Vacances d'été, partie 5

158Report
Vacances d'été, partie 5

La vie devient plutôt ennuyeuse lorsque vous avez de graves coups de soleil sur les bras, la tête et le cou. M. Delauter a décidé que je devais aller à l’église le dimanche et, étant donné que je n’étais pas allé à l’église depuis près d’une décennie, j’ai réalisé que je ne manquais pas grand-chose. Asseyez-vous, debout, chantez, priez, agenouillez-vous et répétez. À notre retour, tout le monde a changé pendant que Loretta me gardait en massage à l'aloès. C’était agréable de la voir s’occuper de moi étant donné que je ne me souviens pas qu’elle l’ait fait quand j’étais enfant.

Une fois cela fait, je remets ma chemise et me dirige vers la chambre d'Abigail et frappe avant d'entrer. Elle a déjà changé ses vêtements du dimanche et est sur son ordinateur.

"Hé Abigail, j'ai une proposition à te faire", lui dis-je en m'asseyant sur son lit.

"D'accord mais je ne te touche pas pour le moment parce que ce truc sent", plaisante Abigail.

« Ha Ha, que la descendance irlandaise soit damnée pour son absence de capacité à bronzer. Non, je me demandais si tu voulais avoir un double rendez-vous," lui demande-je.

"Un double rendez-vous, avec qui", répond-elle par une question.

"Eh bien Carlos et sa sœur", je lui réponds.

"Attends, tu m'as proposé à Carlos pour que tu puisses avoir sa sœur", commence Abigail, "Je ne suis pas une monnaie d'échange pour toi."

"Non, je lui ai proposé un double rendez-vous et il t'a choisi plutôt que Bethany", lui dis-je en espérant que cela apaisera un peu son ego.

"Attends, tu lui as donné le choix et il m'a choisi", demande Abigail.

J'explique la conversation et lui montre le texte qui dit son nom. Nous peaufinons certains détails ; Abigail dit que mercredi à cinq heures serait le mieux puisque c'est après le dernier jour d'école. J'envoie à Carlos un SMS lui indiquant le jour et l'heure. Il me répond en me disant que c'est bien et qu'ils seront prêts. Abigail et moi discutons un peu plus pour en savoir plus sur la sœur de Carlos. Elle s'appelle Marta, c'est une bonne élève et selon Abigail ils parlent beaucoup mais elle ne sort jamais quand ils ne sont pas à l'école.

Je laisse Abigail devant son ordinateur et je passe le reste de la journée dans ma chambre pour essayer de me détendre et de me mettre à l'aise.

Lundi et mardi vont et viennent sans incident avec les filles à l'école et moi qui me remets de la brûlure. Mark, de son côté, a essayé de me convaincre d'aller à la salle de sport avec lui, mais c'est difficile de s'entraîner quand on ne veut pas bouger et qu'on a l'impression d'être en feu. Je passe la plupart de mon temps avec Loretta même lorsque je n'ai pas besoin de me frotter à l'aloès ; elle me fait savoir que nous avons notre premier rendez-vous avec un thérapeute demain à onze heures du matin. J'ignore cela alors que nous parlons du passé et j'en apprends un peu plus sur son temps avec sa nouvelle famille. Apparemment, les filles avaient cruellement besoin d’une mère alors qu’Abigail et Bethany ne recevaient pas d’aide pour leurs problèmes de puberté. Mark Jr. a proposé son aide mais a fini par leur montrer du porno à la place.

Le lien dure jusqu'à mercredi lorsque nous nous dirigeons vers le thérapeute, c'est dans un bâtiment privé et non public comme je le pensais d'une manière ou d'une autre. Loretta et moi arrivons à dix heures trente et ne devons attendre notre conseiller que quelques minutes avant qu'une femme plus âgée, petite et très large, vêtue d'un pull en tricot, nous emmène dans son bureau. Une fois à l'intérieur, nous commençons à passer en revue toutes les conneries de "sentiments", "non, je ne suis pas heureux car je pourrais voir Loretta" "non, je ne suis pas une personne très indulgente" ne sont que quelques-unes de mes phrases préférées au fur et à mesure que je passe. ses questions.

« Alors Guy, peux-tu me dire quelque chose sur ta mère qui te met particulièrement en colère contre elle », demande le thérapeute.

« Honnêtement, je n’ai jamais ressenti de lien avec elle, même ces derniers jours ont été bizarres avec elle. Elle me regarde comme si j'allais lui crier dessus ou la faire pleurer la moitié du temps », dis-je au thérapeute.

Une heure de conneries et de babillage psychopathe et nous pouvons heureusement partir. Loretta est silencieuse lorsque nous sortons du parking et tout le long du trajet jusqu'à ce que nous arrivions à l'un des refuges. Elle sort de sa voiture sans un mot et je lui emboîte le pas, provoquant une réaction rapide de sa part.

"Mec, s'il te plaît, ne pars plus avec moi, je dois faire quelques trucs ici avant de rentrer à la maison", dit Loretta avec un peu trop de désespoir.

« Je ne pars pas, j’entre. Je veux voir cet endroit de toute façon," lui dis-je en tirant ma capuche alors que j'arrive à la porte.

Je peux voir Loretta confuse par ma volonté de m'impliquer après la séance de thérapie mais elle me donne un badge de visiteur et nous nous dirigeons vers son petit bureau. Ce n’est qu’un bureau et deux chaises, mais dès qu’elle entre, une petite armée de filles lui demande la permission et elle se met à travailler sur leurs dossiers. Je m'assois et la vois travailler dur quand je reconnais l'une des filles, celle de ma première visite. Je la remarque mieux cette fois, avec des cheveux bruns courts autour de ses oreilles, environ 5'8" et j'ai mon goût pour les vestes en cuir, un short en jean et des leggings dénudés qui sortent sous eux sur ses hanches et un t-shirt épais et noir. -une chemise est tout ce qu'elle porte. Je regarde un peu plus fort pour saisir sa forme et même si je ne parviens pas à distinguer son tour de poitrine, elle a un gros cul sur elle.

Elle comprend que je la regarde et se fraye un chemin vers l'avant juste pour se rapprocher. Elle a failli me faire tomber de ma chaise pour faire signer sa feuille et me regarde seulement par-dessus son épaule alors qu'elle quitte le bureau.

«J'ai beaucoup de travail à faire», je demande à Loretta alors que la foule se dissipe.

« Désolé chérie, les formulaires de demande de travail pour les enfants ayant un emploi et les demandes de congés le week-end. Certaines des filles ici ont des problèmes et c'est soit ici, soit dans la salle des mineurs pour la plupart, "me dit Loretta en levant les yeux de son bureau," tu t'ennuies ?

"Un peu, je peux aller regarder autour de moi", je demande.

Loretta hoche la tête et je sors du bureau et commence à regarder autour de moi. C’est un immeuble de deux étages, la plupart des chambres des filles se trouvent au deuxième et je suppose qu’il y a une trentaine de filles ici. Je remarque les deux salles de loisirs et les douches du dortoir lorsque mon « admirateur » me heurte à nouveau contre un mur.

"Tu aimes juste me bousculer ou quelque chose du genre", lui demande-je en m'appuyant contre le mur.

"Pourquoi es-tu encore ici", me demande-t-elle sans répondre à ma question.

«Je passe du temps avec Loretta», lui dis-je.

"Tu veux dire ta mère", dit-elle, "wow, c'était tellement mauvais que tu utilises son prénom."

"Honnêtement, je ne vais pas parler de ma vie avec toi et l'embarrasser", lui dis-je en commençant à m'éloigner mais elle attrape mon bras.

"Hé, viens avec moi", dit-elle en m'entraînant dans la direction opposée.

Nous sortons par les portes arrière du bâtiment et nous dirigeons vers une zone de stockage extérieure avec quelques hangars et quelques équipements éparpillés. Je vois d’autres filles qui regardent par la fenêtre mais mon « admirateur » me traîne derrière un hangar et s’assoit sur une chaise en plastique merdique.

"D'accord, maintenant nous pouvons parler", dit-elle, "Alors pourquoi es-tu un tel connard ?"

"Pourquoi es-tu si fouineur," je rétorque.

"Parce que tu es nouveau, nous n'avons pas beaucoup de nouveautés ici", dit-elle en se penchant en arrière.

Nous discutons un peu, elle s'appelle Jackie et elle est là depuis que sa famille est partie. Je ne demande pas ce que cela signifie, mais je suppose que c’est le genre prison ou mort.

"Alors tu as un petit ami ou tu montes face à une fille", lui demande-je en décidant de se lancer dans son entreprise.

"C'est juste un connard grossier. Pourquoi tu aimes sucer des bites ou as-tu une chienne qui le fait pour toi," rétorque Jackie avec colère.

Je me mets à rire et m'assois sur un vieux banc ; Jackie me regarde avec beaucoup de chaleur dans les yeux avant même que je justifie son commentaire.

"J'ai trois copines, toutes à la maison", je lui dis, souviens-toi un peu des filles, "et oui, elles se connaissent toutes et elles sont toutes cool."

"Alors, tu baises d'autres filles aussi ou juste elles", demande-t-elle curieusement.

"Pourquoi me fais-tu une offre," je réponds en souriant.

"Oh non putain, je ne te baise pas. Le dernier mec que j'ai baisé a failli me mettre enceinte", dit Jackie en croisant les jambes.

"Alors tu as renoncé aux hommes et tu as roulé sur le visage d'une fille", je rétorque en riant.

Je peux voir que ce commentaire est entré dans la peau de Jackie alors qu’elle me renversait une chaise. Je ne bouge pas car ça me manque complètement. Jackie se lève rapidement de sa chaise et commence à se déplacer vers moi puis s'arrête et recule un peu comme si quelque chose n'allait pas. Je me lève de ma chaise et cela la pétrifie, d'autant plus lorsque je m'approche d'elle et qu'elle s'appuie contre le hangar.

« Écoute Guy, ne me fais pas de mal, d'accord. Je suis désolé de t'avoir insulté et je promets de te laisser tranquille, d'accord, » plaide Jackie avec plus de peur que ce à quoi je m'attendais.

Je bouge mon corps contre celui de Jackie, la plaquant doucement contre le hangar et commence à passer mes mains sur ses côtés, elle tremble à mon contact alors je le garde doux et doux pendant que je pousse mes mains sous sa chemise et touche la peau. Ce que je ressens ensuite n'est pas quelque chose à quoi je m'attendais, car je recherche une peau douce et lisse sur son dos et ses côtés et je sens un léger tissu cicatriciel. Je frotte doucement mes paumes sur son dos et retire une main pour établir un contact visuel. Les jolis yeux marron de Jackie sont terrifiés par ce que je fais, je retire ma capuche et tourne la tête pour qu'elle puisse voir ma cicatrice en grande partie guérie de l'année dernière.

«Je l'ai eu il y a presque un an. Je sais ce que c'est que d'être blessé," je murmure à Jackie, " tu penses que je vais te faire du mal ? "

"Je ne sais pas", répond Jackie en passant ses mains à l'intérieur de mon manteau et autour de ma taille.

"Qu'est-ce qui te ferait te sentir mieux", lui demande-je en gardant mes mains sur son corps.

Je la laisse me repousser un peu avant de me prendre la main et de me ramener dans le bâtiment. Une fois à l'intérieur, nous passons devant les bureaux et j'établis un contact visuel avec Loretta pendant une seconde avant d'arriver aux douches. Je n'entends pas l'eau couler à l'intérieur et Jackie me fait signe de rester sur place pendant qu'elle se dirige vers une salle de jeux et dit quelque chose à l'une des filles qui se lève et lui tend quelque chose de sa poche. Les deux filles reviennent vers moi et Jackie me conduit dans la salle de bain pendant que la deuxième fille ferme la porte et reste dehors.

"Oh mon Dieu, je pourrais avoir de sérieux ennuis à cause de ça", me dit nerveusement Jackie.

Je m'assois sur l'un des bancs et commence à me déshabiller, une fois fait je vois que Jackie a seulement enlevé son manteau et me regarde nerveusement.

"Veux-tu que je t'aide, tu vas bien", lui demande-je en la remarquant toujours en vêtements.

Elle commence d'abord à se déshabiller de son short, laissant sa culotte blanche. Dès qu'elle enlève sa chemise, je peux enfin la voir grandir, elle a certainement quelques kilos de plus mais pas trop grosse, juste un peu de graisse. Le soutien-gorge de Jackie se détache et je lui présente ses seins en bonnet C pour la première fois, chacun avec un boulon à travers ses gros mamelons. Jackie se couvre nerveusement pendant que je regarde.

"Retourne-toi s'il te plaît", lui demande-je.

Je l'entends gémir mais elle obéit, car je vois que son dos est couvert de longues cicatrices qui ne ressemblent en rien à des vergetures. Je me glisse derrière elle et enroule mes bras autour de sa taille en tirant son corps contre le mien. Jackie est figée de terreur et il me faut une seconde pour trouver comment la calmer. Je la retourne lentement et lui incline la tête pour l'amener à un baiser. C’est gênant au début et elle est toujours terrifiée quand je romps le baiser et la regarde morte dans les yeux.

"Tu m'as amené ici, maintenant je sais que tu as peur mais tu peux soit t'enfuir et je te laisse", lui dis-je doucement, "ou tu peux tenir bon."

Je la sens enrouler à nouveau ses bras autour de moi et je me penche et l'embrasse une seconde fois, cette fois elle est plus ouverte et je sens un peu sa langue alors que nous restons là à nous embrasser en sous-vêtements. Jackie m'arrête après quelques instants et se dirige vers l'une des cabines arrière sous la douche après avoir allumé quelques-unes des autres douches. Je la retrouve là-bas et l'embrasse à nouveau, cette fois avec plus de passion en la soutenant contre le carrelage froid. Je commence à faire glisser ma bouche le long du cou de Jackie et, en soulevant un sein avec ma main, je commence à sucer son mamelon et le boulon.

"Ne le retire pas", halète Jackie alors que je mets son mamelon dans ma bouche.

J'abaisse ma posture pour être au niveau des yeux avec sa poitrine tout en suçant son mamelon ; Je pense que c’est le bon moment pour vraiment la réchauffer. Je prends mes mains libres, j'enlève la culotte de Jackie et je la jette hors de la cabine. J'écarte un peu ses jambes et frotte mes doigts contre sa chatte non rasée, trouvant son clitoris et le frottant légèrement. Les mains de Jackie sont partout à l'arrière de ma tête et sur mes bras pendant que je la suce et la doigte, je peux l'entendre gémir en frottant méthodiquement son clitoris avec un doigt. Jackie commence à bouger ses propres hanches contre mes doigts et je laisse sa mésange tomber de ma bouche et, me mettant à genoux, je prends une de ses jambes et j'enfouis mon visage dans sa chatte.

"Oh merde, c'est trop", halète Jackie alors que je suce son clitoris.

La chatte de Jackie est douce et chaude pendant que je suce son clitoris ; J'utilise mes mains pour la maintenir en place pendant que je la travaille. Je commence à bander mais je veux lui donner un orgasme avant de la baiser insensée. Le coup de soleil de ces derniers jours m'a éloigné d'Abigail et de Bethany, mais c'est maintenant une piqûre sourde alors qu'elle me saisit la tête comme un étau. Jackie commence à presser sa chatte contre mon visage et à gémir plus fort, un peu de liquide coule sur mon menton alors qu'elle atteint son orgasme. Je me lève et tiens le corps de Jackie debout jusqu'à ce que ses sens lui reviennent. Elle me regarde avec un sourire idiot et met sa main dans mon short et commence à me frotter la bite jusqu'à ce qu'elle soit dure.

"Oh merde, j'ai besoin du préservatif", dit Jackie en figeant la situation alors qu'elle retourne à ses vêtements et les sort de la poche de sa veste.

Une fois de retour dans la cabine de douche, Jackie baisse mon short et déchire le paquet de préservatifs avant de le faire rouler sur ma bite et de se redresser. Je retourne Jackie et la penche au niveau de la taille. Elle pose ses avant-bras contre le mur et baisse la tête pendant que je frotte lentement mon gland contre sa fente avant de trouver le trou de sa chatte et de glisser lentement la moitié de ma bite à l'intérieur. J'entends Jackie gémir et je me garde en elle tout en m'émerveillant de sa serrage, je ne sens aucune texture grâce au préservatif mais il est suffisamment serré pour que je décide de prendre mon temps et commence lentement à enfoncer ma bite à mi-chemin. de sa chatte.

C'est un rythme exaspérant pour moi étant donné que je n'ai pas eu une bonne baise dure depuis Katy il y a une semaine, mais Jackie ne supplie pas que ça s'arrête car je le fais lentement et facilement. Je regarde l'une des mains de Jackie tomber du mur et bouger, je suppose, entre ses jambes en frottant son clitoris. Je baisse les yeux et je vois davantage de sperme sur le préservatif, alors j'enfonce jusqu'au bout. Dès que je suis tout dans la tête de Jackie bascule en arrière et qu'elle grogne bruyamment face à l'invasion, j'enlève mes mains de ses hanches et je passe la main sous sa poitrine en prenant une mésange dans chaque main et je commence à les masser pendant que je broie ma bite en elle. chatte.

"Veux-tu que ce soit plus dur ou devrais-je le garder doux", je demande à Jackie en lui donnant de petites poussées de ma bite.

"Peux-tu le faire sans me faire de mal", demande Jackie en me regardant par-dessus son épaule.

Je souris et lâche ses seins et me redresse en arrière, ma bite sort de sa chatte jusqu'à ce que ce soit juste la tête en elle avant de claquer les sept pouces et demi de profondeur dans la chatte de Jackie. Elle couine un peu sous le choc et passe sa main de sa chatte à sa bouche. Je continue jusqu'au bout et je le remets en place quand Jackie me regarde avec un air désespéré sur le visage. Je nous descends tous les deux dans la cabine jusqu'à ce que nous soyons à genoux et les mains de Jackie sont sous son visage avant de prendre ses hanches et de marteler ma bite fort et vite dans et hors de sa chatte. J'entends Jackie grogner pendant que je lui martèle la chatte et l'oppression devient trop forte pour moi alors que je me sens me rapprocher. Je m'arrête enfoui à l'intérieur de Jackie avant de la retirer et de la rouler sur le dos, elle me regarde confuse et légèrement étourdie alors que j'écarte les jambes et la repousse dans sa chatte.

J'enroule mes bras sous ceux de Jackie et lui tiens la tête tout en reprenant mon rythme effréné. Jackie me regarde avec ce même regard effrayé et désespéré lorsque j'établis un contact visuel et que je sens le picotement à la base de ma bite commencer à jouir dans le préservatif. Je deviens rigide et quelque part dans le flou, je sens ses mains sur mon corps me tirant contre elle. Je suis allongé là, la tête posée à côté de celle de Jackie pendant qu'elle me frotte le dos pour apaiser mon humeur et quand je m'arrête pour voir son visage, elle a un doux sourire avant de m'embrasser légèrement et de m'aider à quitter son corps et sa chatte.

On me nettoie un peu et je m'habille avant de sortir tranquillement des douches. La fille qui garde la porte fait un signe de tête à Jackie avant de retourner à la salle de récréation. Je laisse Jackie me ramener dehors vers les hangars et une fois là-bas, elle m'assoit sur le banc et s'assoit à côté de moi.

"Je ne pensais pas que les gars pouvaient être comme ça", dit Jackie en s'appuyant contre moi.

"Je suppose que tu as connu des gars qui ne sont pas des merdes dans ta vie," je réponds chaleureusement.

Jackie ne répond pas et je ne fouille pas dans son passé tandis que nous nous asseyons calmement avant d'être rejoints par quelques filles supplémentaires. La plupart d’entre eux me regardent comme s’ils savaient ce que j’ai fait mais ils ne disent rien pendant qu’ils parlent avec Jackie. Je pense que c'est ma chance de m'éloigner et après avoir donné un coup de coude à Jackie et me être levé, je la vois hocher la tête et continuer à discuter. Une fois de retour à l'intérieur, je vois Loretta toujours à son bureau et je m'assois en face d'elle.

"Nous sommes en sécurité", demande Loretta sans lever les yeux de ses papiers.

"Ouais, est-ce que ce qui s'est passé entre moi et Jackie est un problème," je réponds.

Loretta secoue la tête et ferme le dossier devant elle avant de saisir son sac à main et de me conduire vers un autre bureau avec une femme latino corpulente à l'intérieur.

"J'ai fini la journée et je sortirai avec mon fils en cas d'urgence", dit Loretta à la femme avant de partir.

Nous retournons à la voiture et dès que nous sommes dans la rue, Loretta décide que nous allons au centre commercial. Une fois sur le parking, je vois que celui-ci est beaucoup plus grand que celui où je vais chez moi, avec deux étages et son propre théâtre intégré.

"Hé, nous devons t'acheter quelques belles chemises et des pantalons", me dit Loretta.

Je me souviens du pré-Derek et Heather moi et je dois rattraper Loretta. Une fois à l’intérieur, elle m’entraîne dans un magasin de créateurs pour jeunes hommes et commence à regarder des polos et des kakis. Après environ une demi-heure et trois étapes différentes d'essai des choses qu'elle choisit, je la vois frustrée de ne pas vouloir porter de vêtements habillés.

"D'accord, tu dois essayer de travailler avec moi sur ces vêtements, ils ne vont pas te tuer", me dit Loretta après être sortie du vestiaire dans mon équipement d'origine.

"Je n'aime pas les vêtements habillés, j'ai arrêté de les porter l'année dernière", lui dis-je, "ils me font me sentir comme une chatte."

"Mark et son fils les aiment très bien et je me souviens que ton père était d'accord avec eux, alors qu'est-ce qui ne va pas avec toi et ces vêtements," demande Loretta sur la défensive.

J'explique davantage ce qui s'est passé avec Derek et Heather, je lui raconte que j'ai toujours été le gentil et le moment où j'ai cassé et brûlé tous les vieux vêtements. Elle s'assoit patiemment et m'écoute avant de saisir deux chemises habillées, une noire et une blanche, ainsi que des pantalons noirs.

"D'accord, alors voici tes beaux vêtements pendant que tu es ici", me dit Loretta avec un niveau de finalité.

Je veux m'y opposer mais je pense que je n'aurai pas à les porter tout le temps car elle paie les articles et nous nous dirigeons vers l'aire de restauration. Nous nous installons sur une pizza pour le déjeuner et discutons calmement lorsqu'elle commence à regarder des enfants jouer avec leurs parents. Je me retourne et vois les enfants courir partout et agir comme des fous, mais quand je me retourne vers Loretta, elle a l'air « sur le point de pleurer » sur son visage.

«Je me souviens à peine de toi à l'époque. Je sais que tu essayais d'être gentil au bureau aujourd'hui, mais je n'ai qu'une poignée de souvenirs sobres de toi jouant quand j'étais enfant, me dit Loretta les larmes aux yeux.

«Je n'ai pas essayé d'être gentille au bureau, j'étais honnête», lui dis-je en lui prenant la main, «je ne suis plus connue pour être particulièrement gentille avec beaucoup de gens. Quand Mark m'a tendu une embuscade, j'ai honnêtement pensé que je devrais simplement partir et laisser ta famille se balancer. Je ne suis pas gentil mais eux le sont.

Je sors mon téléphone et lui montre une photo de Korinna, Katy et Mathilda. Je la laisse prendre le téléphone et elle essuie ses larmes en le regardant.

« C’est mon côté sympa ; Je leur demande quand je vais trop loin avec la plupart des choses. J'ai sauvé Katy de quelqu'un de pire que toi l'année dernière et elle a dit que tu méritais une seconde chance, "je lui dis en lui serrant la main", je déteste être loin d'eux, ils me manquent comme un fou. Je pense simplement que soit nous pouvons régler tout ce qui s’est passé dans le passé, soit nous ne le faisons pas.

Nous restons assis dans plus de silence pendant que Loretta retrouve son calme et une fois qu'elle va bien, nous jetons nos plateaux et elle m'entraîne dans un magasin de vêtements plus moderne. De nombreux pantalons cargo et t-shirts pleins d'esprit avec des ceintures et des bottes cloutées bordent le magasin. Je l'ai laissée commencer à parcourir les différentes pièces jusqu'à ce qu'elle ait des chemises boutonnées en polyester avec des motifs plus beaux et des shorts longs. Une fois qu'elle a payé, elle me traîne jusqu'à une cabine d'essayage et entre pendant une minute et après avoir regardé autour d'elle, elle soulève le devant de son chemisier, m'exposant son ventre, je recule pendant une seconde jusqu'à ce que je voie un tatouage avec "mon meilleur petit gars". " et une photo du visage d'un bébé sur le ventre, à droite. Loretta baisse son haut et sort.

"Je l'ai eu après que ton père a divorcé parce que je pensais que je ne te reverrais plus jamais", me dit sombrement Loretta, "Maintenant, emmène-moi là où tu te fais tatouer."

Je suis conduit hors du centre commercial et lui donne les indications pour se rendre au salon de tatouage, c'est à vingt minutes de route et une fois là-bas, Loretta ne perd pas de temps à sortir de la voiture et me conduit à l'intérieur. Une fois entré, je reconnais la fille au comptoir et le vieil homme de ma première visite. La fille a un regard aigre quand elle voit Loretta.

"Madame, puis-je vous aider", demande la fille à Loretta.

« Quiconque est responsable, dites-leur qu'un parent doit leur parler », répond Loretta, ce qui amène la jeune fille à regarder son grand-père.

Je regarde le vieil homme commencer à se lever mais Loretta ne perd pas de temps se dirige vers le comptoir et s'assoit sur une chaise à côté de lui.

"C'est chez toi", dit Loretta plus qu'elle ne demande, "et vous avez tatoué mon enfant de moins de dix-huit ans sans le consentement de ses parents."

"Écoutez madame, je ne sais pas qui vous êtes mais le garçon voulait un tatouage et il en a un, ce n'est pas fait mais c'est entre lui et mon garçon Smitty", répond clairement le vieil homme.

"Oh, je ne suis pas en colère, je suis sa mère et je te donne mon consentement", lui dit-elle, suscitant une réaction étrange de la part de la fille et de son grand-père.

« Vous n’êtes pas là pour porter plainte ou porter plainte », demande la jeune fille.

"Non, je voulais juste que tu saches que ses affaires vont bien ici et qu'il n'y aura pas de problèmes," lui dit Loretta en tournant son attention vers le vieil homme, "Est-ce que tout va bien maintenant ?"

Le vieil homme hoche la tête et sourit à Loretta qui se lève et me ramène hors du magasin et vers sa voiture. Nous sommes sur le chemin du retour à la maison quand elle me voit la regarder confuse.

"Si je leur disais que je ne voulais plus que tu trouves du travail et qu'ils avaient des ennuis, je suppose que tu serais assez énervé contre moi", demande clairement Loretta.

J’acquiesce et vois qu’elle sourit depuis le siège du conducteur. Je secoue la tête face à la situation, d'abord elle ne veut pas que j'en obtienne un maintenant j'ai la permission. Nous nous arrêtons dans l'allée et garons la voiture dans le garage, je décharge les quelques vêtements que Loretta m'a achetés et les récupère aussi dans ma chambre en passant devant la porte ouverte de Bethany. Je regarde avec désinvolture pour la voir avec Abigail en train de discuter de ce qu'Abigail va porter pour le rendez-vous de ce soir.

Je pense que je vais me procurer mes propres vêtements pour le « rendez-vous » avant d’envoyer un texto à Carlos et de m’assurer que tout va bien. Il répond que ça devrait aller et qu'il envisage d'emmener Abigail au cinéma au centre commercial pour garder les choses du côté « sûr ». Je demande si Marta est d'accord pour voir un film et il ne répond pas. Je suppose qu’il était occupé et je remarque qu’il n’est que deux heures de l’après-midi. Je me détends et envoie des messages à mes filles à la maison concernant mes projets pour la soirée. Korinna semble plus déprimée, Katy me soutient et Mathilda me « menace » d'abus sexuels à mon retour. Je ris et prends note d'avoir quelqu'un en tête-à-tête avec Mathilda à mon retour, mais c'est Kori qui m'inquiète et j'envoie à Jun un avis lui demandant, ainsi qu'à Natsuko, de la surveiller parce que je pense que les choses deviennent trop lointaines. Il me fait savoir que sa sœur est dessus et qu'il ne faut pas s'inquiéter. Kori étant la première et la plus cool des trois filles, c'était vraiment bien de me laisser partir quand c'est arrivé, mais je m'inquiète davantage pour elle maintenant que cela fait presque une semaine.

Ma porte s'ouvre brusquement et Mark Jr. est là avec un air d'attente alors qu'il ferme la porte et s'assoit sur le canapé.

"Alors nous emmenons ma petite sœur à un double rendez-vous", me dit Mark avec une certaine inquiétude.

"Ouais, Carlos de son école et je vois sa sœur Marta," je lui donne les détails clairement.

"Non, je veux dire, je vous conduis tous là-bas et je vais revenir", m'informe Mark plus qu'il ne demande.

"Mec, tu as besoin de te détendre, je comprends, c'est ta sœur mais je serai là et rien de mal ne lui arrivera", lui dis-je en essayant de le calmer, "J'accepte que tu nous conduises là-bas, mais ne traînez pas sur nos épaules, si vous voulez, restez près de vous et je vous enverrai un message si quelque chose arrive.

Nous arrivons à un accord sur le fait qu'il sera dans le coin si quelque chose ne va pas et je me retrouve à nouveau seul dans ma chambre en me demandant s'il protège à ce point tout ce qui se passe dans la maison. Je décide que c'est le bon moment pour une autre douche puisque j'ai passé un bon moment avec Jackie plus tôt.

Je sors de la douche et prends mon temps pour me préparer, chemise boutonnée noire avec des motifs tribaux en rouge sur la poitrine et manches courtes avec mon jean bleu foncé et mes bottes ; Je prends mon manteau et me dirige vers la chambre de Bethany et la vois aider Abigail avec un maquillage léger. Je me penche dans l'embrasure de la porte et remarque Abigail, une simple jupe jaune et un chemisier boutonné blanc uni. Je peux l'admirer pour avoir emprunté la voie simple, pas trop séduisante mais toujours sacrément mignonne.

"Elle est déjà pour un rendez-vous", annonce Bethany en rangeant le maquillage.

Je conduis Abigail jusqu'au garage et Mark attend avec sa voiture, je monte à l'arrière et Abigail est devant avant que nous partions sur la route. Le trajet dure presque une demi-heure mais nous y sommes quelques minutes avant cinq heures. Mark me lance le regard de grand frère et j'acquiesce alors qu'Abigail et moi nous dirigeons vers le centre commercial.

On se promène un peu avant de partir au théâtre et j'envoie un message à Carlos pour lui dire que nous sommes là. Au lieu de répondre, Carlos apparaît depuis le hall du théâtre en kaki et en chemise blanche. Il sourit en nous voyant Abigail et moi debout là.

"Hé, je ne pensais pas que tu viendrais", dit Carlos à Abigail un peu surpris.

"Eh bien, c'est un double rendez-vous. Où est Marta ? » demande Abigail d’un ton interrogateur.

"Votre rendez-vous est en route ici, maman l'a gardée un peu mais elle a un tour et elle sera là dans quelques instants, nous pouvons trouver des places maintenant si vous le souhaitez tous les deux", explique Carlos en entrant.

"Je vais l'attendre ici mec, mais je vais d'abord acheter les billets pour vous deux et acheter le nôtre quand elle arrivera", dis-je à Carlos, généreux face à la situation.

Je leur tends leurs billets pour le film, m'assois sur un banc devant le théâtre et attends Marta. C'est calme une fois que les films sont sur le point de commencer et je vérifie mon horloge pour voir que le film a déjà commencé. Je m'en débarrasse et garde ma montre pour Marta. Au bout d'une heure, je m'interroge sur l'idée d'envoyer un SMS à Carlos, mais c'est un film et c'est impoli, alors je décide d'envoyer un SMS à Mark et de lui demander comment il va. Mark répond qu'il discute juste avec une bombasse et si les choses vont bien, je dis que tout ira bien et je range mon téléphone.

Après deux heures d’attente, j’ai enfilé mon manteau et ma capuche, inutile de vous dire que je suis de mauvaise humeur. Je viens de me faire ridiculiser, Carlos m'a joué. Les films sortent et je vois Carlos et Abigail parler agréablement quand je vois le couple derrière eux, je reconnais Marta de l'école et le garçon latino maigre avec son bras autour de sa taille qui était avec eux quand j'ai salué Abigail. J'envoie rapidement un message indiquant que le film est terminé et qu'Abigail est à Mark avec un "J'ai fini, putain", je reçois une réponse "oh merde" et je relève ma capuche avant que les couples ne sortent du hall du théâtre. Dès qu’ils sont complètement sortis, je me lève du banc et dès que tout le monde sauf Abigail me voit, je reçois des regards « oh merde ».

"Hé, c'est toi Guy, je m'appelle Roméo", dit le gars maigre en tendant la main, "J'ai essayé de te trouver dans le hall quand le film a commencé mais je ne t'ai pas vu."

Je quitte Carlos des yeux et regarde juste un trou dans « Roméo », le faisant reculer à côté de Marta. Abigail est confuse et commence à poser des questions quand je l'arrête.

"Hé, j'ai dû mal entendre Carlos quand il a dit que j'allais faire partie de ce double rendez-vous," dis-je avec un venin malade, "vous avez tous quelque chose à manger, je m'en vais."

"Hé les filles, puis-je parler à Guy seul pendant une minute", demande Carlos.

Les filles partent en emmenant Roméo avec lui et je vois Carlos essayer de comprendre comment il va s'expliquer avec moi. Je ne lui en donne pas l’opportunité et je m’éloigne, je l’entends m’appeler mais si j’entends plus de mots, je vais tuer quelqu’un. J'arrive à l'autre bout du centre commercial et m'assois sur un banc, j'ai un message d'Abigail me demandant où je suis partie aussi mais je lui dis de ne pas s'inquiéter et de passer un bon moment.

Peu de temps après, je reçois un texto de Carlos disant qu'Abigail s'inquiète pour moi et qu'elle reviendra leur parler pour qu'il puisse s'expliquer. Je ne réponds pas au message et j'essaie de comprendre toute la situation. Carlos devait surveiller Abigail depuis un moment mais n'avait aucune approche pour lui demander de sortir, j'ai exprimé mon intérêt pour sa sœur et lui ai proposé un double rendez-vous qui lui donne une pièce de théâtre pour qu'il puisse la faire sortir sans se ridiculiser. Ensuite, sa sœur amène son vrai rendez-vous et il peut au moins mettre le pied dans la porte en discutant avec Abigail. J’ai presque envie de me faire tatouer « outil » sur le front, mais je décide de ne pas le faire et je m’accroupis encore quelques minutes avant d’envoyer un texto à Mark pour lui dire que je pars me rafraîchir ou quelque chose du genre.

Je sors et commence à marcher sur le trottoir du centre commercial pour essayer de me rafraîchir. Je veux rentrer et battre Carlos à mort, mais ensuite je peux regarder Abigail paniquer alors que son joli rendez-vous semi-normal se termine par des questions de police et moi menotté. Je commence à planifier une embuscade ou quelque chose comme ça et je manque de tomber sur quelqu'un.

"Hé Cabron, regarde où tu vas, putain", j'entends une voix légèrement féminine me crier.

Je lève les yeux et me rends compte que je regarde une Latino en colère de 5'9 pouces portant une veste en jean et un pantalon assorti et un débardeur blanc sous le manteau. Normalement, elle aurait chaud, mais pour le moment, je suis trop énervé pour m'en soucier et lui faire signe de partir pendant que je continue mes tours dans le centre commercial. Encore une minute et je suis appelé par une voix inconnue.

"Hé, tu es tu mec", demande la femme que j'ai rencontrée il y a une minute.

"Ouais, qu'est-ce que tu veux", je demande vraiment de l'humeur à personne.

"Eh bien, vous baise aussi mec, Carlos m'a envoyé ici pour te trouver parce que je suis en retard pour le rendez-vous", me dit-elle en prenant une attitude défensive.

Je pense que sur ce que Carlos a dit plus tôt, mon rendez-vous était en route. Il n'a pas dit Marta mais quand nous avons parlé plus tôt dans la semaine et c'est qui il a dit que j'allais voir. Génial, non seulement je suis joué, mais c'est un appât et un changement.

"Eh bien, c'est génial", je lui réponds ", alors vous êtes ici maintenant, mais devinez quoi, je ne suis pas vraiment intéressé à traverser plus de conneries aujourd'hui, alors dirigez-vous à l'intérieur et dites à Carlos merci mais non merci."

"Excusez-moi, je ne suis pas ton putain de messager et ce que tu veux dire par des conneries", demande-t-elle à associer ma colère.

"Pas votre putain de commerce, surtout quand je prends la putain de tête de votre cousin et que je l'ouvre comme une piñata et que je vais chercher des bonbons après la merde qu'il vient de tirer", réponds-je en se retournant et en continuant ma promenade.

Je peux l'entendre marcher après moi, mais je l'ignore comme je pense qu'elle est au téléphone et soit en train de parler à Carlos en espagnol ou d'essayer de faire un tour rapide de moi. Je commence à faire charger mon iPod lorsque la fille me coupe à nouveau.

«D'accord, j'ai juste parlé à Carlos et il a dit que je devais vous ramener à l'intérieur pour qu'il puisse expliquer», dit-elle en essayant de me prendre par l'épaule.

"Enlevez votre putain de main de moi ou de ma nature aimable et amicale que vous avez vue deviendra vraiment méchante", grogne-je en s'arrêtant mort sur mes traces.

Je la regarde s'arrêter sur ses traces et j'ai presque lâché mon manteau quand je vois ses yeux, tout feu et aucune hésitation. Elle lance un coup de poing et je vais vraiment me battre, je pensais que Carlos savait comment tenir sa merde, mais cette femme a son putain de numéro de ce que je peux voir.

"Écoutez, j'ai été encorde parce que mon cousin a dit que vous étiez un cul dur", commence-t-elle ", nous avons rencontré sous une mauvaise merde, votre nom est Guy, le mien est Imelda. Maintenant, pour la dernière fois, venez avec moi et après, nous pouvons nous faire foutre d'ici.

Je devrais simplement m'éloigner et laisser cela tranquille, chaque fois que les gens veulent expliquer quelque chose, c'est eux qui essaient de justifier pourquoi ils vous ont foutu. Je serre la main d'Imelda de mon épaule et la suive à l'intérieur du centre commercial. Il nous faut une minute pour retourner à l'aire de restauration et je vois que tout le monde est plus ou moins de manger et de discuter lorsque tous les quatre me voient et s'arrêtent complètement. Je garde une distance décente de leur table et regarde Carlos décide de se lever et de m'approcher.

"D'accord, je sais que vous êtes énervé, mais laissez-moi vous expliquer", commence Carlos par son explication ", j'ai parlé à Marta de la date, je l'ai vraiment fait. Mais elle est avec Roméo depuis un an maintenant et ne voulait pas sortir avec vous, lorsque vous avez fixé la date que j'ai appelé Imelda et lui ai demandé d'être votre rendez-vous car je pensais que vous vous entendriez. Je sais que vous êtes bouleversé mais je voulais juste une chance de vraiment m'asseoir et de parler à Abby. Pouvez-vous comprendre mon point?

«Ouais, je peux comprendre. Je comprends que lorsque nous avons eu cette conversation la première fois que vous étiez un double rendez-vous avec Abigail et Marta. Je comprends aussi que pendant que je tenais à ma fin de date de la date, vous avez reculé et avez sorti un travail de commutation sans même essayer de me l'expliquer », je lui dis plus en colère.

"Je ne voulais tout simplement pas que vous reculez, pouvez-vous au moins être raisonnable à ce sujet", plaide Carlos essayant de garder les choses sous contrôle.

«Raisonnable, nous concluons un accord et vous le cassez. Raisonnable était que je ne battais pas la putain de merde de votre cul de triche quand vous êtes sorti du théâtre, "je grogne", peu importe ce que vous dites maintenant, vous auriez pu me le dire il y a quelques jours. Je suppose que la raison pour laquelle vous gardez vos amis autour de vous à l'école est donc personne ne donne la merde de votre cul mensonge. "

Je peux voir qu'il est déchiré par l'idée que je me batte l'enfer ou mon disons Abigail ce qui s'est réellement passé. Je le regarde devant lui et je vois Abigail me regarder dans l'expectative. Je souris à Carlos et je passe devant lui en faisant signe à Imelda d'attendre où elle est.

"Donc je n'ai pas obtenu toute l'histoire droite la première fois et maintenant j'ai besoin d'obtenir mon rendez-vous avec le cousin de Carlos en marche pour qu'elle ne se sente pas mal", dis-je à Abigail en mettant un visage plus sympathique ", vous vous assurez que vous Passez un bon moment et appelez simplement Mark lorsque vous avez besoin d'un retour à la maison. »

Je vois Abigail hocher la tête et elle prend ma main et la serre pour me faire savoir que je suis gentil pour elle. Je ne regarde même pas Marta et Roméo alors que je retourne à Imelda. J'éclate Carlos alors que je passe devant et Imelda correspond à mon rythme alors que nous commençons à marcher dans le centre commercial.

"Alors que faisons-nous maintenant", demande Imelda.

"Je ne fais pas foutre ce que nous faisons, choisissez quelque chose", lui dis-je toujours agité.

Je vois le visage d'Imelda devenir aigre et elle attrape mon bras et me traîne dans un couloir public de toilettes où il n'y a des gens qui se promènent. Dès que nous sommes dans le couloir, je la regarde vérifier les extrémités avant de se faire pousser contre le mur et claque sa bouche dans le mien dans un baiser en colère. Je ne suis pas prêt pour un baiser mais je l'ai laissé partir pendant une minute jusqu'à ce qu'elle le casse et me regarde un peu.

«J'aime le cul dur, le cul dur est un vrai problème à trouver quand tout ce que je reçois, c'est de la chatte du lycée qui pense dur, c'est la pratique du football», me dit Imelda », maintenant je veux un putain de rendez-vous décent avec de la nourriture et un film Avant de vous ramener chez moi et nous avons de bons sexe chaud.

Je ne sais pas si je le regarde, mais dans ma tête, je suis stupéfait par le niveau de pissette et exigeant que j'ai devant moi de faire sa déclaration de mission pour la soirée. Il me faut une demi-seconde pour tourner les tables et la mettre contre le mur et claquer ma bouche en Imelda.

"J'ai eu l'argent mais vous devez décider où vous voulez aller la baise", lui dis finalement en cassant le baiser.

Je démêle les uns des autres et que quelques autres adolescents regardent, je l'ignore généralement mais je regarde Imelda faire quelques pas avant de m'arrêter et de regarder un gars.

"Si vous n'arrêtez pas de me regarder, je prends une de vos putains de boules si je peux les trouver", grogne Imelda alors que nous quittons la salle.

Je l'ai laissée décider du film, un film d'action Dieu merci. Et cela nous donne suffisamment de temps pour manger dans une petite boutique de hamburger dans le centre commercial avec de vrais sièges avant le spectacle. Je l'ai laissée commander et une fois que nous commandons, je peux dire qu'elle veut parler, alors j'ai finalement enlevé ma capuche en essayant de m'ouvrir à elle.

«Vous n'aviez aucune idée, j'étais votre rendez-vous ce soir. Nice un carlos », dit ou demande Imelda mais je ne peux pas dire lequel.

«Ouais, je n'avais aucune idée que tu existais même. Je pensais que j'allais avoir la chance de frapper avec Marta, "je réponds" mais je ne pense pas que le coup de pied de Roméo la intéresserait. "

Imelda glousse la déclaration. Je lui dis que ce ne sont que des vacances foutues pour moi et que je ne vais pas être là après cinq semaines. Nous discutons des relations passées et quand j'évoque Heather et Derek, je la regarde visiblement en colère.

"Voir cette merde, c'est pourquoi je ne veux pas que mes petits amis traînent avec des chiennes que je n'ai pas combattu", éclate Imelda alors que notre nourriture est servie.

«Eh bien après cela, j'ai eu des copines de meilleure qualité et elles me gardent vraiment de niveau. La plupart du temps », lui dis-je souriant.

"Oh merde, tu trompe ta petite amie pendant que tu es ici", Imelda arrêtant toute la conversation.

Je lui explique le scénario relationnel et lui montre quelques photos des filles pour aider à illustrer mon honnêteté dans toute l'accord. Elle me remet mon téléphone et nous reprenons manger. Je paie le chèque et nous arrivons au théâtre avec quelques minutes à perdre. Je vérifie mon horloge et je vois qu'il est neuf du soir et je lance un SMS à Mark que j'ai pris en charge pour moi et je lui ferai un texto plus tard quand je suis hors du film. Je reçois une réponse disant qu'il a Abigail dans la voiture et qu'elle sourit à la soirée et qu'il lui dira que je vais bien.

Alors que nous nous asseyons et que nous regardons le film, je remarque que l'accoudoir se déplace et Imelda enlève sa veste en jean et monte mon manteau, me forçant à passer mon bras autour d'elle. Nous nous blottissons et je décide de pousser ma chance en laissant ma main reposer sur la poitrine d'Imelda. Je sens son changement et enlève ma main avant de la remettre à l'intérieur de son débardeur, ce qui me donne un accès complet à son sein ferme.

"Je veux terminer le film, alors détendez-vous et ne baisez pas ça", me dit Imelda en train de regarder l'écran.

Je sens son mamelon un peu à travers son soutien-gorge et ça devient dur avec un peu de frottement avant de reposer ma main autour du tout et de me détendre. Je pense qu'elle est une tasse B mais qu'elle est distraite par la fusillade à l'écran et se détendre dans un film décent. Quatre-vingt-dix minutes d'armes à feu et d'explosions, c'est beaucoup mieux que le drame de conneries pendant deux heures et alors que nous sortons du théâtre, je regarde Imelda remettre sa veste pour couvrir ses épaules alors que nous frappons le parking. Je vais chercher une voiture ou un camion, mais je m'intéresse un peu quand Imelda me conduit à une moto Yamaha à l'aspect décent. Je prends le casque qu'elle retire de la tache de stockage sous le siège et la fixait avant de prendre mon siège derrière elle et de saisir ses hanches avec mes mains alors que nous nous dirigeons vers la route.

Je me rends compte que je n'ai jamais été sur un vélo avant quand au premier tour, je la sens maigre et quand je ne fais pas un peu vaciller et elle ralentit pour que je puisse l'entendre me crier dessus pour me pencher avec elle. Je baisse le rythme et après une dizaine de minutes de conduite, je peux voir que nous sommes dans un quartier pas si bien que nous arrivons à ce que je peux supposer est sa place.

"Ce n'est pas le pire endroit où j'ai été pris après un rendez-vous", dis-je Imelda lui remettant le deuxième casque.

"Ouais bien ma maman et moi ne pouvons pas nous permettre mieux, donc c'est son palais, j'aide juste avec les factures", me dit Imelda avec un peu de fierté.

Je la suis à l'intérieur et c'est beaucoup plus propre que je ne le pensais alors que nous nous dirigeons dans le salon et dans ce que je peux supposer, c'est sa chambre à l'arrière. J'ai juste assez de temps pour entrer à l'intérieur avant qu'Imelda ne ferme la porte derrière moi et me pousse sur le lit et monte sur moi. Je ne perds pas de temps à saisir son corps et nous broyons la bouche ensemble dans une guerre pour la domination. Il fait sombre mais il y a juste assez de lumière de l'extérieur pour que je puisse la voir alors que nous nous séparons du baiser / combat et elle s'assoit et retire sa veste et arrête son débardeur. Je retire mes bras de mon manteau et je annule rapidement les boutons de ma chemise lorsque mon téléphone s'allume avec un appel. Je repousse Imelda et me lève en répondant à l'appel.

«Guy où êtes-vous, Mark et Abigail sont à la maison, mais ils ont dit que votre rendez-vous était en retard. Avez-vous besoin d'une balade chérie », me demande Loretta avant de pouvoir même dire bonjour.

"Non, je vais bien, écoute, je suis vraiment fatigué et je serai à la maison le matin, je le promets", dis-je à Loretta alors que Imelda défait mon pantalon et sort ma bite à moitié dure.

"Êtes-vous sûr que je peux venir là où vous êtes et vous obtenir plus tard si vous vous amusez toujours", propose Loretta.

"Ça ira bien, je promets que j'appellerai si les choses vont de côté sur moi et j'ai besoin d'aide", dis-je à Loretta alors que je regarde Imelda rouler sur son dos et prendre la moitié de ma bite dans sa bouche tout en tirant son jean et sa culotte désactivé.

"Très bien, vous vous amusez et vous revenez bientôt demain", me dit Loretta en terminant l'appel.

Je laisse tomber mon téléphone sur mon manteau et je saisis les seins d'Imelda avec mes mains la faisant gémir sur ma bite. Je peux voir le corps entier d'Imelda dans la lumière basse alors qu'elle travaille ma bite et ramper dans le lit en gardant ma bite dans sa bouche et une fois que mon visage en position, commencez à languette son clitoris lentement. La chatte d'Imelda a de beaux petits poils et un goût salé dans le bon sens; Je peux la sentir s'arrêter une seconde avant de reprendre son «travail» alors que nous entrons dans un groove avec nos soixante-neuf ans.

"D'accord, levez-vous et vous allongez sur le dos," me dit Imelda qui sort ma bite de sa bouche.

Je décide de me conformer à sa demande et de rouler sur mon dos seulement pour la faire prendre la tête et couler mon visage avec sa chatte.

"Je vais baiser ton visage brut", me dit Imelda en train de tirer ma bouche vers son clitoris.

Je pense qu'il est bon de donner un peu pour attraper ses hanches avec mes mains et enterrer ma langue dans le trou de chatte d'Imelda. Je peux la sentir tendue mais je la tient comme un vice alors qu'elle commence à saisir mes mains pour que quelque chose puisse tenir après avoir pataugé sur ma tête pour les cheveux que je n'ai pas. Je l'entends gémir et avec son accent, c'est vraiment sexy et j'apporte une main tout autour de lui d'Imelda et commence à frotter sa vitesse de clitoris vers la langue qui touche sa chatte. La nouvelle sensation est imelda qui me parle en espagnol, mais comme elle ne me gifle pas, je accélère jusqu'à ce qu'elle commence à se débatter et à se gronder contre mon visage. Cela prend environ une minute mais je sens que sa chatte se contractera un peu sur ma langue alors que le corps entier d'Imelda se replie avec son premier orgasme.

Je la roule sur le côté et sort mon visage de la chatte d'Imelda alors qu'elle commence à reprendre son souffle. Je peux voir qu'elle se détend, mais je ne suis pas d'humeur à attendre alors que je monte vers la tête d'Imelda et après l'avoir tournée pour faire face à ma bite, poussez toute la longueur dans sa bouche. La première pipe était bonne mais maintenant je vais descendre et elle va le prendre comme je l'ai fait pour elle. Je saisis les cheveux à l'arrière de la tête d'Imelda et je commence à baiser son visage fort et rapide. Je peux sentir Imelda Gag mais elle ne panique pas comme si je me trouvais avant, ça me prend une seconde mais je vois que je baise son visage, elle se doigte déjà sa chatte. Je garde une main sur sa tête alors que je prends l'autre et lui pince son mamelon. Je peux commencer à sentir ce picotement alors que je martelais le visage d'Imelda avec ma bite et décide d'aller pour forcer ma bite dans sa bouche et de tirer du sperme directement dans sa gorge.

Alors que je jouis, je sens que les mains d'Imelda vont à celle sur la tête et me faisaient des détendre un peu ma prise alors qu'elle reprend la bouche sur ma bite. Je place ma main sur le mur pour garder mon équilibre alors que Imelda fonctionne le dernier de mon sperme de ma bite avant de me laisser tomber de sa bouche.

"Si jamais je rencontre l'une de vos copines, je les remercie", halète Imelda assis un peu de son lit.

«Qui sait ce qui va se passer», répond-je allongé sur le dos.

Je commence à reprendre mon souffle mais Imelda semble avoir d'autres idées alors qu'elle déplace son corps et recommence à sucer ma bite. C'est presque douloureux d'avoir du sperme si dur de la faire sucer et j'essaie presque de l'arrêter mais décide de la laisser travailler. La «douleur» disparaît et Imelda me fait à nouveau dur et me tire de coucher. Je regarde qu'elle se retourne et je me met à genoux alors qu'elle recule son cul jusqu'à ma bite avant de prendre la tête et de la taper avec son trou de chatte.

"Maintenant, ne prenez pas votre temps et baise-moi dur", me dit Imelda pour tourner la tête pour que je puisse voir son sourire narquois.

Je prends ses hanches dans mes mains et claque la longueur de ma bite profondément dans sa chatte en train de gémir de nous deux. La chatte d'Imelda est lisse et trempée dans son sperme, ce qui rend ma prochaine poussée encore plus facile que la première. Je ne frappe pas le fond, mais je suis profondément dans sa chatte et je commence à travailler ma bite dans et à sortir dans des coups durs et longs. Je peux voir qu'elle aime ça, mais elle me regarde presque si je me fatigue. Je comprends l'idée et après avoir soutenu ma bite à quelques centimètres de la chatte d'Imelda, atteignez ma main gauche et prends une poignée de ses cheveux noirs dans mon poing et tire violemment sa tête en arrière tout en claquant ma bite à l'intérieur. Elle grogne à la première poussée mais je n'arrête pas de tout aller dur, rapide et profonde. Je peux voir son visage un peu alors que je tourne la tête; Tout est tordu de la douleur et du plaisir. Nous grognons et gémissons en baisant la chatte d'Imelda en essayant de le casser ou à la touche. Je prends ma main droite une gifle la joue du cul d'Imelda avec une claque rapide qui attire rapidement son attention. Une autre gifle et elle attrape ma main et me tire vers l'avant pour me rapprocher un peu en elle. Je peux me sentir se rapprocher de l'orgasme alors qu'elle commence Cop au fond de la chatte d'Imelda, s'effondrer son corps sur le lit et allongé sur son dos, grignant et tirant dans sa chatte.

Je ne sais pas combien de temps nous sommes allongés avec moi sur elle, mais quelque part en cours de route, je tombe de la chatte d'Imelda et j'arrive à rouler mon corps de son dos, essayant de reprendre mon souffle. Je regarde enfin Imelda pour voir qu'elle me regarde paresseusement et souriant.

"Eh bien, c'était quelque chose à ramener avec vous lorsque vous rentrez chez vous", demande Imelda à sourire malicieusement.

"Ouais, je vais toujours expulser la merde de Carlos mais cela en valait la peine", lui dis-je rouler sur mon côté et met un bras sur son dos.

"Ouais bien le matin, je vais avoir plus de cette bite en moi", me dit doucement Imelda, "Je veux juste ça lent et doux demain, a un problème avec ça?"

Je la roule sur le côté et je mette derrière Imelda alors qu'elle commence à somnoler. Je dois toujours à Carlos Payback pour avoir foutu avec moi à propos de la date, mais plus important encore, je dois me concentrer sur ce qu'il faut faire avec Abigail. Je sais qu'elle aime l'attention qu'il lui accorde, mais je veux vraiment la blesser avec la vérité sur lui et moi juste pour le faire se sentir comme de la merde. Putain, je vais comprendre cette merde demain après mon retour à la maison et avec ça je m'endorme.

Vous n'avez pas encore fini avec moi les fans, je sais que beaucoup de gens m'inquiètent pour que je quitte au milieu de l'histoire. Je ne vais pas arriver, je prends plus de temps à les éteindre et je veux dire aux gens qui m'ont PM que je vous ai écouté et aiment les commentaires positifs. Et pour le gars qui a décidé de me PM avec la critique sexuelle, oui vous aviez raison. Les scènes étaient trop courtes et non descriptives comme elles l'étaient, maintenant tais-toi. Plus de pièces à venir et des pièces plus longues à cela, des questions?

Articles similaires

Devenir Zoé

Ma future épouse, Annie, avait pris un emploi à l'extérieur de la ville et je ne la voyais que toutes les deux semaines environ. Elle me manquait tellement. Elle et moi étions devenus amants à distance. Elle devait prendre un vol de retour vendredi soir. J'allais chercher son fils Zakk à son dortoir et nous allions tous les deux la chercher à l'aéroport et profiter du week-end ensemble. Zakk est dans sa première année d'université, il étudie pour devenir maquilleur pour la scène et l'écran. Lui et moi n'avons pas vraiment appris à nous connaître et ce devait être le week-end...

1K Des vues

Likes 0

La soeur de la femme est la pute du bureau!

Ce n'est pas exactement une histoire normale que vous trouverez sur xnxx. J'ai trouvé ceci posté dans un forum avec un tas de commentaires de jugement. Il suffit de le republier pour que les gens en profitent. L'affiche originale affirme que tout cela est vrai et qu'il a changé les noms. La sœur de ma femme est la pute du bureau et son père l'a obligée à le faire ! Katie a toujours tout partagé avec moi et le cheminement de carrière de sa sœur est devenu un sujet dont nous discutons au lit. Rosie a toujours eu un corps délicieux mais...

850 Des vues

Likes 0

La camionnette - Baiser ma femme

Un soir, ma femme et moi dînions, le sujet d'un de nos fantasmes est venu. On l'appelait la camionnette. C'était un fantasme récurrent pour nous de ramasser plusieurs mecs et de les faire baiser ma femme à l'arrière d'une camionnette. Cette fois, nous avons décidé de le faire, nous avons donc attendu le week-end. Nous avons loué une camionnette blanche pour la nuit et sommes allés au centre-ville à la recherche de quelques beaux mecs en bonne santé. Elle portait une mini-robe noire décolletée et avait un lit fait dans le dos. Nous avons roulé un peu et sommes tombés sur...

1.9K Des vues

Likes 1

Fantaisie de déploiement

Je veux tout vous dire sur mon déploiement en Turquie. J'étais seul et je n'avais pas envie de faire comme tous les autres gars. Tu sais parler à des filles du côté de l'état en espérant que je pourrais organiser quelque chose pour mon retour. J'étais dans une chambre avec 8 gars dans 4 lits superposés, et je voulais trouver quelqu'un qui était en poste ici avec sa propre chambre. Peut-être même une maison. Je suis donc allé sur le groupe de vente de garage sur Facebook et j'ai commencé à chercher un ami dans la liste des membres. Qui sait...

2.4K Des vues

Likes 0

Sissy Lucy rencontre son papa

J'ai la fin de la vingtaine et je gère un restaurant/bar local. Je mesure 5 pieds 8 pouces et je suis mince avec des traits assez féminins. Pour la plupart des gens, je ne suis que Tom, un gars ordinaire qui a des copines occasionnelles, aime une bière et regarde le football. Pour mes amis les plus proches, je suis Lucy, une salope de poule mouillée qui aime la bite. Récemment, j'avais trouvé un papa en ligne. C'était un homme plus âgé et plus expérimenté. Nous avons commencé à discuter et je lui ai envoyé des photos coquines et des clips...

774 Des vues

Likes 0

L'histoire vraie de ma vie : chapitre 1

Un certain nombre de personnes m'ont demandé de raconter l'histoire de ma vie depuis que j'ai fait allusion à certaines de mes expériences inhabituelles. Je pense donc que le meilleur point de départ est la nuit qui a mis fin à mes 10 ans de mariage. C'était un vendredi soir et mon mari Tim est rentré ivre. C'était devenu sa pratique habituelle depuis deux ans. Il a affirmé que son patron lui causait un stress accru et qu'il devait s'arrêter avec les gars pour se détendre. Au début, il rentrait à la maison un peu éméché quand j'allais mettre notre fils...

752 Des vues

Likes 0

Faire de Lord Ablington un héritier

J'étais toute la journée à attendre le déjeuner quand j'ai appris la terrible nouvelle : Alan Lord Ablington était tombé de cheval lors de la chasse du lundi matin et était complètement mort. Tommy Goodfellow s'était arrêté ce mardi matin alors qu'il se rendait à Abbotsford pour nous parler de mon ancienne connaissance avec Lady Ablington. J'ai ressenti un mélange d'émotions. Lord Ablington avait récemment courtisé puis épousé mon amie d'enfance, Miss Amy Merry, à qui je restais immensément attaché, on ne pouvait pas lui en vouloir, Ablington possédait la majeure partie du village et bien plus encore tandis que ma...

767 Des vues

Likes 0

Pris en flagrant délit_(0)

Pris la main dans le sac Cette expérience a impliqué ma connaissance Ben. Je dis connaissance parce que je ne l’ai rencontré qu’une seule fois auparavant, nous parlions à peine et il n’avait pas vraiment de lien avec moi – c’était le fils de mon amie aînée Vicky. Je connaissais Vicky parce que je faisais du bénévolat dans son animalerie, et même après avoir terminé, nous restons encore aujourd'hui de solides amis. A cette époque, j'avais 15 ans et Ben 13 ans. Vicky m'a invité à un barbecue pour fêter son anniversaire, donc avec beaucoup d'autres personnes, j'ai accepté, j'étais le...

276 Des vues

Likes 0

Samantha et Kaylee_(0)

J'avais une voisine nommée Kaylee qui était magnifique. Elle était grande, athlétique et avait un corps ferme. Probablement environ 120 livres. peau bronzée, cheveux châtain foncé. Elle a définitivement retenu mon attention. Ce n'était pas une salope, elle était plutôt une taquine. Nous sommes allés dans le même lycée. Je l'ai beaucoup vue, mais nous n'avons pas beaucoup parlé. Tout chez elle était fascinant, la façon dont ses cheveux étaient longs et avaient la bonne quantité de boucles, ses jambes, sa silhouette sexy, elle avait même des fossettes au-dessus de ses fesses que je pouvais voir quand elle était en bikini...

263 Des vues

Likes 0

Meilleure soeur du monde !!! Partie 2

Meilleure soeur du monde !!! Partie 2 Je me suis réveillé le lendemain matin plus reposé que je ne l'avais ressenti depuis longtemps. Les événements de la nuit précédente se bousculaient dans mon esprit alors que je commençais à me préparer pour l'école. Sydney et moi nous aimions beaucoup, à la manière d'une fratrie. Je n'avais jamais pensé à elle sexuellement, mais quand je l'ai vue se masturber jusqu'à l'orgasme alors qu'elle pensait à moi... j'ai commencé à la voir sous un nouveau jour. Je la voyais maintenant non seulement comme ma sœur aînée, mais comme une femme belle et sexy...

2.5K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.