lui et moi n'avons pas vraiment appris à nous connaître et ce devait être le week-end...

1.1K Des vues

Likes 0

Le Gang pt1_(0)

Le gang. partie 1 Ceci est ma toute première histoire, alors soyez gentils dans vos commentaires. Critiques constructives bienvenues. Je m'appelle Sarah, j'ai 26 ans et je travaille dans une banque en tant que conseillère aux petites entreprises. J'ai de longs cheveux bruns, je mesure 5'7 taille 10 avec des seins petits mais perts de 32B. Je vais à la gym au moins 3 fois par semaine, donc je suis en forme et je suis célibataire depuis quelques années, même si je me suis bien amusé. Quoi qu'il en soit, je vais vous parler de mon expérience avec un gang d'East...

923 Des vues

Likes 0

Du coup, tabou

Du coup, tabou Si vous êtes un homme plutôt beau avec une personnalité agréable, doué pour discuter avec les femmes et bouger beaucoup, vous trouvant aux bons endroits aux bons moments, vous aurez vos relations sexuelles au moment où on s'y attend le moins ; c'est prévu. Mais quand soudain, à l'improviste, sans aucune indication, aucune accumulation, aucune préparation de votre part, vous vous faites servir une chatte de premier ordre, et cette chatte se trouve appartenir à votre belle mère ; alors tu es un fils de pute chanceux. Je suis un fils de pute chanceux ! Un parent de ma...

768 Des vues

Likes 0

Entraînement 07

J'ai vraiment apprécié d'être utilisé par Jim. Ma chatte de cul était vide sans sa grosse bite noire à l'intérieur. Le sexe avec ma femme était toujours satisfaisant, cela ne faisait aucun doute, mais être avec Jim était différent. J'avoue avoir eu une distraction assez importante dans ma vie en pensant à lui. J'étais absolument douée à 100% pour être utilisée par lui pour son plaisir, être sa chienne, ou sa chatte, si vous voulez. Le plaisir que j'ai reçu d'être utilisé comme un jouet de baise par Jim était difficile à décrire, même pour moi-même. Mon trou palpitait véritablement à...

345 Des vues

Likes 0

Réveils 5_(1)

Réveils 5 -------------------------------------------------- -------------- Tahir et le Capitaine se penchaient sur les rapports qui arrivaient. Apparemment, les actions antérieures de Tahir avaient interrompu brièvement les plans du groupe de médecins pendant un certain temps. Ils y travaillaient depuis quelques heures, lorsque Tahir remarqua qu'il y avait un cadavre. Il lui fallut un moment pour le lire, se tournant vers le Capitaine, il attira son attention. Ce rapport détaille un corps qui a été retrouvé, ce qui semble étrange, c'est que le corps n'avait pas de cerveau du tout. C'était presque comme si la cavité crânienne avait été nettoyée à l'aspirateur. dit...

1.3K Des vues

Likes 0

Sexe dans le train

Tom est à Édimbourg pour une réunion d'affaires. Une belle journée d'été avait été prévue, il est donc vêtu d'un chino beige, de brogues marron, d'une chemise ouverte blanche et d'un blazer bleu. Avec sa peau bronzée, il a l'air tout à fait pimpant de la ville. Sa réunion a dépassé et il est maintenant dans le dernier train pour Leeds dans le Yorkshire qui quitte la gare à 21h30. Il n'y a pas beaucoup de passagers qui montent dans le train alors il choisit un groupe de 4 sièges avec une table, s'assied dans le siège côté couloir dos au...

940 Des vues

Likes 0

FEMMES ÂGÉES et(1)

Fbailey histoire numéro 219 Des femmes plus âgées Quand j'ai eu seize ans, ma mère avait les mains pleines avec moi. Papa n'était jamais là et quand il l'était, il n'était toujours pas là. C'était votre vendeur ambulant préverbal. C'était un coureur de jupons, un ivrogne et une piètre excuse pour un être humain. Il a fourni un toit au-dessus de nos têtes, mais c'était à peu près tout. Maman travaillait pour payer la nourriture que nous mangions et les vêtements que nous avions sur le dos. J'ai lancé ma propre entreprise de pelouse ce printemps-là. J'ai distribué des dépliants dans...

1K Des vues

Likes 1

LA FAMILLE DE KRISTI 4_(1)

Chapitre Quatre Lorsqu'ils arrivèrent dans sa chambre, Roger entra le premier. Il a d'abord remarqué que Bob était assis dans son fauteuil inclinable, apparemment en train de se reposer. En regardant le lit, il vit qu'Erin était agenouillée sur le lit et se tenait aux barreaux de la tête de lit. En y regardant de plus près, il réalisa qu'elle n'avait pas le choix. Ses poignets étaient attachés à la tête de lit, la forçant à s'agenouiller, ses seins suspendus à sa poitrine gravant le drap sous elle. Gardez ces jambes écartées salope! J'aime regarder votre mignon petit trou du cul...

941 Des vues

Likes 1

L'histoire vraie de ma vie : chapitre 1

Un certain nombre de personnes m'ont demandé de raconter l'histoire de ma vie depuis que j'ai fait allusion à certaines de mes expériences inhabituelles. Je pense donc que le meilleur point de départ est la nuit qui a mis fin à mes 10 ans de mariage. C'était un vendredi soir et mon mari Tim est rentré ivre. C'était devenu sa pratique habituelle depuis deux ans. Il a affirmé que son patron lui causait un stress accru et qu'il devait s'arrêter avec les gars pour se détendre. Au début, il rentrait à la maison un peu éméché quand j'allais mettre notre fils...

799 Des vues

Likes 0

Il n'y avait pas d'autre moyen Pt. II

Pourquoi, je pensais que tu voulais baiser ma femme ? L'homme au pistolet a répondu: Nous le ferons, et tu pourras me sucer la bite pendant que ces deux-là ont leur chemin ou bien Tom! Tu ferais mieux de faire ce que je dis, meunier! J'ai regardé mon mari avec incrédulité à ce que j'entendais, un homme lui disant de lui sucer la bite mais encore une fois il y avait une arme à feu impliquée. Les mains qui attrapaient mon cul et forçaient leur bite en moi tout le long, puis le broyage a commencé à se retirer. Il regardait le...

736 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.