Ce qu'il y a en dessous 2

698Report
Ce qu'il y a en dessous 2

Jennifer s'est rendue au travail un peu plus vite que d'habitude ce matin-là, craignant d'être en retard. Elle avait désespérément besoin de ce travail pour sa famille. En tant que mère célibataire de deux enfants et sans homme, c'était le seul travail qu'elle pouvait obtenir.

"S'il vous plaît, ne me laissez pas être en retard." pensa-t-elle en appuyant un peu plus sur l'accélérateur, ignorant le scintillement du volant. Elle est passée devant un panneau d'affichage et a vu une voiture de police se garer derrière elle dans le rétroviseur, ouvrant le toit. Son cœur se serra dans sa poitrine et elle put goûter des cendres dans sa bouche alors qu'elle ralentissait et s'arrêtait. Le flic s'est garé derrière elle, mais s'est assis dans sa voiture sans sortir.

"Allez dépêche toi!" dit-elle à haute voix, mais réalisa ensuite qu'il était déjà trop tard. Même s'il s'approchait de la voiture et la laissait partir tout de suite, il n'y avait aucun moyen qu'elle puisse s'en sortir. Son seul et unique travail avait disparu, pff, juste comme ça, et elle allait devoir commencer à se déshabiller au club ou pire s'ils ne l'engageaient pas. Elle se souvint de ce que Mal avait dit à Candy quand il l'avait virée pour son retard la semaine dernière. « Tu peux me sucer la bite ici devant tout le monde si tu veux continuer à travailler ici, Candy. dit-il assez fort pour que tout le monde dans le restaurant l'entende.

Le restaurant était à moitié plein de camionneurs, et le bavardage de fond s'arrêta lorsque tout le monde se tourna pour la regarder.

"Ici?" demanda-t-elle en pâlissant. "Non, on ne peut pas aller dans ton bureau à la place ?" elle a chuchoté.

"Fais du bon travail, chérie, et je te laisserai un pourboire pour le spectacle." appela l'un des hommes, et elle rougit en secouant la tête.

"Alors fous le camp d'ici." Mal lui dit rudement, la poussant vers la porte. « Tu veux être en retard ? Tu peux me sucer la bite ou partir.

Finalement, le flic est sorti et s'est approché de sa fenêtre ouverte. « Sais-tu pourquoi je t'ai arrêté ? Il a demandé.

"Oui, monsieur. J'étais en train d'accélérer." elle a admis. "Je suis en retard au travail."

« Licence et enregistrement ? » dit-il en regardant la voiture. Il avait 25 ans, rouillé partout, et il y avait une tache noire de suie derrière le tuyau d'échappement à cause de toute l'huile qu'il brûlait. Il sortit un carnet et nota quelque chose.

"Voilà, monsieur." Elle avait les deux documents prêts et les lui a donnés. Il les regarda un long moment.

"Cet enregistrement a expiré il y a sept mois." dit-il, puis il s'avança pour regarder son assiette. Il n'y en avait pas un, et il fronça les sourcils, notant autre chose dans son carnet. Il est revenu à la fenêtre.

"J'ai peur que vous deviez sortir du véhicule, madame." il a dit.

"Quoi?" dit-elle, surprise.

"Sortez de la voiture, madame." lui dit-il en lui ouvrant la porte. "Ce véhicule n'est pas sûr et il doit être remorqué."

"Oh non!" cria-t-elle, consternée. Elle sortit de la voiture à son regard en se tordant les mains. « Comment vais-je me rendre au travail ? Ohh, je vais me faire virer ! » gémit-elle.

Le flic l'a ignorée, écrivant des billets. Il remplissait toujours les noms en dernier, voulant s'assurer qu'il avait bien compris tous les autres détails. Quand il a finalement lu son nom, il s'est redressé et l'a regardée à nouveau.

« Jennifer Connolly ? » Il a demandé. « La veuve de Jason Connolly ?

"Oui." répondit-elle en le regardant curieusement. "Connaissiez-vous Jason?"

"Madame, c'est un honneur de vous rencontrer." il a dit. "J'étais aux funérailles de votre mari. Je m'appelle Greg Martin."

« Avez-vous servi avec lui ? elle a demandé. "Vous étiez manifestement un Marine. Je peux le dire."

"Oui madame. Il était le commandant de mon unité." il a dit.

« Vous connaissiez Jason ? répéta-t-elle, incrédule. "Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui l'ait connu du service."

"Tu ne l'as pas fait ?" il a dit. "Alors vous ne savez pas comment il est mort." Elle secoua la tête.

« Au service de son pays. elle a dit. "C'est à peu près tout ce que disait la lettre. Elle n'était même pas manuscrite."

"Oh, mec." dit-il. Habituellement, les Marines traitaient assez bien leurs veuves de guerre, celles dont les maris s'étaient honorés, au moins, mais parfois quelqu'un pouvait passer entre les mailles du filet et se perdre. Jason était mort au cours d'une mission d'opérations secrètes, d'une mission d'assassinat, et tous les morts avaient été désavoués, son corps était probablement encore sous les décombres de l'immeuble, avec les autres, elle n'avait même rien récupéré à enterrer à part un cercueil vide.

Quelque chose lui vint à l'esprit. "Où travaillez-vous?" lui demanda-t-il brusquement.

"Au restaurant." elle lui a dit. Elle regarda sa montre. "Mais plus maintenant. Mal a viré Candy la semaine dernière pour avoir eu quinze minutes de retard, il l'a simplement renvoyée chez elle après avoir fait une offre obscène. J'ai plus d'une demi-heure de retard maintenant. Mieux vaut ne pas revenir en arrière et même recevoir mon chèque. Mal est un vrai bâtard, et je préfère attendre le courrier." "En plus, je ne veux pas me faire violer." pensa-t-elle en elle-même et frissonna. "Pas après avoir retrouvé Jason dans Marcus."

"Allons te mettre au travail, tu n'es pas viré. Je connais Mal personnellement. Asseyez-vous sur le siège avant de ma voiture." il a dit. "A moins qu'il n'y ait quelque chose dans le tien dont tu as besoin ? Rien qui ne devrait pas être volé ?"

"Pff, tu plaisantes vraiment." dit-elle en montant dans sa voiture. "Tu peux vraiment arranger ça avec Mal ? Je ne sais pas ce que je vais faire sans ce boulot. Mal était le seul à vouloir m'embaucher. Je n'ai même pas pu trouver de boulot au Bowtie."

"Non, c'est sûr." gloussa-t-il en lui jetant un coup d'œil. "Bien que tu puisses gagner deux fois plus à l'arrière."

"Je ne ferai pas ça, peu importe à quel point je deviens pauvre." dit-elle doucement. "Marcus et Miranda ont tous les deux plus de quinze ans. Ils sont assez vieux pour vivre sans leur mère maintenant."

"Jésus Christ." il a dit. "Cela n'arrivera pas, promis. Voici pourquoi je ne laisserai pas cela se produire, et Delta 9 non plus. Nous sommes encore 28 et nous travaillons tous chez Metro." il a dit.

"Jason commandait quinze d'entre nous sur une expédition. C'est une mission derrière les lignes ennemies pour assassiner des officiers ennemis. Nous avons marché pendant près d'une semaine dans une chaleur brutale, transportant des centaines de livres d'explosifs pour truquer un bâtiment pour qu'il s'effondre sur un groupe de cibles. »

« Nous nous sommes infiltrés dans le bâtiment la nuit, et le Cap'n Connolly est resté au rez-de-chaussée pour faire le guet pendant que le reste de l'équipe plaçait les charges. dans, des dizaines d'entre eux. Sa position a été révélée presque immédiatement, et sa fusillade est ce qui a permis au reste d'entre nous de descendre en rappel dans le bâtiment et de s'enfuir. Il n'y a pas eu de sauvetage ni de récupération non plus. Son corps est probablement encore sous le bâtiment."

"Qu'est-ce qui s'est passé?" elle a demandé. « Avez-vous été piégé ?

"Non, nous pensons que les deux équipes manquantes, quatre hommes, ont été découvertes en train de charger les charges et éliminées avant qu'elles ne puissent avertir qui que ce soit." il a dit. "C'est le mieux que je puisse comprendre."

« Alors cinq hommes sont morts ce jour-là ? demanda-t-elle doucement.

"Sept d'entre nous, madame. Deux sont morts dans un échange de tirs en sortant de la ville. Huit d'entre nous ont été extraits."

"Pouvons-nous parler d'autre chose?" demanda-t-elle en fermant les yeux. "Merci de me l'avoir dit."

"Pas de problème, madame, nous sommes là." dit-il en tirant la voiture sur le parking du relais routier.

"Merci pour le trajet, officier, mais je vous l'ai déjà dit, je n'ose pas y entrer maintenant." dit-elle nerveusement en regardant à l'intérieur du restaurant. Elle pouvait voir Alice travailler devant et... personne d'autre n'était là. Elle savait que Mal fulminait probablement dans son bureau, qu'il était furieux et qu'il buvait ce bourbon à l'odeur horrible.

« Miss Connolly, je vous l'ai déjà dit, vous n'êtes pas virée. dit-il en sortant et en remettant son chapeau. "Allez, je vais entrer avec toi, et je vais le redresser. Je te le promets."

Son cœur battait à toute allure lorsqu'elle sortit de la voiture. Elle savait que quoi que fasse cet officier, aussi bien intentionné soit-il, elle allait devoir rester après son départ, et c'était le moment qu'elle redoutait vraiment. Quand elle a dû affronter Mal seule pour la première fois.

"Je ne le suce pas." se jura-t-elle sinistrement en ouvrant la porte et en sortant. "Pas au restaurant, pas dans son bureau, pas n'importe où. J'ai Marcus maintenant." La marche jusqu'à la porte du restaurant était presque plus qu'elle ne pouvait supporter, et elle se figea quand il posa sa main sur le bas de son dos, essayant de la faire entrer.

Il était trop tard de toute façon, Mal l'avait vue et se dirigeait vers la porte.

« Jennifer, vraiment ? » il ricana. « Après avoir vu ce qui est arrivé à Candy la semaine dernière, tu as montré ton visage ici deux fois plus tard qu'elle ne l'était ? Je ne t'avais jamais imaginé pour le type.

Il jeta un coup d'œil au flic derrière elle. "Bonjour, officier, vous êtes un peu en avance, mais peu importe. Vous voulez votre table habituelle au fond ?"

"Sûr." dit Greg facilement. "Que se passe t-il ici?" Il fit signe à Jennifer.

"Tu reçois un bonus aujourd'hui, mec !" Mal gloussa diaboliquement. "La semaine dernière, une de ces bimbos s'est présentée avec quinze minutes de retard, alors je lui ai proposé de me sucer devant tout le monde. Maintenant, la petite Jennifer a 30 minutes de retard, donc c'est double, non ? Comment à propos de si elle nous suce tous les deux?

"Est-ce que tu sais qui je suis?" demanda l'agent Martin avec colère. « Savez-vous qui elle est ? Qui diable pensez-vous être ?

« Hé, mon pote, calme-toi ! » dit Mal. « Calme-toi ! Qu'est-ce qui t'arrive ?

« Qu'est-ce qui m'arrive ? Jésus-Christ, n'as-tu jamais entendu parler de harcèlement sexuel ? »

Mal le fixa, puis éclata de rire. "À cet endroit?" Il regarda autour de lui les clients qui mangeaient. "Hé les gars, quelqu'un va-t-il dire si cette salope me suce moi et le flic pour garder son travail?" cria-t-il.

"Sûrement pas!" répondit l'un d'eux. "J'ai dit que la semaine dernière, je lui donnerais un bon pourboire pour un bon spectacle, mais je ne sais pas pour celui-ci. Il n'y a rien à regarder." Le reste des clients éclata de rire.

"Je ne le fais pas." dit-elle avec raideur en se tournant vers la porte.

"Tu n'es pas obligé." dit Greg, lui attrapant le bras avant qu'elle ne puisse s'éloigner et l'attira à ses côtés.

"Elle le fait, ou elle est virée." dit Mal, le défiant les bras croisés. « Putain, pour qui tu te prends, venir chez moi et dire quoi faire ?

"Je suis le lieutenant Greg Martin de la brigade des mœurs du métro." dit-il doucement. "Nous ne voudrions pas que mes amis du département viennent ici et jettent cet endroit, alors allez-y doucement, mon ami."

"Je ne suis pas ton ami !" Mal lui cracha dessus. "Et je paie beaucoup pour m'assurer que vous, les crétins, restez hors d'ici ! Alors sortez d'ici si vous ne voulez pas baiser cette garce avec moi. Merde, je reçois des remerciements pour avoir offert une faveur à ce type !" dit-il en regardant autour de lui dans la pièce.

« J'ai déjà dit que je ne le ferais pas ! dit Jennifer plus fort, libérant son bras. Elle sortit et traversa le parking alors que Mal et Greg n'arrêtaient pas de se disputer. Elle a continué à sortir du parking et a marché environ deux milles sur les douze jusqu'à sa maison avant que l'agent Martin ne s'arrête à côté d'elle dans sa voiture de patrouille.

"Tu as marché assez loin." dit-il en sortant et en s'appuyant contre le garde-boue alors qu'elle s'approchait. "Tu devrais me laisser te raccompagner à la maison."

Elle n'a rien dit jusqu'à ce qu'elle s'assoie affalée sur le siège passager et qu'ils repartent. "Je t'ai dit que je ne voulais pas y retourner." elle a dit.

"Je sais, et je suis désolé de ne pas t'avoir écouté." il a dit. Elle était un peu surprise des excuses. "Il ne sera plus un problème pour vous, cependant. Demain, je pense que vous recevrez un appel de M. Phillips, ou de l'un de ses hommes. Le restaurant a besoin d'un nouveau directeur, et je soupçonne que votre nom sera sorti du chapeau."

"Je ne veux pas le poste de manager." dit-elle catégoriquement. "J'ai travaillé au cimetière le dernier vendredi du mois. Je sais ce qui se passe à cet endroit."

"Eh bien, comme je l'ai dit, votre nom sera probablement retiré du chapeau." il a dit. "Vous connaissez l'entreprise et, plus important encore, vous connaissez également les dessous de l'entreprise. Comme vous pouvez l'imaginer, une organisation comme celle-ci peut être un peu hésitante à recruter de nouvelles personnes. Vous êtes déjà dedans, je suis peur, et quand l'appel téléphonique arrivera demain, je vous conseillerais de prendre le travail. Il y aura un directeur adjoint amené pendant un certain temps, j'en suis sûr, pour vous aider à comprendre le système.

"Cela ne peut pas arriver !" dit-elle, commençant à paniquer un peu. "Mon dieu, je ne suis qu'une serveuse !"'

"Vous êtes serveuse dans un restaurant qui sert de façade à l'une des plus grandes opérations de contrebande de tout le pays. Les plates-formes qui s'arrêtent ici viennent du Canada et du Mexique et de partout entre les deux. Allez-vous essayer de nier que vous étiez au courant de Tu n'es pas stupide, Jennifer.

"Je n'avais pas réalisé à quel point c'était gros, mais je savais que quelque chose de drôle comme ça se passait." elle a dit. "Jésus, tu devrais voir certains de ces gars. Il n'y a aucun moyen qu'ils aient un CDL. J'en connais quelques-uns qui ne peuvent même pas lire le menu."

« Tu vois ? Tu connais même les gars de l'opération. il a souligné. "Vous êtes parfait pour le travail. Et cela s'accompagne d'une augmentation de salaire substantielle."

"Ces types me font peur." dit-elle doucement. "C'était déjà assez difficile de garder leurs mains loin de moi quand je n'étais que leur serveuse. Si je ne pouvais pas forcer leur respect alors, comment suis-je censée être en position d'autorité ? Il n'y a aucun moyen."

"Tu oublies pour qui tu vas travailler." il en riant. "Personne n'embête les gens de M. Phillip. C'est pourquoi Mal a pu faire ce qu'il a fait et s'en tirer si longtemps." Ils tournèrent un coin, et il ralentit un peu.

« Quelle maison est-ce ? C'est ta rue. il a dit. « J'ai trouvé votre adresse sur votre permis, vous vous souvenez ? » dit-il en réponse à sa question tacite.

"Le dernier à gauche." répondit-elle faiblement. Cela représentait beaucoup de nouvelles informations à traiter. Ils se sont arrêtés devant sa maison.

Alors qu'elle sortait, Marcus fit irruption par la porte, courant sur le trottoir jusqu'à elle. "Maman ! Ça va ? Où est ta voiture ? Ça va ?"

"Je vais bien, Marcus." elle lui sourit. "La voiture va bien aussi, mais nous allons devoir la sortir de la fourrière d'une manière ou d'une autre, j'en ai peur. J'ai une contravention pour excès de vitesse."

"Oh non." dit-il, son visage tombant. "C'est tout, alors. Pas de football pour moi cette année. Je trouve un travail."

« Non, chérie, ne fais pas ça ! le supplia-t-elle en serrant sa chemise. "Nous trouverons quelque chose. Les bourses de football sont le seul moyen d'aller à l'université.

« Comment, maman ? » il a répliqué. "Si tu es là, c'est que tu n'es pas au travail. Et si tu n'es pas là, ça veut dire que l'enfoiré de Mal t'a viré." Il la regarda. "Dis-moi que tu n'es pas viré."

"Non, je suis virée de mon travail de serveuse." elle a dit. « Bien que Mal m'ait fait la même offre que je t'ai dit qu'il avait offerte à Candy la semaine dernière.

"Je lui botte tellement le cul." dit sombrement Marcus.

Greg s'éclaircit la gorge. "J'ai bien peur que ce ne soit pas possible, fiston."

"Excusez-moi, officier?" dit Marcus, détournant le regard de sa mère pour la première fois. "Je ne vous ai pas vu là-bas. Je m'appelle Marcus Connolly." Il tendit la main pour être secoué.

"Ravi de vous rencontrer, Marcus. Je m'appelle Greg Martin. J'ai connu votre père à l'étranger. En fait, il a donné sa vie pour sauver la mienne. Vous lui ressemblez beaucoup."

« Vous connaissiez mon père ? dit Marcus. "C'est un plaisir de vous rencontrer aussi, alors. Je ne connais personne qui l'ait connu, à part ma mère." Ils ont lâché la poignée de main. "Avez-vous le temps d'entrer? J'aimerais vous parler de lui. Si cela ne vous dérange pas, bien sûr."

"Une autre fois, Marcus. J'ai quelques histoires sur le capitaine Connolly que je pourrais partager avec vous, y compris l'histoire de la façon dont il m'a sauvé la vie, mais je suis de service aujourd'hui, et votre mère n'est pas le seul speeder imprudent sur la route, tu sais."

"Oui monsieur, je comprends." dit-il, semblant un peu déçu. "Passe une bonne journée."

Alors que Greg remontait dans sa voiture, Marcus raccompagna sa mère dans la maison.

« Maman, pourquoi la police t'a-t-elle ramené à la maison ? Miranda a demandé en venant. "Est-ce que ça va?"

"Je vais bien, les enfants, honnêtement." dit-elle avec lassitude et se laissa tomber sur le canapé.

"Miranda, pourquoi ne remonterais-tu pas et penses-tu à ton choix." Marcus a dit ostensiblement. "Maman me l'a déjà expliqué dehors, et je suis sûr qu'elle ne veut pas recommencer. Je serai debout dans un moment."

Jennifer s'assit et les regarda tous les deux. "Marcus, tu viens de lui parler comme..." Elle regarda sa fille, puis son fils. Elle s'éclaircit la gorge.

« Quel choix dois-tu faire, Miranda ? Ne me mens pas non plus.

Miranda rougit, enfonçant son orteil dans le tapis.

"Je dois choisir avec quelle chose il va me fesser, Mère." elle a dit.

Marcus se racla la gorge. "Ce n'est pas tout à fait correct, Miranda. Vous devez choisir DEUX choses avec lesquelles être fessée."

Jennifer regarda ses deux enfants, se souvenant de sa conversation avec Marcus la nuit dernière. "Se faire du bien" et "Pour sa propre protection" étaient des phrases qui lui venaient immédiatement à l'esprit.

"Laissez-moi voir les choix." elle a dit. "Où sont-elles?"

"Sur mon lit." dit Marcus. « Tu es sûre de vouloir faire ça, maman ?

"J'en suis très sûr." dit-elle d'un ton sinistre en se dirigeant vers les escaliers.

Ils entrèrent tous dans sa chambre, et Jennifer baissa les yeux sur la collection d'objets de fessée qui s'y trouvait.

"C'est ma meilleure brosse à cheveux !" s'exclama-t-elle en le ramassant. "Tu ne l'utilises pas. Si ça casse..." Elle ramassa la rallonge et la souleva.

"Tu n'utilises pas ça non plus, à moins que tu veuilles lui fouetter le cul, Marcus. La ceinture va bien, si tu n'utilises pas la boucle sur elle. La cravate ne fera pas mal, et la serviette non plus à moins que C'est humide."

"Qu'est-ce que c'est ça?" demanda-t-elle en désignant le rouleau de corde. "Est-ce que tu allais l'attacher aussi ?"

"Peut-être." il a dit. "Je voulais juste que toutes mes options soient ouvertes."

"Eh bien, il n'y a pas deux choix acceptables pour elle, Marcus. Je veux que vous veniez tous les deux avec moi. Il y a une pièce dans cette maison dans laquelle aucun de vous n'est encore allé, mais maintenant vous êtes prêt à la voir. "

Elle a conduit ses deux enfants adolescents dans le couloir jusqu'à sa propre chambre et a déverrouillé la porte du grenier avec une clé prise dans sa boîte à bijoux. Elle regarda les deux enfants dans les yeux, son visage sérieux.

"Il y a quelques règles strictes que Jason a établies pour cette pièce quand il l'a construite." leur a-t-elle dit. "La première règle est que tous ceux qui y entrent doivent être complètement nus. La deuxième règle est le mot de sécurité. J'aime le mot "rouge" pour tout arrêter et le mot "miséricorde" si vous voulez juste que cette activité s'arrête. Si vous sont incapables de parler, secouer la tête "non" et crier à tue-tête feront également passer le message."

"Qu'est-ce qu'un safeword, maman?" a demandé Miranda. "Je n'avais jamais entendu ce terme auparavant."

"Imaginez que Marcus vous ait ligoté et vous donne une fessée." dit Jenifer. Miranda sourit faiblement à sa mère. "Maintenant, imaginez que ça fait plus mal que vous ne pouvez le supporter, et que vous avez besoin que ça s'arrête. Dites pitié, et il s'arrêtera et vous demandera si tout va bien, et découvrira ce dont vous avez besoin."

Elle regarda directement Marcus. "Chaque moment d'esclavage sexuel doit être agréable pour les deux parties. Si vous continuez sans permission, c'est un viol." elle lui a dit. "Tu ne veux pas être haï, n'est-ce pas ? Parce que toute femme que tu violes te haïra pour toujours, dans son cœur, quoi qu'elle fasse ou dise ensuite."

Elle regarda Miranda. "Si vous dites le mot "rouge", tout s'arrête, vous êtes libéré et vous pouvez être seul si vous le souhaitez. N'utilisez ce mot que si la situation est extrêmement inconfortable, car aucun bon Maître ne vous poussera plus jamais comme ça, et Je pense que vous savez exactement à quel point c'est bon d'avoir ces limites repoussées."

"Oh mec." Miranda respira en hochant la tête.

"Marcus, avec votre permission, je voudrais d'abord emmener Miranda à l'étage. Je vais découvrir quelle était sa transgression et lui faire subir la punition appropriée. Cette pièce nécessite une formation afin de la maîtriser pleinement."

"D'accord, Jenifer." il a accepté. Il tendit la main et toucha le col de son uniforme de serveuse en rayonne rose, puis l'ouvrit complètement. Des boutons volaient partout et elle haleta.

"Que faites-vous?" demanda-t-elle, choquée. "Marcus-"

Il attrapa sa jupe et la tira vers le bas, puis attrapa les deux côtés de la couture dans le dos et la déchira en deux, arrachant les deux morceaux de son corps.

"Tu ne porteras plus jamais ça." dit-il, une note de satisfaction dans la voix. "Tu as fini de travailler pour ce connard."

"Marcus, je..." dit-elle d'une voix accrocheuse.

"Putain, Jennifer. Je te revendique comme ma salope, et te donne ma protection. Tu n'auras plus jamais à poser les yeux sur ce morceau de merde. C'est une promesse." il a dit. Maintenant, enlevez le reste de vos vêtements et montez à l'étage."

"Oui Marcus." dit-elle docilement, mais ses deux enfants pouvaient entendre le ton heureux dans sa voix.

Articles similaires

Pris en flagrant délit_(9)

Je m'appelle Carla et je suis une étudiante de 19 ans. Je vis avec ma meilleure amie Sarah dans un appartement que ses parents payent pour elle. Le père de Sarah a fondé une entreprise qui s'est très bien débrouillée et a maintenant l'argent à dépenser pour Sarah quand elle le souhaite. Plus sur moi, je mesure environ 5'4 avec de longs cheveux bruns foncés, avec une silhouette élancée. Voici l'histoire de la façon dont j'ai appris un peu plus sur moi-même et sur Sarah. Sarah était magnifique, c'était le genre de fille qui, quand vous marchiez dans le couloir, regardait...

1.2K Des vues

Likes 0

New Jock Tales Chapter 3 Sophomore Year-13

New Jock Tales --- Deuxième année—CH 3—13 et une Ducati Vers 10h30, on frappa à la porte. C'est quoi ce bordel C'était Mark Mattox, et il a dit qu'il avait un nouveau contrat pour moi, si j'étais intéressé. J'ai dit bien sûr, mais cet accord n'avait rien à voir avec le sexe. Il a dit que je ramènerais de la dope d'Austin à Tyler, tous les week-ends. Cela coûterait 150 $ le voyage, et ce serait un kilo de dope. Personne ne regarderait une jeep pour transporter de l'herbe, et cela devrait être un jeu d'enfant. Je réfléchis quelques minutes, puis...

1.3K Des vues

Likes 0

Brooke_(1)

Brooke Ceci est ma première histoire, et en tant que telle, soyez prudent dans vos critiques ; critique constructive seulement s'il vous plaît. Si vous n'aimez pas cette histoire, il y en a plein d'autres à lire. Les noms ont été changés pour protéger mes copains de baise, et en retour mon cul. Tout au long de mon adolescence, j'ai été assez active sexuellement. Être un adolescent et aller dans un lycée catholique pour garçons n'a fait qu'améliorer ma libido. Pour commencer, je ne suis pas un petit gars. À cette époque, j'avais environ 6'3, 200 livres et j'étais un athlète...

806 Des vues

Likes 0

L'homme plus petit

Je regardais les jambes de Jerry, alors qu'il se tenait sur le tabouret devant moi. Il avait des cuisses très fortes, et j'ai admiré sa forme pendant qu'il mettait la nouvelle ampoule dans le plafonnier. Cette chose est difficile à atteindre, a déclaré Jerry. Puis, pendant qu'il se débattait avec l'ampoule, mes yeux ont suivi ses jambes musclées jusqu'à l'endroit où elles se sont rencontrées, et j'ai dû réprimer un regard fixe - il y avait une bosse sur le côté, une petite bosse, mais une bosse bien définie était là. Laissez-moi vous expliquer celui-là. Nous avions parlé de notre récent...

720 Des vues

Likes 0

TCA#11 - Jour des hivers froids

C'était une froide nuit d'hiver, à la fin de l'automne. Le brouillard s'était installé ; juste avant minuit et peu à peu envahi les rues. L'air était plein de brume et la visibilité devenait difficile, alors que je marchais dans les rues de la ville. Mon souteneur forcé de travailler dans la rue ce soir. J'espérais une nuit profitable ; pour le garder, lui et ses hommes de main, loin de moi et de ma famille. Je m'appelle Louise et je suis une mère célibataire de 21 ans et aussi une prostituée. J'ai une fille de trois ans, Misty (Melissa). Elle...

727 Des vues

Likes 0

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours

Pourquoi les choses m'arrivent-elles toujours Avant de commencer, je me rends compte qu'il n'y a pas beaucoup d'hommes qui courent avec une bite de 12''. Et j'ai donc qualifié cela de fantasme et de farce. Assez dit maintenant à l'histoire. Je m'appelle Samuel Longfellow, je suis propriétaire de l'une des plus grandes sociétés de sécurité de l'État. C'est ainsi que je gagne mon argent (sept chiffres par an). Ma passion est la recherche sur la faune et j'ai une bourse au collège local. Je fais mes recherches sur ma ferme de 680 acres. Maintenant, ma chute est que j'ai été maudit...

719 Des vues

Likes 0

Visiter un ami spécial

J'ai frappé à la grille métallique. C'était un assez grand bungalow entouré de murs de briques recouverts de fil de fer barbelé. Mon cœur battait. Tout ce que je ressentais, c'était la peur d'être rejeté ou quelque chose comme ça. Heureusement, son frère aîné, Suleman, a ouvert la porte. C'était un gars au tempérament cool et plutôt musclé, alors il a gardé sa position. Il m'a regardé d'un air jugeant pendant un moment, a souri et m'a donné une poignée de main. Ei, qu'est-ce que tu fais ici? Je suis ici pour rendre visite à ta sœur... Je me suis tu...

106 Des vues

Likes 0

Programme Alpha-Oméga 7

Épisode 7 : Déboguer le code Zack dévalait la rue sur son nouveau scooter. Il était sorti et était sur le point de s'amuser dessus pendant la dernière heure. Finalement, il a décidé de se diriger vers la maison de Brian, pour lui montrer son nouveau jouet. Il fit un zoom au coin suivant et se dirigea vers cette partie de la ville. Zack remarqua immédiatement que la camionnette de Brian n'était plus là, donc Brian n'était presque certainement pas à la maison. Eh bien, pensa-t-il. Je vais le montrer à Wendy, alors. Zack frappa à la porte, puis entra en criant...

893 Des vues

Likes 0

JOURNAL D'UNE MÈRE AU FOYER : PARTIE 1

3 septembre Cher journal, Je m'appelle Tilly Crawford et au cours des dix dernières années, j'ai été la mère au foyer de la Delta House Fraternité ici à State U. Une autre année d'école a commencé hier et les garçons se préparent pour la ruée vers les promesses de fraternité. semaine en organisant des soirées et bien sûr des portes ouvertes pour permettre aux nouveaux étudiants de se faire une idée s'ils souhaitent rejoindre Omega House. Ce fut un long été pour mon journal intime, être avec les garçons me manque vraiment et bien sûr ma chatte a manqué l'attention qu'elle...

982 Des vues

Likes 0

Trio de fête de Noël

Je n'avais que 20 ans et j'avais toujours aimé Bev (32 ans) depuis que j'avais commencé à travailler quelques années auparavant. Elle avait de longs cheveux bruns vaguement permanentés, une silhouette sinueuse avec de merveilleuses hanches larges, de gros seins et de longues jambes. Bev portait souvent des hauts échancrés qui servaient à accentuer ses gros seins fermes. Je me surprenais à rêver et à regarder sa belle silhouette. À plus d'une occasion, j'ai été surpris par Bev qui me souriait simplement timidement avec un regard entendu avant que je ne retourne timidement à mon travail, tout le temps mon esprit...

880 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.