La prairie - PARTIE I - L'étang

279Report
La prairie - PARTIE I - L'étang

L'automne est passé. L'horloge à côté d'elle la fixait, les chiffres rouges brillant sur son visage. Il était 3h33.
C'était la troisième nuit que cela arrivait. Toujours à la même heure. Son cœur s'emballa et elle but une gorgée de son verre. Elle soupira, calmée par le silence de sa chambre. Elle prit une autre profonde inspiration et regarda l'horloge. Toujours 3h33. Sa main se posa sur sa poitrine, montant et descendant doucement alors que son cœur ralentissait. La minute a changé.

Se levant, Autumn se dirigea vers la fenêtre, la faisant légèrement craquer. L'air doux et vif de la campagne s'engouffrait vers l'intérieur, apaisant ses poumons. Elle retourna à son lit, s'étalant sur les draps doux. Le côté gauche du lit était encore frais, comme cela faisait presque un an maintenant. Son petit ami avait été retrouvé mort dans les bois, face contre terre dans un étang. Lui et quelques amis étaient allés dans les bois profonds pour camper et chasser, mais apparemment à la place, il s'était ivre et s'était noyé. Autumn avait été incapable de passer à autre chose. Sa main gauche tomba sur le patch frais, caressant la soie. Elle lui a manqué. Surtout des nuits comme celle-ci. Elle avait besoin d'être tenue, rassurée, aimée. Ses joues rougirent alors qu'elle imaginait ses bras enroulés autour d'elle, la tenant contre la chaleur de son corps.

Sa main droite tomba sur son bas-ventre, reposant sur le tissu transparent de sa nuisette. Une rafale de brise d'octobre la balaya, lui donnant la chair de poule sur la peau. Ses mamelons se resserrèrent sous le tissu, laissant de délicates lignes d'excitation. Elle frissonna subtilement. Cela faisait des lustres qu'elle n'avait pas ressenti cela.
Sa main droite se déplaça plus loin le long de sa cuisse, ses doigts enroulés autour de la couture de la nuisette. Elle le souleva lentement, appréciant le tissu transparent contre sa peau. Elle trembla de nouveau. Son doigt se déplaça vers la chaleur entre ses jambes, traçant doucement la peau entre sa cuisse et ses lèvres.

Autumn inspira brusquement et fit glisser son doigt jusqu'à sa fente humide. L'électricité de celui-ci souleva ses hanches du matelas et la renversa dedans. Son majeur a tracé de petits cercles autour de son clitoris, taquinant le capuchon de haut en bas. Sa main gauche agrippa les draps, sa soie fraîche coulant entre ses doigts. Sa main droite a continué à jouer l'artiste sur son clitoris, dessinant des images de luxure et de sexe. Avec une dernière inspiration profonde, elle se cambra dans sa main, éjaculant fort.

Après quelques minutes passées à se prélasser dans ses endorphines, elle se déplaça pour refermer la fenêtre. Elle regarda avec envie la cour arrière, imaginant son petit ami sortant des bois. Elle pouvait l'entendre dire qu'il venait de se perdre depuis un moment, que ce n'était pas lui dans l'étang. Dans son cœur, elle savait différemment. Ses yeux restaient fixés sur les bois. Son cœur bondit. Il n'y avait rien. Elle n'avait vraiment rien vu. Elle essayait tellement de se faire croire qu'il était là, qu'elle allait se faire tromper par ses yeux. Autumn ferma le cadre et roula dans son lit. Le mystère des bois l'a finalement quittée alors que ses produits chimiques post-orgasmes l'ont endormie paisiblement.

Le jour suivant se passa sans incident, bien qu'il y ait eu un léger battement dans son cœur quand elle avait regardé dans les bois. Vivre seule aussi loin d'une ville semblait stupide à ses parents, mais Autumn ne pouvait pas imaginer quitter cet endroit maintenant. Elle avait besoin des souvenirs qui l'entouraient, du mince espoir de trouver du réconfort ici. Au fil de la soirée, elle a commencé à se réinstaller dans sa routine nocturne. Elle tenait la tasse de thé à la menthe poivrée dans ses mains pendant qu'elle infusait, et rampa jusqu'à son côté du lit. Dans la demi-heure, elle retombait dans le sommeil, son thé à moitié fini reposant froid sur le chevet.

Ses yeux s'ouvrirent.

3h33.

Autumn sauta du lit et courut à la fenêtre. Elle regarda attentivement, se frottant les yeux entre les deux. Avant qu'elle ne puisse réfléchir, elle a attrapé ses pantoufles de lapin roses (un cadeau de son petit ami) et s'est enfuie dans la cour arrière. L'air avait été froid, mais semblait diminuer à mesure qu'elle s'approchait des bois. Dans un effort délirant, elle commença à serpenter à travers les arbres dans une danse gracieuse. Une lueur a commencé à grandir alors qu'elle était emmenée plus profondément dans les bois. Elle regarda les arbres autour d'elle. Les feuilles n'étaient plus l'orange brûlée d'octobre, mais commençaient à verdir à mesure qu'elle avançait. Il y avait une lumière presque brillante devant. Elle accéléra, ignorant les branches qui déchiraient sa chemise de nuit. La lumière est devenue de plus en plus brillante jusqu'à ce que…

… elle a trébuché.

Elle a apporté son visage de l'herbe, et a inspecté. Elle se trouvait dans une clairière parfaitement circulaire, des arbres luxuriants constituant le périmètre. Au centre de la clairière se trouvait un étang. Elle se leva en tremblant. C'était brillant. Il semblait n'y avoir aucune forme centrale de lumière qu'elle pouvait voir, mais c'était presque comme si elle émanait de l'étang. Elle fit quelques pas en avant et s'assit dans l'herbe. C'était plus doux que tout ce qu'elle avait jamais ressenti. Ses doigts le parcouraient, goûtant son énergie du bout des doigts. Elle s'allongea, touchant ses jambes et ses bras contre l'herbe, se balançant d'avant en arrière le long de celle-ci. Elle tendit la main pour jeter le reste de sa chemise de nuit, s'immergeant complètement dans l'herbe. Sa main se dirigea instinctivement vers son entrejambe. Autumn commença à se caresser de manière animale, pas surprise par le flot d'humidité déjà entre ses jambes. Elle aimait la sensation de son vagin humide… non. Sa chatte humide. Elle se cambra à nouveau lorsque ce mot la frappa. Sans une once de réflexion, deux doigts plongent profondément dans son trou. Elle a continué à se baiser jusqu'à ce que son deuxième orgasme se calme, ses doigts glissants de son jus. Elle porta ses doigts à sa bouche et goûta. C'était exactement comme du miel. Elle passa sa langue autour d'eux, savourant le goût. Elle essuya la légère bave du coin de sa bouche et leva les yeux.

Devant elle se tenait une silhouette androgyne. Elle n'a pas été surprise. Si quoi que ce soit, c'était magnifique. Dommage qu'il n'y avait pas de pièces. Elle avait l'impression qu'elle laisserait presque n'importe quoi l'avoir en ce moment.

Il parlait doucement d'une voix asexuée.

"Bienvenue dans la prairie, ma dame. Peu d'humains ont mis les pieds ici, bien que j'aie servi de guide à ceux qui l'ont fait. Je suis Ri, et je me suis occupé de cette prairie depuis que j'existe. La prairie n'est trouvée que par ceux qui en ont désespérément besoin. C'est le centre de vos désirs. C'est le centre de vos fantasmes. La prairie est ce que vous voulez le plus. L'eau de l'étang le rendra réel. Un verre apportera tous vos désirs, votre a besoin... vos désirs les plus sombres... à la vie. Vous pouvez boire de l'eau. Vous pouvez en avoir autant que vous le souhaitez. Je n'interférerai pas. Je ne suis qu'un guide... Le reste est votre décision.

Avec la moindre subtilité, les coins de la bouche de Ri se sont relevés. Il a tendu la main à l'automne, une louche de pierre noire à la main. Elle l'accepta, passant sa langue sur sa surface lisse. Elle sentit sa chatte dégouliner d'excitation alors qu'elle s'approchait de l'eau. Agenouillée près du rivage, elle plongea la louche dans l'eau parfaitement claire.

"Je veux voir mon copain. Je veux venir le voir la veille de sa mort. Je veux le baiser une dernière fois."

Sa chatte a jailli.

Elle porta la louche à ses lèvres et but.

Articles similaires

JOURNAL D'UNE MÈRE AU FOYER : PARTIE 1

3 septembre Cher journal, Je m'appelle Tilly Crawford et au cours des dix dernières années, j'ai été la mère au foyer de la Delta House Fraternité ici à State U. Une autre année d'école a commencé hier et les garçons se préparent pour la ruée vers les promesses de fraternité. semaine en organisant des soirées et bien sûr des portes ouvertes pour permettre aux nouveaux étudiants de se faire une idée s'ils souhaitent rejoindre Omega House. Ce fut un long été pour mon journal intime, être avec les garçons me manque vraiment et bien sûr ma chatte a manqué l'attention qu'elle...

634 Des vues

Likes 0

Le Barfly - ch. 2, réécrire

Prologue Je tiens à remercier ceux qui ont lu mes histoires en les commentant. Ceci est une réécriture complète du deuxième chapitre de mon histoire The Barfly initialement publiée dans le forum. Je voudrais demander à ceux d'entre vous qui m'honorent avec des votes négatifs en groupes de laisser des commentaires afin que je puisse savoir ce que les lecteurs n'aiment pas dans mes histoires. Je voudrais également demander à ceux d'entre vous qui aiment mes histoires de me lancer un mot pour les garder dans une position accessible. Prendre plaisir J. Bailey Le Barfly, ch. 2, réécrire Il s'est réveillé...

519 Des vues

Likes 0

Trio de fête de Noël

Je n'avais que 20 ans et j'avais toujours aimé Bev (32 ans) depuis que j'avais commencé à travailler quelques années auparavant. Elle avait de longs cheveux bruns vaguement permanentés, une silhouette sinueuse avec de merveilleuses hanches larges, de gros seins et de longues jambes. Bev portait souvent des hauts échancrés qui servaient à accentuer ses gros seins fermes. Je me surprenais à rêver et à regarder sa belle silhouette. À plus d'une occasion, j'ai été surpris par Bev qui me souriait simplement timidement avec un regard entendu avant que je ne retourne timidement à mon travail, tout le temps mon esprit...

540 Des vues

Likes 0

New Jock Tales Chapter 3 Sophomore Year-13

New Jock Tales --- Deuxième année—CH 3—13 et une Ducati Vers 10h30, on frappa à la porte. C'est quoi ce bordel C'était Mark Mattox, et il a dit qu'il avait un nouveau contrat pour moi, si j'étais intéressé. J'ai dit bien sûr, mais cet accord n'avait rien à voir avec le sexe. Il a dit que je ramènerais de la dope d'Austin à Tyler, tous les week-ends. Cela coûterait 150 $ le voyage, et ce serait un kilo de dope. Personne ne regarderait une jeep pour transporter de l'herbe, et cela devrait être un jeu d'enfant. Je réfléchis quelques minutes, puis...

964 Des vues

Likes 0

Au milieu du milieu de septembre

Pour aucune raison particulièrement fascinante, je me suis retrouvé à rester avec ma tante Renée. Au cours du mois à venir, soit je retournerais dans l'Est, soit j'emménagerais dans l'appartement en copropriété que ma mère était en train d'acheter, juste au cas où j'aurais besoin d'un peu de temps libre. « Je savais déjà que j'avais besoin de temps tampon. J'avais aussi besoin de temps tampon pour lui expliquer pleinement la situation. J'avais, à un moment donné, compris qui j'étais censé être et plus tôt je pourrais y arriver et arrêter d'être qui j'étais actuellement, mieux ce serait pour moi et pour...

570 Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

464 Des vues

Likes 0

La camionnette - Baiser ma femme

Un soir, ma femme et moi dînions, le sujet d'un de nos fantasmes est venu. On l'appelait la camionnette. C'était un fantasme récurrent pour nous de ramasser plusieurs mecs et de les faire baiser ma femme à l'arrière d'une camionnette. Cette fois, nous avons décidé de le faire, nous avons donc attendu le week-end. Nous avons loué une camionnette blanche pour la nuit et sommes allés au centre-ville à la recherche de quelques beaux mecs en bonne santé. Elle portait une mini-robe noire décolletée et avait un lit fait dans le dos. Nous avons roulé un peu et sommes tombés sur...

451 Des vues

Likes 0

Frère et soeur seuls à la maison

C'est une histoire fictive Bonjour chers lecteurs, je m'appelle Young, et je souhaite partager un secret que j'ai caché à mes parents depuis un an maintenant. J'ai 22 ans et ma soeur a 19 ans. Nous vivons tous les deux avec nos parents, ce qui aide beaucoup dans cette économie. L'histoire suivante est ce qui s'est passé en décembre 2010, alors que ma sœur et moi étions seuls à la maison pendant deux semaines avant Noël. Nos parents dirigent une entreprise à l'étranger et ils sont à peine à la maison. Juste pour commencer, je veux dire, j'ai toujours aimé ma...

601 Des vues

Likes 0

Violée par Bigfoot

C'est ma première fois du point de vue d'une femme. Dites moi ce que vous en pensez et si cela doit continuer... Violée par bigfoot C'est un accident bizarre qui m'a amené à cette situation. J'avais un peu froid, complètement nu, j'avais un violent mal de tête, une cheville douloureuse et j'étais coincé dans une grotte à mi-hauteur d'une montagne. Je ne me souviens pas avoir été amené ici, mais la créature qui a dû me sauver la vie devait vivre ici. Je ne l'ai pas beaucoup vu, puisqu'il a quitté la grotte vers l'aube. Tout ce dont je me souviens...

441 Des vues

Likes 0

TCA#11 - Jour des hivers froids

C'était une froide nuit d'hiver, à la fin de l'automne. Le brouillard s'était installé ; juste avant minuit et peu à peu envahi les rues. L'air était plein de brume et la visibilité devenait difficile, alors que je marchais dans les rues de la ville. Mon souteneur forcé de travailler dans la rue ce soir. J'espérais une nuit profitable ; pour le garder, lui et ses hommes de main, loin de moi et de ma famille. Je m'appelle Louise et je suis une mère célibataire de 21 ans et aussi une prostituée. J'ai une fille de trois ans, Misty (Melissa). Elle...

394 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.