Le gars des bretzels

266Report
Le gars des bretzels

Après-midi d'été frais quand j'entre dans le magasin de bretzels. La porte était ouverte, j'ai donc retiré le bouchon et tiré doucement sur la porte pour la fermer. Il apparaît de dos avec une caisse de bretzels dans les mains. Il me regarde et me dit bonjour. Je défais les boutons de mon trench-coat en cuir noir et pose mes mains sur mes hanches pour montrer ma culotte en dentelle noire avec un ruban rose fluo et un soutien-gorge assorti. J'ai eu mes talons "baise-moi" accompagnés de mes bas transparents et j'ai attendu trop longtemps.
"J'ai été une mauvaise fille et j'ai vraiment besoin d'être punie" Je souris.
Il sourit et me regarde avec ses yeux bleus puis pose la boîte pour attraper un jeu de clés. Il passe devant moi pour aller verrouiller la porte puis il se retourne et se retrouve derrière moi. Il se penche et me chuchote à l'oreille : "Alors bébé a été méchante ? Laisse papa arranger les choses." Il recule d'un pas et me retire mon manteau, alors qu'il passe devant moi pour me prendre la main, il s'arrête et me regarde. Je fais un tour rapide autour, "Aimez-vous ce que vous voyez?" dis-je en inclinant la tête sur le côté.
"Je n'aime pas ça, j'adore ça" murmure-t-il en se rapprochant et en me frappant le cul. Il continue d'avancer et me guide derrière le comptoir.

Mon corps saute d'excitation car je suis à quelques secondes de l'attaquer. Il me conduit à une table près du four qui brûle de chaleur à cause de la fabrication de bretzels toute la journée. Il se recule alors que je pousse tout sur la table puis se penche dessus alors que je regarde en arrière, "Je suis prêt à être puni." dis-je tandis que mon sourire passe d'une oreille à l'autre. Je l'entends alors qu'il s'avance vers moi puis pose ma veste à côté de moi. Je sens ses longs doigts remonter le long de mon cul puis saisir ma taille pour me rapprocher et pousser en moi. Je peux sentir à quel point il est dur alors je frotte mon cul contre sa bite mais avec un mouvement rapide il a sa main dans mes cheveux châtain foncé.
"Quel est mon nom?" Il demande. Je réponds "Denis"
Son autre main passe de ma hanche à mon cul et il commence à me frotter. "Quel est mon nom?" Il répète
"Denis" dis-je
Sa main arrête de frotter et il me frappe le cul. J'ai alors laissé échapper un mi-cri mi-gémissement.
« Dis-le encore » exige-t-il.
Je dis son nom et sa main descend fort et je laisse échapper un gémissement. "Tu aimes ça?" Il a demandé (SMACK !) "S'il vous plaît, n'arrêtez pas", ai-je répondu. (SMACK!) "Je veux l'entendre." Il demande "Comment s'appelle papa?"
Je crie "DENIS !"

Il arrête de me demander de dire son nom mais je continue à le dire pendant qu'il me fessée. Je peux sentir ma chatte devenir toute humide et mon corps commence à avoir des picotements, une partie de moi se demande à quel point ce serait bien s'il était au fond de moi. Je reviens à la réalité quand il me tape si fort sur le cul que je dis papa au lieu de son nom. Je sens à nouveau sa bite dure contre mon cul alors je claque mon cul vers son bassin. "Une telle salope impatiente" dit-il en la frottant contre mon cul "Je suis ta chienne!" Je gémis. Il a continué à me frapper le cul plus fort quand j'ai commencé à haleter fort.

Il attrape mes cheveux et me tire en arrière puis me retourne pour que je sois face à lui. Je penche la tête et souris. "Quel est le problème?" Il dit confus. "Pourquoi me regardes-tu comme ça?"
"Vos yeux sont vraiment merveilleux" je réponds "Est-ce que ma punition est terminée ?"
Il penche la tête en arrière et me fait un demi-sourire. "Petite fille, ça ne fait que commencer"
Il me pousse contre la table puis me laisse dessus. Nous croisons les yeux alors qu'il arrache ma culotte, puis nous regardons tous les deux alors qu'il touche le sol. "C'est l'heure de ta punition." Il grogne. "S'il vous plaît, faites en sorte que je puisse marcher d'orge quand vous en aurez fini avec moi", je demande.
"Je fais ce que je juge bon pour votre punition. Je ne prends pas de demande" Il claque. « Je n'ai pas envie de te regarder en ce moment. Baisse ton cul et penche-toi en avant.
Je fais ce qu'on me dit. Il a défait mon soutien-gorge et mes mamelons deviennent instantanément durs à cause de mon excitation. Il tripote son pantalon et ils touchent le sol. Il se déplace ensuite et glisse sa bite en moi, je halète à quel point il est épais. Il glisse une de ses mains dans mes cheveux et tire ma tête en arrière " Je m'appelle Denis, ne l'oublie pas salope " Dit-il en commençant à entrer et sortir de moi.

Rien ne m'excite plus que de me faire baiser par derrière tout en me faisant tirer les cheveux et d'être traitée de chienne ou de petite salope de papa. J'imagine comment il a lu dans mes pensées. Je commence à gémir et il semble qu'il s'enfonce de plus en plus en moi. Je serre le bout de la table en essayant de tenir parce que la bite est juste si bonne en ce moment. Il me claque le cul puis me tire les cheveux, "Comment je m'appelle salope?" Il grogne alors qu'il martèle mes entrailles.
"Denis" je crie. « DENIS !
Je sens que son autre avait glissé jusqu'à mon mamelon et commencé à pincer. Il me fonce dessus comme un mannequin de collision que les automobilistes utilisent pour tester les voitures. Il m'a essentiellement sur la pointe des pieds alors que nous basculons cette table d'avant en arrière. Il tire sur mes cheveux et mon mamelon en même temps pendant que ses caresses passent du claquement au lapin, j'essaie de ne pas être si bruyant pour que les gens ne pensent pas que quelqu'un est en train d'être assassiné dans le magasin.
« DENIS ! » Je crie. " S'IL VOUS PLAÎT DENIS N'ARRÊTEZ PAS !"
Je jouis mais j'espère qu'il ne l'a pas remarqué. Ma prise sur la table se resserre et j'ai l'impression de glisser mais je ne veux pas. Je me fatigue.
Son mouvement commence à ralentir et je pense qu'il pourrait être fait mais j'avais tort.

Il se dégage de moi puis attrape mes cheveux et me tire hors de la table. Il me retourne pour que je sois face à lui puis me soulève et me remet sur la table. « Ouvre ces jolies jambes » dit-il avec un sourire. "Montre à papa ces jolies lèvres."
J'écarte les jambes aussi loin que je peux. Il attrape mes cuisses et me tire vers le bas pour que mes fesses soient sur le bord de la table. Nous établissons un contact visuel alors qu'il met sa grosse bite en moi et je peux sentir chaque centimètre que j'halète. Je suis si près de tapoter, mais j'essaie de ne pas simplement lui montrer que je peux supporter la punition. Il commence son mouvement en pompant lentement, mais seulement pendant quelques minutes, puis commence à prendre de la vitesse. Il me sourit puis place ses mains au bout de la table près de ma tête. Il utilise la table pour s'enfoncer plus profondément en moi et claquer dans ma chatte humide. Je gémis fort, si fort que je suis sûr que quelqu'un pourrait m'entendre mais en ce moment je m'en fiche. « PRENEZ-LA SALOPE » crie-t-il. J'ai l'impression qu'il a touché mon âme avec sa bite.

Je peux sentir son corps commencer à ralentir alors je le pousse hors de moi et je me mets à genoux pour qu'il puisse jouir dans ma bouche. Je verrouille les yeux avec lui. Le sperme jaillit de la tête de sa bite et dans ma bouche puis j'avale. Tout autour commence à devenir blanc et la musique commence. Je suis confus mais je n'ai pas sorti sa bite de ma bouche. Il sourit, "Bonne fille" dit-il en me frottant la tête. La pièce devient plus lumineuse au point que je commence à cligner des yeux et petit à petit il commence à s'estomper. Au dernier clin d'œil, je me réveille avec la musique assourdissante de mon réveil. Venez découvrir que ce n'était qu'un rêve. Un sacré bon rêve en plus.

Articles similaires

JOURNAL D'UNE MÈRE AU FOYER : PARTIE 1

3 septembre Cher journal, Je m'appelle Tilly Crawford et au cours des dix dernières années, j'ai été la mère au foyer de la Delta House Fraternité ici à State U. Une autre année d'école a commencé hier et les garçons se préparent pour la ruée vers les promesses de fraternité. semaine en organisant des soirées et bien sûr des portes ouvertes pour permettre aux nouveaux étudiants de se faire une idée s'ils souhaitent rejoindre Omega House. Ce fut un long été pour mon journal intime, être avec les garçons me manque vraiment et bien sûr ma chatte a manqué l'attention qu'elle...

634 Des vues

Likes 0

Le Barfly - ch. 2, réécrire

Prologue Je tiens à remercier ceux qui ont lu mes histoires en les commentant. Ceci est une réécriture complète du deuxième chapitre de mon histoire The Barfly initialement publiée dans le forum. Je voudrais demander à ceux d'entre vous qui m'honorent avec des votes négatifs en groupes de laisser des commentaires afin que je puisse savoir ce que les lecteurs n'aiment pas dans mes histoires. Je voudrais également demander à ceux d'entre vous qui aiment mes histoires de me lancer un mot pour les garder dans une position accessible. Prendre plaisir J. Bailey Le Barfly, ch. 2, réécrire Il s'est réveillé...

519 Des vues

Likes 0

Trio de fête de Noël

Je n'avais que 20 ans et j'avais toujours aimé Bev (32 ans) depuis que j'avais commencé à travailler quelques années auparavant. Elle avait de longs cheveux bruns vaguement permanentés, une silhouette sinueuse avec de merveilleuses hanches larges, de gros seins et de longues jambes. Bev portait souvent des hauts échancrés qui servaient à accentuer ses gros seins fermes. Je me surprenais à rêver et à regarder sa belle silhouette. À plus d'une occasion, j'ai été surpris par Bev qui me souriait simplement timidement avec un regard entendu avant que je ne retourne timidement à mon travail, tout le temps mon esprit...

540 Des vues

Likes 0

New Jock Tales Chapter 3 Sophomore Year-13

New Jock Tales --- Deuxième année—CH 3—13 et une Ducati Vers 10h30, on frappa à la porte. C'est quoi ce bordel C'était Mark Mattox, et il a dit qu'il avait un nouveau contrat pour moi, si j'étais intéressé. J'ai dit bien sûr, mais cet accord n'avait rien à voir avec le sexe. Il a dit que je ramènerais de la dope d'Austin à Tyler, tous les week-ends. Cela coûterait 150 $ le voyage, et ce serait un kilo de dope. Personne ne regarderait une jeep pour transporter de l'herbe, et cela devrait être un jeu d'enfant. Je réfléchis quelques minutes, puis...

964 Des vues

Likes 0

Au milieu du milieu de septembre

Pour aucune raison particulièrement fascinante, je me suis retrouvé à rester avec ma tante Renée. Au cours du mois à venir, soit je retournerais dans l'Est, soit j'emménagerais dans l'appartement en copropriété que ma mère était en train d'acheter, juste au cas où j'aurais besoin d'un peu de temps libre. « Je savais déjà que j'avais besoin de temps tampon. J'avais aussi besoin de temps tampon pour lui expliquer pleinement la situation. J'avais, à un moment donné, compris qui j'étais censé être et plus tôt je pourrais y arriver et arrêter d'être qui j'étais actuellement, mieux ce serait pour moi et pour...

570 Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

464 Des vues

Likes 0

La camionnette - Baiser ma femme

Un soir, ma femme et moi dînions, le sujet d'un de nos fantasmes est venu. On l'appelait la camionnette. C'était un fantasme récurrent pour nous de ramasser plusieurs mecs et de les faire baiser ma femme à l'arrière d'une camionnette. Cette fois, nous avons décidé de le faire, nous avons donc attendu le week-end. Nous avons loué une camionnette blanche pour la nuit et sommes allés au centre-ville à la recherche de quelques beaux mecs en bonne santé. Elle portait une mini-robe noire décolletée et avait un lit fait dans le dos. Nous avons roulé un peu et sommes tombés sur...

451 Des vues

Likes 0

Frère et soeur seuls à la maison

C'est une histoire fictive Bonjour chers lecteurs, je m'appelle Young, et je souhaite partager un secret que j'ai caché à mes parents depuis un an maintenant. J'ai 22 ans et ma soeur a 19 ans. Nous vivons tous les deux avec nos parents, ce qui aide beaucoup dans cette économie. L'histoire suivante est ce qui s'est passé en décembre 2010, alors que ma sœur et moi étions seuls à la maison pendant deux semaines avant Noël. Nos parents dirigent une entreprise à l'étranger et ils sont à peine à la maison. Juste pour commencer, je veux dire, j'ai toujours aimé ma...

601 Des vues

Likes 0

Violée par Bigfoot

C'est ma première fois du point de vue d'une femme. Dites moi ce que vous en pensez et si cela doit continuer... Violée par bigfoot C'est un accident bizarre qui m'a amené à cette situation. J'avais un peu froid, complètement nu, j'avais un violent mal de tête, une cheville douloureuse et j'étais coincé dans une grotte à mi-hauteur d'une montagne. Je ne me souviens pas avoir été amené ici, mais la créature qui a dû me sauver la vie devait vivre ici. Je ne l'ai pas beaucoup vu, puisqu'il a quitté la grotte vers l'aube. Tout ce dont je me souviens...

441 Des vues

Likes 0

TCA#11 - Jour des hivers froids

C'était une froide nuit d'hiver, à la fin de l'automne. Le brouillard s'était installé ; juste avant minuit et peu à peu envahi les rues. L'air était plein de brume et la visibilité devenait difficile, alors que je marchais dans les rues de la ville. Mon souteneur forcé de travailler dans la rue ce soir. J'espérais une nuit profitable ; pour le garder, lui et ses hommes de main, loin de moi et de ma famille. Je m'appelle Louise et je suis une mère célibataire de 21 ans et aussi une prostituée. J'ai une fille de trois ans, Misty (Melissa). Elle...

394 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.