La prairie - PARTIE I - L'étang

619Report
La prairie - PARTIE I - L'étang

L'automne est passé. L'horloge à côté d'elle la fixait, les chiffres rouges brillant sur son visage. Il était 3h33.
C'était la troisième nuit que cela arrivait. Toujours à la même heure. Son cœur s'emballa et elle but une gorgée de son verre. Elle soupira, calmée par le silence de sa chambre. Elle prit une autre profonde inspiration et regarda l'horloge. Toujours 3h33. Sa main se posa sur sa poitrine, montant et descendant doucement alors que son cœur ralentissait. La minute a changé.

Se levant, Autumn se dirigea vers la fenêtre, la faisant légèrement craquer. L'air doux et vif de la campagne s'engouffrait vers l'intérieur, apaisant ses poumons. Elle retourna à son lit, s'étalant sur les draps doux. Le côté gauche du lit était encore frais, comme cela faisait presque un an maintenant. Son petit ami avait été retrouvé mort dans les bois, face contre terre dans un étang. Lui et quelques amis étaient allés dans les bois profonds pour camper et chasser, mais apparemment à la place, il s'était ivre et s'était noyé. Autumn avait été incapable de passer à autre chose. Sa main gauche tomba sur le patch frais, caressant la soie. Elle lui a manqué. Surtout des nuits comme celle-ci. Elle avait besoin d'être tenue, rassurée, aimée. Ses joues rougirent alors qu'elle imaginait ses bras enroulés autour d'elle, la tenant contre la chaleur de son corps.

Sa main droite tomba sur son bas-ventre, reposant sur le tissu transparent de sa nuisette. Une rafale de brise d'octobre la balaya, lui donnant la chair de poule sur la peau. Ses mamelons se resserrèrent sous le tissu, laissant de délicates lignes d'excitation. Elle frissonna subtilement. Cela faisait des lustres qu'elle n'avait pas ressenti cela.
Sa main droite se déplaça plus loin le long de sa cuisse, ses doigts enroulés autour de la couture de la nuisette. Elle le souleva lentement, appréciant le tissu transparent contre sa peau. Elle trembla de nouveau. Son doigt se déplaça vers la chaleur entre ses jambes, traçant doucement la peau entre sa cuisse et ses lèvres.

Autumn inspira brusquement et fit glisser son doigt jusqu'à sa fente humide. L'électricité de celui-ci souleva ses hanches du matelas et la renversa dedans. Son majeur a tracé de petits cercles autour de son clitoris, taquinant le capuchon de haut en bas. Sa main gauche agrippa les draps, sa soie fraîche coulant entre ses doigts. Sa main droite a continué à jouer l'artiste sur son clitoris, dessinant des images de luxure et de sexe. Avec une dernière inspiration profonde, elle se cambra dans sa main, éjaculant fort.

Après quelques minutes passées à se prélasser dans ses endorphines, elle se déplaça pour refermer la fenêtre. Elle regarda avec envie la cour arrière, imaginant son petit ami sortant des bois. Elle pouvait l'entendre dire qu'il venait de se perdre depuis un moment, que ce n'était pas lui dans l'étang. Dans son cœur, elle savait différemment. Ses yeux restaient fixés sur les bois. Son cœur bondit. Il n'y avait rien. Elle n'avait vraiment rien vu. Elle essayait tellement de se faire croire qu'il était là, qu'elle allait se faire tromper par ses yeux. Autumn ferma le cadre et roula dans son lit. Le mystère des bois l'a finalement quittée alors que ses produits chimiques post-orgasmes l'ont endormie paisiblement.

Le jour suivant se passa sans incident, bien qu'il y ait eu un léger battement dans son cœur quand elle avait regardé dans les bois. Vivre seule aussi loin d'une ville semblait stupide à ses parents, mais Autumn ne pouvait pas imaginer quitter cet endroit maintenant. Elle avait besoin des souvenirs qui l'entouraient, du mince espoir de trouver du réconfort ici. Au fil de la soirée, elle a commencé à se réinstaller dans sa routine nocturne. Elle tenait la tasse de thé à la menthe poivrée dans ses mains pendant qu'elle infusait, et rampa jusqu'à son côté du lit. Dans la demi-heure, elle retombait dans le sommeil, son thé à moitié fini reposant froid sur le chevet.

Ses yeux s'ouvrirent.

3h33.

Autumn sauta du lit et courut à la fenêtre. Elle regarda attentivement, se frottant les yeux entre les deux. Avant qu'elle ne puisse réfléchir, elle a attrapé ses pantoufles de lapin roses (un cadeau de son petit ami) et s'est enfuie dans la cour arrière. L'air avait été froid, mais semblait diminuer à mesure qu'elle s'approchait des bois. Dans un effort délirant, elle commença à serpenter à travers les arbres dans une danse gracieuse. Une lueur a commencé à grandir alors qu'elle était emmenée plus profondément dans les bois. Elle regarda les arbres autour d'elle. Les feuilles n'étaient plus l'orange brûlée d'octobre, mais commençaient à verdir à mesure qu'elle avançait. Il y avait une lumière presque brillante devant. Elle accéléra, ignorant les branches qui déchiraient sa chemise de nuit. La lumière est devenue de plus en plus brillante jusqu'à ce que…

… elle a trébuché.

Elle a apporté son visage de l'herbe, et a inspecté. Elle se trouvait dans une clairière parfaitement circulaire, des arbres luxuriants constituant le périmètre. Au centre de la clairière se trouvait un étang. Elle se leva en tremblant. C'était brillant. Il semblait n'y avoir aucune forme centrale de lumière qu'elle pouvait voir, mais c'était presque comme si elle émanait de l'étang. Elle fit quelques pas en avant et s'assit dans l'herbe. C'était plus doux que tout ce qu'elle avait jamais ressenti. Ses doigts le parcouraient, goûtant son énergie du bout des doigts. Elle s'allongea, touchant ses jambes et ses bras contre l'herbe, se balançant d'avant en arrière le long de celle-ci. Elle tendit la main pour jeter le reste de sa chemise de nuit, s'immergeant complètement dans l'herbe. Sa main se dirigea instinctivement vers son entrejambe. Autumn commença à se caresser de manière animale, pas surprise par le flot d'humidité déjà entre ses jambes. Elle aimait la sensation de son vagin humide… non. Sa chatte humide. Elle se cambra à nouveau lorsque ce mot la frappa. Sans une once de réflexion, deux doigts plongent profondément dans son trou. Elle a continué à se baiser jusqu'à ce que son deuxième orgasme se calme, ses doigts glissants de son jus. Elle porta ses doigts à sa bouche et goûta. C'était exactement comme du miel. Elle passa sa langue autour d'eux, savourant le goût. Elle essuya la légère bave du coin de sa bouche et leva les yeux.

Devant elle se tenait une silhouette androgyne. Elle n'a pas été surprise. Si quoi que ce soit, c'était magnifique. Dommage qu'il n'y avait pas de pièces. Elle avait l'impression qu'elle laisserait presque n'importe quoi l'avoir en ce moment.

Il parlait doucement d'une voix asexuée.

"Bienvenue dans la prairie, ma dame. Peu d'humains ont mis les pieds ici, bien que j'aie servi de guide à ceux qui l'ont fait. Je suis Ri, et je me suis occupé de cette prairie depuis que j'existe. La prairie n'est trouvée que par ceux qui en ont désespérément besoin. C'est le centre de vos désirs. C'est le centre de vos fantasmes. La prairie est ce que vous voulez le plus. L'eau de l'étang le rendra réel. Un verre apportera tous vos désirs, votre a besoin... vos désirs les plus sombres... à la vie. Vous pouvez boire de l'eau. Vous pouvez en avoir autant que vous le souhaitez. Je n'interférerai pas. Je ne suis qu'un guide... Le reste est votre décision.

Avec la moindre subtilité, les coins de la bouche de Ri se sont relevés. Il a tendu la main à l'automne, une louche de pierre noire à la main. Elle l'accepta, passant sa langue sur sa surface lisse. Elle sentit sa chatte dégouliner d'excitation alors qu'elle s'approchait de l'eau. Agenouillée près du rivage, elle plongea la louche dans l'eau parfaitement claire.

"Je veux voir mon copain. Je veux venir le voir la veille de sa mort. Je veux le baiser une dernière fois."

Sa chatte a jailli.

Elle porta la louche à ses lèvres et but.

Articles similaires

Pris en flagrant délit_(9)

Je m'appelle Carla et je suis une étudiante de 19 ans. Je vis avec ma meilleure amie Sarah dans un appartement que ses parents payent pour elle. Le père de Sarah a fondé une entreprise qui s'est très bien débrouillée et a maintenant l'argent à dépenser pour Sarah quand elle le souhaite. Plus sur moi, je mesure environ 5'4 avec de longs cheveux bruns foncés, avec une silhouette élancée. Voici l'histoire de la façon dont j'ai appris un peu plus sur moi-même et sur Sarah. Sarah était magnifique, c'était le genre de fille qui, quand vous marchiez dans le couloir, regardait...

1.2K Des vues

Likes 0

New Jock Tales Chapter 3 Sophomore Year-13

New Jock Tales --- Deuxième année—CH 3—13 et une Ducati Vers 10h30, on frappa à la porte. C'est quoi ce bordel C'était Mark Mattox, et il a dit qu'il avait un nouveau contrat pour moi, si j'étais intéressé. J'ai dit bien sûr, mais cet accord n'avait rien à voir avec le sexe. Il a dit que je ramènerais de la dope d'Austin à Tyler, tous les week-ends. Cela coûterait 150 $ le voyage, et ce serait un kilo de dope. Personne ne regarderait une jeep pour transporter de l'herbe, et cela devrait être un jeu d'enfant. Je réfléchis quelques minutes, puis...

1.3K Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

806 Des vues

Likes 0

L'homme plus petit

Je regardais les jambes de Jerry, alors qu'il se tenait sur le tabouret devant moi. Il avait des cuisses très fortes, et j'ai admiré sa forme pendant qu'il mettait la nouvelle ampoule dans le plafonnier. Cette chose est difficile à atteindre, a déclaré Jerry. Puis, pendant qu'il se débattait avec l'ampoule, mes yeux ont suivi ses jambes musclées jusqu'à l'endroit où elles se sont rencontrées, et j'ai dû réprimer un regard fixe - il y avait une bosse sur le côté, une petite bosse, mais une bosse bien définie était là. Laissez-moi vous expliquer celui-là. Nous avions parlé de notre récent...

720 Des vues

Likes 0

TCA#11 - Jour des hivers froids

C'était une froide nuit d'hiver, à la fin de l'automne. Le brouillard s'était installé ; juste avant minuit et peu à peu envahi les rues. L'air était plein de brume et la visibilité devenait difficile, alors que je marchais dans les rues de la ville. Mon souteneur forcé de travailler dans la rue ce soir. J'espérais une nuit profitable ; pour le garder, lui et ses hommes de main, loin de moi et de ma famille. Je m'appelle Louise et je suis une mère célibataire de 21 ans et aussi une prostituée. J'ai une fille de trois ans, Misty (Melissa). Elle...

727 Des vues

Likes 0

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours Avant de commencer, je me rends compte qu'il n'y a pas beaucoup d'hommes qui courent avec une bite de 12''. Et j'ai donc qualifié cela de fantasme et de farce. Assez dit maintenant à l'histoire. Je m'appelle Samuel Longfellow, je suis propriétaire de l'une des plus grandes sociétés de sécurité de l'État. C'est ainsi que je gagne mon argent (sept chiffres par an). Ma passion est la recherche sur la faune et j'ai une bourse au collège local. Je fais mes recherches sur ma ferme de 680 acres. Maintenant, ma chute est que j'ai été maudit...

719 Des vues

Likes 0

Ce qu'il y a en dessous 2

Jennifer s'est rendue au travail un peu plus vite que d'habitude ce matin-là, craignant d'être en retard. Elle avait désespérément besoin de ce travail pour sa famille. En tant que mère célibataire de deux enfants et sans homme, c'était le seul travail qu'elle pouvait obtenir. S'il vous plaît, ne me laissez pas être en retard. pensa-t-elle en appuyant un peu plus sur l'accélérateur, ignorant le scintillement du volant. Elle est passée devant un panneau d'affichage et a vu une voiture de police se garer derrière elle dans le rétroviseur, ouvrant le toit. Son cœur se serra dans sa poitrine et elle...

694 Des vues

Likes 0

Apple EST le professeur...

Apple a garé sa voiture à environ un pâté de maisons de la plage et s'est dirigée vers l'endroit où ses amis avaient annoncé que la fête aurait lieu. Rebecca l'avait invitée plus tôt dans la semaine et avait dit qu'elle avait des amis qu'elle voulait vraiment qu'elle rencontre, quoi que cela veuille dire. Apple cherchait juste à sortir de la maison après une longue semaine, donc n'importe quelle excuse fonctionnait. La fête était à la maison de plage des amis de Rebecca et se déroulait plutôt bien au moment où Apple s'est présenté. Elle était montée sur la plage à...

631 Des vues

Likes 0

Visiter un ami spécial

J'ai frappé à la grille métallique. C'était un assez grand bungalow entouré de murs de briques recouverts de fil de fer barbelé. Mon cœur battait. Tout ce que je ressentais, c'était la peur d'être rejeté ou quelque chose comme ça. Heureusement, son frère aîné, Suleman, a ouvert la porte. C'était un gars au tempérament cool et plutôt musclé, alors il a gardé sa position. Il m'a regardé d'un air jugeant pendant un moment, a souri et m'a donné une poignée de main. Ei, qu'est-ce que tu fais ici? Je suis ici pour rendre visite à ta sœur... Je me suis tu...

106 Des vues

Likes 0

Programme Alpha-Oméga 7

Épisode 7 : Déboguer le code Zack dévalait la rue sur son nouveau scooter. Il était sorti et était sur le point de s'amuser dessus pendant la dernière heure. Finalement, il a décidé de se diriger vers la maison de Brian, pour lui montrer son nouveau jouet. Il fit un zoom au coin suivant et se dirigea vers cette partie de la ville. Zack remarqua immédiatement que la camionnette de Brian n'était plus là, donc Brian n'était presque certainement pas à la maison. Eh bien, pensa-t-il. Je vais le montrer à Wendy, alors. Zack frappa à la porte, puis entra en criant...

893 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.