Dégradé et souillé

516Report
Dégradé et souillé

LA GRANGE

Grange Hall, la maison ancestrale du duc de Blundell, est un bel exemple de propriété de campagne de la fin du XVIe siècle, située dans de magnifiques jardins conçus par Capability Brown, nichée à six miles de Stamford, dans la campagne légèrement vallonnée du Northamptonshire.
C'est le lieu de cette année "Game and Country Fair", un rassemblement d'amateurs de chevaux, de pêcheurs au gibier, de chasseurs, de fauconniers, de propriétaires de chiens de chasse, de tireurs, de tireurs d'élite et d'agriculteurs, un véritable refuge pour ceux dont la tradition est proche de la campagne et de tous. il propose - toutes les activités prises en compte et activement encouragées.
Délimitée par un mur d'enceinte et située au cœur de la forêt de Rockingham, Grange est entourée par l'abbaye de Fineshade et le parc au nord, Wakerly Great Wood au sud et à l'est avec la rivière Welland, complétant l'isolement de Grange à l'ouest, seule la zone locale Les « Redkites » étaient libres de parcourir leurs charmes secrets. Endroit isolé, il pourrait même être décrit comme « menaçant » par certains, accessible uniquement par les magnifiques portes en fer forgé ornées situées au bout d’une longue avenue sinueuse bordée d’arbres.
On sait peu de choses sur le duc, il est par nature un individu incroyablement privé, fuyant la publicité, mais partageant sa passion pour la campagne et ses activités artisanales sur le terrain, et sa série de « chasseurs » témoigne de son engagement envers la tradition.
Il était cependant très inhabituel que le duc accepte l'utilisation de Grange et autorise l'accès à son terrain, car c'était la première fois qu'ils étaient ouverts au public et, plus remarquable encore, l'accès à la grande salle et à la maison elle-même.
Vous aviez profité de la myriade de stands d'artisanat avec votre mari, en regardant les Hawks et les gundogs. Il y avait un programme complet d'événements allant du tir au pigeon d'argile aux techniques de lancer et de pêche à la mouche, en passant par le saut d'obstacles et les courses de chiens. Alors que vous faisiez la queue pour obtenir des billets pour visiter la maison, vous aviez décidé qu'il serait préférable de vous séparer, car le panneau indiquait que la visite complète prendrait plus d'une heure et que votre mari ne voulait pas manquer les événements au bord de l'eau, qui réglé, vous avez convenu de vous retrouver à la voiture à 19h00.
Vous ne remarquez pas les yeux qui vous regardent lorsque vous vous approchez du guichet, ou que vous voyez la jeune fille derrière le bureau être emmenée, sa place étant prise par un vieil homme à l'air sombre vêtu d'un costume de campagne, avec une culotte aux genoux et un chapeau de traqueur de cerf. .
"Je voudrais un billet pour la tournée de 16h30 s'il vous plaît" demandez-vous, l'homme scanne une feuille devant lui "désolé" dit l'homme "c'est la dernière tournée et malheureusement c'est complet, mais si tu veux, je peux appeler la maison principale pour voir si vous pouvez rejoindre la visite qui a commencé il y a cinq minutes », vous avez réfléchi quelques instants, Grange ne serait pas rouverte avant longtemps, voire jamais, et la rumeur disait qu'elle avait une collection de beaux-arts et de céramiques. , sans oublier l'une des plus belles collections d'orchidées et de plantes tropicales du pays, à ne pas manquer, et vous saviez maintenant que vous faisiez la queue, « Ok, c'est bon » répondez-vous.

L'homme s'est occupé du téléphone, après une brève conversation, il s'est retourné et a souri « c'est tout réglé », et il vous a remis un ticket, en mettant un grand X rouge au verso et en refusant votre tentative de paiement en disant : « On m'a demandé de ne pas payer. chargez-vous car la visite a déjà commencé ", pointant derrière vous, il a dit " si vous coupez par l'arrière de l'étal de gâteaux, par la petite porte à côté du labyrinthe, cela vous fera passer devant les écuries, la porte principale est au coin à votre droite, quelqu'un sera là pour vous accueillir, bonne visite »
Remerciant l'homme pour ses aimables efforts, vous avancez comme indiqué, tout en cherchant votre téléphone pour informer votre mari du changement de plan, pour ensuite être frustré par une batterie à plat.
« Bon sang », avez-vous fait remarquer à personne en particulier, je le rattraperai plus tard. Sur ce, vous avancez d'un bon pas et vous vous retrouvez bientôt dans la cour de l'écurie ensoleillée, il y avait des stalles sur trois côtés, la plupart étaient vides, car les chevaux participaient à une épreuve de cross-country, tous sauf un, un étalon alezan majestueux, debout au moins 16 mains sur l'épaule, et exceptionnellement pour un cheval, il avait des yeux bleus perçants, la plaque signalétique sur l'écurie disait "Lucifer", vous vous rapprochez et donnez une bonne égratignure à son museau, vous êtes récompensé en vous poussant la main pour plus d'attention, en fouillant dans votre sac à main, vous êtes récompensé pour trouver un tube de « Polo Mints », l'un des favoris de tous les chevaux, tenant les menthes sur le plat de votre main, la langue rugueuse de Lucifer les rassemble et vous souriez en entendant le familier croquant.
"Tu ne cherches pas à le voler, n'est-ce pas?" » demande une voix ferme et plutôt instruite, en se retournant, vous voyez une femme d'une quarantaine d'années très jolie, élégamment habillée. « Puis-je vous aider ? Elle avait l'air mécontente, "c'est un espace privé".
Vous sentez votre visage devenir plus rouge d'embarras "Je suis désolé mais j'ai été dirigé par ici pour la tournée" vous cherchez le billet à tâtons, la dame élégante l'accepte dans sa main bien manucurée et étudie les détails ses yeux s'écarquillent en voyant le rouge X, "Je m'excuse, on nous a dit que vous nous rejoigniez, vous êtes un peu en retard, je suis Lady Helen, l'épouse du duc, et vous l'êtes ?"
"Jayne, Jayne Smith", tu sembles avoir du mal à faire passer les mots,
"Vous pouvez m'appeler Elly, je suis ravie de vous rencontrer Jayne", répondit-elle en offrant sa délicate main bien manucurée en guise de salutation, vous acceptez et êtes quelque peu surpris par la fermeté de la prise, pas trop serrée, mais plus ferme que vous ne le pensiez. nécessaire.
. "Tu aimes mon cheval" sans attendre de réponse, elle se tourna, s'éloigna et dit d'une voix quelque peu autoritaire "Eh bien, Jayne Smith, tu ferais mieux de me suivre" alors qu'elle disparaissait au coin de la rue.
La maison était magnifique, avec de hauts plafonds en plâtre orné, des meubles en if, des tapis épais, il y avait des peintures à gogo, des vitrines remplies de toutes sortes de bijoux anciens, de lourds rideaux de velours, des canapés et des fauteuils moelleux, « il y a 35 pièces dans la maison. "Elly a fait remarquer:" nous nous retrouverons avec la visite dans l'armurerie, en ce moment là dans le jardin clos, admirant ma collection d'orchidées, nous avons développé de nouvelles variétés, il a fallu des années pour les perfectionner ", a-t-elle dit en sachant regardez le vieil homme que vous reconnaissez à la billetterie en disant "Je suis sûr que vous les trouverez très intéressants".
Se déplaçant vers la belle bibliothèque ensoleillée, vous faisant signe de vous asseoir, Lady Helen a sonné une petite cloche d'argent, un domestique apparaît portant une carafe en cristal sur un plateau en argent "Vin de prunelle ?" demande-t-elle, "on le fait sur le domaine, c'est très bon" et sans attendre de réponse hoche la tête au majordome, il vous sert à tous les deux un très grand verre, "on va laisser l'autre avancer avant de partir."
15 minutes et deux très grands verres de vin Sloe plus tard, vous partez, au coin de la Grande Salle, vous êtes accueilli par la vue du groupe principal. "Merde", dit Lady Helen. Le gros du groupe était rentré tôt de la serre, il y a maintenant une soixantaine de personnes qui font la queue devant l'entrée principale, pour accéder à la grande salle, à la bibliothèque et à l'armurerie, "on va faire un détour autour d'eux" sur ce, Elly ouvre un petit porte latérale et dit "nous allons prendre le raccourci, faites attention aux étapes"
Sur ce, vous la suivez dans l'étroit escalier circulaire en pierre faiblement éclairé, le vieil homme toujours présent derrière vous, en bas vous trébuchez et tombez contre la femme du duc, dans la confusion vous ne sentez pas l'aiguille hypodermique dans votre cuisse, vous commencez à vous sentir étrange, votre ouïe est en quelque sorte plus sensible alors que le son des chaussures à talons pointus de Lady Helens se répercute sur le vieux sol en pierre « ça va, Mme Smith ? »
Vous êtes conscient que la femme du duc vous parle, mais cela semble étrange, creux et quelque peu lointain, vos yeux commencent à se baisser alors que votre vision se brouille, des bras entourent votre taille, vous vous retournez et voyez le vieil homme, l'obscurité vous prend comme il vous abaisse lentement au sol.
Vous n’avez pas vu la forme molle de la jeune fille depuis le guichet être transportée jusqu’à l’entrée arrière du chenil. De toute façon, personne n’a fait quelqu’un qui n’aurait pas dû.
« Depuis combien de temps travaille-t-elle ici », a demandé le comte ?
"Juste aujourd'hui", fut la réponse de Simon Atkinson, le directeur du domaine d'Earls, ou "Atty" comme l'appelaient les autres employés, un homme brutal avec un esprit mauvais et un profond mépris pour les femmes, le duc aimait et se confiait à lui. lui
"Elle venait de cette agence pour l'emploi que nous utilisons pour les travailleurs occasionnels, polonaise, elle n'était dans le pays que depuis une semaine", "nom" "Anna Pioski", a répondu Atty, "célibataire, sans attaches, sans famille au Royaume-Uni, vivait dans un foyer à Kettering, qui a déménagé il y a quatre jours, vit depuis lors dans la rue. »
Le duc réfléchit un instant "parfait, va à l'agence, dis-leur qu'elle n'est pas venue au travail et qu'ils envoient un remplaçant", "ça va les déstabiliser, elle ne nous manquera pas avant longtemps", a-t-il dit. à Atty, toujours attentif, "tout simplement parfait, fais-la nettoyer et nous la regarderons bien plus tard, et ensuite nous pourrons décider de ce que nous voulons faire d'elle". Les deux hommes se sont accordés un moment pour savourer ce qui attendait la jeune fille, l'énorme renflement du pantalon d'Atty, éclipsé seulement par le monstre grotesque dissimulé dans le pantalon du Duke, témoignage de ce qui allait arriver, « où en sommes-nous en ce qui concerne la femme Smith ?


"Tout est réglé Monsieur" répondit Atty "nous étions sur le point de l'amener, elle est avec Votre Seigneurie, et Tom, ses dossiers sur votre bureau, son vieux homme attend dans "la chambre", nous pouvons commencer sur elle quand vous le souhaitez.
Le duc hocha la tête avec satisfaction et s'éloigna, se dirigeant vers ses quartiers privés pour étudier le dossier complet qu'il avait constitué sur vous. Il vous surveillait depuis des semaines, depuis qu'il vous avait remarqué faire vos courses dans le petit bourg de Stamford, il avait délibérément fait tout son possible pour vous heurter « accidentellement » alors que vous quittiez le petit café de la place du marché, renversant le contenu de votre sac à main sur le sol, le duc s'est excusé de sa maladresse, vous aidant à récupérer le contenu, récupérant votre permis de conduire, il a rapidement scanné les détails, avant de le rendre. Plus tard, après un appel clandestin à une ancienne connaissance de la police, qui lui avait révélé votre adresse, il vous surveillait depuis, il vous appréciait bien. Au bout d’un moment, ils en savaient beaucoup, et ce qu’ils ne savaient pas, ils avaient l’intention de le découvrir personnellement auprès de vous.
« Mme Smith », pouvez-vous m'entendre ? Une voix vaguement familière demande : « Mme Smith », vous sentez quelqu'un secouer votre bras, lentement vous remuez, votre corps semble peser une tonne, votre vision est floue et brumeuse, « Mme Smith », vos yeux commencent à se concentrer sur votre environnement pendant que vous essayez de s'asseoir, mais vous ne pouvez pas « Mme Smith », continue la voix insistante, votre « Mme Smith » confuse et désorientée, vous reconnaissez la voix comme celle de l'épouse du duc.
Vous essayez de vous concentrer sur votre environnement mais l'obscurité demeure, vous commencez à paniquer, à crier et à vous efforcer de résister aux liens invisibles qui sont attachés à vos poignets et à vos chevilles.
"Mme Smith", commande une voix beaucoup plus sévère, "arrêtez ça maintenant, je vous ordonne d'arrêter", c'était le duc lui-même. Vous continuez à lutter quand soudain, quelqu'un vous donne une forte gifle sur le côté du visage, vous vous arrêtez immédiatement : « Beaucoup mieux Mme Smith, nous ne voulons pas vous faire de mal plus que nécessaire, mais vous devez comprendre quelques points. des choses.
« Premièrement, vous ferez ce qu’on vous dit, et faites-le immédiatement ! Comprenez votre situation difficile, vous êtes complètement vulnérable.
"Deuxièmement, personne ne vient vous aider, nous avons votre mari, il est complètement impuissant, fortement sous sédatif, il restera comme ça jusqu'à l'heure que nous souhaitons, il ne se souviendra de rien de son temps en tant qu'invité, mais le même on ne peut pas en dire autant pour vous.
"Mme Smith, au cas où vous vous poseriez la question, nous vous surveillons depuis des mois, nos fréquentes perquisitions à domicile nous ont donné beaucoup d'informations, vos goûts, vos aversions et bien sûr vos "intérêts" sexuels. Nous avons vu à l’intérieur de votre tiroir du haut, les photos et les jouets. Votre mari a été d'une immense aide dans cette facette la plus intéressante de votre personnalité, il n'a rien proposé de ce que vous comprenez, nous l'avons drogué et interrogé, il ne sait pas ce qu'il nous a dit, il nous sera facile de détecter si vous vous mentez, et nous vous punirons très sévèrement pour avoir menti.
"Mme Smith, je vais retirer vos attaches, restez parfaitement immobile jusqu'à ce que vous m'entendiez vous dire le contraire" à un signal du duc, le reste des hommes sortirent de la pièce.
Vous entendez la porte se fermer et la serrure tourner, vous attendez une éternité avant d'entendre le duc à travers un haut-parleur accroché au mur « très bonne Mme Smith, vous apprenez vite, enlevez le bandeau et vous ouvrez les yeux »
Vous êtes dans une petite pièce, sans fenêtre, le lit simple auquel vous aviez été attaché était sur le mur du fond, un petit lavabo avec un meuble de salle de bain au dessus et un placard en dessous dans le coin adjacent à une simple armoire, une télévision écran plat allumée le mur opposé au lit complétant le mobilier clairsemé, les seuls autres éléments étaient deux portes, une à chaque extrémité de la pièce.
Un petit haut-parleur crépite : « Je pense qu’il est temps de commencer. Mme Smith, asseyez-vous sur le bord du lit, allumez la télé. Si vous ne faites pas ce qu'on vous dit, vous serez puni. Si vous comprenez Mme Smith, hochez la tête.
L'image télévisée montre une vue semblable à une très grande salle d'examen, avec des carreaux d'un blanc éclatant, avec de nombreux éviers, drains et autres en acier inoxydable, il y a divers placards, armoires, plateaux d'équipement, supports, tubes, tuyaux, pompes, moniteurs. , consoles et diverses autres machines inconnues, à une extrémité se trouve une immense fenêtre en verre qui s'étend du sol au plafond et d'un mur à l'autre, cela ressemble à une sorte de serre, vous pouvez voir d'étranges plantes à l'intérieur, le long d'un mur se trouvent un certain nombre de ce qui semblent être des cages vides, le centre de la pièce est dominé par un divan d'examen rembourré complexe avec des étriers, des dispositifs de retenue et d'autres bras, enfin, le long du mur du fond se trouvent 12 sièges disposés sur trois niveaux, style cinéma.
L'orateur crépite à nouveau "Madame Smith, nous espérons que la vue vous plaira, ce sera l'une des chambres que vous fréquenterez pendant votre séjour chez nous, il y en a d'autres, toutes conçues dans un but précis, je ne vous dérangerai pas avec le petits détails, vous le découvrirez par vous-même en temps voulu. Votre estomac se noue, vous êtes tendu alors qu'un sentiment de peur et d'effroi vous envahit vous faisant frissonner, votre état d'anxiété ne passe pas inaperçu : « Madame Smith, je vois que vous avez peur, avez-vous peur ? Vous hochez la tête, "bonne Mme Smith, je suis content, cela aiguise vos sens, pourquoi pensez-vous que vous êtes ici Mme Smith ?" Votre esprit s’emballe, vous savez que quelque chose va se passer. « À votre avis, que va-t-il se passer ici, Mme Smith ? Dis-moi ce que tu penses. » Vous fermez les yeux, des visions de tourments et d'abus remplissent votre esprit, le sentiment d'effroi et de peur augmente tellement que vous tremblez et pleurez. "Mme Smith", la voix du duc vous ramène à la réalité, "Je vais vous dire pourquoi vous êtes ici, vous êtes ici parce que" le duc fait délibérément une pause, les longues secondes semblent être des minutes alors qu'il vous tient au bord de l'inconnu. ", Mme Smith, vous êtes ici pour être violée et abusée sexuellement de tant de façons que vous ne pouvez pas imaginer", criez-vous. "Oui, Mme Smith a été violée et maltraitée à plusieurs reprises, et soumise à une dépravation sexuelle que vous ne pouvez pas imaginer, nous allons vous forcer à faire des choses et à ressentir des sentiments comme vous n'en avez jamais eu auparavant, vous êtes ici pour être totalement sexuellement maltraité et violé, je vous laisse avec cette pensée : "Regardez l'écran Mme Smith, j'attire votre attention sur la table d'examen, bientôt vous serez son invité, bonne nuit." La lumière dans votre chambre s'éteint, cela accentue simplement la lumière de la télévision, vous voyez maintenant des gens dans la pièce, préparant l'équipement pour votre avilissement, vous fermez les yeux et vous vous endormez dans un sommeil agité.
Votre réveillé par le son du haut-parleur « Mme Smith, petit-déjeuner, vous avez 30 minutes » vous vous levez sur un coude et voyez qu'un repas léger composé de jus de fruit et de pain grillé a été déposé dans votre chambre, vous réalisez aussi qu'à part votre culotte tu étais complètement nu, ils t'avaient déshabillé pendant la nuit pendant que tu dormais drogué. Exactement 30 minutes plus tard, l’orateur vous a de nouveau réveillé en sursaut. "Mme Smith, enlevez votre culotte, et franchissez la porte sur votre gauche, vous y trouverez un petit tabouret, asseyez-vous dessus, écartez les jambes, faites face aux caméras et rasez-vous le sexe, faites-le maintenant"
Vous écoutez avec incrédulité « J'ai dit, faites-le maintenant ! Madame Smith, on ne vous le dira plus », vous hésitez à tourner le dos aux caméras.
"Vous avez été prévenue, Mme Smith." La porte s'ouvre et trois hommes en tenue de docteur blanche et masqués entrent, vous êtes grossièrement emmené dans la pièce voisine, soulevé sur la table d'examen, vous avez les yeux bandés, vos bras sont relevés derrière vous et attachés, une large ceinture est attachée. attaché sur le bas de votre ventre, et enfin vos jambes sont écartées et attachées à des étriers.
Votre culotte est coupée, puis une claque aiguë atterrit sur vos fesses, vous luttez mais les claquements continuent, vos fesses brûlent tandis que les gifles continuent, vous pleurez, les gifles s'arrêtent, de la pommade froide est appliquée sur vos joues brûlantes. Vous entendez un aérosol projeté
"Restez très tranquille, Mme Smith." le rasage de votre sexe commence puis, satisfait que vous êtes dépourvu de tous poils, de l'huile est massée sur votre peau « très bien, on vous voit beaucoup plus clairement maintenant.
«Mme Smith, vous devez comprendre quelque chose, nous sommes insensibles, on vous a dit de nous obéir, vous avez refusé une instruction directe, vous n'avez pas respecté, instantanément, vous avez été prévenue.
Vos joues sont écartées et une petite buse est enfoncée dans votre rectum, du liquide lubrifiant est pompé profondément à l'intérieur, le claquement des gants d'examen vous rend tendu.
"Mme Smith, je vais vous faire une anal interne. Poussez comme si vous alliez aux toilettes, vous vous raidissez » faites-le maintenant ou je vous gifle encore, vous avez 10 secondes pour obéir.
Vous luttez pour vous libérer mais en vain, 5 secondes, vous ne voulez plus de fessée, 1 seconde, vous vous détendez. Le doigt se fraye un chemin à l'intérieur, vous faisant haleter, il commence à faire entrer et sortir son doigt, allant de plus en plus profondément, sondant partout à l'intérieur de votre passage arrière, puis tout à coup, le doigt disparaît.
Vos joues sont à nouveau écartées, « messieurs approchez-vous » dit une voix féminine, vous entendez des murmures, puis quelque chose d'autre pousse vers vos fesses, cette fois c'est plus grand, 6" de long, effilé à environ 1" de diamètre à son plus large, puis réduisant rapidement en taille. à moins de ½ diamètre, avec une barre en « T » à l'extrémité pour l'empêcher d'être tiré à l'intérieur de vous, votre muscle anal se dilate à mesure qu'il est poussé plus loin jusqu'à ce que soudainement la partie large glisse à l'intérieur, vous sentez vos fesses se contracter et se refermer autour de l'étroit. cou, se verrouille autour du plug, vos fesses sont en train de se réchauffer, puis vous réalisez que c'est liquide. Ils vous font un lavement, la machine pompe du liquide profondément dans vos fesses, distendant votre ventre, les mains massent et travaillent votre bas-ventre, un doigt fait doucement le tour et frotte votre clitoris, le petit nœud gonfle et rougit en réponse, le doigt glisse. facilement dans votre sexe stimulé et humide, vous obligeant à serrer involontairement vos muscles vaginaux autour de votre violateur, la machine vous remplit et vous vide constamment, de puissants médicaments et phéromones conçus pour augmenter la réaction de votre corps à la stimulation sont mélangés dans le fluide et, à votre grande horreur, vous ressentez il y a plus de spasmes involontaires dans votre chatte.
Regardez messieurs, elle répond déjà" les lèvres de votre chatte sont ouvertes et un filet de jus de femme s'écoule, le doigt ganté de latex s'enfonce plus profondément à l'intérieur, massant votre col, vous vous mordez la lèvre pour tenter d'endiguer l'excitation sexuelle de votre corps. commence à s’afficher.
Le Duke continue de vous masturber, sondant votre point G, le plaisir monte à mesure que le sondage expert du doigt du Duke continue de vous stimuler, vous respirez plus vite maintenant, vos tétons sont devenus durs, vous combattez les sensations, mais ta chatte a encore des spasmes.
"Très bien Mme Smith, très bien en effet, on dirait qu'elle apprécie ces messieurs, regardez la quantité de jus qui coule de sa chatte, je crois qu'elle aime être forcée" Le duc retire ses doigts, s'arrêtant avant de vous faire jouir. Désignant un autre vieil homme, le duc dit "nettoyez-la, récupérez tout, vous savez quoi faire, utilisez le numéro 3".
Vous sentez quelque chose sonder à l'intérieur de vous, cela vous rappelle la chose que le dentiste utilise pour éliminer la salive de votre bouche, il est utilisé pour aspirer le jus à la fois de l'intérieur de votre sexe et celui qui s'est écoulé, le sondage et la succion continuent pendant encore quelques secondes jusqu'à ce que l'assistant, convaincu d'avoir récupéré chaque goutte, lève le petit récipient pour l'inspection des ducs "excellent, cela suffira, elle m'a surpris, évidemment elle est très réactive, utilise-le immédiatement, tant qu'il est encore frais, le vieux l'homme s'enfuit pour faire les préparatifs nécessaires.
La machine à lavement vous vide enfin, le plug est retiré, vos fesses s'ouvrent involontairement lorsque la partie la plus large émerge et vos muscles anaux se détendent lorsqu'ils sont libérés, des mains invisibles vous écartent, un doigt pousse vos fesses et vous devenez rigide. .
"Détendez-vous Mme Smith, je vais m'assurer que vous êtes propre et vide" vous restez tendu, smack, une gifle frappe le côté de votre visage "J'ai dit détendez-vous, maintenant appuyez sur mon doigt et poussez-vous dessus" smack une autre gifle », faites-le maintenant ou subissez les conséquences, frappez encore, vous appuyez et le doigt glisse à l'intérieur. Le duc sonde vos fesses « serrez mon doigt Mme Smith », vous contractez vos muscles, « c'est mieux » « encore mais cette fois serrez et poussez comme si vous alliez aux toilettes » le duc vous regarde attentivement tandis que vous vous fatiguez. contre son doigt, il est plus que satisfait en regardant votre bourgeon anal pousser vers l'extérieur, « très bien Mme Smith très bien » satisfait de son examen le doigt se retire.
Soudain votre bandeau est retiré, la lumière intense vous oblige à garder les yeux fermés.
"Ouvrez les yeux s'il vous plaît, Mme Smith", claquez, "pas assez vite, j'ai dit, ouvrez les yeux"
Vous ouvrez les yeux, la lumière vive au-dessus a été baissée, puis le canapé commence à vous élever en position allongée, c'est alors que vous voyez des bourreaux tous en blanc d'hôpital, le visage couvert de masques, à un signal du duc. L'un des vieillards tire un petit siège du bas de la table d'examen et abaisse le fond.
"Regardez-le, Mme Smith", vous regardez avec appréhension alors que le vieil homme se rapproche de vos cuisses écartées et abaisse son masque, il sourit, retire le capuchon de votre clitoris et commence à lécher, forçant le petit bouton à gonfler et à palpiter, un Un masque facial en caoutchouc est placé sur votre nez et votre bouche, un puissant stimulant nerveux est lentement injecté en vous pour accroître votre conscience sexuelle.
Sous un regard du duc, Lady Elly libère la ceinture ; l'effet est instantané lorsque vous pompez vos hanches sur la langue tourmentante, votre chatte spasmique et bouillonnante.
« Excellente réponse ! Maintenant, attachez-la à nouveau », hochant la tête au vieil homme, le duc continue : « Vous savez quoi faire et veillez-y.
Le vieil homme hoche la tête et balance un bras métallique flexible sur vos hanches et attache un épais gode en caoutchouc nervuré, en prenant soin de connecter l'air, les tuyaux d'eau et les contacts électriques des capteurs de pression intégrés et des stimulateurs électriques. Ce n'était pas un gode ordinaire, il était capable d'être gonflé et il était traversé par de l'eau chaude, exactement à la même température qu'une vraie bite, il pouvait également s'adapter aux réponses de n'importe quelle femme afin de l'amener à des sommets de stimulation sexuelle sans jamais expérimenté auparavant, et la tenir est une agonie sexuelle jusqu'à ce qu'on lui ordonne de forcer l'orgasme à partir de ses corps attachés et surstimulés.
Votre sexe est écarté, et le vieux fixe la tête du gode comme indiqué. "Elly, s'il te plaît, commence" à ce moment-là, Elly commence à lécher votre clitoris, sondant simultanément vos fesses avec son long doigt ganté de latex.
Vous êtes à nouveau excité, vous combattez la sensation, mais Lady Elly continue ses soins experts sur votre sexe, vous vous efforcez contre la ceinture, votre corps réagit involontairement au léchage de la langue,
vous gémissez lorsque votre chatte gonfle et s'ouvre, laissant échapper une petite quantité de jus de votre sexe, les capteurs du gode détectent l'augmentation de l'humidité et les spasmes de votre vagin, et comme programmé, il pousse très légèrement vers l'avant en réponse à la minuscule augmentation de votre bassin retenu, niché juste à l'extérieur de vos lèvres. Lady Elly retire le capuchon de votre clitoris et commence à lécher avec plus de force, votre chatte a de nouveau des spasmes alors que vous vous battez pour bloquer l'assaut sur votre sexe, une autre poussée involontaire de votre bassin coincé sollicite une nouvelle réaction du gode alors qu'il commence à se propager. vous ouvrez plus grand, Lady Elly maintient le capuchon de votre clitoris pendant qu'elle fixe une petite ventouse en Perspex transparent sur votre clitoris et la connecte à une unité de stimulation sexuelle ET312, simultanément une pompe à vide aspire votre clitoris à l'intérieur de la tasse et commence une lente pulsation rythmique, vous stimulant à produire plus de fluides, les capteurs répondent à l'augmentation de fluide, à mesure que le gode force davantage sa tête épaisse en forme de champignon à l'intérieur de votre sexe.
Le duc parle : « Démarrez l'e-stim Elly, réglez-le sur l'orgasme et augmentez lentement la puissance »
Vous ressentez un picotement agréable dans votre clitoris qui augmente lentement jusqu'à une intensité délicieuse qui vous oblige à vous efforcer de lutter contre vos liens, s'estompant pour redémarrer quelques secondes plus tard, vous vous retrouvez à vous fatiguer à mesure que l'intensité augmente et à vous détendre à mesure qu'elle diminue. L'aspiration a été réglée pour palpiter et pulser de manière rythmée au rythme de l'estimation, très rapidement vous ressentez le besoin de pousser votre bassin de haut en bas au rythme des pulsations et de la stimulation électrique de votre sexe, vous soupirez alors que les vagues de plaisir commencent à se développer, le gode s'enfonce un peu plus profondément, et même si vos jambes sont attachées dans des étriers, vous vous détendez et vous ouvrez plus largement pour permettre à votre violeur en caoutchouc d'accéder plus facilement.


Le duc fait un signe de tête à Lady Elly et ils regardent tous les deux attentivement alors que la puissance augmente, vous gémissez et poussez à nouveau contre votre violateur mécanique, c'était le signe pour Lady Elly de desserrer légèrement la ceinture, la restriction réduite, vous ignorez que votre effort est permettant à davantage de monstre d'envahir votre sexe, il vous étend encore plus largement.
Tu gémis plus fort maintenant, la puissance monte un peu plus, tu le remarques à peine mais l'effet sur ton sexe est instantané à mesure que tu ouvres plus grand, la ceinture se détend davantage à mesure que tu pousses plus fort sur le gode, cette fois tu cries comme ça enfouit son énorme tête épaisse dans votre sexe, plus de puissance et la succion de votre clitoris s'intensifie, la ceinture s'enlève complètement.
Vous répondez maintenant comme ils savaient que vous le feriez, vous gonflez vos hanches pour embrasser votre violateur mécanique, vos muscles vaginaux se resserrent sur sa tige épaisse et nervurée, l'eau chaude qui la traverse lui donne l'impression d'être une vraie bite monstrueuse.
Lady Elly glisse son doigt profondément dans votre anus, ajoutant aux délicieuses sensations qui parcourent votre corps, la stimulation de votre sphincter vous fait remonter vos hanches sur l'épaisse tige en caoutchouc, votre chatte continue de avoir des spasmes, vous perdez du jus comme jamais auparavant. .
« Plus » murmure le duc. Le vieil homme commence à vous sucer les tétons, alors qu'Elly augmente le tempo de la baise avec vos doigts, vous haletez et baissez vos hanches, la tête se retire, faisant un bruit sec, plus de léchage vous oblige à pousser à nouveau, le monstrueux le coq l'enterre une fois de plus.
"Démarrez le lubrifiant." Vous sentez le gode gonfler alors que du liquide chaud est pompé profondément dans votre sexe, vous abaissez vos hanches pour tenter de vous éloigner de l'énorme intrus, mais à votre grande horreur, le gode reste fermement verrouillé en place, le léchage et la baise avec les doigts sont implacables. C'est trop de stimulation. Vous avez soif de libération ; les effets du gaz intensifient vos réactions, la main appuie sur votre bas-ventre vous empêchant de bouger.
"Ne bougez pas, Mme Smith, ne bougez pas jusqu'à ce que je vous le dise", vous hochez la tête "bien, détendez-vous". Une machine commence à gémir et le gode commence à pulser, se gonfle et se dégonfle, chaque fois qu'il gonfle une section juste à l'intérieur de votre ouverture, la gonflant plus épaisse que la tige jusqu'à ce qu'elle ait la taille d'une mandarine, vous gémissez devant sa taille "qui le gonflement à l’intérieur de vous est délibérément conçu pour vous dilater. Vous serez intérieurement mis à rude épreuve au cours des prochaines 24 heures, le but deviendra clair en temps voulu, mais pour l'instant, vous resterez parfaitement immobile, si vous ne le faites pas, vous serez puni, compris ? tu hoches la tête.
La puissance est alors dirigée vers le gode, vos hanches commencent lentement à réagir à l'estimation, essayant de pomper de haut en bas, mais le Duke vous maintient fermement. Sur un signe de tête du duc, le masque à gaz est retiré, votre tête commence à s'éclaircir et votre situation vous apparaît lentement, vous êtes violée, maltraitée, vous êtes attachée, ouverte, le tout à la vue d'une pièce pleine. de gens, tous observant attentivement votre avilissement.
Le duc dit : « Madame Smith, vous avez maintenant quatre choix, vous ne pouvez en choisir qu'un. Une fois votre choix fait, il ne changera pas, compris ? encore une fois, vous hochez la tête : « Très bien, d'accord, ce sont vos choix, mais avant de les entendre, comprenez ceci ! Vous ne serez pas libéré tant que nous ne serons pas satisfaits de vos, dirons-nous, progrès, rappelez-vous-en lorsque vous choisirez.
"Première option, vous pouvez choisir que les vieillards vous sucent et vous baisent dans tous vos trous jusqu'à des orgasmes continus, vous serez obligé d'avaler leur éjaculat, et ils en produisent tous en grande quantité. Deuxièmement, vous pouvez avoir Lady Elly comme partenaire amoureuse, vous devrez l'embrasser en français et lui bouffer la chatte jusqu'à l'orgasme, elle pour sa part vous violera avec un énorme gode ceinture par voie vaginale et anale jusqu'à ce que vous atteigniez des orgasmes multiples . Troisièmement, nous pouvons faire venir votre mari et le forcer à vous surveiller, pendant que nous le ligotons et que vous pouvez nous regarder lui faire commettre des actes sexuels avec des hommes. Nous le violerons bien sûr par voie anale et orale jusqu'à ce qu'il nous supplie de le faire jouir.
Finalement, vous pourrez décider de résister à ma petite collection de machines, au point qu'elles surmontent votre résistance et vos inhibitions, et que vous appréciiez votre situation difficile. C'est votre choix, mais nous préférerions de loin cette dernière solution, quelle est votre réponse, Mme Smith ?
L'utilisation constante de votre nom de famille maintient les débats dans une atmosphère très formelle, factuelle et détachée, ce que vous trouvez très énervant. Vous commencez à pleurer et d'une voix calme et tamisée et avec beaucoup d'hésitation, répondez « numéro 4 ».
Le duc sourit méchamment, il a gagné, il savoure le moment, impatient de renforcer son emprise sur vous, il dit d'un ton moqueur "parlez, Mme Smith, je ne vous entends pas".
Vous répondez un peu plus fort « numéro 4 »
“Number 4, number 4,” laughs the Duke, “very good, then so be it,” the Duke removes all your leg restraints and the tummy band, “lie still don’t move until told, understand?” you nod your head.
Elly and the old men are beckoned away as the assembled crowd take their seats and begin to watch.
“Very slowly please Mrs Smith, I want you to push your pelvis up very slowly,” you strain against the thick head, “more Mrs Smith push more” you push again and feel the pleasure as the huge head spreads you open and sinks deep inside you tormented sex.
You let out a cry of passion as the monster awakens your desires, more moans as the dildo knot expands even more, putting exquisite pressure on your G spot forcing your clit to stand out even further
“That’s it; very good Mrs Smith, or now that was more acquainted, should I call you Jayne? Jayne I think. Yes lets get a little more personal shall we? Push for me Jayne, take it deeper” his fingers straddle the dildo as he pumps your sex from the outside, you moan louder. “Try to stop yourself cumming Jayne I want you to resist”
You fight the building sensations the but the incessant voice urges you on “More Jayne deeper,” you sigh as your sex clamps hard on the rubber rapist, the knot swells more, the sound of your sex squelching on the dildo fills the room, “nearly there Jean another two inches, come on push harder, you strain your hips up and push, the dildo hits your cervix.
You begin to shake, the dildo is much thicker than anything you have ever had forced in you by your depraved husband, the deep ridges on it’s shaft stimulate you like nothing before, that telltale fluttering in your groin grows stronger, your nipples stand out more as your chest and face flush with sexual excitement you cant stand it “don’t cum Jayne resist, don’t cum.”
You fight it but the Duke starts to rub your clit, he’s urging you not to cum but doing everything he can to do so, you stiffen.
“Not yet Jayne not yet” You’re held down, hands are everywhere stopping you from pumping your hips up and down the thick rubber shaft. The incessant torment to your sex has built your arousal to a level never experienced before, you’re wanting more, you know it’s wrong, but the churning in your womb together with the savage contractions of your vaginal muscles gripping tightly around your rubber rapist, know no bounds as Lady Helen forces your mouth open and begins to deeply French kiss you, her tongue is every where you respond as she pinches your nipples to puffy engorged hard points, Lady Helen breaks the kiss, “Oh God” you cry out “make it bigger” Smiling lewdly, the Duke asks “make what bigger Jayne? The dildo perhaps?”
“Please, the dildo, yes bigger please” your descending deeper into the Dukes world of depravity, and you know it .The Duke points, and the old man inflates the dildo knot even more. “Oh God oh God, its huge please let me cum.”
The sheer size of the dildo, together with the estim and suction to your tortured sex has you panting for release, and it’s proving too much, your body is producing copious amounts of lubrication and pre-cum. “Do you want to cum Jayne” asks the Duke “or shall we stop and resume a little later?” You scream” Oh God, let me cum! Rodger please forgives me, stop them! I can’t help it I don’t want to, please stop, oh God Rodger help me please.”
But Rodger couldn’t help, how could he, at this very moment, in the adjacent room, he was watching you on a large television monitor, whilst orally violating Anna Pioski as she lay strapped in an examination couch, she too had a massive dildo pumping in and out her swollen and sodden sex, the ever present old man sucking up and collecting the young woman’s juices, just as he had done to you.
“You see, your husband Rodger your loyal partner, it was he, he was the instigator of your predicament, he’d planned it all, your resistance to his request’s to try different sex practices over the years, to attend wife swapping, group sex and estimming parties had tried his patience for to long, now it was time for you to be ‘educated’. He was one of those in hospital whites that originally tied you to the couch, he’d been watching and enjoying your total debasement, he revelled in your cries for help, his over engorged penis throbbed and danced as he watch the Duke stimulate you sexually, his cock dribbling, testament to the sheer enjoyment he was deriving hearing you begging to be made to orgasm, filled him with joy, he knew you would submit. The question now was how far you would go in the search for sexual fulfilment. What else will you submit to?”
The Duke speaks “Jayne if you want to cum then open your mouth” you freeze, and let the words sink in. You are aghast. Suck a stranger’s cock, never! You clamp your mouth shut tighter, “so be it” say’s the Duke, he signals to the old man operating the dildo to cut the power, the dildo withdraws from your sex with a loud “pop” everything else stops! No stimulation, no estim, nothing, your sex is spread open with a special three point Higginsons vaginal dilator, once you are stretched open a large rubber ring, about 2½ inches in diameter with a ½ inch groove around the outside resembling a doughnut is push into the entrance of your sex, held in place purely by the muscles at the entrance to your vagina. It’s purpose? To hold you “open”, forcing your sex to contract onto the ring, keeping you in a high state of arousal, but not enough stimulation to let you orgasm, yet allowing free access to the inside of your sex. Cruel but very effective!
Lady Helen approaches with a Foley catheter and proceeds to slowly push it into your urethra, deeper until she sees dribbles of pee. The small balloon on the end is inflated, locking the catheter inside your bladder, she now attaches a large syringe full of a creamy white liquid to the other end of the tube, and slowly forces it’s contents deep inside your bladder, she places her fingers inside your sex, and nods in approval to the Duke, satisfied that your bladder is over inflated, the syringe is removed, and a small plug is fitted to keep your bladder in it’s swollen state.
The Duke rests his giant member against your lips, “Jayne now suck”
Your husband watches as you tentatively part your lips and taste the tip of the Dukes cock with your tongue.
“Deeper Jayne “the Duke pushes himself against your lips, and you open to allow him access to your mouth and suck lightly on the enormous head, “deeper Jayne” he says, and joy of joy hubby cums in Anna Pioski’s mouth as he watches you submitting to the Dukes meat as you allow the angry purple giant mushroom and more of his monster inside you, as you begin to bob your head up and down the shaft.
“Slowly Jayne” you suck harder and feel the Dukes cock stiffen, he signals to Lady Helen who holds your head firmly as the Duke quickens his fucking tempo; you taste the pre-cum.
The ring is removed and the dildo forces its way back in and deep into your sex, and immediately inflates to nearly 3 inches in diameter at the knot, you try to dislodge the invader, but you’re held firm. He’s coming now and as he does he forces two fingers inside your bottom, you let out a muffled scream of release and go rigid as you are pushed over the edge into a massive shattering orgasm. Juice and fluid squirt from around the dildo as the Duke’s massive cock pumps load after load of sperm down your throat.
You lie there totally spent, gasping for air, your tortured sex still spasming and clinging on to your “rubber rapist” dribbles of cum run from the corners of your mouth.
“Jayne it’s time for you to leave us, until later” the mask is refitted over your nose and mouth and soon you slip into unconsciousness as the old man complete with suction machine again removes all traces of your lubrication fluids and this time your milky white cum juice from inside your sex.
Number 3 was locked standing in an open box shaped framework that sat on top of a platform four feet off the floor, his legs spread open and strapped to the metal uprights, a gauze facemask covered his mouth and nose, his head held securely by a neck brace, he was struggling to free himself.
Lady Helen had followed the old man with the container of juice collected from your sex, at a signal from Lady Helen, the old man started to drip the contents of the container onto the face mask until it was totally sodden, the old man backed away as the struggling figure of number 3 suddenly stopped moving.


Lady Helen licked her lips in anticipation, and moved closer, bending forward to see more clearly as number 3’s hips began to move slowly back and forth, his breathing much faster and deeper as he inhaled the scent of your sex, a few droplets of pre-cum oozed from tip of his penis, Lady Helen couldn’t resist licking at the droplets as the effects of the pussy juice took hold, she was always amazed at the sight of number 3’s huge thick cock as it slowly grew until it was some eleven inches long and at least two inches in diameter, Lady Helen could see number 3 was still not fully erect, so she smothered her hands with lubricant, and holding number 3’s swollen testicles in her left hand, and firmly grasping the thick shaft of his cock in her right hand proceeded to slowly rub her hand up and down, number 3’s cock grew even bigger, and the dribble of pre-cum now turned into a steady trickle.
Lady Helen nodded to the old man, he fitted condom over the huge cock, it had a small hose fitted to the tip, the other end was fitted to the top of a large specimen bottle sitting on the floor, Lady Helen lubricated number 3’s anus and inserted a thick tapered probe deep inside until it nestled against his prostate, she then connected the probe to a small box with wires, and turning it on she selected “forced milking” with number 3 already in a high state of sexual arousal, the electrical pulses soon began to take effect as he began to pump spurt after spurt of cum and pre-cum into the bottle, each spurt accompanied by a savage twitching of his cock as his anal muscles kept contracting forcing him to orgasm, the milking of number 3 would continue for sometime.

À suivre?

Articles similaires

Devenir Zoé

Ma future épouse, Annie, avait pris un emploi à l'extérieur de la ville et je ne la voyais que toutes les deux semaines environ. Elle me manquait tellement. Elle et moi étions devenus amants à distance. Elle devait prendre un vol de retour vendredi soir. J'allais chercher son fils Zakk à son dortoir et nous allions tous les deux la chercher à l'aéroport et profiter du week-end ensemble. Zakk est dans sa première année d'université, il étudie pour devenir maquilleur pour la scène et l'écran. Lui et moi n'avons pas vraiment appris à nous connaître et ce devait être le week-end...

1.1K Des vues

Likes 0

Entraînement 07

J'ai vraiment apprécié d'être utilisé par Jim. Ma chatte de cul était vide sans sa grosse bite noire à l'intérieur. Le sexe avec ma femme était toujours satisfaisant, cela ne faisait aucun doute, mais être avec Jim était différent. J'avoue avoir eu une distraction assez importante dans ma vie en pensant à lui. J'étais absolument douée à 100% pour être utilisée par lui pour son plaisir, être sa chienne, ou sa chatte, si vous voulez. Le plaisir que j'ai reçu d'être utilisé comme un jouet de baise par Jim était difficile à décrire, même pour moi-même. Mon trou palpitait véritablement à...

346 Des vues

Likes 0

Temps passé chez la jeunesse_(0)

Je suis entré dans l'église où le groupe de jeunes auquel je vais se tient tous les jeudis. J'arrive généralement une heure ou deux plus tôt pour aider. Mon amie Anah m'a fait sursauter en me faisant un gros câlin alors que j'entrais. Anah, qu'est-ce que tu fais ici si tôt ? Ai-je demandé en la serrant dans mes bras. Eh bien, on arrive généralement ici avant tout le monde, et je n'avais rien à faire, alors j'ai pensé venir passer du temps. Nous ne passons pas assez de temps ensemble, dit-elle en levant les yeux. avec de grands yeux bleus...

377 Des vues

Likes 0

FEMMES ÂGÉES et(1)

Fbailey histoire numéro 219 Des femmes plus âgées Quand j'ai eu seize ans, ma mère avait les mains pleines avec moi. Papa n'était jamais là et quand il l'était, il n'était toujours pas là. C'était votre vendeur ambulant préverbal. C'était un coureur de jupons, un ivrogne et une piètre excuse pour un être humain. Il a fourni un toit au-dessus de nos têtes, mais c'était à peu près tout. Maman travaillait pour payer la nourriture que nous mangions et les vêtements que nous avions sur le dos. J'ai lancé ma propre entreprise de pelouse ce printemps-là. J'ai distribué des dépliants dans...

1K Des vues

Likes 2

Il n'y avait pas d'autre moyen Pt. II

Pourquoi, je pensais que tu voulais baiser ma femme ? L'homme au pistolet a répondu: Nous le ferons, et tu pourras me sucer la bite pendant que ces deux-là ont leur chemin ou bien Tom! Tu ferais mieux de faire ce que je dis, meunier! J'ai regardé mon mari avec incrédulité à ce que j'entendais, un homme lui disant de lui sucer la bite mais encore une fois il y avait une arme à feu impliquée. Les mains qui attrapaient mon cul et forçaient leur bite en moi tout le long, puis le broyage a commencé à se retirer. Il regardait le...

737 Des vues

Likes 0

OUPS 3

OUPS 3 Pendant le dîner avec mon mari Nathan et son fils Nate, j'ai repris le sujet dont j'avais parlé avec mes amies en commençant par notre promesse l'un à l'autre. Maintenant, nous nous sommes promis la vérité totale ai-je dit En prenant un café aujourd'hui, Natalie a mentionné qu'elle avait surpris son fils et 3 de ses amis en train de se branler dans sa culotte et pense que tous les garçons le font Alors Nathan, l'as-tu fait en tant que enfant? Strewth, c'est un peu gênant de demander? dit Nathan J'ai regardé Nate d'un air interrogateur car je savais...

657 Des vues

Likes 0

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours Avant de commencer, je me rends compte qu'il n'y a pas beaucoup d'hommes qui courent avec une bite de 12''. Et j'ai donc qualifié cela de fantasme et de farce. Assez dit maintenant à l'histoire. Je m'appelle Samuel Longfellow, je suis propriétaire de l'une des plus grandes sociétés de sécurité de l'État. C'est ainsi que je gagne mon argent (sept chiffres par an). Ma passion est la recherche sur la faune et j'ai une bourse au collège local. Je fais mes recherches sur ma ferme de 680 acres. Maintenant, ma chute est que j'ai été maudit...

2K Des vues

Likes 0

Perdre ma virginité(8)

Je l'ai rencontrée sur un site de chat sur Internet. Nous vivions à 800 km l'un de l'autre donc je n'avais aucun problème à flirter comme une folle. Elle m'a dit qu'elle mesure 1,5 m, de longs cheveux blonds et des yeux bleus avec un corps sexy. Bien évidemment, je l'ai taquinée et j'ai dit que si elle ne m'envoyait pas de photo, je ne la croirai pas, elle a demandé si les photos d'elle seraient pour mes seuls yeux et étant le gars que je suis, je lui ai donné ma parole, attendant une photo très coquine. Ce que j'ai...

1.8K Des vues

Likes 0

Le Gang pt1_(0)

Le gang. partie 1 Ceci est ma toute première histoire, alors soyez gentils dans vos commentaires. Critiques constructives bienvenues. Je m'appelle Sarah, j'ai 26 ans et je travaille dans une banque en tant que conseillère aux petites entreprises. J'ai de longs cheveux bruns, je mesure 5'7 taille 10 avec des seins petits mais perts de 32B. Je vais à la gym au moins 3 fois par semaine, donc je suis en forme et je suis célibataire depuis quelques années, même si je me suis bien amusé. Quoi qu'il en soit, je vais vous parler de mon expérience avec un gang d'East...

926 Des vues

Likes 0

LA FAMILLE DE KRISTI 4_(1)

Chapitre Quatre Lorsqu'ils arrivèrent dans sa chambre, Roger entra le premier. Il a d'abord remarqué que Bob était assis dans son fauteuil inclinable, apparemment en train de se reposer. En regardant le lit, il vit qu'Erin était agenouillée sur le lit et se tenait aux barreaux de la tête de lit. En y regardant de plus près, il réalisa qu'elle n'avait pas le choix. Ses poignets étaient attachés à la tête de lit, la forçant à s'agenouiller, ses seins suspendus à sa poitrine gravant le drap sous elle. Gardez ces jambes écartées salope! J'aime regarder votre mignon petit trou du cul...

943 Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.